Mongolie

Infos
La République de Mongolie (en mongol Монгол Улс) est un pays d'Asie, enclavé entre la Russie au nord et la Chine au sud. Sa capitale et plus grande ville est Oulan-Bator (Ulaanbaatar), la langue officielle est le khalkha et la monnaie le tugrik. La Mongolie fut le centre de l’Empire Mongol au , elle fut ensuite gouvernée par la dynastie Mandchoue Qing de la fin du à 1911, date à laquelle l'indépendance de la Mongolie fut proclamé, à laquelle mettra
Mongolie

La République de Mongolie (en mongol Монгол Улс) est un pays d'Asie, enclavé entre la Russie au nord et la Chine au sud. Sa capitale et plus grande ville est Oulan-Bator (Ulaanbaatar), la langue officielle est le khalkha et la monnaie le tugrik. La Mongolie fut le centre de l’Empire Mongol au , elle fut ensuite gouvernée par la dynastie Mandchoue Qing de la fin du à 1911, date à laquelle l'indépendance de la Mongolie fut proclamé, à laquelle mettra un terme la Russie. Après la fin de la Guerre froide et la chute du communisme en Mongolie en 1990, le pays adopta une constitution démocratique en 1992. Son territoire est immense, mais possède très peu de terres arables, le pays étant couvert de steppes arides avec des zones montagneuses au nord et à l’ouest et le désert de Gobi au sud. Près de 30% des 2, 8 millions d’habitants sont nomades ou semi-nomades. La religion principale est le bouddhisme tibétain et la majorité des citoyens (80%) sont d’origine mongole, il existe néanmoins des minorités kazakhes et touvains surtout à l’ouest. Près d’un tiers des habitants vivent dans la capitale Oulan-Bator. La Mongolie a la plus faible densité de population au monde.

Histoire

Au cours de l'histoire beaucoup d'ethnies ont peuplé le territoire actuel de la Mongolie. La plupart étaient nomades, et formaient des confédérations plus ou moins puissantes. La première puissance à émerger sont les Xiongnu vers -245. Ils deviennent les principaux ennemis de la Chine pour les siècles qui suivent, et la Grande muraille de Chine fut construite en partie pour se protéger des incursions des Xiongnu. Certains historiens pensent que les Huns descendent des Xiongnu. Après la disparition des Xiongnu, apparaissent les Ruanruan, qui sont à leur tour supplantés par les Köktürks (ou Turcs bleus) qui dominent la région du . Au apparaissent les ancêtres des Ouïghours, puis les Khitans et les Jurchen. Vers le le territoire est peuplé de Mongols qui seraient une branche du peuple Xianbei. À cette période le pays est divisé en plusieurs tribus liées par des alliances et en guerre perpétuelle. Au , un chef nommé Temudjin unifie les tribus mongoles, prend le nom de Gengis Khan et créé un empire, œuvre poursuivie par ses successeurs Ögödei, Güyük, Möngke et Khubilai. Cet empire commence à s'effondrer en 1386, avec la perte de la Chine. Au , sous le règne d'Altan Khan, les Mongols se convertissent au bouddhisme tibétain. Un siècle plus tard, ils tombent sous la domination des Mandchous et les soutiennent pour la conquête de la Chine. Leur pays est transformé en deux provinces chinoises, la Mongolie intérieure et la Mongolie extérieure. Après l'invasion russe de la fin du , la Mongolie du nord (la région du lac Baïkal) est annexée par la Russie. Le Bogdo Gegen du Monastère de Gandantegchinlin aurait cherché l'appui de la Russie pour se libérer de l'emprise politique chinoise. Après la révolution chinoise de 1911 et l'éviction du dernier empereur mandchou, Puyi, le 1911, la Mongolie proclama son indépendance. Le Bogdo Gegen prit la direction politique du pays. Une révolte populaire menée par Sukhbaatar se produit en 1919. Un Parti populaire mongol fut créé sous l'impulsion de la nouvelle URSS en 1921 et un gouvernement provisoire fut nommé le 11 juillet 1921. Après la mort de Sukhbaatar en 1923 et celle du Bogdo Gegen en 1924, la République populaire de Mongolie fut proclamée le 26 novembre 1924. La capitale du pays est baptisée Oulan-Bator « la ville du héros rouge » en référence à Sukhbaatar . Pendant la Seconde Guerre mondiale, les alliés soviétiques ont défendu la Mongolie face au Japon. Durant la guerre frontalière soviéto-japonaise de 1939, l'URSS défend la Mongolie contre le Japon. Les forces mongoles participent à l'offensive soviétique contre les forces japonaises en Mongolie Intérieur en août 1945. Sur fond de menace russe d'une reprise de la Mongolie Intérieur par la Mongolie, la République de Chine accepte de reconnaître l'indépendance de la Mongolie à la condition d'un référendum. Le 20 octobre 1945, un référendum est organisé et les Mongols votent pour l'indépendance (97, 8 % de oui ; 98, 4 % de participationDavid Butler et Austin Ranney, Referendums: a Comparative Study of Practice and Theory (Washington: American Enterprise Institute for Public Policy Research, 1978), 240.) sous le contrôle de l'Armée rouge. Après l'établissement de la République populaire de Chine, les deux pays se reconnaîtront mutuellement le 6 octobre 1949. Ainsi, la République populaire mongole fut reconnue à la fois par la République de Chine et la République populaire de Chine. Le pays s'est cependant rapproché des Soviétiques après 1958 et a abrité de nombreuses bases soviétiques pendant la Guerre froide. La Mongolie a rejoint les Nations unies en 1961. En 1990, le parti communiste a relâché son contrôle sur le gouvernement. En 1992, la république populaire a été abandonnée et a été remplacée par un État hybride, entre système parlementaire et système présidentiel.

Géographie

Le désert de Gobi est entouré de hautes barrières montagneuses, au sud l’Himalaya et à l’ouest : les reliefs des monts Kingan La Mongolie est un territoire grand comme trois fois la France. La Mongolie se situe sur un vaste plateau montagneux incliné d’ouest en est dont 80 % des espaces se situent à plus de 1 000 mètres d’altitude. Le climat de la Mongolie est l’un des plus continentaux du globe : les températures descendent régulièrement autour de – 40°C en hiver dans la plupart des régions et peuvent dépasser + 40°C en été dans le désert de Gobi.

Reliefs et écosystèmes

Carte topographique de la Mongolie D’un point de vue écologique, la Mongolie occupe une région charnière en Asie centrale. De par sa position centrale en Asie et sa continentalité, la Mongolie est la croisée de cinq grands écosystèmes asiatiques : la steppe herbeuse dans la partie centrale occupe pas moins de 20% du territoire national, le désert et la steppe désertique du Gobi au sud pour un même pourcentage d’espace, viennent ensuite les hautes montagnes et milieux de type alpins, la steppe semi boisée et au nord la taïga constituée de vastes forêts denses de mélèzes et pins. À l’extrême ouest domine la haute chaîne montagneuse de l’Altaï aux sommets de plus de 4 300 mètres où vivent les Kazakhs (unique peuple musulman d’une Mongolie bouddhiste). Le centre du Pays plus fertile avec les Monts Khangaï constitue un territoire riche en pâturages pour les nomades. C’est une région de volcans éteints atteignant pour certains plus de 3 000 mètres d’altitude. Le désert de Gobi occupe au Sud un territoire aussi vaste que la France. Une partie du pays est constituée de steppes. La desertification touche 140 000 des 1 565 500 km² The Wall Street Journal . Le Désert de Gobi recouvre une partie du sud du pays, alors qu'au nord et à l'ouest, se trouvent des régions montagneuses aux forêts abondantes. Le point culminant du pays est le Nayramadlin Orgil (Huyten Orgil) à 4374 m.

Climat

Le désert de Gobi, Parc National Gobi Gurvansaikhan Le climat est chaud en été et extrêmement froid en hiver, avec des températures pouvant descendre jusqu'à -40°C. Le pays est aussi sujet au zud ou dzud. Les dzuds blancs correspondent à d'importantes chutes de neige empêchant l'accès aux pâturages. Les dzuds noirs, à l'absence de couverture neigeuse protègeant la terre, et provoquant la déshydratation du bétail. Oulan-Bator est la capitale du monde possédant la plus basse moyenne de température. Le pays a une moyenne de 257 jours sans nuage et se trouve généralement au cœur d’un système de haute-pression. Les précipitations sont plus importantes au nord avec une moyenne de 20 à 35 cm par an et décroissent vers le sud. L’extrême sud étant occupé par le Gobi certaines régions ne reçoivent aucune précipitation durant des années.

Biodiversité

Cheval de Przewalski Grâce à la multiplicité de ses habitats la Mongolie accueille une quantité d’espèces importante, tant par leur adaptation que par leur rareté à l’échelle mondiale. Au nombre des espèces animales, on peut noter l’hémione (âne sauvage), le mazaalai (ours du Gobi), la panthère des neiges, le saïga, le cheval sauvage de Przewalski, le Chameau sauvage de Bactriane, le loup, et chez les oiseaux des rapaces et charognards et plusieurs espèces migratrices de grue. On remarque également la présence de petits mamifères : hérisson du désert à longues oreilles et de petits rongeurs comme le hamster du désert. La flore n’est pas en reste, une grande partie de la flore alpine actuelle proviendrait d’espèces de la lointaine Asie centrale. L’espèce reine de la steppe est sans aucun doute l’armoise odoriférante (ce nom de plante n'existe dans aucune nomenclature), Le roi en serait le saxaul, un petit arbre robuste du désert de Gobi. Plus précisément, on trouve en abondance l’Edelweiss, des Ancolies, des Matricaires, le Lys martagon, le petit Érythronium Dent-de-chien, des Pivoines, la Dryade à huit pétales, des Trolles, l'Anémone pulsatille, des Renoncules, des Gentianes, etc….

Divisions administratives

La Mongolie est divisée en 21 provinces ou aymguud (sing. aimag ou aymag) et 1 municipalité (khot) avec statut de province. Les aymguud sont eux-mêmes subdivisés en 315 districts ou Somon (sing. Sum).

Politique

La Mongolie a un exécutif bicéphale, avec à la tête de l'État un Président élu et à la tête du gouvernement un Premier ministre. Le Parlement, appelé le Grand Khoural, comporte 76 sièges. Le parti dominant en Mongolie est le Parti révolutionnaire du peuple mongol (PRPM) formé par les anciens communistes mongols après la Guerre froide. Le principal parti d'opposition est le Parti démocratique qui a contrôlé une coalition au pouvoir entre 1996 et 2000. En 1999, une femme premier ministre arrive pour un court mandat Nyam-Osoryn Tuyaa. Cette coalition, n'ayant réussi ni à maintenir sa cohésion ni à régler les problèmes économiques du pays, a été très lourdement sanctionnée par les électeurs en 2000 : ils ont donné la victoire au PRPM avec une écrasante majorité. Durant les élections législatives du 27 juin 2004, le PRPM et l'opposition ont obtenu un nombre égal de sièges. Afin que le développement de la Mongolie ne soit pas entravé par des crises politiques, ils ont décidé d'élaborer un programme commun et de former un gouvernement d'union nationale. Tsakhiagiyn Elbegdorj, issu du Parti démocratique, a été nommé Premier ministre, tandis qu'un communiste est devenu président du Grand Khoural. À l'issue de l'élection présidentielle du 22 mai 2005, l'ancien Premier ministre Nambaryn Enkhbayar, candidat du PRPM, a été élu président de la République avec 53, 4 % des suffrages exprimés. Son principal adversaire, Mendsaikhanin Enkhsaikhan, candidat du Parti démocratique, a obtenu 20 % des voix. Enkhbayar a débuté son mandat à la fin du mois de juin 2005 en remplaçant le président Natsagiyn Bagabandi, lui aussi issu du PRPM, qui ne s'était pas représenté au mandat suprême. Le 11 janvier 2006, le PRPM décidait de quitter la coalition gouvernementale avec le Parti démocratique arguant de la mauvaise gestion économique et de la forte inflation du tugrik. Le Parti démocratique considérait que le départ du PRPM était dû à la lutte contre la corruption lancée par Elbegdorj. Conséquence du retrait du PRPM de la coalition, les 10 ministres du PRPM quittaient le gouvernement. Le 13, Elbegdorj démissionnait de son poste de premier ministre et le gouvernement était dissous par le Grand Khoural. Le PRPM formait une nouvelle coalition avec des petits partis et le secrétaire général du PRPM Miyeegombo Enkhbold était investi premier ministre le 24 janvier.

Démographie

FAO, 2005). Population en milliers d'habitants. Bien que la majorité de la population soit d’origine mongole, il existe une forte minorité de Kazakh, Tuvan et Tungus. Le taux d’accroissement de la population est estimé à 1.54% (recensement de 2000). Près des 2/3 de la population est âgé de moins de 30 ans et 36% de moins de 14. Environ 50% des mongols sont bouddhistes tibétains, 40% athées, 6% chamanistes ou chrétiens, et 4% musulmans. La population est de plus en plus urbanisée, près de la moitié vivant dans la capitale et les centres provinciaux. La vie semi-nomade reste prédominante dans les campagnes où les familles vivent dans des villages durant le rude hiver et dans des gers durant l’été.

Économie

Les ressources naturelles de la Mongolie sont constituées par les minéraux (cuivre, molybdène, fluorine, tungstène) et les pierres précieuses et semi-précieuses, dont de l'or. On trouve aussi du charbon, ainsi que du pétrole dans une moindre mesure, mais qui n'est pas exploité par manque d'infrastructure. Tous ces produits représentent, en valeur, les deux tiers des exportations mongoles. Durant les 6 premiers mois de 2004, 287 000 tonnes de minerais concentrés de cuivre ont été exportés, pour la somme de 138 millions de dollars US. C'est presque la moitié du total de toutes les exportations (307 millions de dollars pour cette même période). Cette situation rend la Mongolie vulnérable aux variations des cours des matières premières ainsi le prix des minerais de cuivre a chuté de 54, 3% entre 1995 et 2001 puis a augmenté de plus de 100% entre 2005 et 2006 et continue d'augmenter soutenue par la croissance de la consommation chinoise des métaux non ferreux. Environ la moitié de la population loge dans des yourtes. Un tiers des Mongols sont de purs nomades, qui vivent de l'élevage de petits chevaux, de moutons, de chèvres, de bovins (yacks, vaches) et de chameaux. Grâce à eux, la Mongolie est exportatrice de produits d'origine animale: viande, laine et poils d'animaux, dont le cachemire (1 producteur mondial; 2 ressource nationale après le cuivre). L'élevage de chèvres à cachemire pose malheureusement des problèmes écologiques. Jusque dans les années 1970, avant la mise en service de mines comme celle d'Erdenet, l'élevage et les industries qui leur étaient liées constituaient de loin la première ressource du pays. L'industrie textile intervient pour un quart des exportations, mais 85% des usines sont à capitaux étrangers (surtout chinois) ou mixtes. Elles utilisent des matériaux importés, comme le coton. Malgré la pratique de l'élevage et la culture du blé, la Mongolie ne peut pas subvenir à ses besoins en nourriture, à cause d'un changement culturel. Ceci contribue au déficit chronique de sa balance commerciale et à son endettement. Après des décennies d'économie planifiée, ce pays a effectué une difficile transition vers l'économie de marché. L'inflation a atteint 325% en 1992, après l'effondrement du régime communiste, mais elle a par la suite été maîtrisée. En 1998, on estimait que le taux de chômage était de 15% de la population active et qu'il atteignait 30% en zone urbaine. En 2002, le salaire mensuel moyen n'était que de 75 500 tugrigs (soit environ 68 euros). Bien que le chômage sévisse surtout en ville, le revenu moyen y est plus élevé qu'à la campagne. Le pays a une dette considérable de 11 milliards de dollars vis-à-vis de la Russie. Le Mongolie a rejoint l'Organisation Mondiale du Commerce en 1997. La Mongolie est un pavillon de complaisance.

Communications et transports

Culture

Combat traditionnel de Burumbators (guerriers) au festival Naadam près de Oulan-Bator Le festival principal est le Naadam, qui célèbre l'indépendance de la Mongolie par rapport à la Chine. Il a lieu en juillet et se compose des sports traditionnels mongols : tir à l'arc, courses de chevaux, lutte mongole. Les courses de chevaux ne sont pas les mêmes qu'en occident. Il s'agit de longues courses dans la campagne, les chevaux de 2 ans parcourent 15 km et les adultes 75 km. Chaque famille peut y présenter un cheval. Les chevaux sont montés par des enfants de moins de 12 ans. On dit qu'un cheval montre sa bravoure lorsqu'il peut être conduit même par un tout petit. Le vainqueur de la course rapporte un grand honneur pour toute sa famille. Le symbole national qui est présent sur le drapeau, le soyombo est un symbole bouddhiste qui représente le soleil, la lune, les étoiles et la cosmologie traditionnelle tibétaine.

Rites et religion

La religion principale de la Mongolie est le bouddhisme tibétain. Le Tibet est l’écrin traditionnel du bouddhisme tibétain, une forme distinctive de Vajrayana. Le bouddhisme tibétain est non seulement pratiqué au Tibet, mais aussi en Mongolie, dans la République de Bouriatie, la République de Touva et la République de Kalmoukie. C'est Altan Khan qui rétablit les liens entre la Mongolie et les chefs religieux du Tibet. Il créa et offrit le titre de Dalaï Lama (« Océan de Sagesse ») à Sonam Gyatso, chef du courant réformateur Guélougpa, titre qui fut appliqué rétrospectivement à ses deux prédécesseurs(Gedun Drub et Gedun Gyatso). Il invita deux fois Sonam Gyatso, le troisième Dalaï Lama, en Mongolie (1569, 1578) et se convertit au bouddhisme tibétain durant la seconde visite du lama. Pendant la période communiste, et surtout en 1939, les monastères bouddhistes ont été vandalisés ou ont été détruits totalement.

Musique

La musique est un élément important de la société traditionnelle mongole, et les Mongols pensent qu'elle appelle la bonne fortune. Les chants sont chantés n'importe où, pour passer le temps, bercer les bébés, porter chance lors des célébrations nationales ou encore encourager les enfants à étudier. La musique est également jouée avec de nombreux instruments traditionnels ; soit en accompagnement des chansons ou danses, soit en tant que telle. Les premiers instruments de musique utilisés en Mongolie étaient des percussions, comme on peut s'en apercevoir sur les pétroglyphes hérités de cette époque. Les Huns utilisaient des tambours, cors, flutes, pi-pa (sortes de mandoline) et des instruments à cordes que l'on faisait vibrer grâce à un arc. Durant l'époque de l'État de Sianbe , 80 types d'instruments étaient joués à la cour du roi lors de célébrations importantes. Il est notoire que Koubilaï Khan enployait 412 musiciens professionnels. Les principaux instruments associés à l'art folklorique mongol sont de nos jours, le khuuchir, le yochin, le yatga, le limbe, le shanz et le morin khuur. Le chant diphonique ou khoomii est un type de chant unique, qui requiert du chanteur qu'il génère deux notes à la fois.

Codes

La Mongolie a pour codes :
- MG, selon la liste des codes pays utilisés par l'OTAN, code alpha-2,
- MGL, selon la liste des codes pays du CIO,
- MGL, selon la liste des codes internationaux des plaques minéralogiques,
- MN, selon la norme ISO 3166-1 (liste des codes pays), code alpha-2,
- MNG, selon la norme ISO 3166-1 (liste des codes pays), code alpha-3,
- MNG, selon la liste des codes pays utilisés par l'OTAN, code alpha-3,
- MT, selon la liste des préfixes OACI d'immatriculation des aéronefs,
- ZM, selon la liste des préfixes des codes OACI des aéroports,
- .mn, selon la liste des Internet TLD (Top level domain)

Notes

Voir aussi

===
Sujets connexes
Altan Khan   Ancolie   Anémone pulsatille   Armée rouge   Asie   Aymag   Balance commerciale   Blé   Bogdo Gegen   Bouddhisme tibétain   Bouriatie   Cachemire (tissu)   Chameau de Bactriane   Chant diphonique   Cheval   Cheval de Przewalski   Chèvre   Chômage   Civilisation chinoise   Climat   Coton   Cuivre   Dryade à huit pétales   Dynastie Qing   Désert de Gobi   Edelweiss   Empire mongol   Erdenet   Fluorine   Gengis Khan   Gentiane   Grue   Guerre froide   Güyük   Hamster   Houille   Huns   Hymne national de la Mongolie   Hémione   Hérisson   ISO 3166-1   Inflation   Kalmoukie   Kazakh   Kazakhs   Khitans   Kubilai Khan   Köktürks   Lac Baïkal   Liste de temples bouddhistes   Liste des codes internationaux des plaques minéralogiques   Liste des codes pays du CIO   Liste des codes pays utilisés par l'OTAN   Liste des préfixes OACI d'immatriculation des aéronefs   Liste des préfixes des codes OACI des aéroports   Loup   Lutte mongole   MG   MGL   MN   MNG   MT   Mandchous   Matricaire   Miyeegombo Enkhbold   Molybdène   Monastère de Gandantegchinlin   Mongol   Mongolie-Intérieure   Mongols   Mouton   Municipalité   Möngke   Nambaryn Enkhbayar   Natsagiyn Bagabandi   Nyam-Osoryn Tuyaa   Once (félin)   Or   Organisation des Nations unies   Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture   Oulan-Bator   Ours   Ouïghours   Parti démocratique (Mongolie)   Parti révolutionnaire du peuple mongol   Pavillon de complaisance   Pivoine   Premiers ministres de Mongolie   Présidents de Mongolie   Puyi   Pétrole   Rapace   Renoncule   Ruanruan   Russie   Référendum   République   République de Chine   République populaire de Chine   Saïga   Seconde Guerre mondiale   Sonam Gyatso   Steppe   Sukhbaatar   The Wall Street Journal   Tibet   Tir à l'arc   Touva   Tsakhiagiyn Elbegdorj   Tugrik   Tungstène   Vache   Xianbei   Xiongnu   Yourte  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^