Gauche unitaire européenne - Gauche verte nordique

Infos
Logo Gauche unitaire européenne, gauche verte nordique Le groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne, gauche verte nordique (GUE/NGL) est un groupe du Parlement européen qui regroupe des partis de gauche, majoritairement communistes ou ex-communistes. Ce groupe compte 41 députés européens, 16 partis membres, originaires de 13 États de l'Union européenne. Il a également 4 partis associés, dont 3 ne sont pas, actuellement, représentés au sei
Gauche unitaire européenne - Gauche verte nordique

Logo Gauche unitaire européenne, gauche verte nordique Le groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne, gauche verte nordique (GUE/NGL) est un groupe du Parlement européen qui regroupe des partis de gauche, majoritairement communistes ou ex-communistes. Ce groupe compte 41 députés européens, 16 partis membres, originaires de 13 États de l'Union européenne. Il a également 4 partis associés, dont 3 ne sont pas, actuellement, représentés au sein du Parlement européen. Il est présidé par Francis Wurtz depuis 1999.

Organisation

Le groupe GUE-NGL est un groupe confédéral : il est composé de délégations nationales et de partis membres. Si les partis membres doivent partager des objectifs politiques communs, exprimés notamment dans la déclaration constitutionnelle, ils restent souverains quant à leur ligne politique. Ainsi, le groupe parlementaire apparaît parfois divisé sur certaines questions. Les députés du groupe se réunissent régulièrement afin de préparer les séances, débattre sur les lignes politiques et voter des résolutions. Le groupe publie également des rapports sur différents sujets (Organisation mondiale du commerce, amiante, esclavage sexuel, …).

Positionnement politique

La GUE/NGL à un rassemblement contre la Directive Services à Bruxelles Fondée en 1994, le positionnement politique du groupe est résumé par sa déclaration constitutionnelle. C'est sur ce texte que s'engagent les partis membres et les députés associés au groupe à titre individuel. Il développe une ligne politique qu'on pourrait qualifier d'« altereuropéenne », c’est-à-dire opposée à la construction européenne actuelle tout en se disant « profondément attaché à la construction européenne ». Elle pose trois piliers pour la construction d'une autre Europe : le changement total des institutions afin de les rendre « pleinement démocratiques » ; un nouveau modèle de développement écologie et rompant avec le néolibéralisme, visant à créer un « espace social commun » ; et une politique de co-développement et de coopération équitable. Le groupe se pose ainsi dans une ligne ne tranchant pas clairement entre réformisme et révolution, laissant à chaque parti le soin de décider de la façon qu'ils jugent la plus adaptée pour parvenir à ces objectifs. De ce fait, il se positionne à la fois « à l'intérieur » des institutions, tentant d'influer sur les décisions prises par co-décision, et « à l'extérieur » de par sa volonté d'une « autre Union » qui ferait « table rase de Maastricht ».

Histoire

La gauche unitaire européenne a été fondée en 1989, de la volonté de fédérer les partis de gauche non socialistes. Elle regroupe alors quatre partis : le Parti socialiste populaire danois, le Parti communiste italien, la Gauche unie espagnole (dont notamment le Parti communiste espagnol) et le Synaspismós grec, et se présente comme une alliance de partis politiques et non comme un groupe politique. C'est en 1994 qu'elle se forme en tant que groupe confédéral : aux partis d'origine se sont joints les partis communistes français, portugais et grec ; le Parti de la refondation communiste italien a remplacé le PCI, qui a rejoint le parti socialiste européen sous le nom de Parti démocratique de la gauche ; le PSP a lui quitté l'alliance. En 1995, l'élargissement de l'Union européenne amène la création de la gauche verte nordique, qui regroupe l'Alliance de gauche finlandaise, le Vänsterpartiet suédois et le parti socialiste populaire danois. Le groupe se renomme alors « Gauche unitaire européenne, gauche verte nordique » (GUE/NGL). La GUE/NGL voit alors ses effectifs varier, tant en terme de députés que de partis politiques, avec les élections au parlement et les recompositions des partis au niveau national : en 1999, le PDS allemand et le Mouvement démocratique et social (DIKKI) grec rejoignent ainsi la GUE, alors que les cinq élus de la liste d'alliance LO-LCR le rejoignent en tant que membres associés. En 2002, les quatre députés européens du Pôle républicain décident également de rejoindre le groupe. En 2004 en revanche, l'alliance LO-LCR n'obtiendra pas d'élus et le DIKKI est dissout ; le Bloc de gauche portugais et le Sinn Féin irlandais rejoignent eux le groupe, ainsi que deux partis de pays ayant rejoint l'Union en 2004 : l'AKEL chypriote et le PCBM tchèque, portant le nombre total de partis adhérents à 16. Ce groupe est appelé à disparaître après les élections européennes de 2009 avec la création probable du groupe du Parti de la gauche européenne.

Présidents du groupe

Groupe pour la gauche unitaire européenne

- Luigi Alberto Colajanni (PCI puis PDS) : 1989 - 1993
-
- Le groupe s'est dissous le 11 janvier 1993 quand les ex-communistes italiens ont rejoint le groupe du Parti socialiste européen

Groupe de la Gauche unitaire européenne - Gauche verte nordique

- Alonso José Puerta (IU) : 1994 - 1999
- Francis Wurtz (PCF) : depuis 1999

Partis membres et associés

Le groupe comportement différents types de membres :
- Les partis membres, qui sont pleinement membres du groupe (ils acceptent la déclaration constitutionnelle) ;
- Les partis membres associés, qui sont de deux types :
- Partis n'étant pas représentés au Parlement européen, soit parce qu'ils ne sont pas membres de l'Union, soit parce qu'ils n'ont pas obtenu d'élus ;
- Partis étant représentés au Parlement européen mais qui ne souhaitent pas encore être membres à part entière.
- Les partis ne souhaitant pas être membres mais dont les députés sont membres associés. Ces derniers étaient principalement constitués des partis trotskystes français, qui n'ont pas obtenu d'élus aux élections européennes de 2004.

Partis membres

- :Die Linkspartei (ex-PDS)
- :Parti progressiste des travailleurs (AKEL)
- :Izquierda Unida (IU)
- :Alliance de gauche
- :Parti communiste français (PCF)
- :Parti communiste grec (KKE) :Synaspismós
- :Sinn Féin
- :Refondation communiste (PRC) :Parti des communistes italiens (PdCI)
- :Parti socialiste néerlandais
- :Parti communiste portugais (PCP)
- :Parti communiste de Bohême et Moravie (PCBM)
- :Vänsterpartiet (Vp)

Partis membres associés

Le groupe a 4 partis membres associés. Parmi ces quatre partis, un dispose d'un député européen :
- :Bloc de gauche Un n'en dispose pas :
- :La Gauche Et deux sont issus de pays non-membres de l'Union :
- :Parti socialiste de gauche (Socialistisk Venstre, SV)
- :Parti suisse du Travail

Partis avec des députés membres associés


- :Mouvement populaire contre l'Union européenne

Notes et références

==
Sujets connexes
Alliance de gauche (Finlande)   Amiante   Bloc de gauche (Portugal)   Bruxelles   Coalition des Gauches   Communisme   Directive Services   Démocrates de gauche   Esclavage sexuel   Francis Wurtz   Izquierda Unida   La Gauche (Luxembourg)   Ligue communiste révolutionnaire   Lutte ouvrière   Mouvement démocratique et social   Néolibéralisme   Organisation mondiale du commerce   PDS   Parlement européen   Parti communiste de Bohême et Moravie   Parti communiste français   Parti communiste italien   Parti communiste portugais   Parti de la gauche européenne   Parti de la refondation communiste   Parti des communistes italiens   Parti démocratique de la gauche   Parti progressiste des travailleurs   Parti socialiste de gauche   Parti socialiste européen   Parti suisse du Travail   Pôle républicain   Sinn Féin   Synaspismós   Trotskisme en France   Union européenne  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^