Christianisme

Infos
Le christianisme est une religion monothéiste, fondée sur la vie et les enseignements de Jésus de Nazareth tels qu'ils sont présentés dans le Nouveau Testament, et qui est apparue après sa crucifixion, au I siècle. Ce terme vient du Grec , l'équivalent du terme hébraïque Messie (מָשִׁיחַ - mashia'h, litteralement "celui qui est oint"), et de lui découle l'appellation Jesus-Christ: Les chrétiens croient en effet que Jésus de N
Christianisme

Le christianisme est une religion monothéiste, fondée sur la vie et les enseignements de Jésus de Nazareth tels qu'ils sont présentés dans le Nouveau Testament, et qui est apparue après sa crucifixion, au I siècle. Ce terme vient du Grec , l'équivalent du terme hébraïque Messie (מָשִׁיחַ - mashia'h, litteralement "celui qui est oint"), et de lui découle l'appellation Jesus-Christ: Les chrétiens croient en effet que Jésus de Nazareth est le fils de Dieu et le Messie que prophétisait l'Ancien Testament.Les chrétiens les plus nombreux, à savoir les catholiques et les orthodoxes des 7 conciles tiennent un grand compte de la "tradition", c'est-à-dire de l'interprétation patristique des textes scripturaires. L'accentuation de "l'accomplissement des prophéties" est une doctrine propre aux églises évangélicalistes d'origine américaine. Les autres chrétiens parlent d'accomplissement des écritures, expression plus neutre et sujette à plusieurs interprétations. Les Actes des Apôtres indiquent que le nom de chrétien (Grec ), signifiant appartenant au Christ ou partisan du Christ, fut donné à ses disciples à Antioche au milieu du premier siècle. La référence la plus ancienne connue pour le terme christianisme (Grec ) se trouve dans la lettre d'Ignace d'Antioche aux Magnésiens à la fin du premier siècle.Lettre d'Ignace d'Antioche aux Magnésiens, note 14, dans Les Pères Apostoliques, Coll. Foi Vivante, Cerf, 1998 p.174. Ayant profondément marqué la civilisation occidentale, le christianisme est de nos jours la religion la plus répandue dans le monde 2, 1 milliards, chiffre de 2001. Elle est présente sur tous les continents, et plus particulièrement en Europe, en Amérique, en Afrique sub-saharienne et en Océanie où elle est prédominante. Le christianisme partage ses origines et nombre de ses textes avec le Judaisme, particulièrement la Bible Hébraique, connue chez les chrétiens sous le nom d'Ancien Testament ou de Premier Testament.; ; ; ; ; ; ; Tacite, Annales xv 44; Flavius Josephe Antiquités xviii 3. Comme le Judaisme et l'Islam, le christianisme est classé parmi les religions abrahamiquesJ.Z.Smith 98, p.276Anidjar 2001, p.3.

Doctrine

En raison de la grande diversité que l'on peut observer dans les croyances et pratiques chrétiennes au fil des siècles et autour du monde, il est difficile de donner une vision synthétique de la foi chrétienne et de sa doctrine. Cependant certains éléments d'homogénéité existent.

Jésus-Christ

Jésus-Christ en tant que figure centrale des croyances est un de ces éléments d'homogénéité. En effet, sans oublier que des divergences très grandes peuvent exister dans leurs interprétations de ses enseignements et de ceux à tirer de son existence, les chrétiens ont tous pour point commun de prendre la vie de Jésus et son sacrifice en exemple. Le fondement de la religion chrétienne est la foi en la résurrection de Jésus-Christ, et ce même si tous les chrétiens ne s'accordent pas sur une même signification du terme résurrection. Certains soulignent que le terme grec dit "relever des morts" et non "revenir à la vie"., Ainsi que le proclame l'un des textes les plus anciens du Nouveau Testament, le kerygme de la lettre de saint Paul aux Corinthiens : Si Christ n'est pas ressuscité, notre prédication est vide et vide aussi votre foi (1 Co 15;14 ). Les chrétiens ont peu à peu précisé cette foi en en réunissant les principaux éléments dans le Credo de Nicée-Constantinople, appelé aussi "Symbole des Apôtres" qui ne vaut que pour les chrétiens "chalcédoniens", c'est-à-dire trinitaires. La seule prière qui fait l'unanimité de tous les chrétiens est le Notre Père":
-Il n'y a qu'un Dieu unique (monothéisme) et Créateur ;
-Jésus-Christ est son Fils Unique, il a souffert, est mort et ressuscité, il est monté aux cieux pour juger les vivants et les morts. L'expression de "Fils Unique", exprimée à la lumière des connaissances de l'époque, ne parle pas d'une filiation biologiquele catholicisme insiste sur la filiation biologique dans la doctrine de la virginité perpétuelle mais doit être entendu dans la continuité de la tradition biblique (cf. Jésus affirmant : "je ne suis pas venu abolir la Loi mais l'accomplir pleinement"). Les chrétiens proclament que Dieu se révèle de façon unique en Jésus-Christ ;
-L'Esprit Saint intercède pour les hommes ;
-Jésus-Christ a institué une Église sur terre ; De là découle le dogmeAucune constitution dogmatique n'existe de la trinité qui est un cumul de divers dogmes. Cf. Dogmes catholiques de la Trinité : le Dieu unique se révèle en trois personnesLe terme de "personne" a donné lieu à de nombreuses interprétations. Augustin d'Hippone précise que ce terme, humain, ne définit qu'imparfaitement la Trinité., Père, Fils et Esprit Saint. La triple invocation du baptême ("au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit", cf la fin de l'Évangile de Matthieu, dont les exégètes soulignent qu'il s'agit d'une formule baptismale en usage dès le ) va être conceptualisée sous forme du dogme de la Trinité lors des grands Conciles du . A cette profession de foi, les premiers chrétiens proclament très tôt que Jésus était le Messie annoncé par les prophètes (cf discours de Pierre dans Ac 2), d'où découle le terme Jésus-Christ (le messie, ou christos en grec, est celui qui a reçu l'huile sainte ; de là vient la dénomination de chrétien). Jésus est considéré comme vrai Dieu et vrai homme par la plupart des chrétiens. Cette croyance ne caractérise pas tous les chrétiens et, pour ceux qui y adhèrent, les modalités en sont différentes selon qu'ils se revendiquent des Églises des deux conciles, des 3 conciles, des 7 conciles. Cette doctrine mit du temps à s'imposer, d'où la subsistance de chrétiens anti trinitaires appelés unitariens répartis au sein de diverses églises qui réfutent la Trinité.

Le problème de l'historicité

Il est difficile de faire une lecture historique du nouveau testament, et ce pour plusieurs raisons : ce sont avant tout des témoignages écrits par des croyants qui retranscrivent leur expérience, et non une relation de faits historiques (ce qui n'empêche pas de les considérer comme des témoignages historiques de première main). D'autre part, il faudrait pouvoir comparer ces textes à d'autres récits relatant les mêmes faits ; or, il y a très peu de sources écrites précises, en dehors des évangiles, sur la vie de Jésus. Des textes non bibliques font mention de la présence de Jésus et des controverses qu'il a provoquées au sein du peuple juif, mais rien d'assez complet pour permettre une réelle confrontation avec le contenu des évangiles. On considère comme mineures les éventuelles modifications, volontaires ou involontaires, dues aux traductions. Le Premier Testament donne un bon exemple de ce respect des textes sacrés. On peut citer le cas du manuscrit d'Isaïe retrouvé à Qumran près de la Mer Morte, contemporain de Jésus, et qui montre que la retranscription ultérieure a été d'une grande fidélité. On trouve cependant des ajouts et des gloses, dont l'étude constitue une discipline de l'exégèse biblique : la critique textuelle. L'historien a en tous les cas peu de matériel pour émettre un jugement dans un sens ou dans l'autre sur le contenu de beaucoup de récits bibliques. Très peu de traces historiques, et rien d'archéologique, de l'existence de Jésus ne sont connues. Cette absence de traces, en particulier chez les auteurs du tournant du 19 et 20 siècle, très prolixes par ailleurs, est, pour certains, une preuve de l'inexistence du Christ

L'Ancien et le Nouveau Testament

Aux Écritures issues du judaïsme, qui correspondent à ce que les chrétiens nomment Ancien Testament, la tradition des premiers siècles du christianisme a adjoint le Nouveau Testament. On emploie souvent l'appellation « Premier » Testament au lieu d'Ancien, pour signifier que le Nouveau Testament ne vient pas remplacer l' « Ancien » mais l'accomplir. L'Ancien et le Nouveau Testament sont réunis dans la Bible chrétienne. Le Nouveau Testament est composé de quatre évangiles (selon Matthieu, Marc, Luc et Jean), des Actes des Apôtres, des Épîtres et de l'Apocalypse. On considère que la rédaction de ces textes s'étend de la seconde moitié du jusqu'au début du deuxième. Les manuscrits les plus anciens remontent au de notre ère. On appelle « évangiles synoptiques » les évangiles de Matthieu, Marc et Luc, qui sont construits sur le même plan ; l'évangile de Jean reste à part. Les épîtres de Paul de Tarse semblent être les plus anciennes (on date la première d'entre elles, l'épître aux Thessaloniciens, de l'année 50 environ) ; cette antériorité donne à Paul une place particulière dans le christianisme, certains le considérant comme le véritable fondateur de la religion et mettant en exergue sa rivalité avec Pierre. L'évangile de Marc est généralement considéré comme celui qui a été rédigé en premier (vers l'an 65 ?), et constituerait une des sources ayant servi à rédiger les deux autres synoptiques. Viendraient ensuite les autres évangiles (Matthieu, vers l'an 70 ; Luc peut-être dans les années 80 ; Jean après 90). Les évangiles ont été rédigés sur la base de traditions et de documents plus anciens, sans doute circulant sous forme orale. Leur rédaction est contemporaine de la disparition des témoins directs de la vie de Jésus, et manifeste la volonté de conserver l'essentiel de leur prédication. Les Actes des Apôtres sont la deuxième partie de l'évangile de Luc. L'Apocalypse et la Lettre aux Hébreux semblent être les textes les plus récents (toute fin du ). D´après son style, on suppose que l´apôtre Paul serait l´auteur de l´épitre aux Hébreux. Le canon ainsi constitué (ensemble des textes reconnus officiellement) écarte les textes dits apocryphes. L'existence des apocryphes révèle que le Nouveau Testament, tel que nous le connaissons aujourd'hui, est le fruit d'un choix parmi une multiplicité de documents témoignant de la vie et de la prédication de Jésus, ainsi que de la vie de l'Église primitive. Ce choix a été effectué au cours de l'histoire, en fonction de ce qui a paru alors vraisemblable, en fonction de l'ancienneté de la tradition à laquelle ces textes étaient rattachés, mais aussi en fonction des convictions des communautés chrétiennes. Le Nouveau Testament, comme ensemble de la Bible, est donc un témoignage de la foi de ces communautés avant d'être un récit historiqueSeules les églises les plus traditionnalistes reçoivent le NT comme un récit historique.

L'Église et le baptême

La résurrection de Jésus a déjà eu lieu ; elle est le début d'une nouvelle époque de l'histoire, l'accomplissement des temps, au terme de laquelle tous les humains connaîtront eux aussi la résurrection. Depuis Jésus, Dieu veutCette affirmation doctrinale n'est pas partagée par tous les chrétiens. Spécifiquement, les catholiques pensent que Dieu a fondé l'Église catholique, avec institutions alors que les autres chrétiens mettent l'accent sur le caractère "assemblée" créer une Église, non limitée aux seuls Juifs. Alors que Jésus est Le Fils de Dieu, les autres hommes le sont par adoption. (note: d'autre passages mentionnent Jesus comme "Fils de l'Homme", soit la réalité que l'homme est sensé incarner durant sa vie. Jesus est bel et bien Fils de Dieu et Fils de l'Homme, en ce sens qu'il fait la volonté de Dieu, et qu'être cela est le résultat du travail, du fruit, de la vie d'un homme.) C'est la foi en Jésus-Christ et l'acceptation de l'œuvre de rédemption qu'il a accomplie qui définit cette famille, et non la pratique de la loi mosaïque ou des doctrines religieuses : "un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu'" proclame la lettre aux Éphésiens (Ep 4, 5). On devient chrétien par le sacrement du baptême, Nombre de chrétiens anabaptistes considèrent que leurs enfants sont chrétiens avant d'avoir été baptisés, car ce courant théologique considère que ce n'est pas le rite qui fait le chrétien mais le genre de vie. que l'on ne reçoit qu'une seule fois même si on change d'Église mais ce point de vue n'est pas partagé par tous : le baptême représentant, alors, la confession publique de la conversion.''

Histoire du christianisme

Une religion issue du judaïsme

Pour les évangiles, Jésus « n'est pas venu abolir, mais accomplir » les Écritures. La perspective jésuanienne est donc celle d'un accomplissement de la foi juive, dans une interprétation particulière à Jésus lui-même, et non la création d'une nouvelle religion: Jésus, les apôtres, la Sainte Vierge, tout le groupe primitif était juif. Cette perspective se retrouve dans de nombreuses phrases de Jésus rapportées par les évangiles ; ainsi, les consignes données aux disciples de s'adresser "aux brebis perdues d'Israël", et non aux païens. Le christianisme a repris, de façon plus ou moins importante selon ses courants, plusieurs éléments présents dans le judaïsme de la période suivant la destruction du second Temple, tels que :
- l'adaptation de la forme du culte synagogal aux églises de paroisses, (le culte synagogal était déjà présent en Galilée) ;
- l'utilisation de l'ensemble des textes bibliques, au premier rang desquels les psaumes juifs, issus du livre des Louanges ; ces textes peuvent être lus sur des cycles variables, pouvant atteindre jusqu’à trois ans pour l'Église catholique ;
- un calendrier religieux, partiellement mobile, dans lequel certains évènements notables ou certains points de Foi donnent lieu à des célébrations annuelles ;
- l'utilisation de chants et d'hymnes dans la prière ;
- dans les célébrations et les réunions communautaires, l'utilisation de certains mots venant de l'hébreu biblique (par exemple : Amen, Hosanna, Alléluia). Il est admis aujourd'hui que la ligne de partage entre les chrétiens et les juifs passe par la reconnaissance ou non du Messie en la personne de Jésus-Christ. Cette divergence de vue trouve son origine dans des interprétations différentes de divers passages de l'Ancien Testament ou Tanakh.

Christianisme primitif

Le christianisme s'est développé à partir du dans le contexte des communautés juives du Moyen-Orient et en particulier les communautés juives hellénisées. Le nom « christianisme » vient du mot Christos, qui traduit l'hébreu Messie (« celui qui a reçu l'onction »). Ce mot, originellement appliqué à différents personnages de la Bible (prophètes et rois), désigne dans le judaïsme tardif un personnage qui viendra à la fin des temps restaurer la royauté de Dieu en Israël. Il est, depuis, quasi-exclusivement réservé à Jésus. Jésus est le fondement du christianisme, mais il n'en est pas nécessairement le fondateur au sens historique : le débat est encore ouvert sur le fondateur du christianisme "Paul ou Jésus", d'un point de vue théologique ; mais surtout, d'un point de vue historique, le christianisme ne naît pas du vivant de Jésus. Deux écoles se partagent chacune un consensus : le christianisme naît avec l'introduction de la Birkat-ha-Minim dans la Amidah (bénédiction 12). Pour d'autres, le christianisme commence avec la dogmatisation des .Voir Le Judéo-christianisme dans tous ses états Actes du colloque de Jérusalem, 6-10 juillet 1998, ouvrage collectif publié au CERF; voir colloque Oxford Princeton 2002. De même Dan Jaffé dans Le judaïsme et l'avènement du christianisme, Orthodoxie et hétérodoxie dans la littérature talmudique , CERF, montre que l'introduction de la Birkhat Ha Minim n'est pas déterminant
-

L´expansion du christianisme primitif

Les chrétiens, d'abord petite minorité disciple de Jésus, se répandirent surtout à l'ouest de l´Empire romain en occident, en s'appuyant sur les colonies juives préexistantes de l'Empire. Au , les chrétiens en Occident sont très peu nombreux. Ils grossissent la communauté d'Alexandrie déjà importante, et s'installent en Afrique du nord, jusqu'en EspagneLes rois vandales prendront des décrets pour interdire aux Vandales chrétiens les cérémonies communes avec les juifs. et en Gaule. Dans l'Empire romain, les autorités ne font pas une différence très nette entre juifs et chrétiens, qui ne sont perçus que comme une secte juive, au point qu'on a pu réviser les atrocités attribuées à NéronNéron le Mal-aimé, Claude Aziza. . Avec la conversion au christianisme de l'empereur Constantin, les persécutions contre les chrétiens s´arrêtèrent. Vers la fin du , le catholicisme devient la religion officielle de l'Empire romain, remplaçant ainsi le culte romain antique et retournant la persécution. Cette date marque symboliquement le début de la chrétienté : période de l'histoire de l'Europe où le christianisme est la seule religion admise dans la mesure où il persécute les autres (depuis Justinien), et d'abord ses propres dissidents puis le judaïsme. Cette victoire sur le "paganisme" antique s'accompagna d'une réinterprétation de la philosophie, notamment celle de Platon, dans le sens de la nouvelle religion, et de l'utilisation de nombreux motifs mythiques du monde ancien pour l'inculturation du christianisme dans le respect de la tradition apostolique.

Expansion du christianisme dans le monde

Taux d'implantation du christianisme dans le monde À partir de la découverte de l'Amérique par les Européens en 1492, l'expansion du christianisme a été parallèle à l'expansion coloniale. L'activité de mission a souvent été considérée par les puissances coloniales comme un instrument permettant d'introduire les intérêts occidentaux, voire de légitimer des interventions politiques ou militaires. Mais cette cohabitation n'alla pas sans heurts, l'Église heurtant directement de front les intérêts coloniaux quand elle affirme que la dignité de l'homme doit être défendue (comme dans la célèbre controverse de Valladolid). En Martinique, les âmes pieuses durent se battre pour obtenir que les secours de la religion soient apportés aux esclaves. Les rites indiens ou africains ne furent plus officiellement tolérés, mais le Candomblé et nombre de cultes vaudous témoignent d'un syncrétisme et de la perduration des cultes africains ou indiens. Spécifiquement, les christologies indiennes témoignent que ces cultes n'ont jamais disparu. Aujourd'hui la religion chrétienne est la religion la plus répandue dans le monde.

Les Églises chrétiennes

Il existe trois sortes d'églises chrétiennes: les catholiques, les orthodoxes et les protestants Le mot "chrétien" n'est pas le mot utilisé habituellement par le Nouveau Testament pour désigner les disciples de Jésus. Ceux-ci s'appellent, ou sont appelés, "la Voie", "l'Église", "les Églises" ou "les Nazaréens" (du nom de Nazareth, la ville d'origine de Jésus). Le livre des Actes des Apôtres nous apprend que c'est à Antioche, donc dans une ville de langue grecque, que l'on donna pour la première fois aux disciples le nom de "chrétiens". Sans doute ce nom n'a-t-il servi à l'origine que pour désigner ceux des disciples de Jésus qui étaient de langue grecque ("chrétien" signifie "disciple du christos", terme grec équivalent à messie). Dans le premier siècle du christianisme, la prédication de Jésus a été reçue de manière sensiblement différente selon les cultures et les communautés. Un écho de ces différences se perçoit dans les textes du Nouveau Testament et la diversité de leurs présentations de cette prédication. Les divergences sont plus importantes encore quand on prend en considération l'abondante littérature dite apocryphe, dans laquelle se reflètent les convictions d'Églises dont on a aujourd'hui perdu le souvenir. Ces différences de compréhension de la prédication et de la personne de Jésus ont été à l'origine de conflits internes au christianisme et à la création de nombreuses hérésies, chaque Église locale considérant comme hérétiques les traditions et les dogmes retenus par les autres mais qu'elle rejetait. La nécessité de s'entendre sur un langage commun sur Dieu et sur Jésus est donc apparue très tôt, d'où la pratique des "lettres de communion", lettres délivrées par une Église pour assurer qu'un de ses membres en voyage est bien dans la communion de toute l'Église.

Le dialogue entre chrétiens et juifs

Le premier schisme chrétien est en un sens la séparation d'avec le judaïsme, au concile de Jérusalem, vers l'an 50.Cette phrase est une affirmation doctrinale. Elle n'a rien d'historique au sens que le mot "concile" est un anachronisme, que la certitude de cette rencontre comme son contenu sont encore en débat. Toutefois, elle est classique dans l'apologétique chrétienne. D'un point de vue historique, christianisme et judaïsme ne se séparent pas en 50 mais à des dates variables selon les régions ; pour certaines, ils prient encore ensemble au 6 siècle. Dans la perspective catholique depuis Vatican II, qui s'appuie sur la littérature néo-testamentaire (ainsi la Lettre aux Romains), la première Alliance reste valable. Cette attitude est celle de la plupart des Églises issues de la Réforme. Certaines dénominations protestantes, parmi les plus fondamentalistes, envisagent encore la nécessité de convertir les juifs.

Les Églises pré-chalcédoniennes

Avec la paix constantinienne et l'accès au culte chrétien parmi les cultes reconnus de l'Empire, le pouvoir politique a pris l'initiative de réunir des assemblées d'évêques (conciles) pour régler les différends. Lorsque la majorité des évêques s'accordait sur un point, les évêques minoritaires ne choisissaient pas forcément d'adopter la formulation retenue. C'est ainsi que sont nées, après le Concile de Chalcédoine (451) (voir l'article christologie), les Églises dites pré-chalcédoniennes ou monophysites ; parmi elles : les Chaldéens, les Syro-Malabars de l'Inde, les Nestoriens.

La séparation de l'Orient et de l'Occident

La chute de l'Empire romain d'Occident, puis la conquête progressive de la partie orientale de l'Empire par les Musulmans, ont eu pour résultat de diviser les deux parties du bassin méditerranéen. On retient souvent la date de 1054 comme celle de la séparation des Églises ; la réalité a été plus nuancée, l'excommunication réciproque lancée alors par le pape de Rome et le patriarche de Constantinople s'inscrivant dans une longue suite de conflits. La rupture a en fait été consommée au lorsque les Croisés "latins" ont pillé Constantinople et déposé le patriarche. Une tentative d'union au Concile de Florence au n'a pas eu de résultat. L'occupation de Constantinople par les Turcs a aggravé le fossé culturel qui s'était installé entre les Églises, Catholiques d'un côté, orthodoxes de l'autre. La différence entre catholiques et orthodoxes concerne surtout l'organisation de l'Église, les orthodoxes ne reconnaissant pas l'autorité du pape sur l'ensemble de l'Église.

Les Églises issues de la Réforme

Le courant protestant a son origine dans la Réforme instaurée par Martin Luther au début du , un ancien moine révolté par les abus de l'Église et proposant une réinterprétation de la foi chrétienne. Ce courant a donné naissance à de nombreuses Églises : voir le schéma des branches du christianisme proposé en complément de ce chapitre.

Les autres Églises

Les autres Églises chrétiennes sont nées au aux États-Unis (voir Branches du christianisme). Plusieurs d'entre elles ne participent pas au Conseil œcuménique des Églises. Ces Églises sont répertoriées en fin d'article (voir Tableaux récapitulatifs).

Le dialogue œcuménique

La version unioniste de l'œcuménisme est la volonté de bâtir une Église unique. Ce fut un temps la pensée de l'archevêque d'Upssala Nathan Söderblom Mais Ce fut d'abord la nécessité d'une meilleure coopération entre les sociétés bibliques protestantes qui amena , à la fin du , les premières tentatives de dialogue inter-confessionnel. En 1948, ces dialogues ont donné naissance au Conseil œcuménique des Églises (COE). Dès 1927, mais concrètement des discussions sont engagées depuis le congrès des Sociétés Bibliques, le colloque de Chicago en 1893 qui crée le Parlement International des religions, à Chicago, organisé par un chrétien unitarien , Jenkin Lloyd Jones, et Swami Vivekananda plusieurs Églises orthodoxes ont participé au travail œcuménique de la conférence mondiale Foi et Constitution. Elles ont rejoint en 1961 le COE. Avec le Concile Vatican II, en 1962, l'Église catholique s'est engagée dans le dialogue œcuménique. Elle n'est pas membre du COE pour des raisons doctrinales (par exemple, depuis la déclaration Dominus Jesus l'Église catholique ne parle plus d'"Églises" pour les protestants mais parle de "communautés ecclésiales") et de volonté de primauté quoiqu'elle prétende que c'est aussi une question de taille : elle représenterait à elle seule plus de fidèles que tous les autres membres du COE. Ce qui ne l'empêche pas de participer à divers travaux de dialogue œcuméniquemais sanctionne ou inquiète systématiquement ses théologiens dès qu'ils élaborent dans une théologie pluraliste : Hans Küng, Yves Congar o.p., Jacques Dupuis s.j., Claude Geffré o.p., quoique depuis l'élection de Benoit 16, elle se situe dans la perspective de Mortalium Animos, encyclique de 1928..

Tableaux récapitulatifs

-
- Le christianisme ancien (avant le schisme de 1054).
- Le catholicisme romain, (après le schisme de 1054):
-Église catholique romaine ;
-Églises catholiques orientales.
- L'Orthodoxie ou Christianisme orthodoxe :
-Église orthodoxe ;
-Églises des sept conciles, (après le schisme de 1054).
- Le christianisme oriental :
-Églises des trois conciles ;
-Églises des deux conciles.
- Le protestantisme né de la Réforme du :
-Églises luthériennes ;
-Communion anglicane ;
-Églises évangéliques ;
-Églises réformées
- Les Églises et mouvements nés aux États-Unis au qui ne sont pas considérés comme chrétiens par le Conseil œcuménique des Églises :
- L'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, organisée par Joseph Smith en 1830.
- La Science chrétienne.
- Le mouvement apostolique dont l'Église catholique apostolique, Église néo-apostolique, l'Union des communautés apostoliques.
- Les Témoins de Jéhovah sous l'impulsion de Charles Taze Russell à la fin du .

Voir aussi

===
Sujets connexes
Adoration eucharistique   Afrique sub-saharienne   Alléluia   Amen (parole)   Amérique   Ancien Testament   Anglicanisme   Antichristianisme   Antiquité tardive   Apocalypse   Apocryphes (Bible)   Apôtre   Augustin d'Hippone   Bible   Branches du christianisme   Candomblé   Canon (Bible)   Catholicisme   Chalcédoine   Chant   Charles Taze Russell   Christianisme ancien   Christianisme orthodoxe   Christologie   Chrétienté   Civilisation occidentale   Concile   Concile de Jérusalem   Conseil œcuménique des Églises   Constantinople   Controverse de Valladolid   Credo (religion)   Critique textuelle   Culte   Dieu   Disciple   Dogmes catholiques   Empire romain   Ernest Renan   Eucharistie   Europe   Excommunication   Exégèse biblique   Foi   Fondamentalisme   François Blanchetière   Galilée (région)   Glose   Grec ancien   Hervé Pasqua   Histoire du christianisme   Hosanna   Hymne   Hébreu   Hérésie   Ier siècle   Ignace d'Antioche   Isaïe   Islam   Jaroslav Pelikan   Jean-Marc Rouvière   Jean-Pierre Lémonon   Jean (apôtre)   Joseph Smith   Judaïsme   Justin Taylor   Justinien   Jésus de Nazareth   Lars Olof Jonathan Söderblom   Loi mosaïque   Luc (évangéliste)   Luthéranisme   Marc (évangéliste)   Martin Luther   Matthieu (apôtre)   Messie   Monothéisme   Moyen-Orient   Nazareth   Nestoriens   Nouveau Testament   Néron   Océanie   Origines du christianisme   Orthodoxie   Pape   Patriarche (religion)   Paul de Tarse   Prière   Protestantisme   Quêtes du Jésus historique   Religion   Religion abrahamique   Réforme protestante   Sacrement   Sainte-Cène   Schisme   Science chrétienne   Simon Claude Mimouni   Synagogue   Thèse mythiste (Jésus non historique)   Trinité chrétienne   Témoins de Jéhovah   Union des communautés apostoliques   Unitarisme (théologie)   Vivekananda   Wikisource  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^