Lénition

Infos
La lénition (ou adoucissementGeorges Mounin, Dictionnaire de la linguistique, Paris, PUF (coll. Quadrige), 1993, ), s. v.) est une mutation consonantique qui consiste en un affaiblissement des consonnes, à savoir le passage d'une série dite "forte" (fortis) à une série dite "douce" (lenis). Cet affaiblissement peut se produire en diachronie (par exemple l'évolution des occlusives brittoniques vers les constrictives en gallois
Lénition

La lénition (ou adoucissementGeorges Mounin, Dictionnaire de la linguistique, Paris, PUF (coll. Quadrige), 1993, ), s. v.) est une mutation consonantique qui consiste en un affaiblissement des consonnes, à savoir le passage d'une série dite "forte" (fortis) à une série dite "douce" (lenis). Cet affaiblissement peut se produire en diachronie (par exemple l'évolution des occlusives brittoniques vers les constrictives en gallois moderne) ou bien en synchronie : la lénition se produit de façon régulière en breton ou en finnois (alternance consonantique, finnois astevaihtelu).

Diversité du phénomène de lénition: quelques illustrations

La lénition se manifeste de manières variables, suivant la hiérarchie (du degré le plus fort au plus faible): consonne non voisée > voisée; consonne géminée (double) > simple; occlusive > affriquée > constrictive > sonante > semi-voyelle. Elle intervient dans diverses positions: (a) entre voyelles (position intervocalique) C'est le cas le plus fréquent, illustré par les exemples donnés plus haut (autres exemples, cf. l'article Mutation consonantique. (b) en initiale absolue devant voyelle Adoucissement des occlusives tendues dans certains parlers bavarois: Pech > Bech « malchance », Tag > Dåg « jour », Knecht > Gnecht « valet ». Le corseJ.-Ph. Dalberra & M.-J Dalberra-Stefanaggi, "", revue en ligne . présente un cas intermédiaire entre (a) et (b) et oppose la lénition des consonnes initiales après voyelle atone, au phénomène inverse ("fortition") après voyelles toniques:
- « trois pains » / « le pain » (c) devant consonne Telle est la spirantisation des occlusives sonores dans une série de mots du russe parlé: когда « quand », translit. kogda, transcription: . (d) en position finale Spirantisation de la gutturale finale l'hébreu מלך melex « roi », comparer avec מלכה malka « reine »

Stade ultime de la lénition: chute de la consonne

En diachronie, la lénition est souvent une étape menant à la disparition pure et simple de la consonne. Ainsi s'explique la finale -ée, des participes passés français:
-latin portata > ancien français porté(d)e (d présent dans de nombreuses langues romanes modernes) > français moderne portée. P. Fouché, Morphologie historique du français moderne, Paris, Klincksieck (coll. "Tradition de l'humanisme", IV), 1981 (2ème éd.), chap. IV. Cf. aussi la réalisation fréquente du mot russe ci-dessus: .

Références

Catégorie:Phonétique des consonnes Catégorie:Modification phonétique Catégorie:Phonologie Catégorie:Morphologie linguistique en:lenition es:Lenición
Sujets connexes
Alternance consonantique   Bavarois   Breton   Finnois   Mutation consonantique  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^