Légion d'honneur

Infos
Première distribution des décorations de la Légion d’honneur, par l’empereur Napoléon Bonaparte le 14 juillet 1804 d’après le peintre Jean-Baptiste Debret Boulogne, le 16 août 1804 Charles Étienne Pierre Motte (1785-1836), d’après Victor-Jean Adam (1801-1866) L’ordre national de la Légion d’honneur est la plus haute décoration honorifique française. Elle a été instituée le 19 mai 1802 par Napoléon Bonaparte. Elle récompense les mérites éminents
Légion d'honneur

Première distribution des décorations de la Légion d’honneur, par l’empereur Napoléon Bonaparte le 14 juillet 1804 d’après le peintre Jean-Baptiste Debret Boulogne, le 16 août 1804 Charles Étienne Pierre Motte (1785-1836), d’après Victor-Jean Adam (1801-1866) L’ordre national de la Légion d’honneur est la plus haute décoration honorifique française. Elle a été instituée le 19 mai 1802 par Napoléon Bonaparte. Elle récompense les mérites éminents militaires ou civils rendus à la Nation.

Historique

Romaine par son nom (inspirée par la Legio honoratorum conscripta de l’Antiquité), par son symbolisme (les aigles) et son organisation (seize cohortes pour la France), la Légion d’honneur rompt avec la tradition des ordres d’Ancien Régime en étant ouverte à tous, et non seulement aux nobles, officiers, riches et puissants. Comme certains y voyaient une atteinte au principe de l’égalité civique, Bonaparte, en conseil d’État justifie cette institution : « Je vous défie de me montrer une république, ancienne ou moderne, qui savait se faire sans distinctions. Vous les appelez les hochets, mais c’est avec des hochets que l’on mène les hommes. » La Révolution française avait en effet aboli toutes les décorations de l’Ancien Régime et, sous la Convention, les généraux avaient pris pour habitude d’attribuer des armes d’honneur (fusil d’honneur, sabre d’honneur, ou encore tambour d’honneur) pour récompenser les actes de bravoure. Le 14 juillet 1804 eut lieu en la chapelle des Invalides la toute première remise de Légion d’honneur par Napoléon Bonaparte aux officiers méritants au cours d’une fastueuse cérémonie officielle. L’association des mérites militaires et civils (la répartition actuelle est environ 2/3 1/3), permet à l’ordre de survivre à tous les régimes jusqu’à aujourd’hui, où on dénombre plus de 110 000 légionnaires. Les légionnaires sont distingués selon trois grades :
- Chevalier (100 000)
- Officier (10 000)
- Commandeur (1 250) Et trois dignités :
- Grand officier (250)
- Grand'croix (75)
- Grand maître (1) La croix a été remise également à des villes (Luxembourg, Liège, Belgrade, Stalingrad, Verdun, Rouen et dernièrement, Alger en 2004), des régiments, des établissements d’enseignement (du supérieur comme l’École Centrale ParisDécoration remise par le président de la République Paul Doumergue le 26 mai 1929 à l’occasion du centenaire de l’École Centrale des Arts et Manufactures, couramment appelée École Centrale Paris., l'École polytechnique, les Ecoles Nationales d'Arts et Métiers (aujourd'hui ENSAM puis Arts et Metiers ParisTech (decernée par le président Lebrun en 1927) ou l’École des chartes ou du secondaire comme le lycée Lalande de Bourg-en-Bresse), des communautés, des entreprises (dont la SNCF) et une association (la Croix-Rouge française). La Légion d’honneur n’est pas réservée aux Français : elle est aussi attribuée à titre protocolaire aux chefs d’État, Premiers ministres, membres de gouvernement et ambassadeurs étrangers lors de leur venue en France, et à quiconque a servi les intérêts de la France. Par exemple, le 19 février 1999, le président de la République Jacques Chirac a remis l’insigne à des anciens combattants américains de la Première Guerre mondiale. L’admission et l’avancement dans l’ordre sont prononcés dans la limite de contingents fixés par décret du président de la République pour une période de trois ans. Ces contingents sont répartis entre le président et les différents ministres qui adressent leurs propositions au Grand chancelier. L’accès à l’ordre ne peut se faire dans un grade supérieur à celui de chevalier, sauf quand il s’agit d’honorer une personnalité étrangère : c’est alors en fonction du rang protocolaire des récipiendaires (ainsi le prince Albert de Monaco a été directement élevé à la dignité de grand officier de l’ordre en 1984). L’admission dans l’ordre (chevalier) comportait à sa création, une rente annuelle insaisissable de deux cent cinquante francs or. En 2004, cette rente annuelle (chevalier) est de 6, 10 €. L’attribution est presque automatique pour les anciens ministres, les préfets honoraires, les anciens députés ou sénateurs (les ministres et parlementaires en activité sont exclus du champ sauf pour faits de guerre), les hauts magistrats et les membres du corps diplomatique. L’obtention d’une médaille d’or aux jeux Olympiques est une promotion spéciale. L’armée obtient cinquante pour cent des places et les autres professions bien représentées sont les policiers, les pompiers, les élus, les hauts fonctionnaires et les représentants des cultes. De plus, à l’origine, les descendants de trois générations successives de décorés de la Légion d’honneur obtenaient ladite décoration par l’hérédité. Cette disposition, tombée en désuétude depuis, n’a cependant jamais été abolie.

Description

L’insigne est une étoile à cinq rayons doubles émaillés de blanc, les dix pointes boutonnées. L’étoile et les boutons sont en argent pour les chevaliers, en vermeil pour les officiers. Les rayons sont reliés par une couronne, d’argent ou de vermeil suivant le grade, émaillée de vert et composée de feuilles de chêne (à droite) et de laurier (à gauche) et dont les extrémités inférieures, entrecroisées, sont attachées par un nœud. Le centre de l’étoile présente un médaillon en or avec l’effigie de la République, entourée d’un cercle bleu, portant les mots : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. L’étoile est suspendue à une couronne, d’argent ou de vermeil suivant le grade, émaillée de vert et composée de feuilles de chêne (cette fois-ci à gauche) et de laurier (cette fois-ci à droite). Au revers, le médaillon d’or porte deux drapeaux tricolores avec l’inscription Honneur et Patrie en exergue ainsi que la date de création de l’ordre : 29 floréal An X. L’insigne est suspendu à un ruban rouge peut-être hérité de l’Ordre militaire de Saint-Louis. Il comporte une rosette pour les officiers. La dimension de l’insigne en vermeil des commandeurs, suspendu à une cravate, est de moitié plus grande que celle des deux premiers grades. Les grands officiers portent la croix d’officier mais aussi une plaque (vulgairement appelée « crachat ») sur le côté droit de la poitrine. Les grand’croix portent la même plaque, mais en vermeil, sur le côté gauche de la poitrine. Leur croix de vermeil, presque du double de celle des deux premiers grades, se porte en écharpe, suspendue à un large ruban rouge qui passe sur l’épaule droite. En tenue civile, les chevaliers portent à la boutonnière un ruban rouge, les officiers une rosette rouge, les commandeurs une rosette rouge sur demi-nœud en argent, les grands officiers une rosette rouge demi-nœud moitié argent moitié or, et les grand’croix une rosette rouge sur demi-nœud en or. Le demi-nœud est vulgairement appelé « canapé ». center

Ordre

La devise de l’ordre est Honneur et Patrie. Le Président de la République est le grand maître de l’Ordre. Le grand collier (composé de 16 anneaux en or massif) est remis au président par le grand chancelier, le jour de son investiture. On le voit sur les photos officielles puis il est déposé au musée de la Légion d’honneur. Le grand chancelier de la Légion d’honneur est choisi parmi les grand’croix par le président de la République. Depuis 1969, il est nommé pour six ans. Depuis le premier chancelier, Lacépède, seuls des militaires ont été nommés. Les responsabilités du grand chancelier sont assez étendues : il a la charge de tous les problèmes liés aux décorations en France. C’est notamment le grand chancelier qui accorde les autorisations de port des décorations étrangères. Il est également grand chancelier de l’ordre national du Mérite. Le grand chancelier est assisté d’un conseil réunissant des membres divers de la Légion, civils et militaires, à partir du grade de commandeur. La grande chancellerie est située à Paris dans le arrondissement dans l’hôtel de Salm appelé aujourd’hui palais de la Légion d'honneur. Ce palais abrite aussi le musée de la Légion d’honneur.

Récipiendaires de la Légion d’honneur

-Catégories :
-:Catégorie:Chevalier de la Légion d'honneur
-:Catégorie:Officier de la Légion d'honneur
-:Catégorie:Commandeur de la Légion d'honneur
-:Catégorie:Grand Officier de la Légion d'honneur
-:Catégorie:Grand-croix de la Légion d'honneur
-Listes :
-Liste des grands chanceliers de la Légion d'honneur
-Liste des grands maîtres de la légion d'honneur

Maisons d’éducation de la Légion d’honneur

Principales autres décorations françaises

Dans le respect de l’ordre protocolaire de port des principales décorations françaises:

Refus de la décoration

-Le Curé d'Ars, saint Jean-Marie Vianney, reçut la croix de chevalier de la légion d'honneur en 1855, à son insu : la demande en avait été faite par le sous-préfet de Trévoux et le préfet de l'Ain. Il la refusa au motif que la croix ne rapporterait pas d'argent pour les pauvres. Malgré ce refus, la chancellerie de la légion d'honneur lui envoya la croix sans demander l'argent. En définitive, il ne la porta jamais mais fut posée sur son cercueil.Dans Le Curé d'Ars, Mgr Francis Trochu, 1925.
-« Jean Victor Marie Moreau se moquait de l’institution de la Légion d’honneur. Quelqu’un lui disait qu’on avait dessein de donner la croix, non-seulement à ceux qui se seraient distingués par la gloire des armes, encore à ceux qui se seraient fait remarquer par leur mérite et par leur savoir. Il s’écria : « Eh bien ! je vais demander la croix de commandeur de l’Ordre pour mon cuisinier, car il a un mérite supérieur dans l’art de la cuisine. » (O'Meara.)
-Les collaborateurs du Canard enchaîné refusent depuis toujours les décorations, au premier rang desquelles la Légion d’honneur (Pierre Scize, journaliste, sera renvoyé du journal en 1933 pour l’avoir acceptée).
-Ils refusèrent la décoration : le dramaturge Népomucène Lemercier refusant de prêter serment à l’Empereur et à sa dynastie, La Fayette et le poète Jean-François Ducis, Gérard de Nerval, George Sand (qui écrivit au ministre qui lui proposait la croix: « Ne faites pas cela cher ami, je ne veux pas avoir l’air d’une vieille cantinière ! ») , Honoré Daumier (qui déclara: « Je prie le gouvernement de me laisser tranquille ! »), Littré, Gustave Courbet, Guy de Maupassant, Maurice Ravel (qui refuse immédiatement cette distinction, sans donner de justification), Pierre et Marie Curie (Pierre, à qui l’on proposait la croix, rétorqua simplement: « Je n'en vois pas la nécessité »), Eugène Le Roy, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Albert Camus, Antoine Pinay, Brigitte Bardot (qui est décorée en 1985 mais refuse d’aller la chercher), Catherine Deneuve.
-Hector Berlioz, auquel l’État désargenté voulait payer une messe de Requiem avec le ruban rouge, s'écria: « Je me fous de votre croix. Donnez-moi mon argent ! ».
-Des poètes anarchistes comme Jacques Prévert, Georges Brassens qui en fit une chanson ou Léo Ferré, qui a brocardé « ce ruban malheureux et rouge comme la honte ».
-Geneviève de Fontenay, la présidente du Comité Miss France qu’un sénateur de Savoie voulait proposer, l’a aussi refusée pour des raisons inverses : « C’est vraiment désacraliser le ruban que de le distribuer à n’importe qui… comme des médailles en chocolat. ».
-Distingué fin décembre 1997, l’écrivain Bernard Clavel a fait savoir qu’il refusait de recevoir la Légion d’honneur, préférant rester « dans le clan de ceux qui l’ont refusée ». Il a ajouté que son oncle Charles Clavel l’avait reçue parce qu’il avait abondamment versé son sang pour son pays dans une terrible guerre : « Je pense qu’il se retournerait dans sa tombe en me voyant porter le même ruban que lui. ». C’est également le cas de Philippe Séguin, dont le père ne fut pas décoré de la Légion d’honneur à titre posthume lors de la Seconde guerre mondiale.
-Lors d’une rencontre, le président de la République Vincent Auriol propose la Légion d’honneur à Marcel Aymé. En retour, l’écrivain lui indique sans ménagement tout le mépris que lui inspire son interlocuteur. Puis il termine par ces mots, demeurés célèbres : « Quant à votre Légion d’honneur, monsieur le président, sauf votre respect, vous pouvez vous la carrer dans le train… »
-Le sculpteur résistant René Iché, décoré comme chevalier pour 1914-1918, refusa la promotion d’officier en 1947 estimant que cette décoration perdait tout sens s’il la recevait en tant qu’artiste ou en tant que résistant pionnier de 1940.
-Certaines personnes choisissent d’accepter la décoration mais refusent de la porter, par exemple Jean d'Ormesson, de l’Académie française.
-Érik Satie affirme : « Ce n’est pas tout que de refuser la Légion d’honneur. Encore faut-il ne pas l’avoir méritée ».
-De même, lorsque Aragon la refuse, Jacques Prévert, feignant la sévérité, lui dit : « C'est très bien de la refuser ; mais encore faudrait-il ne pas l'avoir méritée ».
-Le , le président de l’Organisation d’Education supérieure turque et ancien recteur de l’université Galatasaray, Prof. Erdogan Teziç, a rendu la Légion d’honneur qu’il avait reçu le 17 septembre 2004 pour protester contre l’adoption de la loi par l’Assemblée nationale française visant à pénaliser la négation du génocide arménien.

Citations

-« En France, le deuil des convictions se porte en rouge et à la boutonnière », Jules Renard, Journal.
-« Si on voulait me donner la légion d'honneur, j'irais la chercher en slip pour qu'ils ne sachent pas où la mettre », Coluche
-« La Légion d’honneur, ça ne se demande pas, ça ne se refuse pas et ça ne se porte pas » François Mauriac

Musée de la Légion d'honneur

-Musée national de la Légion d'honneur
- 2, rue de la Légion d'honneur 75007 Paris (anciennement rue de Bellechasse) - RER C : Musée d'Orsay
-Horaires: Ouvert du mercredi au dimanche de 13h à 18h, Le mardi, accessible aux groupes sur réservation, Fermé le lundi ainsi que les 1 janvier, 1 mai, 15 août, 1 novembre et 25 décembre.
-Tarif: Gratuit

Unités Militaires

Armée de Terre

-23e régiment d'infanterie de ligne
-26e régiment d'infanterie de ligne
-57e régiment d'infanterie de ligne
-137e régiment d'infanterie de ligne
-152e régiment d'infanterie de ligne
-1er régiment parachutiste d'infanterie de marine
-1er régiment d'infanterie de marine
-2e régiment d'infanterie de marine
-Régiment d'infanterie-chars de marine
-1er régiment d'artillerie de marine
-11e régiment d'artillerie de marine
-3e régiment étranger d'infanterie
-2e régiment étranger de parachutistes
-1er régiment du train

Notes

Voir aussi

===
Sujets connexes
Académie française   Aigle (oiseau)   Albert Camus   Alger   Ambassade   Ambassadeur   Ancien Régime   Antiquité   Antoine Pinay   Assemblée nationale (France)   Belgrade   Bernard Clavel   Bleu   Boulogne-sur-Mer   Bourg-en-Bresse   Brigitte Bardot   Catherine Deneuve   Chef d'État   Chêne   Coluche   Comité Miss France   Convention   Croix-Rouge française   Croix de guerre 1914-1918   Croix de guerre 1939-1945   Croix de la Valeur militaire   Culte   Décembre   Eugène Le Roy   Fonction publique   Franc or   France   François Mauriac   Geneviève de Fontenay   George Sand   Georges Brassens   Gouvernement   Gustave Courbet   Guy de Maupassant   Génocide arménien   Gérard de Nerval   Hector Berlioz   Honoré Daumier   Jacques Chirac   Jacques Prévert   Jean-Baptiste Debret   Jean-François Ducis   Jean-Paul Sartre   Jean Victor Marie Moreau   Jean d'Ormesson   Jeux Olympiques   Jules Renard   La Fayette   Laurier sauce   Le Canard enchaîné   Ligne C du RER d'Île-de-France   Liste des grands chanceliers de la Légion d'honneur   Liste des grands maîtres de la légion d'honneur   Liège   Louis Aragon   Luxembourg (ville)   Lycée Lalande   Léo Ferré   Magistrat   Marcel Aymé   Marie Curie   Maurice Ravel   Ministre   Médaille de la Résistance   Médaille militaire   Mérite agricole   Napoléon Ier   Népomucène Lemercier   O'Meara   Ordre de la Libération   Ordre du Mérite maritime   Ordre national du Mérite   Palais de la Légion d'honneur   Palmes académiques   Paris   Philippe Séguin   Pierre Curie   Pierre Scize   Policier   Pompier   Premier ministre   Première Guerre mondiale   Préfet   Président de la République   Président de la République française   René Iché   Rouen   Régiment d'infanterie-chars de marine   Régiment de marche de la Légion étrangère   République   Révolution française   Savoie (département)   Simone de Beauvoir   Société nationale des chemins de fer français   Symbole   Sénat (France)   Turquie   Université Galatasaray   Verdun (Meuse)   Vert   Vincent Auriol  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^