Représailles après la mort de Karl Hotz

Infos
En 1941, un militaire allemand, Karl Hotz est abattu par des résistants à Nantes. Les autorités allemandes fusilleront des prisonniers en représailles.
Représailles après la mort de Karl Hotz

En 1941, un militaire allemand, Karl Hotz est abattu par des résistants à Nantes. Les autorités allemandes fusilleront des prisonniers en représailles.

Résumé

Le , le lieutenant-colonel Karl Hotz, qui avait de 1929 à 1933 supervisé les travaux de comblement de l'Erdre, devenu Cours des 50-Otages, à Nantes dans le cadre de la dette de guerre allemande et était revenu avec l'occupation comme autorité administrative, est abattu rue du Roi-Albert à Nantes par trois résistants : Gilbert Brustlein, Marcel Bourdarias et un ancien officier des Brigades internationales d'origine italienne (naturalisé Français en 1932) Spartaco Guisco, tous trois venus de Paris, envoyés par Jules Dumont et Albert Ouzoulias responsables des Bataillons de la Jeunesse. Tandis que le pistolet de Guisco s'enraye, Brustlein tire deux balles dans le dos de l'officier à proximité de la cathédrale. Les deux hommes qui ont cherché en vain une cible la veille, ignorent qui sont leurs victimes ce matin là. Ils réussissent à prendre la fuite. général von Stülpnagel, Paris, 21 octobre 1941 Les autorités nazis décident une répression exemplaire de cet acte qu'elles qualifient de terroriste. Le lendemain, une proclamation indique qu’au moins 50 otages seront fusillés si les tireurs ne se livrent pas. Deux jours plus tard, 48 personnes sont abattues en représailles. L'arrestation à Paris, quelques jours plus tard, des auteurs de l'attentat par la police française Berlière-Liaigre, Le Sang des communistes, pp. 167-192 diffère celle de cinquante autres otages dont Hitler réclamait l'exécution. Parmi les 48 otages fusillés, 27 sont des internés du Camp de Châteaubriant, supposés communistes, et ils sont exécutés sur place, à la carrière de la Sablière, 17 sont de la région nantaise et sont exécutés à Nantes et 4 sont exécutés à Paris. Le ministre de l'Intérieur Pierre Pucheu a tout fait pour que soient désignés des communistes plutôt que des « bons Français ». Au Camp de Châteaubriant, 27 otages seront fusillés, parmi eux figure Guy Môquet. Il s'agit du plus jeune des fusillés (17 ans). Il refuse que ses camarades intercèdent en sa faveur. déclare-t-il au dentiste Ténine. Les plus connus des autres fusillés étaient Charles Michels, député communiste du XV arrondissement de Paris et Jean-Pierre Timbaud, secrétaire de la fédération des métaux CGT de la région parisienne. Il y avait également deux trotskistes : Marc Bourhis et un communiste qui avait rompu avec le PCF à la suite du pacte germano-soviétique, le maire de Concarneau Pierre Guéguin. Cette exécution, en même temps que d'autres à Nantes et à Bordeaux, suscita une énorme émotion dans le pays, et une grève symbolique de cinq minutes est organisée à travers toute la France le 30 octobre.

Déroulement des évènements

Avis de la Préfecture de la Loire-Inférieure, Nantes, 21 octobre 1941
- 20 octobre à 8 h : Karl Hotz, est abattu par des résistants.
- 20 octobre à 10 h : trois officiers allemands viennent au Camp de Châteaubriant demander la liste des détenus.
- 20 octobre à 14 h : Adolf Hitler ordonne l'exécution de 50 otages ; ils seront 48, dont 27 étaient emprisonnés à Châteaubriant.
- 22 octobre à 14 h : trois camions allemands viennent chercher 27 otages au Camp de Châteaubriant.
- 22 octobre à 15 h 50, 16 h et 16 h 10 : 27 otages sont fusillés à la carrière de la Sablière.
- 23 octobre : les corps sont dispersés dans 9 cimetières.

Les Allemands, et la politique des otages

À partir du , les autorités d'occupation allemandes de Nantes garantissent la sécurité des troupes d'occupation en prélevant à tour de rôles des notables — élus, présidents d'association, etc. — consignés en un lieu physique pour quelques heures ou simplement d'astreinte à leur domicile. Après novembre 1941, cette pratique tombe en désuétude sans qu'aucun otage n'ait été passé par les armesJean-Marc Berlière et Franck Liaigre, Le sang des communistes, Fayard, 2004, p. 53. La vague d'attentats initiée le par Fabien à la station de métro parisienne Barbès-Rochechouart, va amener les Allemands à modifier leur politique d'otages en privilégiant pour tout attentat la piste « judéo-bolchevique » , même en l'absence de toute revendication. Cette politique sera parfaitement formulée par l'ambassadeur allemand à Paris Otto Abetz en décembre 1941 : Du 22 juin au , seulement quatre Allemands ont été tués par la Résistance mais d'autres attentats, matériels, même s'ils ont un faible impact, montrent qu'il ne s'agit pas d'actes isolés, mais bien d'une vague d'attentats. La première attitude du commandant militaire de la Wehrmacht en France (Militärbefelshaber in Frankreich, MBF), Otto von Stülpnagel consiste à demander au gouvernement de Vichy d'exercer lui-même la répression. C'est ainsi que le nouveau ministre de l'intérieur Pierre Pucheu va créer des tribunaux d'exception : les « Sections spéciales » qui envoient à la guillotine, après jugements sommaires, une poignée d'internés plus ou moins communistes. Les Allemands prennent ensuite eux-même en charge l'exécution d'otages. Les trois premiers sont fusillés le 6 septembre, les dix suivants le seront le 16 septembre. Cette répression apparait trop douce à Hitler qui trouve Stülpnagel trop mou et lui envoie la directive d'exécuter au moins cent otages par Allemand tuéBerlière et Liaigre, p. 62. Stülpnagel, arguant que les troupes allemandes ne sont pas menacées, ne se hâte pas d'engager une politique de représailles. Il ne tient pas à se mettre à dos une population qui travaille pour le plus grand bénéfice de la puissance occupante. Il ne veut pas non plus mettre en porte-à-faux le gouvernement de Vichy qui collabore de façon satisfaisante. écrit-il le 11 septembre au haut-commandement de l'armée de terre Berlière et Liaigre, p. 64. Hostile aux exécutions massives, Stülpnagel n'en n'est pas moins contraint d'appliquer la politique dictée par Berlin et le 28 septembre, il publie, à destination des chefs de régions militaires un « code des otages » dans lequel il demande l'établissement de listes d'otages constituées avec les priorités suivantes : L'Œuvre du 23 Octobre 1941 : liste des 48 fusillés du 22 octobre 1941 En vertu de ces directives de principe, le 20 octobre, après la mort par suite d'attentat du Feldkommandant Hotz, les autorités militaires de la région militaire B installée à Angers sont invitées à constituer une liste de 200 noms parmi lesquels sera faite une sélection de 100 otages à exécuter. Mais tous les noms récupérés par les différents services allemands mis à contribution ne suffisent pas. Des officiers dépêchés à Choisel (c'est le nom de lieu précis où se trouve le Camp de Châteaubriant) se font remettre le registre des internés, ce qui leur permet d'établir une liste de 200 noms. En fait, Hitler qui a eu connaissance de l'attentat communique ses directives à Stülpnagel par Keitel et Warlimont interposés : Il faut exécuter immédiatement de 100 à 150 otages. Stülpnagel applique la directive avec une première vague de 48 exécutions, 27 à Châteaubriant, 17 à Nantes et 4 à Paris. Les services du ministre de l'intérieur Pierre Pucheu avait communiqué une liste de 61 noms du Camp de Châteaubriant, supposés communistes, afin d'épargner « de bons français ». Dans cette liste se trouveront 17 des 27 fusillés du Camp de Choisel, car Stülpnagel avait scrupuleusement appliqué les règles que lui-même avait fixées Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre, Le sang des communistes, Fayard, 2004, p. 67-85. Le , Hitler renonce à la seconde vague de 50 otages. Entre temps, le premier ministre Darlan avait déclaré qu'il ferait tout pour découvrir les coupables. Pétain et ses ministres avaient demandé un acte de grâce au führer. Stülpnagel avait également fait valoir aux yeux d'Hitler la parfaite loyauté de Jacques Benoist-Méchin, secrétaire d'État à la présidence du conseil et de Pucheu Jean-Marc Berlière et Franck Liaigre, p. 87-88.

Liste des fusillés

Evocation dans la littérature

Un poème de René-Guy Cadou, intitulé
Les fusillés de Châteaubriant'', évoque les derniers moments des exécutés : :::Ils sont appuyés contre le ciel :::Ils sont une trentaine appuyés contre le ciel :::Avec toute la vie derrière eux :::Ils sont pleins d'étonnement pour leur épaule :::Qui est un monument d'amour :::Ils n'ont pas de recommandations à se faire :::Parce qu'ils ne se quitteront jamais plus :::::: :::Ils sont exacts au rendez-vous :::Ils sont même en avance sur les autres :::Pourtant ils disent qu'ils ne sont pas des apôtres :::Et que tout est simple :::Et que la mort surtout est une chose simple :::Puisque toute liberté se survit.

Notes et références

Autres sources

-
- ==
Sujets connexes
Adolf Hitler   Albert Ouzoulias   Amilly   Angers   Athis-Mons   Aubervilliers   Bataillons de la Jeunesse   Bondy   Bordeaux   Brigades internationales   Camp de Châteaubriant   Cathédrale Saint-Pierre de Nantes   Charles Michels   Châteaubriant   Concarneau   Confédération générale du travail   Cours des 50-Otages   Digoin   Décembre 1941   Finistère   François Darlan   Gennevilliers   Gilbert Brustlein   Guy Môquet   Indre (Loire-Atlantique)   Ivry-sur-Seine   Jacques Benoist-Méchin   Jean-Marc Berlière   Jean-Pierre Timbaud   Jean Grandel   Jean Poulmarc'h   Jules Dumont   Karl Hotz   L'Œuvre (journal)   Marc Bourhis   Marcel Bourdarias   Mont Valérien   Montargis   Montreuil   Nantes   Novembre 1941   Otto Abetz   Otto von Stülpnagel   Pacte Molotov-Ribbentrop   Paris   Philippe Pétain   Pierre Georges   Pierre Guéguin   Pierre Pucheu   René-Guy Cadou   Résistance intérieure française   Saint-Herblain   Saint-Nazaire   Sections spéciales en France pendant la Seconde Guerre mondiale   Seine (département)   Société nationale des chemins de fer français   Spartaco Guisco   Terrorisme   Thouars   Troisième Reich   Trotskisme   Trégunc   Vitry-sur-Seine   Walter Warlimont   Wehrmacht   Wilhelm Keitel  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^