Guillaume III d'Angleterre

Infos
Guillaume III d'Angleterre Guillaume III, Prince d'Orange (° 14 novembre 1650 - † 8 mars 1702), aussi connu comme le roi Guillaume III d'Angleterre, Guillaume II d'Écosse et d'Irlande.
Guillaume III d'Angleterre

Guillaume III d'Angleterre Guillaume III, Prince d'Orange (° 14 novembre 1650 - † 8 mars 1702), aussi connu comme le roi Guillaume III d'Angleterre, Guillaume II d'Écosse et d'Irlande.

Enfance

Né à La Haye (Pays-Bas), huit jours après le décès de son père des suites de la variole. Sa mère, Marie Henriette Stuart est la fille aînée de Charles Ier d'Angleterre. À partir de 1685, le roi d'Angleterre, Jacques II s'oppose au parlement et veut rétablir la monarchie absolue. Le parlement demande alors l'intervention de Guillaume, protestant, gendre de Jacques II. Vaincu, ce dernier s'enfuit en France et se réfugie auprès de Louis XIV.

Famille

Fils de Guillaume II d'Orange-Nassau et de Marie Henriette Stuart.

Troisième guerre anglo-néerlandaise

Le 28 juin 1672, il est nommé au poste de stathouder des Pays-Bas et capitaine général des forces s'opposant à l'invasion par la France dans le cadre de la Guerre de Hollande et de la Troisième Guerre anglo-néerlandaise. À la tête de la coalition dirigée par les Provinces-Unies, Guillaume accourt de Hollande aux premiers bruits du siège de Saint-Omer. Ses troupes rencontrent l'armée française dirigée par Philippe d'Orléans (le frère de Louis XIV) près de Cassel, à Noordpeene. L'armée néerlandaise est défaite le dimanche 11 avril 1677 au cours de la bataille de la Peene. Saint-Omer tombe quelques jours plus tard. Il réussit à obtenir la paix en 1678 avec les traités de Nimègue. Il s'efforce de susciter une alliance anti-française, la ligue d'Augsbourg. L'évènement le plus important pour parvenir à ce résultat a lieu l'année précédente. Après la fin du Commonwealth d'Angleterre (puritain) et la restauration, Charles II arrange le mariage de Marie, la fille de son frère cadet le duc d'York à son cousin Guillaume d'Orange en 1677. Quand Charles II décède sans enfant légitime, la couronne passe au duc, désormais Jacques II. Il est notoire que Jacques est catholique, et sa femme également, vraisemblablement. L'anti-papisme est à son maximum, et les membres des religions dissidentes (les diverses églises protestantes y compris les presbytériens, les indépendants (de nos jours baptistes, et les quakers), sont parmi ceux qui se rebellent contre une conversion éventuelle au catholicisme. Cependant Jacques II est toléré en raison du protestantisme de son héritière Marie et de son épouse.

Coup d'État en douceur

La crise survient quand le quadragénaire Jacques a un fils James Francis Edward Stuart, ce qui repousse ainsi Marie dans la ligne de succession, et risque d'installer une dynastie catholique en Angleterre. Une conspiration puissante de notables, les sept immortels, invite Guillaume et Marie à déposer Jacques. Le parlement commence à prendre des mesures pour lever une force militaire. La guerre éclate entre la ligue d'Augsbourg et la France, et pour s'adjoindre l'Angleterre, le couple débarque à Brixham dans le Devon le 5 novembre 1688, et réussit à capturer Jacques dans le Kent. Ce coup sans effusion de sang, contrairement au passé violent de la guerre civile et la Guerre des Deux-Roses, est nommé la Glorieuse Révolution. Jacques II, son épouse et leur fils se réfugient en France.

Co-Règne

L'intention du Parlement est de donner le trône à Marie, mais elle décline l'offre. Elle est non seulement nerveuse à l'idée de gouverner seule, mais Guillaume est inquiet de son statut. Le 13 février 1689, leur co-règne est rendu officiel. Guillaume devient Guillaume III d'Angleterre et Marie, Marie II d'Angleterre. En échange, la déclaration des droits est adopté ainsi que l'acte d’accord de 1701. L'effet de ces deux mesures est de rendre au Parlement le pouvoir suprême en Angleterre (et peu après dans le Royaume-Uni), et de faire du protestantisme un facteur plus important que le lien du sang pour la transmission du trône. Guillaume et Marie sont couronnés le 11 avril 1689. En pratique, lors de la première partie de leur règne, Marie agit comme une administratrice et Guillaume comme commandant d’opérations. Leurs trois enfants, nés dans les premières années de leur union, avant leur accession au trône, sont tous morts à la naissance. Pendant leur règne et celui d'Anne, la présence de Jacques II sur le continent jette des doutes et unit les dissidents. Jacques II tente d'exploiter ce mécontentement, comme le feront ses descendants, son fils Jacques Édouard Stuart, ultérieurement connu comme le vieux prétendant, et son petit-fils, Charles Édouard Stuart, comme le jeune prétendant ou « Bonnie Prince Charlie ». En 1690, Guillaume commande à la bataille de la Boyne qui fait cesser la rébellion irlandaise de Jacques II, et le maintient hors des Îles britanniques. Plus tard Guillaume guerroie contre les Français en Flandre, nommant des Hollandais pour commander, sans grand succès sur le terrain, l'armée et la marine britanniques au déplaisir des officiers. Il fait aussi venir des troupes des Pays-Bas pour garder Londres. Guillaume a plusieurs favoris mâles, notamment un bailli de Rotterdam : bailiff Van Zuylen van Nijveld. Il attribue des titres de noblesse anglaise à deux de ces amants supposés qui le servent loyalement comme courtiers : Hans Willem Bentinck, qui devient comte de Portland, et Arnold Joost van Keppel comte d'Albemarle.

Paix de Rijswijk

Marie meurt de la variole en 1694. Guillaume poursuit son règne. En 1697, il obtient la fin de la guerre dans des conditions favorables avec la paix de Rijswijk. Utilisant sans scrupule les ressources britanniques pour favoriser son pays natal, il devient progressivement impopulaire.

Mort et succession

En 1702 il meurt des suites d'une chute de cheval. Suivant les lois adoptées lors de son règne, les trônes du Royaume-Uni sont transmis à la sœur de Marie. Les Pays-Bas passent sous le contrôle de Jean Guillaume Friso. Les relations si proches entre les deux pays prennent de la distance.

Résultat

L'alliance créée a comme conséquences de restreindre les ambitions de la France, alors que celle-ci est en position d'imposer sa volonté à une grande partie de l'Europe. Une autre conséquence, d'ordre juridique et religieux, est que l'opposition entre les communautés demeure toujours très vive, notamment dans la partie nord de l'Irlande. Guillaume III d'Angleterre est issue de la lignée d'Orange-Nassau (seconde branche) qui a pour ascendants la lignée de Nassau-Dillenbourg. Cette seconde branche est issue de la première branche de la Maison de Nassau. La lignée d'Orange-Nassau appartint à la tige Ottonienne qui donna des stathouders, des rois aux Pays-Bas. Cette lignée d'Orange-Nassau s'éteignit avec Guillaume III d'Angleterre (1702). ==
Sujets connexes
Angleterre   Anne Ire de Grande-Bretagne   Baptiste   Bataille de la Boyne   Bataille de la Peene   Bonnie Prince Charlie   Catholicisme   Charles II d'Angleterre   Charles Ier d'Angleterre   Comté de Zélande   Duché de Gueldre   Favori   France   Frédéric Ier de Prusse   Glorieuse Révolution   Guerre de Hollande   Guerre des Deux-Roses   Guillaume II d'Orange-Nassau   Histoire de l'Angleterre   Histoire des Provinces-Unies   Hollande   Irlande   Jacques II d'Angleterre   Jean Guillaume Friso d'Orange   Johan de Witt   La Haye   Ligue d'Augsbourg   Liste des souverains anglais   Louis XIV de France   Maison de Nassau   Marie II d'Angleterre   Nimègue   Noordpeene   Parlement   Pays-Bas   Philippe de France (1640-1701)   Principauté d'Orange   Protestantisme   Royaume-Uni   Stathouder   Troisième Guerre anglo-néerlandaise   Utrecht (province)   Variole  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^