Peuple fédéré

Infos
Les peuples fédérés (en latin fœderati) sont pour l'Empire romain des groupes de population ayant passé un traité d'alliance ou de soumission (fœdus) avec l'Empire. Une fois fédéré de Rome, les peuples entrés dans l'Empire sont sommés de cesser leurs exactions en échange de la paix ; il s'agit donc de diplomatie dans le monde antique tardif. Associé à l'intégration des troupes auxiliaires dans l'armée, ce dispositif fonc
Peuple fédéré

Les peuples fédérés (en latin fœderati) sont pour l'Empire romain des groupes de population ayant passé un traité d'alliance ou de soumission (fœdus) avec l'Empire. Une fois fédéré de Rome, les peuples entrés dans l'Empire sont sommés de cesser leurs exactions en échange de la paix ; il s'agit donc de diplomatie dans le monde antique tardif. Associé à l'intégration des troupes auxiliaires dans l'armée, ce dispositif fonctionne pour l'Empire les et . Il se délite au lorsque les peuples germaniques se sédentarisent au cœur même des provinces, commençant à régner (et bientôt, légiférer) sans en rapporter à la structure de pouvoir impériale du reste, elle disparaît à Ravenne sur le plan concret en 455 dans le contexte de chaos dans laquelle la péninsule italique est plongée.. En quelque sorte, dès lors que l'Empire ne peut plus assurer la paix armée par ses propres moyens en plus du passage d'un foedus, son pouvoir cesse sur ses provinces.

Les fédérés au IIIe siècle

Les premiers groupes de fédérés apparaissent à la fin du et au , quand Rome impose, lorsqu'elle est victorieuse, la fourniture de contingents de troupes auxiliaires. Rapidement, Rome accepte l'installation de petits groupes (d'abord des captifs, puis des colons libres) sur des terres cultivables abandonnées ; en contrepartie, les fédérés ainsi installés participent à la défense statique du limes et aux actions militaires romaines comme troupes auxiliaires. Les peuples fédérés provenaient essentiellement des zones européennes limitrophes de l'Empire romain :
- Francs, Saxons et Alamans, ayant traversé le Rhin.
- Goths, Sarmates, Vandales, Alains, Taïfales, Gètes, etc, par delà le Danube

Les fédérés au IVe siècle

Au début du , la fixation de nombreux fédérés francs autour de Cologne et au nord de l'actuelle Belgique en territoire romain, comme colons et comme auxiliaires diminua la pression sur la zone rhénane. Un fœdus en 332 avec les Goths assura la paix sur la frontière du Danube pendant une génération, période qui vit leur conversion au christianisme arien Mais la pression de l'empire hunnique sur les Goths bouleversa ce fragile équilibre et provoque en 376 l’installation massive des Wisigoths dans l'Empire romain, aux bouches du Danube . Après leur révolte en 378, de nouveaux fœdi en 382 puis en 392 leur accordent des territoires en Mésie. Nombreux et puissants, les Wisigoths vont se déplacer au sein de l’Empire, épuisant une province après l’autre : Balkans et Grèce en 395, fœdus leur donnant l’Epire en 395, pénétration en Italie en 401, en Gaule en 412, où finalement ils s'installent. Certains fédérés intégrés dans l'armée romaine et, remarqués par les empereurs romains, y firent de brillantes ascensions parvenant à de hauts grades : les francs Arbogast et Bauto, le demi vandale Stilicon, les goths Gaïnas et Alaric.

Les fédérés au Ve siècle

Les traités que passe l'Empire romain d'Occident après les grandes invasions ne sont plus que des trêves qui concèdent des territoires déjà perdus. Et cette fois, l’Empire d'Occident cède des provinces entières, s’amputant peu à peu de ses ressources vitales : Pannonie aux Sarmates puis aux Huns, Aquitaine seconde aux Wisigoths en 418, Galécie aux Suèves vers 410, Numidie (435) puis toute l’Afrique romaine (442) aux Vandales. Quelques groupes moins nombreux obtiennent du patrice Aetius un statut de fédérés avec un contrôle romain mieux assuré, comme des groupes d'Alains autour d’Orléans et de Valence (Drôme) et les Burgondes en Sapaudie. Enfin des fédérés francs comme Childéric Ier continuent à combattre aux côtés des Romains jusqu'aux dernières années de l'Empire d'Occident. Comme au siècle précédent, des officiers fédérés parviennent à de hautes dignités, avec le rang de patrice dans le réduit romain d’Italie : le suève Ricimer, le burgonde Gondebaud, le skire Odoacre. Les alains Aspar en Orient et Goar en Gaule servent aussi les autorités romaines. L'Empire romain d'Orient parviendra à survivre, en remplaçant les forces armées fédérés, essentiellement wisigothes, massacrées ou expulsées, par le recrutement de populations autochtones de l'Empire, comme les montagnards Isauriens. Le recours aux auxilaires étrangers continua néanmoins, avec des contingents huns ou lombards.

Voir aussi

Notes

Sources

- Lucien Musset, Les invasions, les vagues germaniques, PUF, collection Nouvelle Clio – l’histoire et ses problèmes, Paris, 1965, 2e édition 1969. ===
Sujets connexes
Aetius   Afrique romaine   Alains   Alamans   Alaric Ier   Antiquité tardive   Aquitaine seconde   Arbogast (général romain)   Arianisme   Aspar   Bauto   Burgondes   Childéric Ier   Cologne   Droit romano-germanique   Empire hunnique   Empire romain   Francs   Fédérés francs   Gaïnas   Goar   Gondebaud   Goths   Grandes invasions   Huns   Isaurie   Limes   Lètes   Mésie   Numidie   Odoacre   Orléans   Paix armée   Pannonie   Patrice (titre)   Peuple fédéré   Peuples germaniques   Postliminium   Presses universitaires de France   Ravenne   Ricimer   Royaume wisigoth   Sapaudie   Sarmates   Saxons   Stilicon   Tarraconaise   Troupes auxiliaires   Valence (Drôme)   Vandales   Wisigoths  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^