Force de maintien de la paix des Nations unies

Infos
Casque Bleu norvégien durant le siège de Sarajevo (1992-1995) La Force de maintien de la paix de l'Organisation des Nations unies peut être envoyée dans une zone de conflit pour protéger la population civile ou encore servir de force d'interposition. Cette force dépend depuis 1992 du Département des opérations de maintien de la paix. Les membres de cette force sont souvent appelés Casques bleus en raison de la couleur de leur casque.
Force de maintien de la paix des Nations unies

Casque Bleu norvégien durant le siège de Sarajevo (1992-1995) La Force de maintien de la paix de l'Organisation des Nations unies peut être envoyée dans une zone de conflit pour protéger la population civile ou encore servir de force d'interposition. Cette force dépend depuis 1992 du Département des opérations de maintien de la paix. Les membres de cette force sont souvent appelés Casques bleus en raison de la couleur de leur casque.

Rôles

Les Casques Bleus peuvent être chargés :
- de surveiller l'application d'un cessez-le-feu
- de désarmer et de démobiliser les combattants
- de protéger les populations civiles
- de faire du maintien de l'ordre et de former une police locale
- de déminer Suivant le mandat donné par le Conseil de sécurité des Nations unies, ces rôles peuvent être combinés. Les Forces de maintien de la paix sont organisées par le Département des opérations de maintien de la paix.

Organisation

Les membres des Casques Bleus sont principalement des militaires prêtés par des pays membres de l'ONU. Des civils peuvent être également présents dans certains cas, pour la police et l'administration notamment.

Origine

La première force de maintien de la paix de l'ONU fut envoyée en 1948, avec pour mission de surveiller la trêve de la guerre arabo-israélienne. Cette force n'était pas armée et n'était là qu'en tant qu'observateur. La première intervention armée fut en 1956, lors de la crise du canal de Suez. Elle fut créée suite à une résolution présentée à l'Assemblée générale des Nations unies, par le ministre canadien des Affaires étrangères, Lester Bowles Pearson.

Évolution des trois principes régissant son intervention

AML-90 francais durant les guerres yougoslaves La mission de maintien de la paix était encadrée par trois règles auxquelles les États tenaient absolument et qui ont façonné sa définition classique :
- le consentement des parties au conflit à l'intervention ;
- l’impartialité des casques bleus face aux forces en présence ;
- la limitation de l’usage de la force par les Casques bleus à des fins de légitime défense uniquement. Il n’était pas question d’ouvrir le feu pour imposer la paix. À l’exception notable de la mission au Congo, en 1960-1964, où la force fut effectivement utilisée pour mettre fin à la sécession du Katanga, la notion classique du maintien de la paix a guidé la mise sur pied des missions de paix de l’ONU jusqu’au début des années 1990. Cette doctrine a ensuite été revue, suite à plusieurs massacres, notamment au Rwanda et en Yougoslavie, commis sur la population civile alors que des Casques Bleus étaient présents. Depuis, la plupart des mandats autorisent l'usage de la force si la population civile est en danger.

Critique

Certains objectent que le modèle de cette force multinationale ne fonctionne plus. Les « pays riches » rechignent à envoyer des soldats dans des conflits qui ne sont pas dans leur zone d'influence et ont des comptes à rendre à leur opinion publique. De plus, les pays contributeurs reçoivent une compensation financière lorsqu'ils fournissent des moyens humains ou matériels. Dans la mesure où le soldat d'un pays occidental coûte beaucoup plus à son État d'origine qu'un soldat d'un pays du Tiers-monde, une opération sera donc toujours déficitaire pour un pays d'Europe de l'Ouest ou d'Amérique du Nord alors qu'elle n'amputera pas (au contraire) les crédits d'un pays d'Asie du Sud ou d'Afrique. Tout cela ferait baisser le niveau des interventions et serait propice à plus de « ratés », les soldats envoyés étant moins bien entraînés et équipés que souhaité.

Prix Nobel de la paix

Les Casques Bleus reçurent le Prix Nobel de la paix en 1988. En 1956, le ministre des Affaires extérieur canadien, Lester Bowles Pearson, a reçu le même honneur pour le rôle qu'il a joué dans la création de la première force de maintien de la paix qui s'est déployée pour résoudre la crise du canal de Suez.

Voir aussi

-Maintien de la paix
-Opérations de maintien de la paix
-Département des opérations de maintien de la paix
-Liste des opérations de maintien de la paix
-Casque blanc
- Imposition de la paix ===
Sujets connexes
Afrique   Amérique du Nord   Armée   Assemblée générale des Nations unies   Canada   Casque   Cessez-le-feu   Civil   Civilisation occidentale   Conseil de sécurité des Nations unies   Couleur   Crise du canal de Suez   Doctrine   Département des opérations de maintien de la paix   Economic Community of West African States Cease-fire Monitoring Group   Europe de l'Ouest   Guerre israélo-arabe de 1948   Imposition de la paix   Katanga   Lester Bowles Pearson   Liste des opérations de maintien de la paix   Légitime défense   Maintien de la paix   Mandat   Massacre   Opinion publique   Opérations de maintien de la paix   Organisation des Nations unies   Police (institution)   Prix Nobel de la paix   Rwanda   République démocratique du Congo   Sarajevo   Trêve   Yougoslavie  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^