Poétique (Aristote)

Infos
Poétique (Aristote)

L'art

La production artistique

Aristote pense la création artistique et la production artisanale comme la réalisation d’une idée conçue préalablement. En cela, il s'oppose à Platon selon lequel l’artiste est inspiré par la divinité et ne maîtrise pas le procédé de sa création. Ainsi, toute production nécessite: - une cause formelle (idée de l’objet à produire présente dans l’imagination de l’artisan ou de l’artiste) - une cause matérielle : la matière sur laquelle l’homme agit - une cause efficiente :la maîtrise technique et l’effort fourni par l’homme pour transformer la matière et la rendre conforme à l’idée initiale (prod technique) ou s’en rapprocher (art) - et une cause finale : l’objet réalisé (Kant s’inspirera de la conception aristotélicienne de l’art)

L'art comme imitation

Dans La Poétique, Aristote semble s’inscrire dans la tradition platonicienne en présentant l’art comme étant une imitation, en effet, Platon explique dans la République que l’artisan imite l’Idée de l’objet qu’il produit (cette idée n'étant donc pas de lui). Quant à l’artiste, il ne fait qu’imiter l’objet produit par l’artisan. L’art, en tant que production d’objet, n’est donc qu’une imitation de second ordre, de piètre valeur. Aristote présente la notion d’imitation sous un jour tout à fait nouveau, pour lui, les hommes aiment imiter, pour deux raisons essentielles qui sont le plaisir et la connaissance. Le plaisir esthétique fait sa première apparition dans l’histoire de la philosophie. Il est lié aux couleurs... et à la surprise(??) ; Aristote développe l'idée selon laquelle nous pouvons prendre plaisir à voir une représentation d’une chose immonde: l’important n’étant pas l’objet de la représentation mais cette représentation elle-même. (Cf. "Une Charogne" de Baudelaire). Il insiste sur la distance existant entre la chose représentée et son imitation:
-L’imitation ressemble à cet objet mais n’est pas lui, elle résulte du travail de l’artiste, de la manière dont il met en forme son modèle.
-L’imitation peut donc être belle, en tant que fruit de l’élaboration de l’artiste, à partir de n’importe quel modèle, et même si ce modèle n’est pas beau en lui-même. En ce qui concerne la connaissance, Aristote s'oppose ici radicalement à Platon qui nous exhorte à nous détacher des apparences sensibles et à nous tourner vers la réalité Idéale. Il explique qu’il faut s’imprégner du sensible afin d’en former une idée que l’on garde en mémoire, ainsi, pouvons-nous reconnaître instantanément l’objet lorsqu’il nous est à nouveau présenté. De ce fait, l’imitation de la réalité sensible, nous permet de nous en imprégner, donc de la connaître et de la reconnaître plus facilement. C'est la raison pour laquelle nous commençons par regarder des livres d'images...

La tragédie

Dans cet ouvrage, Aristote accorde une place essentielle à la tragédie. C'est un point débattu entre philologues, et presque mythique, de savoir si le tome 2 de la Poétique, consacré à la comédie, et que certains commentaires d'Aristote laissent imaginer, a jamais été rédigé.

Définitions

Il s’agit de l' « imitation d’une action noble, accomplie jusqu’à sa fin et ayant une certaine étendue, en un langage relevé d’assaisonnements (rythme, mélodie et chant)... C’est une imitation faite par des personnages en action, et non par le moyen de la narration , et qui par l’entremise de la pitié et de la crainte, accomplit la purgation des émotions de ce genre (...)" (chap6) Il s’agit d’une histoire qui possède une introduction, un développement et une fin. l’action des personnages doit être vraisemblable et il est conseillé qu’au moins l’un des personnages se réfère à une personne ayant existé. La tragédie se distingue de l’épopée en ce que cette dernière se fait au moyen de la narration et n’est pas tenue à la vraisemblance, puisqu’elle imite des faits ayant existé.

La catharsis

la purgation des émotions, ou catharsis, se produit de la manière suivante : le spectateur commence par ressentir la pitié ou la crainte, mais il ne leur donne aucune ampleur puisqu’il est emporté par l’action qui se déroule sous ses yeux. Ainsi peut-il s'en détacher.Autrement dit, ce qui permet de se détacher de ces émotions est la construction de l’histoire. seule une histoire bien liée selon les règles pré-citées, c’est-à-dire, mise en forme... permet d’obtenir ce résultat. (chap 14)
- si l’on veut faire un rapprochement avec des œuvres récentes, en particulier cinématographiques, on peut convenir de considérer que seule une œuvre « travaillée » formellement et esthétiquement permet cette catharsis, et non la présentation d’images assez crues qui ne permettent au spectateur aucune mise à distance...

« Parties » de la tragédie » ou moyens par lesquels doit être réalisée cette imitation...

- l’organisation du spectacle, qui englobe les 5 autres parties, mais qui n’appartient pas véritablement à la poétique
- l’histoire, ou « agencement des actes accomplis » est sa partie la plus importante, dans la mesure où elle comprend sa fin => chap 8, 9, 10, 11, 13, 14 (+ notion de catharsis), 17, 18
- le caractère « est ce qui est de nature à déterminer un choix » => « ce qui permet de dire que les personnages en action sont tels ou tels » => « le caractère sera bon si le choix est bon » chap 15
- la pensée (chap. 19) « appartient au domaine de la pensée tout ce qui doit être produit pas des paroles : démontrer, réfuter, produire des émotions comme la pitié... » Mais, dans le cas de la tragédie, les effets doivent se manifester sans raisonnement, découlant des paroles ou des actes
- la composition du chant et de l’expression (au moyen desquels se produit l’imitation)
- le chant est le principal assaisonnement
- l’expression est « la manifestation de la pensée à travers les mots » et l' « agencement des mètres » => chap 17 : elle « permet de donner aux histoires leur forme achevée en se mettant le plus possible les situations sous les yeux... permettant ainsi d’éviter les contradictions internes... »

Parties de l'expression, ou anticipation de la linguistique

Le chap. 20 expose « les parties de l’expression prise dans son ensemble : la lettre, la syllabe, la conjonction, le nom, le verbe, l’article, la flexion et l’énoncé »... Il convient ici de remarquer le caractère tout à fait novateur de cette étude que l’on pourrait désigner, par anticipation, de la linguistique. .

Plus petite unité de son

« La syllabe est un son sans signification » sera ainsi reformulée par les linguistes : le phonème cf ; gr ou gra (qui correspond souvent à la syllabe) est la plus petite unité de son, mais n’est pas signifiante en elle-même.

Plus petite unité de sens

« Le nom est un son composé et signifiant qui n’indique pas le temps, dont aucune partie n’est signifiante par elle-même » (voir aussi de l’interprétation, 2) => le nom est la plus petite unité signifiante... tout mot est une combinaison de son et de sens.

L'articulation du langage

La notion linguistique d’articulation du langage est présente et même fondamentale chez Aristote, dans la mesure où elle lui permet de distinguer l’homme de l’animal : - articulation des lettres en syllabes (ou phonèmes) ; poétique XX, 1456 b, 20 à 25 - articulation des syllabes (...) en noms ; poétique XX, 1457 a, 10 à 15 ; et de l'interprétation II, 20 à 30 - articulation des noms en discours ; de l’interprération, 4

Caractère conventionnel du langage

Dans le texte de l’interprétation, Aristote précise le caractère conventionnel du langage : « le nom est un son vocal, possédant une signification conventionnelle... rien n’est par nature un nom , mais seulement quand il devient symbole, car même lorsque des sons inarticulés, comme ceux des bêtes, signifient quelque chose, aucun d’entre eux ne constitue cependant un nom ».

Éditions anciennes de La Poétique

- En 1802, le philologue allemand Gottfried Hermann publia une édition de La Poétique.

Voir aussi

- en lecture numérique.
- Catégorie:Œuvre d'Aristote bg:Поетика cs:Poetika (Aristotelés) es:Poética (Aristóteles) de:Poetik (Aristoteles) en:Poetics (Aristotle) fi:Runousoppi ko:시학 no:Poetikk
Sujets connexes
Allemagne   Comédie   De l'interprétation   Gottfried Hermann   La République   Linguistique   Platon  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^