Relativisme

Infos
Le relativisme désigne un ensemble de doctrines variées qui ont pour point commun de défendre la thèse selon laquelle la pensée et la morale peuvent se concevoir par rapport à autre chose qu’à elles-mêmes, elles ne sont pas fondées sur un absolu qui serait transcendant. Le relativisme concerne tous les domaines de la philosophie et il existe donc un relativisme épistémologique, un relativisme moral, un relativisme culturel et toute réalité en général. Le relat
Relativisme

Le relativisme désigne un ensemble de doctrines variées qui ont pour point commun de défendre la thèse selon laquelle la pensée et la morale peuvent se concevoir par rapport à autre chose qu’à elles-mêmes, elles ne sont pas fondées sur un absolu qui serait transcendant. Le relativisme concerne tous les domaines de la philosophie et il existe donc un relativisme épistémologique, un relativisme moral, un relativisme culturel et toute réalité en général. Le relativisme épouse un point de vue selon lequel le sens et la valeur des croyances et des comportements humains n’ont pas de références absolues. Les relativistes professent que l’homme comprend et évalue croyances et comportement seulement en termes, par exemple, de leur propre histoire et d’un contexte culturel. Si l’on veut prendre un point de vue absolu, on peut prétendre que les philosophes identifient plusieurs types de relativisme. On pourrait préciser le domaine (moral, culturel, épistémologique…) où s’applique le relativisme. Les différences de conceptions entre des sociétés et systèmes de pensée différents ne sont pas examinées de la même façon selon qu’elles concernent les goûts alimentaires (de gustibus coloribusque non est disputandum, des goûts et des couleurs on ne discute pas), les valeurs religieuses (tu ne tueras point) ou l’idée qu’il existe une vérité préexistant à toute théorie scientifique.

Histoire

« L' homme est la mesure de toute chose ». Ce sont avec ces mots, attribués au sophiste Protagoras, qu'est formulée la première philosophie relativiste. Le gnostique Carpocrate et ses adeptes soutiennent par exemple que Bouddha, Moïse, Mani et Jésus avaient la même valeur sur le plan humain. Madeleine Scopello, Églises et identités culturelles in Les premiers temps de l'Église, collectif Folio Histoire, Mesnil-sur-l'Estrée 2004, p. 565 .

Les arguments relativistes

Un des arguments du relativisme est que nos propres biais cognitifs nous empêchent d’être objectifs, nos propres sens s’interposent entre nous et l’observé. De plus un biais de notation, à travers le langage utilisé, s’applique à ce que nous avons appris. Enfin, il nous reste un biais culturel partagé avec les autres observateurs de la même culture mais qui peut différer selon les cultures et nous ne pouvons pas espérer lui échapper complètement. Les sceptiques affirment par contre que les certitudes subjectives et les objets concrets font partie de notre vie quotidienne et qu’il n’y a donc pas grande valeur à vouloir écarter des concepts comme l’objectivité et la vérité. Les objectivistes considèrent qu’il n’y a aucun moyen de prouver l’introduction de biais par nos sensations ; une telle preuve ne serait pas valide car les connaissances nécessaires à cette preuve ont été acquises via nos perceptions et dans un tel système philosophique les perceptions sont considérées valides axiomatiquement.

Les relativismes

Relativisme épistémologique

En épistémologie, le relativisme épistémologique, avant d’être revendiqué a été considéré comme une accusation, formulée en particulier contre Thomas Kuhn (défi relevé par Paul Feyerabend). George Lakoff définit le relativisme dans son livre Metaphors We Live By (Les métaphores par lesquelles nous vivons), comme un rejet du subjectivisme et de l’objectivisme pour se concentrer sur les relations entre elles, c’est-à-dire comment nous mettons en relation notre expérience courante avec la précédente. Cette attitude le rapproche de l’anti-réalisme de Pierre Duhem et de Henri Poincaré (cités par Alan Chalmers dans What is this thing called Science?) : la valeur d’une théorie scientifique est comparable à celle du catalogue d’une bibliothèque, c’est son utilité, et non pas le fait de savoir si elle est vraie ou fausse. Bruno Latour fait remarquer quant à lui, que le contraire du relativisme n’est pas l’universalisme, mais l’absolutisme.

Relativisme culturel

Le concept de relativisme culturel a de l’importance pour les philosophes, psychologues, sociologues et anthropologues. Les philosophes explorent comment la vérité de nos croyances dépendent ou non de, par exemple, notre langage, notre vision du monde, notre culture… ; le relativisme éthique en fournissant un exemple. De leur côté, les anthropologues essaient de décrire le comportement humain. Pour eux le relativisme se réfère à une méthodologie avec laquelle le chercheur tente de suspendre (ou de mettre entre parenthèses) son propre biais culturel pour comprendre les croyances et comportements dans leurs contextes locaux.

Relativisme moral

Le relativisme moral (ou éthique) est la position de pensée qui consiste à dire qu'il n'est pas possible d'ordonner les valeurs morales par l'utilisation de critères de classement. L'objectif du relativisme éthique est de justifier que puisqu'il n'est pas possible de trouver de critère satisfaisant, . Des penseurs idéalistes, comme Kant, chercheront à démontrer l'unicité de "la Morale" en laïcisant la morale chrétienne qui se veut unique et universelle. Des penseurs matérialistes, comme Spinoza ou Nietzsche, conserveront la pluralité des morales humaines tout en tachant de trouver des critères permettant d'évaluer une valeur ("Quelle est la valeur d'une valeur morale ?"). La favorisation ou la nuisance de la vie est le critère le plus souvent rencontré chez les penseurs matérialistes.

Critiques du relativisme

Un argument commun contre le relativisme utilise un énoncé simplificateur du relativisme : « Tout est relatif » Cette proposition est soit relative soit absolue, ce qui dans les deux cas conduit à une contradiction. On contourne ce problème en énonçant une version plus faible du relativisme, par exemple « Tout est relatif à l’exception de cette affirmation », mais il conviendrait alors de justifier cette restriction qui, en fait, revient à affirmer un absolu (à savoir que « cette affirmation », elle, n'est pas relative). La seule stratégie possible du relativisme consiste à dire : « Il me semble, jusqu’à nouvel ordre, que tout est relatif ».

Voir aussi

Notes

===
Sujets connexes
Alan Chalmers   Anarchisme épistémologique   Anthropologie   Baruch Spinoza   Biais culturel   Bouddha   Bruno Latour   Cahiers rationalistes   Carpocrate   Cognition   Croyance   Culture   Dan Sperber   Doctrine   Emmanuel Kant   Ethnologie   George Lakoff   Henri Poincaré   Historicisme   Homme   Idéalisme   Langage   Mani   Matérialisme   Modernité   Morale   Moïse   Métaphore   Méthodologie   Objectivisme   Paul Feyerabend   Pensée   Philosophe   Philosophie   Pierre Duhem   Psychologie   Raymond Boudon   Relativisme culturel   Relativisme éthique   Réalisme   Scepticisme   Sociologie   Société (sciences sociales)   Sophisme   Sécularisation   Transcendance   Universel   Vérité  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^