Impôt de solidarité sur la fortune

Infos
L'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) est un impôt français payé par les personnes détenant un patrimoine net (défini selon les règles de la loi) supérieur à euros (seuil au 1 janvier 2007). L'ordre de grandeur de cet impôt est de 1 % (fourchette de 0, 55 % à 1, 80 %). La France est un des six pays où un impôt sur la fortune est appliqué. Le rendement de cet impôt a atteint 3, 960 milliards d'euros en 2006, mais il devrait s
Impôt de solidarité sur la fortune

L'impôt de solidarité sur la fortune (ISF) est un impôt français payé par les personnes détenant un patrimoine net (défini selon les règles de la loi) supérieur à euros (seuil au 1 janvier 2007). L'ordre de grandeur de cet impôt est de 1 % (fourchette de 0, 55 % à 1, 80 %). La France est un des six pays où un impôt sur la fortune est appliqué. Le rendement de cet impôt a atteint 3, 960 milliards d'euros en 2006, mais il devrait se situer aux alentours de 4, 4 milliards d'euros en 2007. Il touchera 518 000 foyers concernés en 2007, le nombre d'imposables ayant triplé en dix ans. http://www.lefigaro.fr/economie/20070721.FIG000000911_isf_foyers_concernes_cette_annee.html] Particularité de l'ISF : c'est un impôt déclaratif et auto-liquidé. Il appartient aux personnes concernées de faire elles-mêmes une estimation détaillée de la valeur de leurs biens au 1 janvier, de calculer le montant de l'impôt et d'envoyer leur déclaration, accompagnée du chèque, à la Direction générale des Impôts (DGI), et plus particulièrement au service des impôts des entreprises dont dépend leur domicile au 1 janvier, avant le 15 juin. Le fisc peut contrôler la déclaration et éventuellement effectuer un redressement pendant trois ans (dix ans en cas d'absence de déclaration ou d'omission d'un bien).

Histoire

Cet impôt a succédé à l'« impôt sur les grandes fortunes » (IGF) créé en 1982. Créé par la loi de finances pour 1989, il reprend les mécanismes et la philosophie de l'IGF, supprimé en 1987 : C'est un impôt progressif sur le capital qui concerne le patrimoine des personnes physiques (à l'exclusion de celui des personnes morales). À la différence d'autres impôts sur le patrimoine (dépourvus de caractère périodique), l'ISF est redevable chaque année civile (comme la taxe foncière par exemple), en fonction de la valeur du patrimoine des personnes concernées. Il a rapporté en 2006 3, 68 milliards €600 millions de plus qu'en 2005 et assure environ 1, 6 % des recettes fiscales de l'État. L'ISF s'ajoute aux autres impôts frappant la fortune : impôts sur les successions, droits de mutation, taxe foncière ...

Champ d'application

L'ISF concerne les personnes physiques qui possèdent un patrimoine dont la valeur nette est supérieure à un seuil fixé par la loi (soit en 2007 environ foyershttp://www.lefigaro.fr/economie/20070721.FIG000000911_isf_foyers_concernes_cette_annee.html, occasionnant une collecte record pour l'Étathttp://www.lefigaro.fr/impots/20070821.FIG000000049_isf_la_collecte_a_deja_atteint_milliards_a_la_fin_juin.html ). Ce seuil était de francs en 1999 et de euros en 2003. En 2007, il a été fixé à euros (étant précisé que depuis cette même année, il est prévu que les seuils des différentes tranches du barème sont augmentées chaque année pour tenir compte de l'érosion monétaire). Seule la fraction de la valeur du patrimoine dépassant ce seuil est imposée, afin d'éviter des changements de situation trop tranchés. L'assiette de l'ISF est constituée par la valeur nette au 1 janvier de l'année de l'ensemble des biens, droits, et valeurs appartenant aux personnes physiques susvisées Art. 885 E du Code général des impôts. Concernant la valorisation de la résidence principale, à la suite d'un jugement, la loi reconnaît toutefois une déduction de 20%, portée en juillet 2007 à 30 % pour tenir compte de la montée du prix de l'immobilier pouvant concerner des personnes dont le patrimoine est exclusivement constitué de la résidence principale (cf. infra). Le Conseil constitutionnel avait rendu en 1998http://www.conseil-constitutionnel.fr/decision/1998/98405/an98405.htm une décision mettant en évidence l'existence d'un lien nécessaire entre impôt et production de revenus par le bien taxé. Il n'en reste pas moins que la résidence principale reste taxable à l'ISF pour 70 % de sa valeur. Exemple : une personne possédant un patrimoine évalué à euros ne sera imposée que sur les euros dépassant le seuil des , soit euros par an. Pour un contribuable dont le patrimoine est proche du seuil d'assujettissement, il est conseillé de souscrire une déclaration en fournissant le cas échéant les justificatifs concernant l'exonération de certains biens du contribuable (cf. infra). Le calcul du patrimoine s'effectue, quant à lui, en fonction du foyer fiscal, sans considération du régime matrimonial. Il retient donc les éléments du patrimoine appartenant à l'ensemble des membres du foyer fiscal, soit dans le cas d'un couple tous les biens appartenant à l'un ou à l'autre des conjoints. C'est d'ailleurs pour cela que par disposition expresse du législateur les couples (y compris de même sexe) vivant en concubinage sont assimilés aux couples mariés pour le calcul du patrimoine Art. 885 E du CGI, idem pour les personnes ayant conclu un PACS. Toutefois, les époux mariés sous le régime de la séparation de biens et qui ne vivent pas sous le même toit font l'objet d'une imposition séparée. De plus, pour éviter des montages fiscaux trop aisés, la loi considère désormais les usufruitiers comme les véritables propriétaires. Des stratégies de donation temporaire et/ou cession d'usufruit sont ainsi préconisées aux contribuables ne souhaitant pas alourdir leur ISF. Les personnes redevables de l'ISF, qui ont leur domicile en France, sont redevables de l'ISF sur les éléments de leur patrimoine quelle que soit leur localisation, en France ou à l'étranger, sauf en cas d'application d'une convention fiscale. Pour les contribuables dont le domicile est à l'étranger ils ne sont redevables de l'ISF qu'à raison du patrimoine qu'ils détiennent en France, et sans y inclure les placements financiers (donc un "impot quasi immobilier" pour les non résidents fiscaux)..

Biens imposables

Les biens du foyer fiscal pris en compte (biens immobiliers, fonds de commerces, biens mobiliers, devises, etc.) excluent ceux expressément exonérés dans la liste présente dans le Code général des impôts. Afin d'éviter quelques abus (dons de nue-propriété avec conservation d'usufruit), c'est l'usufruitier qui compte dans sa fortune la valeur du bien. Il n'est donc pas possible d'échapper à l'ISF par un montage de ce genre. (On peut en revanche vendre devant notaire un usufruit viager ou de durée limitée, mais cela ne fait que remplacer un capital immobilier par un capital monétaire.)

Abattements

On applique un abattement de 20 % à la résidence principale, ainsi qu'à chaque bien immobilier dont un locataire fait sa résidence principale. Dans le second cas, le législateur tient compte en effet du fait que le loyer rapporté par ce bien sera lui-même taxé de toute façon. Cet abattement sera de 30 % à partir de 2008 (suite au vote de la Loi TEPA). Un bien en indivision est compté, par ailleurs, pour la part dont dispose chacun de ses propriétaires. La constitution d'une SCI peut selon les cas être avantageuse ou nonUne décote de 10 % à 20 % étant admise par l'administration fiscale en fonction de l'absence de liquidité des parts (difficulté de revente, clauses d'agrément...).. Une réduction de 150 € (en 2007) par enfant à charge est octroyée sur le montant final de l'impôt.

Biens exonérés (en 2004)

- biens professionnels (une entreprise dont on est aussi dirigeant par exemple), sous certaines conditions ;
- objets d'antiquité, d'art ou tout simplement de collection, parts de sociétés civiles propriétaires de tels objets ;
- droits de propriété littéraireExonération jusqu'à expiration du monopole d'exploitation (70 ans)., artistique ou industrielleSeul l'auteur est exonéré d'ISF. Ses héritiers ne le sont plus depuis 1998 ;
- bois, forêts ou participations dans des groupements forestiers (à concurrence des trois quarts de leur valeur) ;
- biens ruraux loués à long terme et participation dans des groupements fonciers agricoles ;
- bons anonymes, y compris ceux du Trésor ;
- valeurs de capitalisation des pensions de retraites ;
- rentes reçues en réparation de dommage corporel liés à un accident ou à une maladie.

Règles de détermination de la valeur nette taxable

La valeur des biens prise en compte est leur valeur nette, entendre valeur brute moins les dettes déductibles. Détermination de la valeur brute : dans le cadre de l'ISF, c'est le déclarant, donc le contribuable, qui évalue lui-même la valeur de ses biens. Le CGI a tout de même prévu des règles d'évaluation pour guider le déclarant, celles-ci varient en fonction de la nature des biens à déclarer.

Principales dispositions fiscales

- Les biens immobiliers doivent être évalués à leur valeur vénale au 1 janvier de l'année de la déclaration. Valeur vénale signifiant au prix du marché.
- La valeur du patrimoine immobilier est fondée sur une liste des prix au mètre carré constaté à Paris et dans les principales villes de province, sinon les barèmes des notaires peuvent être utilisés.
- La résidence principale entre dans la base de calcul avec une décote de 20 %30 % à compter de 2008. de la valeur de l'immeuble au 1 janvier de l'année de la déclaration.
- Une décote peut être appliquée sur les logements loués (20 à 40 %) selon divers critères (âge des occupants, montant du loyer, durée du bail).
- Les biens immobiliers détenus à l'étranger doivent être déclarés et entrent dans la base de calcul, sauf conventions fiscales (Danemark, Luxembourg, Égypte, Argentine, Finlande, Pays-Bas, République tchèque).
- En cas de donation de bien immobilier, la valeur entière (nue-propriété et usufruit) du bien doit être déclarée par l'usufruitier.
- Les biens mobiliers doivent être évalués au prix du marché du dernier jour de l'année qui précède la déclaration
- La valeur des portefeuilles de valeurs mobilières françaises ou étrangères cotées, est fondée sur une liste officielle des cours moyens des trente dernières séances de l'année, ou du dernier jour de l'année, au choix du contribuable et ceci, valeur par valeur.
- La valeur des Sicav, FCP et Scpi est fondée sur leur dernière valeur liquidative connue.
- Les plans d'épargne salariale entrent dans la base fiscale avec une décote possible.
- La valeur des contrats d'assurance-vie et bons de capitalisation entrent dans la base de calcul pour le montant de leur valeur de rachat.
- Le mobilier entre dans la base de calcul, sous la forme d'une estimation forfaitaire qui ne peut dépasser 5 % du patrimoine imposable.
- Les œuvres, objets d'art et antiquités centenaires sont exonérés et n'entrent pas dans la base de calcul.
- Les biens professionnels n'entrent pas, en principe, dans la base de calcul.
- À supposer qu'ils ne soient pas regardés comme des biens professionnels (intégralement exonérés), les bois et forêts sont, sous certaines conditions, exonérés pour les trois quarts de leur valeur. Le déclarant peut, en outre, déduire un certain nombre de dettes dites déductibles. Il s'agit principalement:
- des découverts bancaires
- du capital restant dû (au 1 janvier de l'année d'imposition) au titre des emprunts souscrits auprès d'établissements de crédits, étant précisé que le montant des dettes afférentes à un emprunt souscrit dans le but d'acquérir un bien exonéré ne peut être imputé directement sur la valeur du patrimoine taxable (dans cette hypothèse, seul l'excédent éventuel du capital restant dû sur la valeur du bien exonéré peut diminuer la base d'imposition)
- des impôts dont le fait générateur s'est produit (au plus tard) au 1 janvier de l'année d'imposition et qui n'ont pas été acquitté à cette date (IR, taxe d'habitation, taxes foncières), y compris la cotisation d'ISF elle-même
- des autres dettes certaines mais non acquittées au 1 janvier de l'année d'imposition (charges immobilières, factures et honoraires, chèques non encore débités, dépôts de garantie reçus des locataires, pensions alimentaires échues mais non acquittés, etc.)
- du montant, après application d'un coefficient de revalorisation, de certaines indemnités pour dommage corporel.
- Le total formé par le montant de l'ISF dû au titre d'une année et les impôts dus en France et à l'étranger à raison des revenus de l'année précédente ne doit pas excéder 85 % des revenus du foyer (sans distinguer selon que les revenus sont imposables ou exonérés). Voir la règle du plafonnement ci-dessous.
- L'ISF, une fois payé, peut être intégré dans le calcul du bouclier fiscal qui limite à 60 %50 % à partir de 2008 de ses revenus l'imposition maximale d'un contribuable (ce mécanisme s'ajoutant à celui du plafonnement, mais utilisant une base de calcul différente).

Calcul de l'impôt

L'impôt brut est calculé en fonction d'un barème suivant la valeur nette taxable (VNT). L'impôt est basé sur la déclaration de patrimoine de tous ceux qui ont une fortune patrimoniale estimée au-dessus de euros.

Barème 2007 de l'ISF

Fractions de la valeur nette taxable du patrimoine. Ensuite, il faut déduire les réductions d'impôt dues aux charges familiales qui sont de 150 euros par enfant mineur à charge, enfant handicapé quel que soit l'âge, personnes invalides vivant sous le même toit. Le calcul de l'impôt répond donc à cette formule: (n% de VNT) - charges familiales = impôts net à payer

Le plafonnement de l'ISF

Un plafonnement a été mis en place (ultérieurement à son instauration) pour que le total d'imposition formé par l'ISF et l'IRPP n'excède pas 85 % du revenu de l'année précédente du contribuable. L'ISF est ainsi réduit de la différence entre :
- d'une part, le total de cet impôt et des impôts dus en France et à l'étranger au titre des revenus et produits de l'année précédente ;
- d'autre part, 85 % du total des revenus nets de frais professionnels de l'année précédente après déduction des seuls déficits catégoriels dont l'imputation est autorisée, ainsi que des revenus exonérés d'impôt sur le revenu réalisés au cours de la même année en France ou hors de France et des produits soumis à un prélèvement libératoire. Cette réduction est limitée à 11 325 € ou à 50 % de l'ISF (règle du "déplafonnement du plafonnement"). Seuls les redevables qui ont leur domicile fiscal en France au 1 janvier peuvent bénéficier du plafonnement.

Tableau des recettes fiscales

(
- : prévisions) L'ISF représente environ 1 % des recettes fiscales de l'État en 2006. Il concerne à peine 2 % des contribuables, mais avec une progression d'une nombre d'assujettis très rapide (le patrimoine moyen d'un ménage français était en 2004 de 165 000 euros, 20 Minutes). Le montant de ce que rapporte chaque année cet impôt permet de se faire une première idée de la distribution visible des patrimoines, ou en tout cas de la partie qui en est taxée. Une étude plus précise de ces recettes montre une contribution très importante des assujettis au titre de la première tranche d'une part, et de ceux imposés dans la dernière tranche, d'autre part. Ces deux catégories représentent chacune environ 40 % des recettes de l'ISF. En 2005, d'après le Syndicat national unifié des impôts, 86 % des redevables de l'ISF se situent dans les deux premières tranches du barème et ont acquitté un impôt de 1100 € en moyenne.

À l'étranger

Les controverses sur la pertinence de l'ISF

Critiques de l'ISF

L'ISF est fréquemment qualifié d'« impôt idéologique » par ses détracteurs et parfois rebaptisé « Incitation à Sortir de France », Les Echos. Il rencontre les oppositions suivantes :

Sur le fond

- Les déclarations de patrimoine seraient contraignantes, voire attentatoires à la vie privée selon l'ancien ministre Michel Poniatowski, qui estimait anticonstitutionnelle une exigence de déclaration de toutes les résidences d'un particulier. En effet, le déclarant est contraint de préciser et d'évaluer, avec un certain détail, l'intégralité de ses biens. (bijoux, mobilier, garde robe, etc.)
- Les impôts sur la fortune ont été abolis dans plusieurs pays développés (en particulier européens) et sont inexistants dans la plupart des d'autres, ce qui nuit à l'attractivité, chapitre I, partie II : Un impact certain sur l'économie française du pays qui le pratique comme lieu de résidence et d'activité pour les étrangers ayant un patrimoine élevé. En sens inverse, cela contribue au départ d'une partie des fortunes et de leurs titulaires vers des pays à la fiscalité du patrimoine moins lourde (Suisse, Luxembourg, Belgique... ). Ce phénomène d'expatriation fiscale a concerné selon une étude du sénat 649 redevables en 2005, en nette augmentation sur les années précédentes (368 en 2003). Un autre rapport pointe la sous-estimation des chiffres de l'administration fiscale ainsi que les pertes indirectes pour l'économie française : « Dans tous les cas, les délocalisations des redevables à l'ISF constituent une perte de dynamisme pour l'économie française : plus jeunes que la moyenne des redevables à l'ISF (qui est de 66 ans), tout en étant expérimentés (fourchette des 45-55 ans), nettement plus riches que la moyenne des redevables à l'ISF, ces contribuables, parmi lesquels les dirigeants d'entreprise sont très nombreux, ont eu depuis six ans à leur disposition 10 à 15 milliards d'euros de capitaux qu'ils ont pu investir ailleurs qu'en France. ». Dans un reportage sur l'ISF, l'émission télévisée Capital estime elle qu'un tiers des multimillionnaires français s'expatrientCapital du 7 janvier 2006.
- L'ISF ferait double emploi avec les droits de succession (qui est aussi un impôt sur le patrimoine), selon certains théoriciens de la fiscalité (voir impôt et patrimoine)
- Parmi les considérations qui avaient fait adopter l'impôt sur la fortune était une recherche d'incitation des Français à rentabiliser leur capital laissé en friche : résidences secondaires ou tertiaires, ou utilisées simplement quelques semaines ou jours par an en tant que pied à terre; or, ce but qui n'a pas été atteint par l'ISF, tenterait, aujourd'hui, de l'être par une nouvelle taxe, la taxe annuelle sur les logements vacants dans les villes où elle semble utile aux pouvoirs publics.
- Le niveau de fraude serait élevé : en effet il s'agit d'un impôt déclaratif (c'est le contribuable qui doit prendre l'initiative d'estimer la valeur de son patrimoine, de calculer le montant de son impôt et s'il est redevable d'en informer l'administration fiscale). De ce fait, le nombre de contribuables en infraction (par ignorance de la valeur exacte de leur capital ou volontairement) serait élevé. D'autre part la difficulté d'estimer le prix de certains biens (immobilier, bijoux, mobilier) ouvre la porte à la sous-estimation du patrimoine déclaré ainsi qu'à de nombreux conflits avec l'administration.
- Du point de vue de son appellation, l'ISF pose la question de la solidarité contrainte. La redistribution peut-elle encore s'appeler « solidarité » lorsqu'elle est imposée par la force coercitive de l'État ? Cette question se pose pour tous les impôts de redistribution sociale, mais plus spécifiquement à l'ISF du fait de son nom et des justifications morales qui l'appuient.
- L'assiette de l'ISF est un montant estimé. La valeur d'un bien immobilier ou d'un portefeuille de valeurs peut fluctuer dans le temps, à la hausse mais aussi à la baisse. Par exemple, une décision administrative en matière de POS peut dévaloriser des biens immobiliers. La valeur vénale d'un tel bien ne se révèle en fait qu'à la vente. En cas de baisse de la valeur de son patrimoine, le contribuable aura été taxé sur une fortune virtuelle.

Sur la forme

- L'ISF peut être confiscatoire. : en effet les revenus du capital après tous les impôts (revenu, plus-value, CSG, CRDS, ISF) et après l'inflation peuvent devenir négatifs. Le terme de « syndrome de l'île de Ré » a été utilisé pour illustrer la situation de nombreux contribuables, comme un agriculteur de l'île de Ré redevable de l'ISF mais qui ne dispose pas des revenus permettant de s'en acquitter. En effet dans ce cas, l'agriculteur devient imposable parce que le prix du terrain a augmenté autour de son exploitation. Dans ce cas, l'effet de l'ISF est de forcer un contribuable à vendre son bien et à quitter son lieu de résidence. Ce cas particulier a été limité par l'adoption du bouclier fiscal qui plafonne l'impôt du contribuable à 50 % de ses revenus (le bouclier fiscal lui impose également de faire l'avance des sommes en cause, qui ne sont remboursées que l'année suivante).
- L'augmentation du nombre de personnes imposables : si le nombre total des redevables augmente rapidement, ils sont par exemple passés de 178 899, en 1997 à 335 525 en 2004, soit 87 % de plus en sept ans réf. Le Monde du 10 juin 2006 (et estimés à 515 000 en 2007), la cotisation moyenne de l'ISF, elle est en baisse constante (par exemple -9, 1 % entre 1997 et 2003 selon le Sénat). Cette hausse du nombre des redevables est avant tout due à l'augmentation rapide des prix de l'immobilier. Par exemple en 2006, le propriétaire d'un appartement de 120 m² dans les 4, 5, 6, 7, 8, ou 16 arrondissements de Paris est désormais redevable de l'ISF. En ce sens, l'ISF devient un nouvel impôt immobilier plus qu'une taxe sur la fortune.
- Le rapport de l'ISF est considéré comme faible relativement au coût de sa perception, qui nécessite le traitement des formulaires envoyés chaque année par les redevables. Compte tenu des autres effets négatifs (en particulier l'expatriation fiscale), il aurait au final un rendement net négatif. Ainsi, selon l'économiste Patrick Artus, il « coûterait deux fois en TVA non perçue ce qu'il rapporte. Selon Christian Chavagneux, rédacteur en chef d' "Alternatives Economiques", l'ISF entraînant et générant l'expatriation fiscale a un cout de pertes fiscales estimé à 10% des recettes fiscales annuelles pour l'État Français.», Le Monde.
- La presse financière a reproché à l'ISF d'être un impôt « qui les millionnaires sans gêner les milliardaires » : en effet, la plupart des très grandes fortunes utiliseraient soit des stratégies de défiscalisation (le plus souvent par l'exonération des biens professionnels) ou opteraient pour l'expatriation. En revanche les foyers plus modestes soumis à l'ISF (cadres supérieurs, retraités aisés, etc.) n'ont pas accès à ces solutions. Ainsi, tous les milliardaires résidants en France recensés par Forbes en 2006 sont en position de bénéficier de l'exonération au titre de bien professionnel, Forbes (2006).
- Il pénalise les couples car il n'intègre aucun concept de part comme l'impôt sur le revenu : ainsi, deux personnes ayant chacune 500 000 € de patrimoine ne paieront pas d'ISF en se déclarant célibataires, mais le simple fait de se mettre en concubinage suffira à les rendre imposables sur un patrimoine de 1 000 000 €. De même, deux célibataires déjà imposables à l'ISF auront en se mariant une taxation supérieure à la somme de ce qu'ils payaient individuellement auparavant. Le cas de divorcés cohabitants se trouve dans un no man's land juridique.
- Les taux d'imposition sont fixes, alors que le rendements (taux) des capitaux net d'inflation n'ont cessé de baisser, rendant le poids de l'impôt de plus en plus lourd, les Échos : En raison de la faiblesse actuelle des taux d'intérêt, les revenus des actionnaires fortunés et autres héritiers ne suffisent plus à payer l'ISF..
- Il pénalise la gestion des entreprises : en effet de nombreux dirigeants d'entreprise âgés se maintiennent à des postes de direction dans le seul but de bénéficier de l'exonération au titre de "biens professionnels".

Avantages de l'ISF

L'existence de l'ISF est défendue avec les arguments suivants :
- en érodant sensiblement les grosses accumulations de capitaux, l'ISF contribue - avec les droits de succession et de mutation - à éviter que se constituent des dynasties de rentiers, ce qui non seulement est nuisible au principe républicain d'égalité des chances, mais surtout neutraliserait une partie des forces vives du pays.
- moralement, supprimer l'ISF pour s'aligner sur les autres pays reviendrait à participer à une course au dumping fiscal et à l'harmonisation par le bas des politiques de redistribution des richesses
- enfin l'ISF est un impôt dont le produit net de coûts administratifs (et de l'effet des délocalisations fiscales) est destiné à contribuer positivement au budget public. Il fait partie des prélèvements obligatoires, et selon ses promoteurs il concerne seulement des personnes fortunées et permet une redistribution sociale, comme son nom l'indique.
- son principal avantage, rarement mis en exergue, est surtout lié pour l'administration fiscale française à la "traçabilité" du patrimone des résidents français ("avantage" qui n'existait pas avant 1981).

Opinion des partis politiques

Instauré par le Parti socialiste, l'ISF trouve essentiellement ses défenseurs à gauche et ses détracteurs à droite dans le monde politique français.
- La plupart des élus UMP sont opposés à cet impôt, ou souhaitent au moins sa réforme. Nicolas Sarkozy souhaite son maintien mais prône des aménagements pour encourager l'investissement dans les PME. L'UMP a un temps étudié la question d'exonérer la résidence principale de cet impôt, ce qui semble pour certains un bon compromis pour éviter que des personnes modestes y soient assujetties. Cependant de nombreuses réticences, en particulier de la part de Jacques Chirac, ont empêché cette solution d'aboutir.
- Le Parti socialiste reste globalement favorable à cet impôt qu'il a voté et prône son maintien. Toutefois Michel Charasse, créateur de l'IGF qui devint l'ISF, a déclaré : « C'était naïf de créer l’ISF en 1981, c’était bête de le rétablir en 1988. ». Son propre créateur, Michel Rocard, l'a également critiqué : « Je pense que l’ISF a été créé trop lourd avec une assiette restreinte. L’ISF n’a pas été bien créé. »
- L'UDF est favorable à une importante réforme : « L'UDF est favorable à un débat clairement assumé sur l'ISF, dont on connaît et la pertinence du principe et les effets pervers de son application ». François Bayrou a déclaré vouloir le remplacer par un impôt « à taux léger » sur tous les patrimoines d'au moins 750 000 euros pour éviter l'expatriation fiscale., Le Figaro
- Le Parti radical de gauche est en faveur d'un « grand impôt personnel et progressif, substitué à l'IR, la CSG, les cotisations sociales et l'ISF »
- Le Front national est pour l'exonération de la résidence principale. Le Front national y voit aussi une cause des "fuites des cerveaux" et un "impôt confiscatoire", dommageable selon lui à la compétitivité de l'économie, argumentaire Front national, 2006..
- Le Parti communiste français souhaite doubler et tripler au delà de la deuxième tranche le taux de cet impôt.
- La Ligue communiste révolutionnaire est en faveur d'une augmentation de l'ISF.

Notes et références

Voir aussi


- Liste de données économiques et sociales
- Expropriation
- Expatriation fiscale ==
Sujets connexes
Année   Art   Assurance-vie   Belgique   Bouclier fiscal   Capital (émission de télévision)   Cohabitation   Concurrence fiscale   Constitution   Convention fiscale   Direction générale des Impôts   Divorce   Droit des successions en France   Droits de succession   Entreprise   Euro   Expatriation fiscale   Expropriation   Forbes (magazine)   Forêt   Foyer fiscal   Franc français   France   François Bayrou   Front national (parti français)   Impôt et patrimoine   Impôt sur la fortune   Indivision   Inflation   Jacques Chirac   L'Express   Ligue communiste révolutionnaire   Liste de données économiques et sociales   Loi TEPA   Loi de finances   Luxembourg (pays)   Michel Charasse   Michel Poniatowski   Michel Rocard   Nicolas Sarkozy   No man's land   Nue-propriété   Paris   Parti communiste français   Parti radical de gauche   Parti socialiste (France)   Patrick Artus   Personne physique   Plan d'occupation des sols   Résidence principale   SCI   Solidarité (notion)   Suisse   Syndicat national unifié des impôts   Taxe d'habitation   Taxe foncière   Taxe sur les logements vacants   Union pour la démocratie française   Union pour un mouvement populaire   Usufruit  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^