Dioxyde de carbone

Infos
Le dioxyde de carbone (appelé parfois, de façon impropre « gaz carbonique ») est un composé chimique composé d'un atome de carbone et de deux atomes d'oxygène et dont la formule brute est : CO2. Cette molécule linéaire a pour formule développée de Lewis : O=C=O. Dans les conditions normales de température et de pression le dioxyde de carbone est un gaz incolore, inodore et à la saveur piquante communément ap
Dioxyde de carbone

Le dioxyde de carbone (appelé parfois, de façon impropre « gaz carbonique ») est un composé chimique composé d'un atome de carbone et de deux atomes d'oxygène et dont la formule brute est : CO2. Cette molécule linéaire a pour formule développée de Lewis : O=C=O. Dans les conditions normales de température et de pression le dioxyde de carbone est un gaz incolore, inodore et à la saveur piquante communément appelée gaz carbonique ou encore anhydride carbonique. Il est présent dans l'atmosphère dans une proportion approximativement égale à 0, 0375 % en volume, dans cette décennie (années 2000), soit 375 ppmv (parties par million en volume). Mais elle augmente rapidement, d'environ 2 ppmv/an, de par les activités humaines de consommation des combustibles fossiles : charbon, pétrole, gaz. C'est un gaz à effet de serre. Il est produit notamment lors de la fermentation aérobie ou de la combustion de composés organiques, et lors de la respiration des êtres vivants et des végétaux. Pour ces derniers, la photosynthèse piège beaucoup plus de CO2 que sa respiration n'en produit.

Caractéristiques physiques

Le CO2 dissous dans l'eau forme avec elle de l'acide carbonique (H2CO3). Il est plus soluble dans l'eau froide que chaude. L'acide carbonique n'est que modérément stable et il se décompose facilement en HO et CO. En revanche, lorsque le dioxyde de carbone se dissout dans une solution aqueuse basique (soude, potasse...), la base déprotone l'acide carbonique pour former un hydrogénocarbonate (HCO), aussi appelé bicarbonate, puis un carbonate (CO). Dans ce cas, la solubilité est énormément augmentée. Par exemple, une solution aqueuse saturée de carbonate de potassium (KCO) a une concentration de 112% (en masse) en carbonate à 20°C.

Histoire

Le dioxyde de carbone fut découvert vers 1638 par un médecin belge du nom de Jan Baptist van Helmont qui lui donna le nom d'anhydride carbonique. Les propriétés du dioxyde de carbone furent étudiées plus en détail en 1750 par le chimiste et physicien britannique, Joseph Black. Vers 1754, il appela ce gaz air fixe, mettant à mal la théorie du phlogiston encore enseignée à cette époque. Le gaz carbonique fut par la suite isolé par le pasteur anglais Joseph Priestley en 1766. En 1776, le chimiste français Antoine-Laurent De Lavoisier mit en évidence que ce gaz est le produit de la combustion du carbone avec le dioxygène. Dès 1875 se répandirent les premières boissons artificiellement gazeuses grâce à l'invention des récipients pressurisés.

Utilisations

Le CO2 peut servir à beaucoup de choses dont la principale est l'extinction des feux. Beaucoup de datacenters (salles de serveurs d'ordinateurs) ou de salles des archives sont équipées d'un système qui, en cas d'incendie, remplit la salle de CO2 ce qui à comme effet d'éteindre le feu. Il est aussi utilisé en aquarophilie pour une meilleure croissance des plantes Il peut aussi être utilisé sous forme liquide (voir plus bas)

Forme liquide

Sous forme liquide, il est utilisé comme :
- refrigérant pour congeler certains aliments,
- réfrigérant dans l'industrie électronique,
- agent d'extinction dans les extincteurs dits « au dioxyde de carbone », on parle parfois de neige carbonique parce que le CO2 liquide se solidifie immédiatement à la sortie de l'extincteur en produisant une poudre blanche,
- agent propulseur (et parfois également carbonatant) pour les boissons servies à la pression. À NOTER : à pression atmosphérique, le dioxyde de carbone n'est jamais sous forme liquide. Il passe directement de la forme solide à la forme gazeuse (sublimation).

Forme solide

Le dioxyde de carbone sous forme solide ou glace carbonique appelée aussi Carboglace ou glace sèche est issue du CO2 liquide sous forme de neige carbonique qui est ensuite compactée pour devenir glace carbonique. Cette glace carbonique se sublime en ne laissant aucun résidu et produit très rapidement une grande quantité de froid (150 fr/h/kg à -78, 5 °C), l'homme lui a donc rapidement trouvé de multiples utilisations.
- sous forme de " Pellets " (de la taille d'un grain de riz 3 mm de diamètre) : essentiellement pour le nettoyage et le décapage cryogénique.
- en " Sticks " (bâtonnet de 16 mm) : pour la conservation, le transport des produits sous température dirigée (produits pharmaceutique, transport de surgelés, transport d'échantillons etc.).
- pour la recherche fondamentale ou appliquée.
- pour la vinification : ralentit la fermentation et évite l'oxydation.
- en " Plaquette " ou en " blocs " :
- pour le ravitaillement aérien (catering), les traiteurs, les pompes funèbres etc.
- en "pains"
- pour faire de la fumée épaisse (effets spéciaux, cinéma, vidéo).

Phase Supercritique

Au delà de son point critique, le dioxyde de carbone entre dans une phase appelée "supercritique". La courbe d'équilibre liquide gaz est interrompue au niveau du point critique, assurant à la phase supercritique un continuum des propriétés physico-chimiques sans changement de phase. C'est une phase aussi dense qu'un liquide mais assurant des propriétés de transport (viscosité, diffusion) proche d'un gaz. Le dioxyde de carbone supercritique est utilisée comme solvant "vert", les extraits étant exempt de trace de solvant.
- décaféination du café
- traitement du goût du bouchon dans les bouchons de liège
- mise en forme de principes actifs micronisés et sous forme nanométrique
- extraction de composés chimiques ou biologiques
- purification de composés chimiques (phase mobile en chromatographie, notamment en HPLC)
- pour le transport et le stockage lors de la séquestration géologique du dioxyde de carbone (dans de rares applications industrielles).

Réactivité

L'électronégativité des atomes d'oxygène rend le carbone central très électrophile. De très nombreux nucléophiles peuvent donc réagir avec le dioxyde de carbone mais il faut noter que le produit de la réaction n'est pas forcément stable. En général, on place de la carboglace dans un récipient fermé muni d'un tuyau ; la carboglace se sublime et l'on fait buller le dioxyde de carbone gazeux dans le milieu réactionnel. Quelques exemples de réaction :
- Avec une amine : on appelle cette réaction une carbonatation. Le produit est un hydrogénocarbonate d'ammonium (R3N + CO2 + H2O → R3NH+HCO3–).
- Avec un carbanion : on forme un acide carboxylique après hydrolyse.
- Avec l'eau : voir l'introduction ci-dessus.

Taxe CO2 sur les véhicules polluants

Une taxe additionnelle à la taxe sur les certificats d'immatriculation (Carte grise) est mise en place à compter du 1er juillet 2006 au profit de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME). Elle est calculée en fonction du taux de CO2 émis par kilomètre dès lors qu'il dépasse 200 g/km ou, dans certains cas particuliers sur la puissance fiscale dès qu'elle est égale ou supérieure à 10 CV. Cette taxe s'applique à tous les véhicules particuliers (genre VP) mis en circulation depuis le 1er juin 2004. Entre 200 et 250 G/Km, chaque gramme supplémentaire vous coûtera 2 € de plus. Au delà de 250 G/Km, il vous en coûtera 4 € par gramme supplémentaire.
- ex: si le véhicule a un taux d'émission de 234 g/km, alors la taxe s'élève à 2x34 = 68 €
- ex: si le véhicule a un taux d'émission de 268 g/km (250 + 18), alors la taxe s'élève à :(50x2) + (18x4) = 172 € Si le véhicule a été mis en circulation après le 1er juin 2004, le nombre de grammes émis figure en V7 de la carte grise. Pour les véhicules qui ne sont pas réceptionnés CE, c'est un montant forfaitaire qui s'applique. La taxe est alors fonction du nombre de CV du véhicule :
- si le nombre de chevaux fiscaux est inférieur à 10 : pas de taxe due ;
- si le nombre de chevaux fiscaux est compris entre 10 et 15 : montant dû = 100 € ;
- si le nombre de chevaux fiscaux est supérieur à 15 : montant dû = 300 €.

Voir aussi

- Rejets de CO2
- Gaz à effet de serre
- Cycle du carbone
- Liste des pays par émissions de dioxyde de carbone
- écosystème
- Puits de carbone ===
Sujets connexes
Acide carbonique   Acide carboxylique   Antoine Lavoisier   Atome   Aérobie   Bar (unité)   Bicarbonate   Carbonatation   Carbonate   Carbone   Carte grise   Catering   Chimie organique   Chromatographie   Combustion   Combustion du carbone (réaction chimique)   Composé chimique   Congélation   Conservation des aliments   Cryogénie   Cycle du carbone   Dioxygène   Extincteur   Extraction   Fermentation   Formule de Lewis   Gaz   Gaz à effet de serre   Joseph Black   Joseph Priestley   Joule   Kelvin   Liste des pays par émissions de dioxyde de carbone   Masse moléculaire   Molécule   Nucléophile   Oxygène   Photosynthèse   Point triple   Puits de carbone   Respiration   Sublimation (physique)   Supercritique   Séquestration géologique du dioxyde de carbone   Vinification  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^