Dyspepsie

Infos
Dyspepsie

Définition

Ensemble de symptômes de douleur ou de malaise épigastrique (région supérieure de l’abdomen) dont l’origine se situerait dans le tractus gastro-intestinal (GI) supérieur. Les mots utilisés pour la décrire par les personnes qui en souffrent sont variables. Les brûlures d’estomac et la dyspepsie peuvent avoir des points en commun. Certaines personnes décrivent les brûlures d’estomac comme une sensation de brûlure derrière le sternum qui remonte vers la gorge. D’autres personnes souffrant de dyspepsie peuvent constater une remontée d’acide dans la gorge (régurgitation), avoir des ballonnements et des nausées, une sensation de plénitude et des douleurs dans la partie supérieure de l’abdomen. Les mots employés dépendent de la culture et de la langue. Tous ces symptômes (brûlures d’estomac, régurgitation d’acide, éructation excessive, augmentation des ballonnements abdominaux, nausées, sensation de digestion anormale ou lente ou sensation de satiété précoce) décrivent la « dyspepsie ».

Etiologie

La cause la plus courante des brûlures d'estomac et de la dyspepsie est le reflux gastro-œsophagien pathologique. Il s'agit d'une maladie caractérisée par le reflux de l'acide, normalement présent dans l'estomac où il participe à la digestion des aliments, dans l'œsophage. Chez certains, ce phénomène entraîne des brûlures d'estomac et de la régurgitation; chez d'autres, il provoque également une inflammation (rougeur et gonflement) ou des lésions (érosion) dans l'œsophage. Un petit nombre de personnes souffrant de dyspepsie peuvent avoir un ulcère dans l'estomac (ulcère gastrique) ou dans la première partie de l'intestin (ulcère duodénal). Un ulcère est une brisure dans la paroi de l'estomac ou de l'intestin. Si la lésion est petite et superficielle, on parle d'une « érosion », mais si elle est plus importante et plus profonde, on parle alors d'un « ulcère ». L'ulcère gastrique ou duodénal peut être provoqué par une infection de l'estomac (Helicobacter pylori) ou par la consommation d'aspirine ou de médicaments contre l'arthrite (anti-inflammatoires non stéroïdiens). D'autres personnes atteintes de dyspepsie ne présenteront pas de lésion décelable dans l'œsophage, l'estomac ou le duodénum; on dira qu'elles souffrent de « dyspepsie fonctionnelle»" ou de « dyspepsie sans ulcère ». Il se fait beaucoup de recherches actuellement pour mieux comprendre ces deux types de dyspepsie. Le stress peut accentuer la perception des symptômes. Principaux symptômes de dyspepsie Un certain nombre de faits cliniques sont observés :
- douleur épigastrique post-prandiale,
-un inconfort épigastrique général, n'atteignant pas le niveau de la douleur,
-une rapide satiété (éventuellement le malade déclare avoir faim et s'arrête au bout de quelques bouchées),
-une impression de ballonnement, de poids, d'être rempli, en période post-prandiale(après les repas),
-une impression de digestion incomplète, comme si les aliments étaient toujours dans l'estomac au bout de quelques heures,
-une acidité épigastrique,
-des éructations fréquentes et prolongées, un hoquet,
-des nausées, des haut-le-cœur, des vomissements. Classification simple des dyspepsies. De façon simpliste, on peut décrire cinq types de dyspepsie :
- les dyspepsies par 'petits estomacs' : le patient a faim, mais est vite rassasié ; il ressent une impression de plénitude (ou de poids) gastrique post-prandiale
-les dyspepsies borboriques : ballonnement post-prandial important, éructations fréquentes, déglutitions d'air fréquentes, augmentées par l'anxiété,
-les dyspepsies par reflux gastro-oesophagien : brûlure rétro-sternale notamment lorsque le patient se penche en avant, qu'il a mangé plus que de coutume, quand il se repose à plat,
-les dyspepsies par ulcérations gastriques, ou ulcères (notamment la douleur épigastrique qui réveille la nuit), soulagée par l'alimentation et très bien localisée,
-les dyspepsies par troubles de la motilité intestinale : distension abdominale, satiété rapide, 'poids' ou plénitude gastrique, intolérances alimentaires multiples, douleur diffuse, nausées fréquentes, pouvant s'associer à un syndrome d'intestin irritable.

Traitement

Modification des habitudes de vie

Dans certains cas, les symptômes peuvent être soulagés par des modifications des habitudes de vie. Maigrir, cesser de fumer et élever la tête du lit peuvent aider certains patients qui souffrent surtout de reflux. Il est toujours bon de prendre soin de sa santé et de prendre en considération certains facteurs comme l'exercice, le poids idéal et l'abandon du tabac. Il est utile pour le patient de prendre en considération toute corrélation entre les symptômes et certains aliments comme les mets épicés et l'alcool. Certains médicaments tels que l'aspirine et les médicaments contre l'arthrite de même que les analgésiques (sauf l'acétaminophène) peuvent aggraver les lésions de l'estomac; par conséquent, l'arrêt ou le changement de ces médicaments peuvent parfois être utiles. Le stress ne provoque habituellement pas la dyspepsie, mais peut aggraver les symptômes gastro-intestinaux et accentuer la conscience que nous en avons. Dans certains cas, des stratégies permettant de réduire le stress peuvent être salutaires.

Médicaments

Les médicaments suivants sont présentés dans l'ordre de leur efficacité, mais ce n'est pas nécessairement l'ordre dans lequel le médecin pourra choisir de les utiliser durant le traitement.

Antiacides

Les antiacides sont utiles dans un traitement de courte durée, mais sont utilisés pour le traitement de symptômes peu fréquents ou des symptômes secondaires qui peuvent se produire lorsque le patient prend d'autres médicaments. En général, les antiacides ne sont pas utilisés en traitement régulier.

Antagonistes des récepteurs H2 (anti-H2)

Les antihistaminiques H2 existent depuis plus de 25 ans et a été la première forme vraiment efficace de médicament permettant de réduire l'acidité. Ces pilules procurent une baisse modérée de la production d'acide dans l'estomac.

Inhibiteurs de la pompe à protons (IPP)

Cette classe de médicaments existe depuis plus de 10 ans et procure l'inhibition de l'acidité la plus efficace actuellement possible.

Traitement de l'infection par Helicobacter pylori

Helicobacter pylori a été découvert il y a moins de 20 ans et le traitement a rapidement changé durant les 15 dernières années à mesure que nous avons commencé à comprendre certains des facteurs qui contribuent à éliminer cette bactérie. Le type de traitement le plus souvent utilisé actuellement consiste en l'association de deux antibiotiques et d'un IPP.

Médicaments procinétiques (stimulant la motilité)

Il n'existe pas de fortes preuves à l'appui de l'utilisation des médicaments procinétiques pour la dyspepsie. Prepulsid® (cisapride) a été mis à l'épreuve et a donné quelques résultat positifs; toutefois, le médicament n’est plus offert sur ordonnance. D’autres médicaments de cette classe, tels que Motilium® (dompéridone) et Maxeran® (métoclopramide) n’ont pas fait l’objet d’études adéquates. Des médicaments plus nouveaux pourraient bien un jour se révéler plus utiles. Catégorie:Symptôme Catégorie:Symptôme de l'appareil digestif Catégorie:Terme médical commençant par D de:Verdauungsstörung en:Dyspepsia es:Dispepsia it:Dispepsia nl:Dyspepsie pl:Dyspepsja pt:Dispepsia ru:Диспепсия sv:Dyspepsi tr:Dispepsi
Sujets connexes
Abdomen   Antihistaminique H2   Helicobacter pylori   Inhibiteur de la pompe à protons   Métoclopramide   Sternum  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^