Philaé

Infos
Philaé (également écrit PhilæSur un dessin de David Roberts Philæ, Grand portico, 1838 ainsi que dans le titre du roman de Pierre Loti, La mort de Philæ) est une ville antique du premier nome de Haute-Égypte. Philaé est surtout connu pour le temple d'Isis que renferme cette petite île près d'Assouan. Construit tardivement, il est aussi l'un des mieux conservé d'Égypte. Philaé, grâce au (plus) célèbre temple d'Isis, possédait à u
Philaé

Philaé (également écrit PhilæSur un dessin de David Roberts Philæ, Grand portico, 1838 ainsi que dans le titre du roman de Pierre Loti, La mort de Philæ) est une ville antique du premier nome de Haute-Égypte. Philaé est surtout connu pour le temple d'Isis que renferme cette petite île près d'Assouan. Construit tardivement, il est aussi l'un des mieux conservé d'Égypte. Philaé, grâce au (plus) célèbre temple d'Isis, possédait à une époque énormément de terres. Les édifices actuels (temple d'Isis, kiosque et porte d'Hadrien, temple de Maât-Hathor, mammisi, portique…) remontent au crépuscule de la civilisation égyptienne, étant commencés par les derniers pharaons autochtones (Nectanébo ) et terminés par les empereurs romains, malgré les petites touches coptes. Philaé était fréquentée jusqu'au par les Blemmyes, peuple de la lointaine Nubie. Vers 550, l'empereur Justinien interdit le culte d'Isis au temple de Philaé, qui sera transformé en église.

Histoire

Temple de Philaé vu du Nil, en 1899 De nos jours... Les monuments de Philaé sont relativement tardifs, les premiers datent des derniers pharaons au et les derniers de l’époque romaine, en passant par les Ptolémées. Le temple principal est consacré à la déesse Isis. Il est difficile de déterminer quand débuta le culte d'Isis sur l’île de Philaé. La déesse Hathor était elle aussi vénérée sur l’île. Maîtresse de la Nubie, c’est sous la forme de la lionne Tefnout venant du sud brûlant qu’elle se serait reposée là pour la première fois, en terre égyptienne. Sur l’île voisine de Bigeh se trouvait le tombeau d’Osiris. Le plus ancien édifice connu remonte au règne de Nectanébo I. De nombreux pèlerins venaient au temple d’Isis durant les périodes ptolémaïques et romaines. En dehors de l’Égypte, le culte d'Isis était très populaire parmi les peuplades du Nord Soudan : la déesse était vénérée par les tribus nubiennes des Nobades et des Blemmyes qui, au début du , harcelaient dans la vallée la frontière sud de l’empire romain d’Orient. Malgré ces luttes, l’île de Philaé demeurait un terrain de rencontre pacifique entre les deux camps opposés. Les prêtres de ces tribus pouvaient, dans son temple, adorer la déesse Isis. En 453, fut même conclu un traité autorisant les Blemmyes et les Nobades à emprunter pour un temps déterminé, et à emporter dans leur pays, la statue de la déesse. Le culte d'Isis fut, parmi les cultes rendus aux vieilles divinités pharaoniques, celui qui se maintint le plus longtemps dans l’Égypte chrétienne. C’est seulement sous le règne de l’empereur byzantin Justinien — qui s’occupa de manière active de la christianisation de la Nubie — que les temples furent fermés sur son ordre. Croix copte Le pape Théodose avait décrété, en 426 de notre ère, que la civilisation grecque était impie et avait donné l’ordre de détruire tous leurs temples. En Égypte, ils décidèrent de transformer les temples en églises ! Ainsi, à coté de la porte d’entrée du temple d'Isis, se trouvait un bas-relief représentant Amon. La tête a été effacée et sculptée d’une croix copte à la place ! On trouve donc un personnage avec une croix copte en guise de tête surmontée des deux plumes d’Amon ! Le spectacle Son et Lumières de Philaé écrit par André Castelot permet de revivre sous la nuit étoilée, les mystères d'Isis ainsi que les dernières grandes heures de l’Égypte pharaonique.

Le sauvetage de Philaé

Plan de l'île de Philaé Après la construction par les Britanniques, en 1894, du premier barrage d’Assouan, les temples de Philaé furent en partie immergés par le Nil dix mois sur douze au grand regret de Pierre Loti : La mort de Philæ de Pierre Loti ; p. 228.. Pendant soixante-dix ans donc, la visite du temple de Philaé en barque était un spectacle où le pittoresque s’alliait à la beauté : La mort de Philæ de Pierre Loti ; p. 223.. En 1979, on commença à construire le second barrage, un travail représentant une masse de quarante-trois millions de mètres cubes de matériaux, projet constituant une menace pour Philaé. Il prévoyait, en effet, entre les deux barrages, l’établissement d’un bief. Or, Philaé se trouverait dans la nappe ainsi créée, entre l’ancienne construction en aval, et la nouvelle en amont. Certes, dans ce lac de retenue, le niveau serait inférieur à celui qu’il devait atteindre derrière la nouvelle digue, et inférieur même à la hauteur maxima actuelle. On aurait une sorte de palier. La masse d’eau incluse n’atteindrait le pylône principal du temple d'Isis qu’à la moitié de sa hauteur environ. Ce n’était pas un progrès. Ainsi l’île ne serait jamais plus découverte complètement au cours d’une partie de l’année. Elle n’aurait plus de saison sèche ! D’autre part — et là résidait le péril de mort — la masse d’eau devait subir des oscillations quotidiennes d’une amplitude de six mètres. Il en résulterait un mouvement de bas en haut et de haut en bas qui finirait par limer les murs qui s’aminciraient jusqu’à l’écroulement. Alors se posait toujours la lancinante question : comment sauver Philaé ? Une solution finit par s’imposer : démonter le temple et le transporter sur l’îlot Aguilkya, trois cents mètres en aval, que les eaux du Nil ne recouvrent jamais. La gigantesque opération fut menée sous les auspices du ministère de la Culture égyptien, des services d’archéologie du Caire ainsi que de l’Unesco, Mme Christiane Desroches Noblecourt étant la cheville ouvrière de tous les sauvetages. En premier lieu, il a fallu construire autour de Philaé deux parois métalliques de 17 mètres de haut et distantes de 12 mètres constituées de 850 rideaux d’acier pesant 1276 tonnes qui, une fois remplies de mètres cubes de sable, formeraient une protection efficace contre la pression de l’eau environnante. Ensuite l’eau qui se trouvait à l’intérieur de l’enceinte a été pompée et rejetée dans le lac. L’île asséchée, la vase enlevée, commença l’enregistrement. Le moyen consiste à employer des paires d’appareils photographiques de très haute précision afin de donner des photographies stéréoscopiques (tridimensionnelles) de chaque monument que l’on peut ensuite reproduire à l’aide d’un appareil particulier à la photogrammétrie, permettant de tracer une ligne continue de toutes les constructions sur la surface du monument ; le dessin de contour résultant de cette opération est alors tellement précis qu’il donne l’indice de guide nécessaire pour la reconstruction du monument dans son aspect primitif. Le cadastre photogrammétrique du temple de Philaé fut effectué par l’IGN qui a exécuté approximativement six cents enregistrements photogrammétriques représentant environ 95% de toutes les surfaces des temples. Les temples ont ensuite été découpés en blocs et extraits du site à l’aide de barges qui ont emmené les morceaux pour les mettre à l’abri, le temps de les reconstruire sur leur nouveau site d’accueil : l’île d’Aguilkia, 300 mètres plus au nord. L’île a été arasée de 30 mètres et remodelée afin de lui donner l’aspect de l’île de Philaé originale, celle d’un oiseau nageant sur le Nil. Le transport des temples commença le et s’acheva deux années plus tard. Le gouvernement égyptien, qui avait déjà contribué pour plus de moitié aux frais nécessaires pour sauver les deux temples d’Abou Simbel, envisagea la question de fournir les montants requis. Vingt-trois états ont cotisé à la caisse de l’Unesco ; à ces subsides sont venus s’ajouter les revenus des expositions des trésors égyptiens qui ont sillonné le monde. Le total de toutes ces participations a atteint un montant de plus de 15 millions de dollars.

Photos

Image:Egypt_Philae2.jpg|Temple d'Isis à Philaé la nuit. Image:Temple de Philae.jpg|Temple d'Isis à Philaé Image:Egypt_Philae4.jpg|Petit kiosque sur l'île de Philaé. Image:PavillonTrajan3.jpg|Kiosque de Trajan, temple de Philaé, Assouan. Image:Philae, Trajan's Kiosk, Aswan, Egypt, Oct 2004.jpg|Autre vue du kiosque de Trajan Image:GD-EG-Philae035.JPG|Vue rapprochée du kiosque de Trajan

Notes

Catégorie:Index égyptologique Catégorie:Temple égyptien Catégorie:Patrimoine mondial en Égypte Catégorie:Ville d'Égypte antique Catégorie:Site égyptologique Catégorie:Île d'Égypte Catégorie:Île fluviale Catégorie:Île inhabitée ar:فيلة ca:Philae de:Philae (Ägypten) en:Philae es:File (Egipto) it:Philae ja:フィラエ神殿 nl:Philae oc:Filae pl:File pt:Filae sv:Philae zh:菲萊神殿
Sujets connexes
Abou Simbel   Amon   André Castelot   Assouan   Blemmyes   Christiane Desroches Noblecourt   David Roberts   Dynastie des Ptolémées   Hadrien   Hathor   Haute-Égypte   Institut géographique national (France)   Isis   Justinien   Mammisi   Maât   Nome (Égypte antique)   Nubie   Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture   Osiris   Photogrammétrie   Pierre Loti   Royaume-Uni   Soudan   Stéréoscopie   Tefnout   Théodose II  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^