Istrie

Infos
Ancienne carte italienne de l'Istrie L'Istrie (en croate et en slovène ', en italien ', anciennement ' en latin) est une péninsule de l'Adriatique de forme triangulaire pointée vers le bas, attachée au continent par le nord-est. Sa superficie est de km2. Son littoral commence au nord-ouest avec le golfe de Trieste, suit une ligne rectiligne nord-ouest/sud-est longue de 242, 5 km jusqu'au cap Kamenjak où il s'infléchit et suit une ligne sud-ouest/no
Istrie

Ancienne carte italienne de l'Istrie L'Istrie (en croate et en slovène ', en italien ', anciennement ' en latin) est une péninsule de l'Adriatique de forme triangulaire pointée vers le bas, attachée au continent par le nord-est. Sa superficie est de km2. Son littoral commence au nord-ouest avec le golfe de Trieste, suit une ligne rectiligne nord-ouest/sud-est longue de 242, 5 km jusqu'au cap Kamenjak où il s'infléchit et suit une ligne sud-ouest/nord-est longue de 212, 4 km jusqu'à la baie de Kvarner. Son territoire est principalement compris dans la Croatie, dans une moindre mesure la Slovénie et l'Italie.

Histoire

Ses premiers habitants sont les Histres qui ont donné leur nom à la région. Elle a été soumise par les Romains en 178 av. J.-C. puis par les Goths en 476. Elle devient possession de Byzance en 539 puis des Francs en 788. En 1060, elle fut élevée au rang de margraviat autonome du Saint Empire romain germanique. En 1420, elle passe sous l'autorité de la République de Venise jusqu'à la Révolution française. De 1806 à 1813, elle fait partie de l'empire napoléonien (Provinces illyriennes). Le maréchal Jean-Baptiste Bessières fut fait
duc d'Istrie par Napoléon Ier. Après la chute de Napoléon, la péninsule fut rattachée à l'Autriche. En 1866, l'Italie s'allia à la Prusse en guerre contre l'Autriche. L'Italie subit une cruelle défaite navale près de l'île de Vis (Lissa pour les Italiens). L'Autriche n'en céda pas moins la Vénétie à l'Italie et la frontière se rapprocha de Trieste et de l'Istrie. Les deux composantes de l'Autriche-Hongrie (1867-1918) étaient séparées par une ligne douanière. Le Kustenland ou Pays Côtier relevait de l'Autriche et avait Trieste pour chef-lieu. Ce Kustenland regroupait le comté princier de Görz (Gorizia en italien, Gorica en slovène), Gradisca et le margraviat d'Istrie ; les cartes de l'époque montrent que trois îles situées dans le golfe de Fiume (Veglia, Cherso et Lussino) appartenaient à l'Istrie. Il n'y avait pas continuité territoriale entre le Kustenland et la Dalmatie qui relevait aussi de l'Autriche : la Hongrie possédait en effet un débouché maritime dont Fiume (les Hongrois utilisaient cette forme) était le port principal. Après la Première Guerre mondiale, l'Autriche-Hongrie fut démantelée et l'Istrie passa à l'Italie lors du traité de Rapallo qui réussit peu après à annexer Fiume. L'Italie annexa en outre les îles de Cherso et Lussino tandis que la Yougoslavie annexait l'île de Krk (Veglia en italien). Les Italiens annexèrent en outre l'enclave de Zara sur la côte dalmate ainsi quel'île de Lagosta. Après la Seconde Guerre mondiale l'Istrie fut disputée par l'Italie qui ne garda au bout du compte (en 1954) que Trieste (ainsi coupée de son arrière-pays) et la Yougoslavie qui annexa le reste. La région, au relief karstique riches en grottes et cavités naturelles, fut le théâtre des massacres des foibe en mai et juin 1945 qui poussèrent la minorité italienne à se réfugier en Italie, comme l'évoque Marisa Madieri, femme de Claudio Magris, dans son livre 'Vert d'eau'. La Slovénie et la Croatie, deux composantes (républiques) de la Yougoslavie fédérale (et communiste) devinrent indépendantes dans les années 1991-1992 en conservant les frontières yougoslave internes de 1954 de l'Istrie (règlement de la question de Trieste) : la Slovénie disposait d'un débouché sur la mer comprenant Koper (Capodistria en italien) et Piran (Pirano en italien). L'Istrie appartient donc maintenant presque complètement à la Croatie. La Slovénie a intégré l'Union européenne en 2004. La candidature de la Croatie à l'Union européenne devrait supprimer à terme tout problème de frontières pour l'Istrie.

Population

Les habitants de l'Istrie sont les Istriotes (appelés aussi les Istriens). En 1910, 41, 6 % des Istriotes parlaient croate, 36, 5 % italien, 13, 7 % slovène, 3, 3 % allemand, 0, 2 % roumain, et 0, 5 % parlaient un autre langue. Depuis la seconde guerre mondiale, la composition ethnique a radicalement changé en faveur des Croates puisque selon les données du recensement fait en 2001 en Croatie le comitat d’Istrie est peuplé de 206 344 habitants. Parmi eux, 71, 88 % Croates, 6, 92 % Italiens, 4, 3 % Istriens, 3, 2 % Serbes et 1, 49 % Bosniaques. On note la présence d'une minorité parlant un dialecte roman, apparenté au roumain, et connu sous le nom d
istro-roumain. Glas Istre publié à Pula est l'organe de presse principal.

Statut de l’Istrie croate

Signalisation routière multilingue aux environs de Koper (Slovénie) : l'indication pour Pula (Croatie) est écrite en slovène, croate et italien, alors que les autres localités de l'Istrie ne sont affichées qu'en slovène et italien. En avril 2001, le ministère de la Justice, de l’Administration et des Collectivités locales a décidé de suspendre 10 dispositions du nouveau statut de la joupanie (comitat, c’est-à-dire région) d'Istrie : celles qui consistent à ajouter des noms italiens aux noms croates des villes et des communes en Istrie; celles qui sont relatives à l’utilisation de la langue italienne ; celles qui introduisent le terme « istriotisme » comme expression de l’appartenance régionale. L'IDS-DDI (parti démocrate d'Istrie, en croate Istarski Demokratski Sabor, en italien Dieta democratica istriana) réclame la régionalisation de la joupanie ou au moins un statut spécial pour l'Istrie. Le débat concerne également la ville de Rijeka et ses environs.

Économie

La région possède des gisements de charbon et de bauxite. Elle tire également des revenus du tourisme, et des industries du bois et agro-alimentaire.

Villes istriennes

-en Croatie : :
-Pula (
Pola en italien) :
-Rovinj (
Rovigno en italien) :
-Poreč (
Parenzo en italien) :
- Umag (Umago en italien) :
- Novigrad (Cittanova en italien) :
-Pazin (
Pisino en italien) :
- Vodnjan (Dignano en italien) :
-Buje (
Buie en italien) :
- Labin (Albona en italien) :
- Motovun
-en Slovénie :
-Koper (
Capodistria en italien) :
-Piran (
Pirano en italien) :
-Portorož (
Portorose'' en italien) :
-Izola (Isola en italien)

Bibliographie

- Benussi, Bernardo. L' Istria nei suoi due millenni di storia. Treves-Zanichelli. Trieste 1924. ==
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^