Karl Philipp de Schwarzenberg

Infos
Karl Philipp de Schwarzenberg Karl Philipp Fürst zu Schwarzenberg ou le prince Charles Philip de Schwarzenberg, né le 18 avril 1771, Vienne et mort le 15 octobre 1820 à Leipzig, est un ministre d'État et de conférence, feld-maréchal autrichien et président du conseil suprême de la guerre, chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit et de la Toison d'Or. Il fait ses premières armes dans la guerre contre les Turcs en 1789 où il se signale par sa bravoure. Les
Karl Philipp de Schwarzenberg

Karl Philipp de Schwarzenberg Karl Philipp Fürst zu Schwarzenberg ou le prince Charles Philip de Schwarzenberg, né le 18 avril 1771, Vienne et mort le 15 octobre 1820 à Leipzig, est un ministre d'État et de conférence, feld-maréchal autrichien et président du conseil suprême de la guerre, chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit et de la Toison d'Or. Il fait ses premières armes dans la guerre contre les Turcs en 1789 où il se signale par sa bravoure. Les grandes guerres qui éclatent entre l’Autriche et la France, à la suite de la Révolution française, commencent sa haute réputation militaire.

Guerres de la Révolution française

Aide-de-camp du général Clairfait, il se distingue sous ses ordres en plusieurs rencontres, notamment à l’affaire de Quiévrain, le 1 mai 1792. Dans la campagne de 1793, il commande une partie de l’avant-garde du prince de Cobourg, et se signale de nouveau près de Valenciennes, à Oisy, à Estreux-lès-Landrecies ; il contribue dans celle de 1794 à repousser les attaques faites sur le Cateau-Cambrésis ; dans celle de 1795, il reçoit l’ordre militaire de Marie-Thérèse pour la bravoure dont il fit preuve dans l’affaire qui eut lieu entre Bouchain et Cambrai, le 27 avril 1795. Il est nommé en 1796 colonel, commandant le régiment des cuirassiers de Zerschwitz, remporte des avantages signalés à Wurtzbourg, puis est promu au grade de général-major. En 1799, il est créé feld-maréchal-lieutenant et obtint le commandement d’un régiment de uhlans qui, depuis cette époque, doit toujours porter son nom ; l’année suivante, après la bataille de Hohenlinden, une manœuvre hardie sauve son corps d’armée menacé d’être fait prisonnier.

Guerres napoléoniennes

Lors de la reprise des hostilités avec la France en 1805, le feld-maréchal de Schwarzenberg est chargé du commandement de l’aile droite de l’armée autrichienne devant Ulm. Le général Mack ayant capitulé, Schwarzenberg se fraie un passage à travers les lignes françaises, en compagnie de l’archiduc Ferdinand. Monument Schwarzenberg Schwarzenbergplatz, Vienne Il fait preuve de son intrépidité ordinaire à la bataille d’Austerlitz, qui est livrée, malgré son opposition, avant l’arrivée du corps de Bennigsen et de l’archiduc Charles. Ambassadeur à la cour de Russie en 1808, il quitte Saint-Pétersbourg en 1809 pour reprendre sa place dans l’armée et combat à Wagram, d’où il se retira à la tête de l’arrière-garde. La paix ayant été conclue, il remplit les fonctions d’ambassadeur auprès de Napoléon I, et conduit les négociations relatives au mariage de l’Empereur avec l’archiduchesse Marie-Louise. En 1812, dans la grande expédition de la France contre la Russie, le prince Schwarzenberg reçoit le commandement du corps de 30 000 hommes mis par l’Autriche à la disposition de Napoléon. Au mois d’août, Napoléon lui confie le commandement de sa droite et du septième corps, avec lequel il dirige plusieurs des opérations de cette campagne. Mais l’Autriche ayant tourné ses armes contre la France, il est mis à la tête de la grande armée formée en Bohême, assista aux batailles de Dresde, de Wachau et de Leipzig, puis entre en Suisse, opère sa jonction avec Blücher, et, nommé généralissime des armées alliées, concourt au combat de Brienne, s’empare de Troyes, et dirige les travaux de cette mémorable campagne qui finit par la reddition de Paris. Le retour de Napoléon de l’île d’Elbe ayant de nouveau armé la coalition, le feld-maréchal Schwarzenberg est encore nommé commandant en chef des armées alliées du Haut-Rhin, et passe le Rhin le 22 juin ; mais déjà la bataille de Waterloo avait eu lieu. Comblé d’honneur et de distinctions par les souverains alliés et par son souverain qui l’autorisa à ajouter à son écusson les armes d’Autriche, il fut nommé président du conseil aulique de guerre, poste qu’il occupa jusqu’à l’époque de sa mort, arrivée le 15 octobre 1820. Il avait épousé, en 1799, la comtesse de Hohenfeld, veuve du prince d'Esterhazy. Il a laissé trois fils.

Source

Schwarzenberg, Karl Philipp Schwarzenberg, Karl Philipp Schwarzenberg, Karl Philipp Schwarzenberg, Karl Philipp Catégorie:Schwarzenberg da:Karl Philipp Fürst zu Schwarzenberg de:Karl Philipp zu Schwarzenberg en:Karl Philipp, Prince of Schwarzenberg es:Carlos Felipe de Schwarzenberg hu:Karl Philipp zu Schwarzenberg it:Karl Philipp Schwarzenberg lmo:Schwartzenberg nl:Karl Philipp zu Schwarzenberg no:Karl Philipp Fürst zu Schwarzenberg pl:Karl Philipp Schwarzenberg ru:Шварценберг, Карл Филипп цу zh:卡尔·菲利普 (施瓦岑贝格亲王)
Sujets connexes
Autriche   Avant-garde (militaire)   Bataille d'Ulm   Bataille de Brienne   Bataille de Dresde   Bataille de Hohenlinden   Bataille de Leipzig   Bataille de Wagram   Bataille de Waterloo   Bohême   Bouchain   Cambrai   Charles Louis d'Autriche   Feld-maréchal   France   François Sébastien de Croix de Clerfayt   Frédéric Josias de Saxe-Cobourg-Saalfeld   Gebhard Leberecht von Blücher   Guerres de la Révolution française   Haut-Rhin   Karl Mack   Le Cateau-Cambrésis   Leipzig   Levin August von Bennigsen   Maison de Schwarzenberg   Marie-Louise d'Autriche   Ministre d'État   Napoléon Ier   Oisy   Ordre du Saint-Esprit   Ordre militaire de Marie-Thérèse   Rhin   Russie   Révolution française   Saint-Pétersbourg   Suisse   Troyes   Turc   Uhlan   Valenciennes   Vienne (Autriche)   Wurtzbourg  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^