Congrès de Vienne

Infos
Le congrès de Vienne Le Congrès de Vienne est une conférence des représentants diplomatiques des grandes puissances européennes qui eut lieu à Vienne du 1814 au 9 juin 1815. Les pays vainqueurs de Napoléon adoptent le principe de rendre aux pays leurs frontières d'avant la Révolution française de 1789 sauf aménagements. Il fait suite au traité de Paris du 30 mai 1814. Le traité de Vienne permet également la discussion sur d'autres points comme la libre circulatio
Congrès de Vienne

Le congrès de Vienne Le Congrès de Vienne est une conférence des représentants diplomatiques des grandes puissances européennes qui eut lieu à Vienne du 1814 au 9 juin 1815. Les pays vainqueurs de Napoléon adoptent le principe de rendre aux pays leurs frontières d'avant la Révolution française de 1789 sauf aménagements. Il fait suite au traité de Paris du 30 mai 1814. Le traité de Vienne permet également la discussion sur d'autres points comme la libre circulation navale, l'abolition de la Traite des noirs (et non pas de l'esclavage), qui persiste cependant, et la mise en avant de la neutralité de la Suisse.

Participants

Toute l'Europe monarchique afflue à Vienne. Quinze membres de familles royales côtoient deux cents princes et deux cent seize chefs de missions diplomatiques. De nombreux groupes de pression sont également présents : les représentants des juifs d'Allemagne, les chevaliers de Malte, les abolitionnistes de la Traite des Noirs, sans compter les inventeurs de recettes pour… assurer la paix du monde. Beaucoup de congressistes n'en connaissent que la fête, car le « congrès s'amuse » dans des réceptions continuelles. Il n'y eut presque pas de séances plénières. Les discussions et les décisions se prennent ailleurs. Les quatre vainqueurs de Napoléon I (Autriche, Prusse, Royaume-Uni et Russie) avaient décidé de se réserver les « choses sérieuses ». La France réussit à s'imposer et faire entrer trois autres pays européens (l'Espagne, le Portugal et la Suède). Le congrès rassemble les grands diplomates de l'époque :
- Metternich pour l'Empire d'Autriche ;
- Talleyrand pour la France ;
- Lord Castlereagh, puis le duc de Wellington, puis Lord Clancarty pour le Royaume-Uni ;
- le cardinal Consalvi, cardinal secrétaire d'État, pour le pape Pie VII ;
- le prince Karl August von Hardenberg pour la Prusse ;
- le tsar Alexandre I de Russie et le comte de Nesselrode menant en personne la diplomatie Russe

Ambitions et manœuvres des puissances européennes

Le congrès de Vienne est le «champ de bataille» diplomatique où les puissances européennes tentent de satisfaire leurs ambitions tout en contrecarrant celles de leurs anciens alliés contre Napoléon I. Deux grands antagonismes se manifestent : celui de la Russie et du Royaume-Uni, celui de l'Autriche et de la Prusse. La France, alors vaincue, tente de retrouver une place de premier plan. La Russie et le Royaume-Uni, tout en ayant des vues sur le remaniement de la carte européenne ont des visées mondiales. Le rêve séculaire du gouvernement russe de se rapprocher de l'Europe occidentale, nécessite l'annexion d'une grande partie de la Pologne, au détriment du royaume de Prusse. La Russie se verrait bien présider un fédération européenne et devenir de ce fait le géant européen. La Russie est tentée de démembrer l'empire ottoman afin de se rapprocher des détroits du Bosphore et des Dardanelles, solution qui offrirait l'accès à la Méditerranée, au grand dam de la marine britannique, maîtresse de cette mer. De plus les Russes mènent une politique très active dans le Pacifique, dont ils sont riverains en Sibérie et en Alaska. Le Royaume-Uni veut conserver la suprématie maritime acquise pendant les guerres de la Révolution et de l'Empire, cela suppose le maintien de la division de l'Europe, qui permet d'affaiblir les prétentions russes. Le Royaume-Uni est également favorable à un renforcement de la puissance de la Prusse en Allemagne qui ferait obstacle à l'influence russe en Europe. Russes et Britanniques sont en concurrence dans l'empire ottoman et en Asie centrale avec l'avancée russe vers la mer Caspienne et celle des Britanniques en Afghanistan. La Prusse et l'Autriche se disputent la suprématie en Allemagne. L'Autriche ne veut pas d'un agrandissement du royaume de Prusse au détriment du roi de Saxe, fidèle allié de Napoléon I : accroissement qui la ferait voisiner immédiatement avec la Prusse. Pour l'Autriche le morcellement de l'Allemagne reste une nécessité. La Prusse quant à elle accepte un glissement russe en Pologne pourvu que la Saxe lui soit accordée (accord russo-prussien de Kalisz du 28 février 1813). L'Autriche est hostile à la politique russe dans les Balkans (protection des minorités slaves de l'empire ottoman) qu'elle considère comme chasse gardée. Elle reçoit pour cette position le soutien du Royaume-Uni, qui lui aussi veut empêcher les Russes de s'installer en mer Méditerranée. Puissance vaincue la France tente d'alléger le coût territorial de sa défaite et de retrouver sa place dans le concert européen des souverains légitimes. Talleyrand obtient de pouvoir participer aux conférences initialement réservées aux quatre vainqueurs. Pour cela il promet à Castlereagh de soutenir la position britannique sur l'interdiction de la Traite des noirs. Également il est favorable au rétablissement des Bourbons dans le royaume des Deux-Siciles que défendent les Britanniques (L'Autriche souhaite le maintien sur le trône de Naples de son récent allié Joachim Murat). Talleyrand obtient la participation de la Suède, de l'Espagne et du Portugal aux réunions des grands, cela lui permet d'avoir des alliés face aux vainqueurs. Il réussit à séduire Metternich en le soutenant dans le maintien d'un royaume de Saxe, gênant pour la Prusse, en contrepartie de l'annexion par la Prusse de la Rhénanie (ce qui désormais fait de la Prusse le voisin immédiat de la France !). Pour cela il signe le 3 janvier 1815, avec l'Autriche et le Royaume-Uni un traité secret destiné à contrer la Russie et la Prusse en Allemagne.

Modifications territoriales

C'est la vision anglo-autrichienne qui l'emporte : recherche de l'équilibre européen et retour des rois légitimes. Les « aspirations des peuples à disposer d'eux-mêmes » (principe de la Révolution française) soit par l'indépendance (Belgique, Pologne, Chrétiens des Balkans), soit par l'unification (Italie et en partie Allemagne) ne sont pas prises en compte; il en est de même du souhait d'une partie des Européens à participer à une vie démocratique dans leur pays. Les sociétés secrètes (en particulier les carbonari italiens) pourront prospérer sur ce refus des idées nouvelles . On parle de l'instauration d'un Ordre de Vienne. Les annexions en 1815.
-La France est pratiquement ramenée à ses frontières de 1791, devant renoncer à des territoires de langue française comme la Savoie et la Belgique et de langue italienne comme le Comté de Nice réunis à la France avant l'aventure napoléonienne :
- Au premier Congrès, elle restait cependant plus vaste qu'avant 1789, car elle conservait Mulhouse, quelques principautés lorraines, une partie de la Sarre et du Palatinat et Avignon avec le Comtat ;
- Au second Congrès, car on lui retire encore Landau sur le Rhin, ainsi que quelques places belges.
-De plus la France est surveillée de près par une ceinture d'états tampons destinée à interdire toute reprise d'une politique révolutionnaire et expansionniste (royaume des Pays-Bas, royaume de Sardaigne, et possessions rhénanes du royaume de Prusse installé aux frontières mêmes de la France).
- La Belgique, francophone et flamande, catholique, est intégrée aux Provinces-Unies pour former les Pays-Bas (Bénélux actuel, 1815-1830). En échange de ses possessions allemandes (Fulda, Nassau), Guillaume Ier des Pays-Bas reçoit à titre personnel le grand duché de Luxembourg. Le royaume des Pays-Bas conserve le domaine colonial des Provinces-Unies, amputé de Ceylan, du Cap et de la Guyane, conservés par le gouvernement britannique, qui garde également l’île d’Heligoland.
- La carte de l'Allemagne est simplifiée. La Confédération germanique (fin en 1866) regroupe les territoires de l’ancien Saint-Empire, divisés en 39 États (pour 350 en 1792) : la partie germanique de l’Empire d’Autriche, cinq royaumes (Prusse, Saxe, Wurtemberg, Hanovre, Bavière), douze principautés, sept Grands-duchés et quatre villes libres (Lübeck, Brême, Hambourg et Francfort. La Prusse obtient la Prusse occidentale, la Posnanie, la moitié nord de la Saxe et une grande partie des provinces de Rhénanie et de Westphalie afin de constituer un rempart contre la France. Le duché de Hanovre est restitué au roi d’Angleterre, agrandi et érigé en royaume.
- L’Autriche recouvre la plupart des territoires qu’elle avait perdus et, en compensation de la perte des Pays-Bas autrichiens (la Belgique actuelle), reçoit des territoires allemands et italiens (Lombardie et Vénétie), de même que la partie de la Dalmatie qui appartenait auparavant à Venise (Provinces illyriennes sous Napoléon).
- La Suisse perd définitivement Mulhouse (ville libre alliée aux cantons suisses, rattachée à la France en 1798), la Valteline et la région de Bormio (rattachées à la Lombardie); sa neutralité perpétuelle est proclamée. Les possessions jurassiennes de l'évêché de Bâle sont attribuées à Berne en compensation du pays de Vaud, dont l'indépendance comme canton est reconnue.Les cantons de la république de Genève, de la principauté de Neuchâtel (qui reste néanmoins la propriété personnelle du roi de Prusse jusqu'en 1848) et du Valais (département du Simplon dans l'Empire napoléonien) se joignent définitivement à la Confédération helvétique. L’indépendance et la neutralité de la Suisse sont garanties par la création d’une confédération assez lâche. Chaque canton choisit sa constitution et presque tous reviennent au régime en vigueur avant la Révolution.
- En Italie, le royaume lombard-vénitien devient autrichien. La maison de Savoie récupère le Piémont, Nice et la Savoie et entre en possession de Gênes. Le pape retrouve les États pontificaux mais, malgré les efforts de son représentant Consalvi, ne peut récupérer ni le Comtat, ni Avignon. Le Bourbon Ferdinand Ier retrouve son royaume des Deux-Siciles. Les duchés de Parme, Plaisance et Guastalla sont attribués à l'épouse de Napoléon, Marie-Louise d'Autriche. Modène et la Toscane sont attribués à des Habsbourg (Ferdinand III de Lorraine, grand-duc de Toscane et François IV d’Este-Lorraine, duc de Modène). Le retour des souverains légitimes s’accompagne partout du régime politique antérieur. L’Autriche tient garnison dans les citadelles de Plaisance, Ferrare et Comacchio.
- La nouvelle dynastie suédoise (Bernadotte) reçoit la Norvège, ancienne possession danoise au terme d’un accord garantissant à celle-ci une large autonomie et un gouvernement distinct (Convention de Moss). La Poméranie suédoise est rattachée à la Prusse. La Finlande est annexée à la Russie. Le Danemark reçoit le Lauenburg en Schleswig-Holstein.
-La Pologne est partagée une quatrième fois. La Russie en est la principale bénéficiaire. La Prusse ne conserve que la Posnanie et la Prusse occidentale (Dantzig, Thorn). L’Autriche obtient la Galicie et la Lodomérie, au sud de la Vistule, à l’exception de Cracovie qui devient une cité-république indépendante. Tout le reste de l’ancienne Pologne passe sous l’autorité du tsar Alexandre Ier de Russie. Les provinces les plus orientales (Lituanie, Biélorussie, ancienne Ukraine polonaise) sont incorporées à l’Empire russe. La Pologne centrale, avec Varsovie, forme un royaume uni à la Russie avec pour vice-roi le frère du tsar, le Grand-duc Constantin, mais possédant sa propre constitution, son gouvernement (Diète et Conseil d’État), son administration et son armée : la Pologne du Congrès.
-Le Royaume-Uni, ne réclame rien en Europe, ni pour lui ni pour ses alliés, le Portugal et l'Espagne, où les rois sont rétablis.
-Il obtient la création du royaume des Pays-Bas, qui met définitivement Anvers, concurrent potentiel de Londres, à l'abri des convoitises françaises.
-À titre personnel, le roi d'Angleterre, voit le Hanovre, qui lui appartenait, agrandit et transformé en royaume.
-Par contre, le Royaume-Uni prépare son avenir de première puissance mondiale en s'assurant de la maîtrise des mers et en agrandissant son empire colonial. Il conserve ses conquêtes de Guyane (enlevée aux Hollandais) et des Antilles (Tobago et Sainte-Lucie prises aux Français et Trinité prise aux Espagnols). Surtout le Royaume-Uni occupe des positions stratégiques: Héligoland (pris au Danemark) qui lui permet de contrôler la mer du Nord et l'accès à la mer Baltique. En Méditerranée, il s'empare de l'île de Malte (prise à l'Ordre de Malte), et les îles Ioniennes qui appartinrent longtemps à Venise ce qui lui permet de surveiller l'Empire ottoman. Sur la route des Indes, le Royaume-Uni s'empare du Cap et de Ceylan (enlevés aux Hollandais) et l'île de France -aujourd'hui île Maurice- enlevée à la France. Beaucoup de petits États princiers disparaissent, victimes des appétits des vainqueurs. Les idées libérales (révolutionnaires) ont cependant marqué les esprits et restent présentes malgré leur négation par les puissances réactionnaires.

Références

- Le Congrès de Vienne et les traités de 1815, précédés et suivis des actes diplomatiques qui s'y rattachent ; 1863 / 1864 ; éditeur : Amyot ; Paris ; 4 vol. par Leonard Chodźko

Lien externe

-
- ----- Catégorie:Histoire contemporaine Catégorie:Histoire de l'Europe Catégorie:Histoire de Russie Catégorie:Diplomatie Catégorie:Histoire viennoise Catégorie:XIXe siècle Catégorie:1815 bg:Виенски конгрес bs:Bečki kongres ca:Congrés de Viena cs:Vídeňský kongres da:Wienerkongressen de:Wiener Kongress el:Συνέδριο της Βιέννης en:Congress of Vienna eo:Viena kongreso es:Congreso de Viena fi:Wienin kongressi gl:Congreso de Viena he:קונגרס וינה hr:Bečki kongres hu:Bécsi kongresszus id:Kongres Wina it:Congresso di Vienna ja:ウィーン会議 ko:빈 회의 la:Consilium Vindobonense lb:Wiener Kongress lt:Vienos kongresas nl:Congres van Wenen no:Wienerkongressen pl:Kongres wiedeński pt:Congresso de Viena ro:Congresul de la Viena ru:Венский конгресс sk:Viedenský kongres sl:Dunajski kongres sr:Бечки конгрес sv:Wienkongressen sw:Mkutano wa Vienna tr:Viyana Kongresi vec:Congreso de Viena wa:Congrès d' Wîne zh:维也纳会议
Sujets connexes
Afghanistan   Alaska   Alexandre Ier de Russie   Allemagne   Anvers   Autriche   Avignon   Bavière   Belgique   Biélorussie   Bormio   Bosphore   Brême (ville)   Canton de Genève   Canton du Jura   Cantons suisses   Carbonari   Cardinal secrétaire d'État   Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord   Charles Robert de Nesselrode   Comacchio   Comté de Nice   Confédération germanique   Dalmatie   Danemark   Dardanelles   Duché de Parme   Duché de Savoie   Duché de Saxe   Empire ottoman   Ercole Consalvi   Esclavage   Espagne   Ferdinand Ier des Deux-Siciles   Ferrare   Finlande   Flandre   France   Fulda   Galicie   Gdańsk   Guillaume Ier des Pays-Bas   Guyana   Gênes   Habsbourg   Hambourg   Hanovre   Heligoland   Italie   Joachim Murat   Karl August von Hardenberg   Klemens Wenzel von Metternich   Landau   Lauenburg   Le Cap   Leonard Chodźko   Lituanie   Lombardie   Londres   Luxembourg (pays)   Lübeck   Maison de Savoie   Malte   Marie-Louise d'Autriche   Mer Caspienne   Modène (Italie)   Mulhouse   Napoléon Ier   Nassau   Neutralité   Neutralité perpétuelle de la Suisse   Norvège   Ordre de Malte   Ordre de Vienne   Pape   Pays-Bas   Pays-Bas autrichiens   Pie VII   Piémont   Place forte   Plaisance   Pologne   Poméranie   Portugal   Premier Empire   Provinces-Unies   Provinces illyriennes   Prusse   Rhénanie   Royaume-Uni   Royaume de Sardaigne   Royaume de Saxe   Royaume des Deux-Siciles   Royaume des Pays-Bas   Royaume du Congrès   Russie   République de Venise   Révolution française   Sainte-Lucie   Savoie   Schleswig-Holstein   Sibérie   Suisse   Tobago   Toruń   Toscane   Traité de Paris (1814)   Ukraine   Valteline   Varsovie   Venise   Vienne (Autriche)   Ville libre de Cracovie   Vistule   Vénétie   Westphalie   Wurtemberg  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^