Abbé

Infos
L’abbé (du grec ancien / abbã, « père » ; de l'araméen abba, « le père ») est le moine élu par les moines réunis en chapitre pour diriger une abbaye. C'est aussi depuis le le terme en usage pour désigner un clerc séculier ayant au moins reçu la tonsure.
Abbé

L’abbé (du grec ancien / abbã, « père » ; de l'araméen abba, « le père ») est le moine élu par les moines réunis en chapitre pour diriger une abbaye. C'est aussi depuis le le terme en usage pour désigner un clerc séculier ayant au moins reçu la tonsure.

L'abbé monastique

Abbé régulier

Anciennement, Les abbés réguliers, c’est-à-dire ceux appartenant à l'ordre duquel était leur abbaye, devaient avoir au moins vingt-trois ans (vingt-cinq s'ils étaient électifs), être de naissance légitime, avoir fait profession dans l'ordre. Aujourd'hui, ils doivent généralement, pour pouvoir être élu, être prêtre et avoir fait profession religieuse perpétuelle (ou vœux solennels) depuis sept ans. Ils administrent le temporel du monastère, reçoivent les religieux lors de leur profession solennelle, leur donnent la tonsure. Autrefois, ils leur conféraient les bénéfices dont le monastère avait la collation. Ils ont sur leurs religieux un droit de juridiction, une autorité qu'il leur est recommandé de n'exercer que par la voie de la patience et de la douceur. Les moines le désignent généralement sous le nom de « père abbé ». Sa titulature est Très Révérend Père (=TRP) Un religieux a contre les éventuels abus de pouvoir de son supérieur un droit d'appel auprès du procureur général de l'ordre, et jusqu'au Saint-Siège.

Abbé mitré

Ce terme désigne un abbé, dont le pouvoir d'ordre et de juridiction a été solennellement reconnu par la bénédiction abbatiale conférée par un évêque mandaté par le Saint Siège. L'abbé élu obtient alors le droit de porter certains insignes épiscopaux : mitre (d'où son nom), crosse (insigne de juridiction, pasteur) et anneau (lien avec l'Église). Synonyme d'abbé nullius.

Abbé laïc

Les abbés laïcs ont disparu depuis les réformes du concile de Trente. Les carolingiens créèrent des abbés laïcs : laïcs titulaires de droit sur une abbaye. Hugues Capet fut ainsi abbé laïc des abbayes de Saint-Martin-de-Tours et Saint-Denis. Il doit d'ailleurs son surnom à la chape d'abbé qu'il portait fréquemment. Pour des raisons similaires, l'oncle maternel de son grand-père (Robert I) était dénommé Hugues l'Abbé. Lorsqu'un abbé laïc était nommé dans une abbaye, celle-ci était en fait dirigée par le prieur.

Abbé commendataire

Les abbés commendataires était un système semblable aux abbés laics : François I, après le Concordat de Bologne de 1516 établit ce système en France. Les abbés commendataires ont possédé la plupart des abbayes françaises jusqu'en 1790. Lorsqu'un abbé laïc était nommé dans une abbaye, celle-ci était en fait dirigé le prieur. :Noter que les abbesses ont dans leurs monastères la même autorité que les abbés dans le leur, sauf les fonctions de la prêtrise. L'abbesse de Notre-Dame-de-Jouarre, du diocèse de Meaux, eût jusqu'en 1692, date à laquelle cette prérogative lui fut retirée à la demande de Bossuet, la juridiction épiscopale sur ses religieuses. Elle l'avait aussi sur les religieux qui dépendaient de son abbaye et approuvait les prêtres pour la confession sacramentelle.

L'abbé séculier

Jusqu'au les clercs séculiers étaient appelé monsieur. Depuis, il est entré dans la coutume de les appeler abbé : c'est ainsi que les abbés de cour sont des clercs séculiers pas forcément prêtre d'ailleurs. La tonsure, signe de l'entrée dans l'état ecclésiastique, est suffisante pour cette appellation. La titulature normale de tout clerc séculier (séminariste admis, diacre ou prêtre) est monsieur l'abbé, même si certaines fonctions peuvent primer : monsieur l'abbé Vianney, curé d'Ars, est ainsi appelé par ses paroissiens monsieur le curé. Depuis les années 70, cette appellation a tendance à laisser la place, dans l'usage actuel, à l'emploi de Mon Père, ce qui est parfaitement synonyme, mais qui est restreint aux prêtres.

Voir aussi

La Faute de l'abbé Mouret, roman d'Émile Zola Personnages parvenus à la notoriété sous une appellation incluant le mot abbé :
- L'abbé de Marolles
- L'abbé Pierre
- L'abbé Prévost
- L'abbé Raynal
- L'abbé de Saint-Pierre
- L'abbé Delépine
- L'abbé André Boyer-Mas, dit Monseigneur Boyer-Mas
- L'abbé Coutant
- L'abbé Fouré Toponymie :
- Buigny-l'Abbé, Camblain-l'Abbé, Joué-l'Abbé, Méricourt-l'Abbé, Pont-l'Abbé
- Nogent-l'Abbesse,
-Abbesses, station du métro de Paris
- Bois l'Abbesse, un hameau de Lièpvre Livres :
-Louis Dollot - Folles ou sages, les abbesses de l'ancienne France : 1589-1789 - Paris : Librairie académique Perrin, 1987
-Dom Delatte - Dom Géranger, Abbé de Solesmes - P., Plon, 1950 ==
Sujets connexes
Abbaye   Abbaye Notre-Dame-de-Jouarre   Abbaye de Marmoutier (Tours)   Abbesses (métro de Paris)   Abbé Delépine   Abbé Pierre   André Boyer-Mas   Araméen   Buigny-l'Abbé   Bénéfice (Moyen Âge)   Camblain-l'Abbé   Carolingiens   Concile de Trente   Concordat de Bologne   François Ier de France   Grec ancien   Hugues Capet   Hugues l'Abbé (fils de Conrad)   Jean-Marie Vianney   Joué-l'Abbé   La Faute de l'abbé Mouret   Laïc   Lièpvre   Louis Dollot   Meaux   Michel de Marolles   Mitre   Monastère   Méricourt-l'Abbé   Métro de Paris   Nogent-l'Abbesse   Paternité   Paul Delatte   Pont-l'Abbé   Prieur   Religieux   Robert Ier de France   Saint-Siège   Tonsure   Toponymie  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^