Histoire de l'Albanie

Infos
Histoire de l'Albanie

De l'Antiquité au Moyen Âge

L’occupation du sol intervient au Paléolithique moyen. Les historiens albanais et d'autres spécialistes tels qu'Arthur Evans, Stipcevic, Ducellier, Metais, Castellan, P. Cabanes etc, considèrent généralement que le peuple illyrien, peuple indo-européen, est l'ancêtre des actuels Albanais. Les Illyriens apparurent environ 1 000 av. J.C., à une époque charnière entre l'âge du bronze et l'âge du fer. Les archéologues les associent à la culture de Hallstatt. Leur civilisation se développa rapidement, dès le VIIe siècle avant J.-C., au contact des Grecs qui établirent, notamment à Épidammon (Durrës) et à Apollonie (près de Fier), des colonies dont subsistent d’importants vestiges. Les Illyriens, qui débordaient largement les limites des pays aujourd’hui occupés par des Albanais, se divisèrent progressivement en petits États ennemis que les Macédoniens soumirent. Le royaume illyrien du est ainsi vaincu en -359 par Philippe II de Macédoine, père d'Alexandre le Grand. Les Illyriens reprirent leur indépendance ensuite et le royaume d’Épire eut son heure de gloire avec Pyrrhus. L'Empire romain commence la conquête de cette région au IV siècle av. J.-C. L’ensemble du pays devait finalement passer, non sans mal, sous la domination de Rome entre . La majeure partie de l'Albanie actuelle est intégrée dans la province d'Illyrie, créée en -9. Peu à peu la civilisation romaine se répandait, surtout sur les côtes et le long de voies de pénétration (la via Egnatia, en particulier). L’assimilation devait être telle que l’Illyrie, christianisée dès le (avec saint Asti à Durrës et saint Donat à Vlora), fournit, au , plusieurs empereurs. Après l'éclatement de l'empire romain en 395, elle deviendra province de l'Empire byzantin. Suivront plusieurs vagues d'invasions barbares (Goths, Huns), puis le déferlement slave des VIe et et elle sera soumise au royaume de Bulgarie au . Les populations autochtones se réfugient alors dans les montagnes. On voit apparaître le terme Albanais en 1081 dans un écrit d'un empereur byzantin. Les Serbes occupèrent à leur tour le nord et l'est de l'Albanie vers la fin du , et l'inclurent dans un éphémère empire au , dirigé par Stefan Uroš IV Dušan.

La domination ottomane

L'invasion turque de la fin du sera contrée par Skanderbeg, le héros national albanais, entre 1443 et 1478, avec l'aide des villes italiennes chrétiennes et du Vatican. Mais finalement l'Empire ottoman finira par s'imposer durablement en 1478, douze ans après la mort du prince albanais. Le pays sera alors largement islamisé. Par la suite, il connaîtra une importante vague d'émigration en direction de l'Italie, de la Grèce et de l'Égypte. Le peuple albanais était soumis à un "impôt sur le sang" ; les familles de plus de sept membres étaient contraintes de faire don d'un de leurs enfants au Sultan. Ainsi, les enfants chrétiens des familles albanaises dominantes seront souvent convertis à l'islam, puis éduqués en Turquie. Certains deviendront de redoutables guerriers dans la garde d'élite du sultan, les janissaires. D'autres joueront un rôle non négligeable dans les milieux dirigeants. Sur le terrain, l'influence ottomane devint prépondérante dans les plaines, mais les zones montagneuses permirent aux albanais (Gegs au nord et Tosks au sud) de conserver un mode de vie ancestral, patriarcal, qui perdure encore parfois aujourd'hui. Au fil des siècles d'occupation, le pouvoir central ottoman aura de plus en plus de difficultés à contrôler ces régions en bordure de l'empire. Au cours du , les chefs locaux regagnent en puissance, entretenant des hommes armés, se combattant mutuellement pour affirmer leur pouvoir. L'Empire ottoman tentera de reprendre la main au cours du , après avoir réduit les velléités d'indépendance de la famille Bushati et d'Ali Pasha. Le pays fut redécoupé administrativement, des écoles islamiques ouvertes et de nouveaux gouverneurs nommés par le pouvoir central. Dans l'ensemble, en dépit des déformations nationalistes défendues par la plupart des historiens albanais, la période ottomane a permis une interaction fructueuse entre les différentes cultures. Une assez grande tolérance religieuse a permis la coexistence de chrétiens, de musulmans et de juifs. Le développement économique a été stimulé par l'existence d'un vaste espace commercial commun du Danube aux limites de la Perse.

La naissance d'une nation

Dans les années 1870, le gouvernement turc se rendit compte de la vanité de ses efforts pour maintenir l'intégrité de l'empire. Partout dans les Balkans se développait l'idée du nationalisme. Les Albanais seront parmi les derniers à développer cette conscience nationale, d'une part à cause de leurs liens importants avec l'islam, mais également à cause de leurs dissensions internes et à la crainte de tomber sous le joug des nations voisines émergentes (Serbie, Monténégro, Bulgarie et Grèce). Le mouvement se concrétisa avec la constitution de la Ligue de Prizren, en 1878 qui réclama l'autonomie. C'est en 1912, lors de la première guerre des Balkans, que l'indépendance fut proclamée, alors que le pays était la convoitise de ses voisins. Les puissances européennes la reconnurent en 1913, mais le jeune État tomba rapidement dans le chaos de la Première Guerre mondiale. Il fut tour à tour occupé par la Grèce, l'Italie, la Serbie et le Monténégro, puis par les Austro-Hongrois et Bulgares.

L'entre-deux-guerres

L'indépendance de l'Albanie est internationalement reconnue, par le traité de Tirana de 1919, notamment sous la pression des É.-U., alors que certains états européens prévoyaient de diviser le pays entre ses voisins. L'Albanie recherche plutôt l'aide et la protection italiennes, comme bouclier contre les appétits des autres états balkaniques. À cette époque, l'influence de l'Italie ne cesse de croître. Ahmet Zog, un chef conservateur musulman, prend le pouvoir et se fait proclamer roi en 1928, mais l'Italie fasciste de Benito Mussolini envahit le pays en 1939 et le renverse.

La Seconde Guerre mondiale et l'ère stalinienne

Commence alors une période d'occupation par les forces italiennes et allemandes. Pendant la Seconde Guerre mondiale, des mouvements de résistance s'organisent, nationaliste et communiste, avec le soutien de leurs homologues yougoslaves. La guerilla communiste acquiert une position dominante, après avoir été systématiquement épuré des militants non staliniens (ainsi, les militants du groupe Zjarri, "Le Feu"). Le leader communiste stalinien Enver Hoxha devient Président d'une république populaire proclamée en 1946 - et s'installe, de fait, en dictateur du pays. La politique qu'il suit est au départ d'inspiration stalinienne. Il rompt avec Tito en 1948 lorsque celui-ci prend ses distances avec l'URSS, et fait exécuter dans la même année l'un de ses ministres, Koçi Xoxe, qu'il considère trop proche du dictateur yougoslave. Mais le pays s'écartera de l'influence soviétique en 1961, puis s'alignera sur la Chine. Par la suite - à partir de 1978 - les dirigeants choisiront la voie d'un isolationnisme complet, cherchant à vivre en autarcie totale. Le pays s'enfonce encore davantage dans l'isolement, la répression, le retard technologique et économique ; de 1974 à 1981, une série de purges décimeront les milieux dirigeants. En 1980, l'ancien compagnon d'armes de Hoxha, Mehmet Shehu, ne sera pas choisi pour succéder au dictateur, dont la santé a beaucoup décliné. Shehu sera retrouvé mort en 1981, suicidé ; on soupçonnera toutefois un assassinat politique. Sa famille et ses partisans furent aussitôt démis de leurs fonctions politiques ; quant à Mehmet Shehu, il fut accusé après sa mort d'avoir été un espion à la solde de pays étrangers.

L'ouverture démocratique

Après la mort de Enver Hoxha en 1985, le communiste Ramiz Alia prend la tête du pays mais le régime s'ouvre au multipartisme en suivant le mouvement amorcé dans d'autres pays post-staliniens européens. En 1992, le Parti démocrate albanais domine le Parti de travailleurs de l'ancien dictateur et Sali Berisha devient le premier président démocratiquement élu. Une nouvelle constitution ratifiée en 1998 pose les bases d'un état de droit garantissant les libertés individuelles. Depuis, la majorité a déjà changé plusieurs fois de camp. La situation demeure pourtant instable et l'état doit lutter contre la corruption et le crime organisé. Les territoires septentrionaux, qui ont accueilli des centaines de milliers de réfugiés provenant du Kosovo, sont mal contrôlés par le gouvernement central. Un scandale financier (la banqueroute de sociétés d'épargne en 1996), en ruinant nombre d'Albanais, a discrédité la classe politique et a montré les difficultés économiques qui restent à surmonter.

Voir aussi

- Bajrak

Lien externe

- par Georges Castellan, Professeur honoraire à l’Institut national des langues et civilisations orientales.
- bg:История на Албания cs:Dějiny Albánie cy:Hanes Albania da:Albaniens historie de:Geschichte Albaniens en:History of Albania eo:Historio de Albanio es:Historia de Albania et:Albaania ajalugu hu:Albánia történelme it:Storia dell'Albania nl:Geschiedenis van Albanië pt:História da Albânia ru:История Албании sl:Zgodovina Albanije sq:Historia e Shqipërisë sv:Albaniens historia tr:Arnavutluk tarihi uk:Історія Албанії zh:阿尔巴尼亚历史
Sujets connexes
Alexandre le Grand   Années 1870   Apollonie d'Illyrie   Arthur John Evans   Autarcie   Bajrak   Balkans   Benito Mussolini   Bulgarie   Durrës   Empire byzantin   Empire ottoman   Empire romain   Entre-deux-guerres   Enver Hoxha   Fier   Gjergj Kastriot Skanderbeg   Goths   Grèce   Huns   Illyrie   Islam   Italie   Janissaire   Kosovo   Koçi Xoxe   Macédoniens   Monténégro   Philippe II de Macédoine   Première Guerre mondiale   Province romaine   Pyrrhus Ier   République populaire   République populaire de Chine   Sali Berisha   Seconde Guerre mondiale   Serbie   Stalinisme   Stefan Uroš IV Dušan   Turquie   Union des républiques socialistes soviétiques   Vatican   Via Egnatia   Yougoslavie  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^