Fécondation in vitro

Infos
' Injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ISCI) à l'aide d'une pipette dans un ovule retenu par une pipette de suction. La fécondation in vitro (FIV) est une technique de procréation médicalement assistée et de transfert d'embryon (fivete''). En 2007 alors que 15 % environ des couples ont des difficultés à faire des enfants, 2% environ des bébés des pays riches sont issus de fécondation in vitro, imaginée et mise au point dans les années
Fécondation in vitro

' Injection intracytoplasmique de spermatozoïdes (ISCI) à l'aide d'une pipette dans un ovule retenu par une pipette de suction. La fécondation in vitro (FIV) est une technique de procréation médicalement assistée et de transfert d'embryon (fivete''). En 2007 alors que 15 % environ des couples ont des difficultés à faire des enfants, 2% environ des bébés des pays riches sont issus de fécondation in vitro, imaginée et mise au point dans les années 70 et opérationnelle à partir des années 1980Source Jacques Testart, « père scientifique » du premier bébé-éprouvette français.

Historique

- La technique fut développée en Grande-Bretagne par les docteurs Patrick Steptoe et Robert Edwards. Le premier « bébé-éprouvette », Louise Brown, est né le 25 juillet 1978.
- La première FIV en Inde, la deuxième au monde, a donné naissance à Durga et a été effectuée à Calcutta par le docteur Subhash Mukhopadhyay le 3 octobre 1978.
- La première FIV aux États-Unis a donné naissance à Elizabeth Carr a eu lieu en 1981. Depuis cette date, on estime à 1% des naissance le nombre de nouveau-nés conçus par cette technique.
- La première FIV en France donna naissance à Amandine le 24 février 1982 à l'hôpital Antoine Béclère de Clamart (Hauts-de-Seine). Elle a été réalisée grâce à la collaboration du biologiste Jacques Testart et du gynécologue René Frydman.
- La première FIV en Nouvelle-Calédonie donna naissance à Céline Lepigeon le 13 septembre 1990 à la Clinique Magniat à Nouméa

Principes opératoires

Fécondation

Le sperme de l'homme, préparé techniquement pour améliorer la qualité spermatique, est mis en contact avec les ovocytes de la femme, dans des boîtes stériles contenant des puits. S'il y a fécondation avec apparition de pronucléi, l'embryon se développe par division cellulaire. Deux ou trois jours après le jour de la fécondation, un ou plusieurs embryons sont réimplantés dans l'utérus de la femme.La culture peut être cependant poussée jusqu'à 5 à 6 jours, où on obtient des blastocystes. Les ovaires de la femme sont stimulés afin de provoquer la ponte de plusieurs ovules. Généralement, des injections journalières sont nécessaires, surveillées avec de multiples prises de sang, et des échographies. Des injections d'hormone permettent aussi de contrôler le déroulement de la maturation des ovocytes. Une injection destinée à accélérer le mûrissement des ovules est réalisée 36 heures avant la ponction ovocytaire. La ponction des ovocytes s'effectue généralement sous anesthésie générale légère ou locale en milieu hospitalier pour une hospitalisation inférieure à 24 heures. Le sperme est recueilli le jour de la ponction des ovocytes (quelquefois avant s'il a été congelé), il est ensuite « nettoyé » de son plasma séminal et préparé afin de récupérer les spermatozoïdes les plus mobiles et les plus typiques (normaux). Environ spermatozoïdes sont mis en contact avec chaque ovocyte recueilli. La fécondation a lieu en une douzaine d'heures. Il est courant d'obtenir de 5 à 6 embryons en moyenne, bien que ce nombre puisse aller jusqu'à une trentaine. Les embryons sont mis en culture de 48 heures à 6 jours. Les embryons sont classés en fonction de leur qualité cellulaire, à savoir: leur nombre de cellules, leur régularité (tailles de cellules différentes ou non), et de leur fragmentation. Les embryons utilisés en priorité sont ceux dont la chronologie de la division cellulaire est respectée, avec des cellules bien régulières et sans fragmentation, car ils donnent les meilleures chances de grossesse. Les embryons sont très irréguliers.

Transfert

Immédiat
Les embryons sont habituellement transférés dès l'obtention des premières divisions. Au-delà, le milieu de culture utilisé pour la FIV n'est plus adéquat pour assurer leur croissance.
Retardé
Le transfert peut être plus tardif et la phase de culture est prolongée cinq à six jours après la fécondation. Les embryons sont maintenus en culture jusqu'au stade blastocyste. Ces cultures prolongées nécessitent le recours à des milieux spéciaux. L'avantage du transfert au stade blastocyste est de permettre un contrôle du début de la croissance embryonnaire, stade critique du développement où surviennent de nombreux arrêts. Les blastocystes ont un meilleur taux d'implantation.
Différé
Les embryons non transférés à l'état frais peuvent être conservés par congélation, en vue d'un replacement ultérieur, à la condition toutefois qu'ils soient d'une qualité suffisante. Les embryons qui ont été préalablement congelés lors du premier transfert, sont décongelés et sélectionnés la veille ou le jour du transfert, qui a lieu selon le même protocole. Le taux d'implantations réussies après transfert d’embryons congelés est légèrement inférieur. Cependant cette technique reste intéressante, car elle permet d’augmenter le nombre de transferts (et donc les chances de grossesse) à partir d’une seule ponction. Généralement deux à quatre embryons sont transférés dans l'utérus. En fonction de la qualité des autres embryons obtenus, ceux-ci peuvent être congelés pour un transfert ultérieur. Ceux-ci pourront être réutilisés en cas d'échec ou si les parents souhaitent avoir un autre enfant. Cette technique est appelée transfert d'embryons congelés.

Implantation

Après ce transfert, environ 12 jours sont nécessaires pour avoir l’assurance qu’une grossesse se développe. C’est en effet le temps nécessaire pour qu’apparaisse dans le sang, à concentration détectable la β-HCG, l’hormone sécrétée par l’embryon qui sert de diagnostic à la grossesse. • Si le taux de β-HCG est nettement supérieur à 50 mUI/ml après 10 jours, c’est le signe d’un début de grossesse. • Si le taux de βhCG est inférieur à 50 mUI/ml : il peut s’agir d’un taux résiduel d’hormones lié à la stimulation. Il convient de refaire un dosage de contrôle 48 heures plus tard afin de vérifier si le taux augmente ou au contraire diminue.

Injection intracytoplasmique de spermatozoïdes

L'injection intracytoplasmique de spermatozoïdes ICSI est une technique qui tente de remédier aux cas où les spermatozoïdes ne peuvent pas féconder spontanément l'ovule. Elle se passe in vitro et consiste à injecter directement un spermatozoïde dans l'ovule. Le transfert des embryons obtenus est ensuite identique à celui d'une FIV.

Insémination artificielle

L'insémination artificielle (IA) se passe in vivo et consiste à introduire, à l'aide d'un instrument, des spermatozoïdes dans la cavité utérine peu après le déclenchement de l'ovulation (12 heures environ). On procède, auparavant, à une préparation des spermatozoïdes et à une stimulation des ovaires afin de maîtriser et améliorer l'ovulation. Elle peut etre réalisée avec du sperme du conjoint (IAC) ou avec du sperme de donneur (IAD). Par rapport aux deux autres techniques (FIV et ISCI), celle-ci est considérée comme une technique moins invasive car une intervention chirurgicale dans l’appareil génital de la mère n'est pas pratiquée pour prélever les ovules. Cette technique est surtout utilisée dans les cas de stérilité féminine, où l’ovule n’arrive pas à s’implanter dans l’utérus problème de trompe= stérilité tubaire). La fusion des gamètes (fécondation) se fait naturellement, seule leur mise en contact est artificielle.

Techniques connexes

Il arrive que l'implantation de l'embryon échoue. Pour augmenter les chances de grossesse, l'équipe médicale peut proposer de replacer entre 1 à 3 embryons , ceci en fonction des paramètres cliniques et biologiques en leur possession et après discussion avec le couple.

Aspects éthiques

Les techniques de la procréation médicalement assistée peuvent être mises en pratique selon deux formules :
- avec un don de cellules (c'est ce que désigne la lettre « D » après « IA » dans « IAD » : « insémination artificielle avec sperme d'un donneur ») ;
- avec les cellules des deux conjoints exclusivement (c'est ce que désigne la lettre « C » après « IA » dans « IAC » : « insémination artificielle avec sperme du conjoint »). Les problèmes éthiques liés à la FIV sont nombreux :
- Manipulation de la vie dès son commencement : tentation d'eugénisme
- Congélation des embryons : statut juridique et moral de l'embryon. Devenir de l'embryon congelé. Jumeaux nés à plusieurs années de distance ...
- Risque de naissances multiples, donc de prématurité.
- Réduction embryonnaire, posant les mêmes problèmes éthiques que l'avortement.
- Possibilité pour une femme très âgée de mettre au monde : responsabilité de la vie.
- Confusion de la notion de paternité : femme portant l'enfant de sa fille, donneur de sperme, donneuse d'ovule : Qui est le père ? Qui est la mère ?
- Possibilité de trafic d'embryons.
- Que faire des embryons non réimplantés ?
- Faut-il tester les embryons à réimplanter dans certains cas? (famille avec maladie héréditaire, embryon thérapeutique)

Cadre juridique (Suisse)

Afin de bénéficier d’une FIV ou d’un ICSI (Intra Cytoplasmic Sperm Injection), les conditions suivantes doivent être remplies :
- Il n’existe pas / plus d’autre moyen de traitement.
- Le couple a pu avoir un entretien complet sur les chances et les risques d’une FIV ou d’un ICSI et avoir eu la possibilité de demander un soutien psychologique.
- Le couple a signé un consentement au traitement et à la congélation des zygotes.
- Un mois de réflexion s’est écoulé entre la signature du consentement et le début du traitement.
- En Suisse, la FIV et l’ICSI ne peuvent être proposés qu’à des couples hétérosexuels à même de pouvoir assumer un enfant.

Note

Voir aussi

- Insémination artificielle ===
Sujets connexes
Amandine   Avortement   Bioéthique   Blastocyste   Calcutta   Chirurgie   Clamart   Cryogénie   Culture cellulaire   Diagnostic (médecine)   Embryon   Eugénisme   France   Fécondation   Gonadotrophine chorionique   Grande-Bretagne   Grossesse   Hauts-de-Seine   Hormone   ICSI   In vivo   Inde   Insémination artificielle   Jacques Testart   Louise Brown   Mitose   Nouméa   Nouvelle-Calédonie   Ovaire (anatomie)   Ovule   Ponte   René Frydman   Spermatozoïde   Sperme   Utérus  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^