Christianisme ancien

Infos
Les termes doivent être précisés : le « christianisme ancien » débute avec le « christianisme primitif » qui va des origines à la fin de la « période apostolique » (i.e. celle où vivaient les apôtres, à peu près vers la fin du ), et se termine au quand la doctrine a, pour sa plus grande partie, été fixée par les Pères de l'Église et les premiers conciles.
Christianisme ancien

Les termes doivent être précisés : le « christianisme ancien » débute avec le « christianisme primitif » qui va des origines à la fin de la « période apostolique » (i.e. celle où vivaient les apôtres, à peu près vers la fin du ), et se termine au quand la doctrine a, pour sa plus grande partie, été fixée par les Pères de l'Église et les premiers conciles.

Le début du christianisme

En ce qui concerne le début du christianisme, on est amené à distinguer :
-les affirmations doctrinales, e.g. le christianisme commence à la naissance de Jésus, à sa résurrection (pour les liens entre Jésus et le christianisme Jésus selon l'exégèse contemporaine), à la pentecôte,
-les hypothèses historiques basées sur des faits réels e.g. le christianisme commence suite à la diffusion d'un message. Quelle que soit la date de rédaction retenue pour les épîtres, les évangiles, les actes, encore faut-il attendre que ces documents aient circulé. Le premier témoignage de cette circulation des écrits se situe en 140 quand Marcion de Sinope arrive à Rome, sachant que rien n'atteste concrètement de la circulation des lettres de Paul, ni pour certaines d'entre elles lettre aux Colossiens qu'elles aient été envoyées, ni pour certaines autres Romains que leur forme actuelle soit leur forme initiale. La recherche actuelle se concentre principalement sur la diffusion du message du Christianisme, orale dans un premier temps (comme le livre des Actes en témoigne), écrite par la suite. La diffusion des Évangile et Épitres est sujette à débat. Il est cependant probable que, dès la fin du premier siècle, il existait un certain nombre de paroles de Jésus qui circulaient Von Campenhausen, Hans. The Formation of the Christian Bible. Philadelphia: Fortress, 1968, p. 112. 1 Clement cite également des passages des Évangiles et des Épitres de Paul Metzger, Bruce Manning. The Canon of the New Testament. Oxford: Clarendon, 1987, p. 41-43). Marcion de Sinope, qui fut excommunié en 144, liste les écrits qu'il considère canoniques, en se basant probablement sur un groupement pré-existant des lettres de Paul McDonald, Lee M. The Formation of the Christian Biblical Canon. Peabody: Hendrickson, 1995, p. 157. Le débat sur la question de la date des débuts du christianisme demeure encore ouvert entre un consensus anglo-saxon une tendance européenne.

Le christianisme primitif

Le christianisme primitif

Le christianisme primitif est une expression qui doit être prise avec précaution. Le situer des origines à la fin de la période apostolique suppose chez Jésus de Nazareth la volonté de fonder une nouvelle religion, ce que rien n'atteste. De même, situer la fin du christianisme primitif à la fin des conciles christologiques suppose que la création et le développement d'un corpus dogmatique soit une nécessité intrinsèque du christianisme. L'élaboration d'une doctrine christologique ne répond pas à la nécessité intrinsèque du christianisme mais à l'institutionnalisation sous la houlette des empereurs, à commencer par Constantin et Justinien. Suite à la crise mélétienneRichard E. Rubenstein, Le jour où Jésus devint Dieu, éd. Bayard 2000, rééd. La découverte, 2006 et aux difficultés de trouver un successeur à l'évêque d'Alexandrie, l'arianisme trouve un espace quasiment "médiatique" où se développer. Les débats sont assimilés au désordre à la faveur d'irrégularités dans l'élection de l'épiscope et le concile de Nicée est convoqué pour juger Arius. Il en sera de même pour les autres conciles et l'on se rendra vite compte que chaque concile crée un schismeRichard E. Rubenstein, op.cit. Dans ce cas de figure, bien développé chez les chercheurs anglo-saxons réunis au colloque "The ways that never part", Daniel Boyarin, Paula Frederiksen le christianisme primitif correspond à la période des conciles ; auparavant, n'existe qu'un proto-christianisme, en fait, une forme spécifique de judaïsme recruté parmi les membres les plus eschatologiques des courants messianistes. En Europe, on voit les choses un peu plus tôt. Un consensus s'est établi autour d'une période s'étirant de l'établissement de l'école de Yabneh à l'introduction de la Birkhat Ha Minim à la fin du premier siècle parce que les nazoréensSur la définition de ce groupe, un débat existe entre Blanchetière, Nodet, Jaffé et Édouard-Marie Gallez. Pour avoir l'opinion de Gallez, voir Judéo-nazaréisme ne s'étaient pas associés à la révolte de BarKochba. Cf. André Trocmé, l'enfance du christianisme, Noésis et Francois Blanchetière, Le Monde de la Bible, numéro spécial, Sept 2007

Une Église primitive ?

L'Église primitive est un concept qui apparaît en 2 temps :
-dans la période qui précède le mouvement cathare : toute une série de mouvements militant pour la pauvreté de l'Église (catholique romaine, à l'époque) prèchent la pauvreté par l'exemple en la référant à "l'Eglise Primitive" . En même temps apparaît l'idée que Jésus serait né dans un milieu pauvre.
-l'autre élaboration du concept est celle de Luther qui prétend que sa Réforme est un retour à l'Église primitive En fait, "l'Église Primitive" n'existe pas historiquement. Il n'y a pas "d'Église" au sens contemporain du terme avant l'institutionnalisation à laquelle procède Constantin voir par exemple Histoire du christianisme sous la direction de Alain Corbin, Paul Veyne) Le christianisme est d'abord constitué de communautés locales considérées comme plus ou moins hérétiques par le judaïsme à partir de la phase de Yabneh. Quand elles s'organisent, il n'y a pas "l'Église" mais l'assemblée locale autour de ses anciens presbyteroi et de son episcopos. Ce sont des écoles de pensée imitant les écoles de philosophie grecques dont le nom propre est "aeresis" (voir l'étymologie dans hérésie) Frédéric Amsler, Comment construit-on un hérétique ? Nestorius pris au piège de Cyrille d'Alexandrie. dans Christologie VanDieren L'idée de l'unité de l'église des origines, avec les hérésies qui viennent après, reste une doctrine propre au centralisme catholique. Selon Walter Bauer, historiquement les hérésies sont à la source même du christianisme. Orthodoxy and Heresy in Earliest Christianity de Walter Bauer, 1 édition 1932, nouvelle édition sous la direction de Robert A. Kraft etGerhard Krodel 1996 ISBN-10: 0962364274 Source : L'invention du Christ, naissance d'une religion, Maurice Sachot, Odile Jacob, coll. Le Champ Médiologique. Certains chercheurs se sont opposés à la thèse de Walter Bauer Turner, H. E. W. The Pattern of Christian Truth. London: A. R. Mowbrey, 1954. Robinson, Thomas A. The Bauer Thesis Examined. Lewiston: Edwin Mellon, 1988.

Essai de généalogie du christianisme ancien

Les différents courants connus du Judaïsme palestinien du : Sadducéens, Esséniens, Pharisiens, ont soit disparu à la chute du Temple de Jérusalem autour de l'an 70, soit fusionné petit à petit avec ceux de la Diaspora surtout babylonienne d'où venait Hillel, ou égyptienne où avait vécu Philon d'Alexandrie, notamment autour de l'école de Yabné (vers l'an 90). messianismes juifs autres courants juifs Diaspora juive │ │ │ ┌──────────────┴───────────────┐ │ ┌────────────┴─────────┐ │ │ │ │ │ │ Guerre juive (66-73) École de Yabné (90-135) │ │ │ Judaïsme rabbinique │ │ │ │ │ │ │ ┌──────────────┴───────────────┐ │ │ │ │ │ │ │ Seconde guerre juive (135) │ │ │ │ │ Jésus le Nazaréen (jusqu'à nos jours) │ │ │ Disciples juifs (30-36) ┌───────────────────────────────────────────────────────┘ │ │ ├───────────────────────────────────┴──────────────┐ (Hébreux) (Craignant-Dieu) (Hellénistes) Jacques Pierre Paul Jean Jérusalem Galilée ? Antioche an 45 Éphèse │ (Judaïsants) │ │ │ │ │ │ │ Nazôréens (Évangélisation des non-Juifs) │ Pella an 68 │ ┌────────┴─────┐ │ │ │ │ Judéo-chrétiens─────────────────────┐ │ │ │ entre 73 et 100 │ │ │ │ │ Christianisme │ │ de la « Grande Église » │ │ Vers 110 │ │ ┌──────┬───────┴──┬──────┐ │ │ │ │ │ │ │ │ │ Montanisme │ │ │ │ │ Marcionisme │ │ Ébionisme │ Docétisme │ Elkasaïtes │ │ │ │ Église « catholique » ├────────┤ | │ | │ | ┌────────┤ | Gnose | │ │ | │ | Donatisme │ | Valentinisme (?) │ | | │ | (Islam) On notera que les différentes hérésies ou hétérodoxies du christianisme primitif sont souvent tout autant des courants transversaux (au moins dans une aire culturelle donnée) qui lui ont donné naissance Orthodoxy and Heresy in Earliest Christianity de Walter Bauer, 1 édition 1932, nouvelle édition sous la direction de Robert A. Kraft et Gerhard Krodel 1996 ISBN-10: 0962364274que des groupes schismatiques. Les filiations réelles sont par ailleurs plus complexes que ce schéma ne le laisse penser ! Enfin, les sources d'information disponibles sont peut-être assez partisanes (comme les Actes des Apôtres ou les écrits des hérésiologues de la « Grande Église », qui ne prétendent pas à la neutralité, mais sont des mises en perspective de l'histoire).

notes et références

Voir aussi

===
Sujets connexes
Actes des Apôtres   Antioche   Apôtre   Arabes chrétiens   Arbre des religions abrahamiques   Arianisme   Branches du christianisme   Christianisme   Christologie   Concile   Constantin Ier (empereur romain)   Diaspora   Diaspora juive   Docétisme   Dogme   Donatisme   Esséniens   Frédérick Tristan   Galilée (région)   Gnosticisme   Hillel   Hérésie   Hétérodoxie   Islam   Jean (apôtre)   Judaïsme   Judéo-christianisme   Judéo-chrétien   Judéo-nazaréisme   Justinien   Jérusalem   Jésus de Nazareth   Jésus selon l'exégèse contemporaine   Les Premières Images chrétiennes   Marcel Simon   Marcion   Melitios de Lycopolis   Minim   Montanisme   Paul de Tarse   Pella   Persécution des chrétiens   Philon d'Alexandrie   Pierre (apôtre)   Pères de l'Église   Rabbi Shimon Bar Yochaï   Schisme   Synode de Jamnia   Temple de Jérusalem  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^