Baseball

Infos
Albert Pujols à la batte. Pictogramme olympique du baseball Le baseball est un sport collectif dérivé des mêmes racines que le cricket. Il se joue avec des battes pour frapper une balle lancée, et des gants pour rattraper la balle. Il y a beaucoup de débats sur l'origine du baseball, mais il est indiscutable que les premières règles modernes (les « Knickerbocker Rules ») ont été codifiées en 1845. Ce sport est très populaire aux États-Unis, au Canada, à Cu
Baseball

Albert Pujols à la batte. Pictogramme olympique du baseball Le baseball est un sport collectif dérivé des mêmes racines que le cricket. Il se joue avec des battes pour frapper une balle lancée, et des gants pour rattraper la balle. Il y a beaucoup de débats sur l'origine du baseball, mais il est indiscutable que les premières règles modernes (les « Knickerbocker Rules ») ont été codifiées en 1845. Ce sport est très populaire aux États-Unis, au Canada, à Cuba, en République dominicaine, à Porto Rico, au Mexique, aux Antilles néerlandaises, en Colombie, au Vénézuéla, au Japon, à Taïwan, aux Philippines et en Corée du Sud. Mais le baseball se pratique aussi dans d'autres pays ; par exemple, les ligues professionnelles majeures d'Amérique du Nord comprennent des joueurs australiens et un lanceur qui était vedette de la ligue française. Le baseball est sport olympique depuis 1992 mais ne sera pas présent aux Jeux de 2012.

Historique

Génèse du jeu

Le jeu anglais du rounders apparait comme l'une des sources principales du baseball. Ce jeu est cité pour la première fois dans un livre anglais de John Newbery en 1744 : A Little Pretty Pocket-Book. Un autre livre important dans l'histoire de la génèse baseball est Les Jeux des jeunes garçons imprimé à Paris dans les années 1810. Il y a une description de « La balle empoisonnée » qui ressemble au baseball. En 1845, les premières règles modernes (les « Knickerbocker Rules ») ont été codifiées par Alexander Cartwright. Elles sont une adaptation des jeux de rounders, town-ball et autre round-ball. Le terme de baseball (ou base-ball, comme on l'écrivait autrefois) entre d'ailleurs dans le langage, la littérature et la presse dès 1835. C'est à cette période que des jeux comme le town ball abandonnèrent les bâtons, à la manière du cricket, pour localiser les buts, en les remplaçant par des coussins, les fameuses bases. Cette évolution semble avoir été initiée en 1833 à Boston. Ce sont toutefois Manhattan et Brooklyn qui abritent les formations new-yorkaises comme les New York Knickerbockers qui enfantent la première version moderne du jeu de baseball. A noter qu'une légende fut construite de toutes pièces au début du faisant d'Abner Doubleday l'inventeur du baseball en 1839. Une célébration du centenaire de cet évènement eut même lieu en 1939. Cette légende fut réfutée dès sa publication par les historiens américains du baseball. Le 3 juin 1953, le Congrès des États-Unis crédita officiellement Alexander Cartwright de l'invention du jeu.

Baseball aux États-Unis

Match de baseball à New York en 1866Babe RuthJackie RobinsonFenway Park à Boston Les premiers matchs se tiennent en 1846 à New York, puis le jeu, un temps surnommé le « New York Game », s'étend à l'ensemble des États-Unis progressivement. De 1846 à la Guerre de Sécession, plusieurs dizaines de clubs se montent à travers les États-Unis et ils adoptent le règlement des Knickerbockers. La première fédération, la NABBP (National Association of Base Ball Players), est fondée en 1857 à New York par seize clubs. Elle organise le premier championnat, qui sera gagné par les Brooklyn Atlantics. A la fin de la guerre, le sport touche l'ensemble du pays quand les soldats rentrent dans leurs foyers. Ils ont été initiés au jeu par les New-Yorkais dans leurs régiments. La première formation professionnelle voit le jour en 1869 (Cincinnati Red Stockings) et la première ligue majeure est créée en 1871 : la NAPBBP (National Association of Professional Base Ball Players). La Ligue nationale actuelle est fondée en 1876 et la Ligue américaine devient une ligue majeure en 1901. Les Séries mondiales entre les champions de ces deux ligues sont créées en 1903. Le jeu national américain (national pastime) connaît un retentissant scandale en 1919 avec l'affaire des Chicago White Sox, impliquant plusieurs joueurs de cette franchise pour corruption à l'occasion des Séries mondiales. Le juge Kenesaw Mountain Landis est nommé comme commissaire des ligues majeures ; il reste en poste de 1920 à 1944 et impose une discipline de fer au monde du baseball, mais renforce le pouvoir des propriétaires sur les joueurs. Les premiers syndicats de joueurs sont formés dès 1885, mais il faut attendre 1966 et la création de la MLBPA pour voir les joueurs obtenir des avancées significatives. Des conflits avec des grèves en 1971, 1982 et 1994 marquèrent les rapports houleux entre joueurs et propriétaires à propos de leurs possibilités de transfert et de la fixation d'un salaire minimum, notamment. La grève la plus importante fut celle de 1994-1995 qui entraîna l'annulation de 938 matchs et l'ensemble des matchs de play-offs et même des Séries mondiales 1994. Parmi les plus fameux joueurs des années 1870-1945, citons Cy Young, Christy Mathewson, Honus Wagner, Walter Johnson, Ty Cobb, Babe Ruth, Lou Gehrig et Joe DiMaggio, notamment. Ces stars des ligues majeures sont tous des joueurs blancs car les joueurs noirs sont interdits de jouer en ligue majeure à la fin des années 1880. Cet accord entre les propriétaires de franchises est validé au début du par la Cour suprême des États-Unis. Les joueurs noirs comme Satchel Paige évoluent alors dans les « Negro Leagues », symbole fort de la politique ségrégationniste américaine. Cette situation perdure jusqu'en 1947, et l'arrivée de Jackie Robinson aux Brooklyn Dodgers. Robinson fut recruté par le manager général des Dodgers, Branch Rickey, et débute en ligue majeure le 15 avril 1947. Victime de nombreuses attaques racistes, Robinson tint bon et ouvrit la voie aux joueurs noirs en Ligue majeure. Depuis l'an 2000, le 15 avril est célébré par la MLB comme le « Jackie Robinson Day » tandis que son numéro 42 fut retiré en 1997 dans l'ensemble des franchises de la MLB. Depuis l'entrée en scène de Robinson, les principaux joueurs furent Stan Musial, Mickey Mantle, Sandy Koufax, Yogi Berra, Warren Spahn, Hank Aaron, Pete Rose, Cal Ripken, Jr. et Ted Williams. Aujourd'hui, Roger Clemens, Alex Rodriguez et Barry Bonds comptent parmi les joueurs les plus fameux. Le football américain concurrence clairement le baseball depuis un demi-siècle. Toutefois, depuis le début du , les affluences enregistrées sur les terrains de baseball atteignent des records historiques. En 2005, 74 915 268 de spectateurs ont assisté aux 2419 matchs de la MLB, soit une moyenne par match de 30 970 spectateurs.

Baseball international

Le Tokyo Dome à TokyoL'exportation du baseball commença à la fin du : à Cuba en 1864 (premier club en 1872 et premier championnat en 1877), en République dominicaine en 1868, au Japon en 1872 (première équipe fondée en 1878 et premier championnat professionnel en 1920), au Mexique en 1877, au Panama en 1882, au Nicaragua en 1889, à Taïwan en 1895 (premier championnat professionnel en 1990), en Corée en 1898 (premier championnat professionnel en 1982), aux Pays-Bas dans les années 1900 (fédération fondée en 1912 et premier championnat en 1922). Le baseball possède le statut de sport national à Cuba, à Taïwan ou en République dominicaine notamment. En Corée du Sud et au Japon, le football devient un solide concurent. Le premier match de baseball joué sur le sol français eut lieu le 8 mars 1889 à l'occasion de l'exposition universelle, en présence du président de la République, Sadi Carnot. Il s'agissait d'un match entre une sélection des joueurs de la National League et le club des White Socks de Boston. Le premier club français est créé en 1913 à Paris : Ranelagh baseball club. La fédération est fondée en 1924 et le championnat de France est mis en place en 1926. La Fédération internationale de baseball créée en 1938 reconnait 112 fédérations nationales. Elle organise notamment la Coupe du monde de baseball.

Le lexique

Lexique franco-anglais des principaux termes utilisés au baseball avec pour base ceux en usage au Canada. Certains termes diffèrent légèrement dans le reste de la Francophonie. Pour l'exemple, un "but" est le plus souvent nommé "base" en France.

Le terrain

Terrain de baseballLe terrain est divisé en trois parties : le champ intérieur (l'avant-champ), le champ extérieur et le territoire des fausses balles. Les dimensions du terrain varient d'un stade à l'autre, seul le champ intérieur doit respecter certaines règles. Le premier but se trouve à 27 m (90 pieds) du deuxième but et ainsi de suite jusqu'au marbre, formant un carré que l'on nomme « diamant ». Le monticule, où le lanceur effectue ses lancers vers le marbre, se trouve à 19 m (60½ pieds) du marbre, aligné sur l'axe du marbre et du deuxième but. Le champ extérieur comprend l'espace entre les buts et la clôture. La distance à laquelle se trouve la clôture varie d'un stade à l'autre, mais également à l'intérieur même d'un stade. Par exemple, la clôture sur la ligne du premier but (champ droit) peut se trouver à 100 m du marbre, celle du troisième but (champ gauche) à 105 m et celle du champ centre à 120 m. Un cas célèbre rappelle celui de Hank Aaron, alors qu'il jouait pour les Braves d'Atlanta. Sur le point de briser le record de circuits de Babe Ruth, la direction des Braves décida de rapprocher les clôtures pour lui faciliter la tâche. Dans le territoire des fausses balles, les règles varient en ce qui concerne les coups sûrs et les retraits.

Equipements et tenue

La balle de baseball est d’une circonférence d'environ 23 cm (23, 5 cm au maximum) pour un poids d’environ 140 grammes. Elle est constituée de liège et de caoutchouc et recouverte de deux lanières de cuirs cousus (108 coutures). La batte (ou bâton) mesure au maximum 1, 05 m de longueur pour une épaisseur maximum de 7 cm. Elle peut être en bois plein ou en alliage métallique creux. Son poids est variable. Les gants de réception de la balle que portent les joueurs de défense varient selon le poste occupé. Batteurs et receveurs portent des casques visant à les protéger de violents lancers de balle à la tête. Le casque du receveur est le plus complet. Il comprend une grille faciale. Les batteurs portent un casque sans grille faciale mais dessiné pour protéger la tempe qui fait face au lanceur. Les autres joueurs portent des casquettes : les fameuses Baseball caps (casquettes de baseball). Ces dernières furent dessinées dès 1860. Les joueurs de baseball portent des pantalons trois-quarts. Jadis plutôt amples, ils portent désormais près du corps. Les maillots dits traditionnels sont des chemises avec boutons. Toutefois, nombre de formations, même en MLB, arborent aussi des maillots sans boutons. Les deux couleurs traditionnelles des tenues sont le blanc et le gris mais les couleurs entrent progressivement dans les moeurs. Image:Baseball glove front back.jpg|Gant de baseball Image:Baseball catcher.jpg|Les protections du receveur Image:Fourbats.jpg|Battes de baseball Image:Baseball.jpg|Balle de baseball

Le jeu

À moins d'une indication contraire, les informations qui suivent concernent le baseball majeur joué en Amérique du Nord.
-Une rencontre de baseball se joue avec deux équipes qui alternent en défense et en attaque.
-Neuf joueurs se trouvent sur le terrain en défense : un lanceur , un receveur et sept autres joueurs répartis sur le terrain pour rattrapper la balle, si possible de volée pour éliminer le batteur.
-Une partie se joue en neuf manches. Une demie-manche prend fin quand trois batteurs sont éliminés. Une manche prend fin quand les 2 équipes sont passées en attaque et en défense.
-Le but du batteur est, le plus souvent, de frapper un coup sûr afin de progresser sur les bases.
-Un point est marqué quand un joueur d'attaque revient au marbre (quatrième base) aprés avoir touché les 3 autres bases dans le sens anti-horaire.
-En cas d'égalité après neuf manches, on joue d'autres manches pour départager les deux équipes.

La défense

Lanceur en actionLe but de la défense est d'empêcher l'attaque adverse de progresser sur les bases et d'aller vers le marbre marquer des points. Le lanceur est le premier défenseur. C'est lui qui lance le jeu en délivrant des lancers variés afin de prendre en défaut le batteur dont le but est de frapper la balle le plus possible afin de progresser sur les bases. Le lanceur dispose d'une variétés de coups : balle rapide, balle courbe ou glissante. Si le lanceur parvient à placer trois balles dans la zone de strike, le batteur est éliminé. Le batteur parvient toutefois à frapper la balle entre deux et trois fois sur dix, et les joueurs de défense s'activent alors pour le mettre hors-jeu. Toute balle frappée attrapée de volée élimine le batteur. De même, si la balle parvient en base avant le batteur, il est également retiré. La stratégie entre alors en jeu dans les cas où un ou plusieurs coureurs se trouvent déjà sur les bases. On peut ainsi assister à des doubles voire des triples retraits sur un même coup. Les joueurs de défense se répartissent sur l'ensemble du terrain afin de le couvrir totalement. En plus du lanceur qui couvre le centre du diamant, quatre joueurs couvrent le champ intérieur : les joueurs de première, deuxième et troisième et l'arrêt-court qui se positionne entre la deuxième et la troisième base. Le champ extérieur est couvert par trois joueurs : champ droit, champ centre et champ gauche, tandis que le receveur couvre la zone des fausses balles se situant entre le marbre et les tribunes. Sur le point d'affronter un frappeur, le lanceur se place sur le monticule et utilise, selon la situation, l'élan complet (de face au départ) ou l'élan arrêté (déjà de coté au départ). L'élan complet est utilisé lorsque les buts sont inoccupés (ou avec un coureur au troisième but seulement), cet élan présente l'avantage d'être plus naturel et permet au lanceur d'utiliser toute sa puissance. Puisqu'en utilisant cet élan, le lanceur se doit de diriger un tir vers le marbre, les coureurs auraient un avantage marqué, pouvant s'éloigner du but pour ainsi se rapprocher du but suivant. Lorsque des coureurs sont sur les buts, un élan arrêté permet non seulement au lanceur de compléter son mouvement vers le marbre plus rapidement, réduisant les chances d'un coureur de voler un but, mais aussi force le coureur à rester près du but qu'il occupe (augmentant la distance vers le but suivant) puisqu'un tir vers ce but est permis. Le but du lanceur est d'empêcher le frappeur de faire bon contact avec la balle, voire de la rater complètement. Le répertoire de lancers varie avec chaque lanceur. Le choix des lancers se fait en collaboration avec le receveur qui appelle les lancers en faisant de petits signes avec ses doigts au lanceurs. Si le lanceur estime que le lancer demandé n'est pas le meilleur en fonction de sa forme du moment et de la situation de jeu, il fait non de la tête. Le receveur propose alors un nouveau jeu. Un hochement de tête de haut en bas signifie au lanceur que son choix est accepté par le lanceur. Les lancers les plus courants sont : Mouvement typique du lanceur au baseball. Ici Josh Hancock des Reds de Cincinnati (Ohio) Un lanceur reste rarement en jeu sur l'ensemble d'un match. Il existe ainsi toute une stratégie de gestion d'effectif afin de proposer toujours aux batteurs adverses des lancers efficaces. L'effort produit par un lanceur lui interdit de reproduire ce même effort sous trois jours environ. Les calendriers de baseball ayant des cadences quasi quotidienne, les lanceurs partants, ceux qui débutent le match, se relaient au fil des jours. La cadence normale est une rotation sur quatre ou cinq lanceurs partants en MLB. Les lanceurs remplaçant les lanceurs partants en cours de match sont appellés des lanceurs de relève. Chacun possédant des caractéristiques propres, ils peuvent entrer en jeu pour quelques manches, parfois moins, afin de contrer efficacement un batteur gaucher ou clôturer la partie, par exemple. Les lanceurs de relève étant moins sollicités au cours d'un match qu'un lanceur partant, ils peuvent participer à plusieurs parties de rang.

L'attaque

Batteur en actionEn attaque, le but du jeu est de progresser sur les bases vers le marbre pour inscrire des points. Il existe plusieurs cas permettant au batteur de passer en première base et débuter sa course vers le marbre. La plus commune est de frapper un coup sûr, c'est-à-dire placer la balle hors d'atteinte des défenseurs suffisamment longtemps pour permettre au batteur de courir jusqu'à la première base. Certains coups sûrs permettent au batteur de progresser jusqu'en deuxième, voire en troisième base. Un coup qui sort des limites du terrain est appelé coup de circuit (home run), il permet au joueur de faire un tour complet du diamant. Un batteur peut également aller en première base en obtenant un but sur balle, intentionnel ou pas, suite à quatre lancers en dehors de la zone de prise. Si le tir du lanceur atteint le batteur, c'est également un premier but automatique. Il arrive également que les joueurs de défense commettent des erreurs en réceptionnant ou en renvoyant la balle. Sans cette erreur, le batteur n'aurait jamais pu atteindre la première base. Aussi, ces formes de coups sont comptabilisés à part : ce sont des erreurs. Un tableau d'affichage de baseball comprend d'ailleurs les deux colonnes : coups sûrs et erreurs. De même, le receveur peut "échapper" la balle, et les attaquants peuvent alors essayer d'en profiter pour avancer sur les bases. Une fois sur base, un attaquant peut tenter de « voler un but ». Certains joueurs rapides sont particulièrement bons pour cet aspect du jeu qui consiste à prendre de vitesse la défense en anticipant le lancement du jeu par le lanceur. Si le joueur parvient à la base avant la balle, il est "sauf" et la base est volée. Si la balle arrive avant l'attaquant, le joueur est retiré. Afin d'améliorer les résultats, on désigne un ordre de passage stratégique à la position de batteur. Le premier batteur (lead-off hitter) est généralement rapide à la course et solide à la batte. Les deux suivants ont des performances plus moyennes. Le quatrième batteur est celui qui possède le plus de capacité à frapper des coups de circuit. Quand la balle est frappée, deux résultats possibles : bonne balle ou fausse balle. Si la balle tombe au sol avant qu'un joueur défensif ne la capte, l'endroit où elle tombe peut déterminer si elle est bonne ou fausse. Bien que le territoire des fausses balles comprenne tout ce qui ne se trouve pas à l'intérieur des lignes du premier et troisième buts (Visualisez la ligne tracée qui part du marbre, croise le 1 but et se rend jusqu'à la clôture. Même chose en direction du 3 but), la trajectoire de la balle détermine le jugement de l'arbitre. Une fausse balle est :
- Une balle frappée qui tombe au sol directement dans le territoire des fausses balles sans avoir été touchée par un joueur défensif
- Une balle frappée qui tombe au sol à l'avant-champ et roule dans le territoire des fausses balles avant de dépasser le 1 ou le 3 but
- Une balle frappée, qui n'a pas encore touché le sol, qui est touchée par un joueur défensif alors qu'il se trouve dans le territoire des fausses balles mais ne la capte pas
- La balle est frappée et le frappeur, alors qu'il tente de se rendre vers le 1 but, touche la balle qui se trouve dans le territoire des balles fausses Une bonne balle est :
- Une balle frappée qui tombe au sol au champ extérieur
- Une balle frappée qui tombe au sol au champ intérieur (avant-champ) et soit s'immobilise, soit roule et dépasse les 1 ou 3 buts dans le territoire des bonnes balles
- Une balle frappée qui est touchée par un joueur défensif alors qu'il se trouve dans le territoire des bonnes balles. Que la balle roule ou tombe dans le territoire des fausses balles n'a plus d'importance. Certaines balles frappées et considérées bonnes ont des noms spécifiques comme le Home run (coup de circuit) : balle qui sort derrière la ligne du même nom, qui permet au batteur de courir autour du terrain sans être éliminé et l'Inside-the-park home run : balle mal jouée par la défense qui permet au batteur d'atteindre le marbre, et de marquer ainsi un point en une fois sans que la balle ait passé la ligne de home run. Les balles considérées hors-jeu (foul ball) peuvent être rattrapées de volée par la défense, le batteur sera donc éliminé.

Retraits ou Eliminations

Le défenseur prend la balle au vol. Le batteur est éliminé. L'objectif de la défense est de parvenir à 3 retraits (3 joueurs éliminés, ou "out"), au troisième retrait l'équipe qui défend repasse en attaque. Il y a plusieurs façons d'effectuer un retrait, les principales sont:
- Le frappeur est retiré (éliminé) sur trois prises (strike). Cela signifie que le batteur a raté 3 balles considérées comme "bonnes" ou jouables par l'arbitre. Une fausse balle (balle touchée par le batteur mais qui sort du champ de jeu, soit derrière le receveur, soit sur les côtés) compte pour une prise, sauf quand le frappeur a déjà deux prises à son compte. Un batteur ne peut pas être éliminé (strike out) sur une balle qu'il a touchée.
- La balle frappée est captée au vol (elle ne touche pas le sol) par un joueur défensif. Le batteur est directement retiré. Cela est valable pour les balles tombant dans le champ de jeu mais aussi pour les balles qui tombent dans le territoire des fausses balles.
-Si la balle touche au sol, un joueur défensif doit toucher une base (ou le marbre) avec la balle. Ainsi aucun attaquant ne pourra y accéder. On peut aussi toucher avec la balle un coureur qui ne touche pas une base (but). La situation la plus courante est celle d'un batteur qui vient de frapper la balle et court vers la première base. La défense peut l'éliminer si elle fait parvenir la balle au défenseur situé sur la première base avant que celle-ci ne soit touchée par le coureur.
-Si un attaquant se trouvait sur la première base au moment de la frappe, il doit de la même manière tenter de rejoindre la deuxième base avant que la défense ne tente de le retirer. On dit qu'il est forcé ("forced play"). En effet, il ne peut pas rester sur sa base car le coureur/frappeur arrive (et on ne peut avoir qu'un joueur par base). C'est pour cela que bien souvent les attaquants tentent de "voler" la seconde base (l'atteindre en surprenant la défense sans qu'une frappe ait eu lieu), cette position est en effet beaucoup plus confortable car le joueur pourra décider ou non de courir selon les circonstances de la frappe suivante. D'autres types de retrait sont possibles, ils sont néanmoins plus rares:
- Un coureur, qui quitte son but alors que la balle est frappée dans les airs et que cette balle est captée au vol, doit revenir toucher son but avant de le quitter à nouveau. Faute de quoi, un joueur défensif qui a la balle en main peut faire appel en touchant au but et ainsi retirer le coureur. Un double-jeu (deux retraits sur le même jeu) sera ainsi effectué. Un triple-jeu est rare, et survient habituellement lorsque les coureurs tentent de voler chacun un but et que le frappeur frappe une flèche à un joueur d'avant-champ.
- La balle est frappée et le frappeur, alors qu'il tente de se rendre vers le premier but, voit la balle faire contact avec son bâton ou son corps (alors qu'il se trouve dans le territoire des bonnes balles)
- La balle est frappée et touche un coureur. Le coureur est retiré, le frappeur se voit accorder le premier but (aucun point ne peut être marqué, mais des coureurs peuvent avancer seulement pour faire place au frappeur qui ira au premier but)

Jeu forcé

Les coureurs n'ont pas toujours à courir vers le but suivant. Lors d'un ballon (balle frappée loin, mais pas en flèche (directement) ou d'une chandelle (balle frappée tout droit en l'air), le coureur risque d'être retiré (voir retraits). Bien sûr, lors d'un coup sûr, les coureurs se dirigent vers le but suivant et si possible le marbre. Mais lors d'un roulant dans l'avant-champs, un coureur qui se trouve au 2 but ou au 3 but peut décider de rester près de son but si aucun coureur ne se dirige vers lui (personne n'était au 1, par exemple). Le jeu sera forcé dans les conditions suivantes: le 1 but est occupé, les 1 et 2 buts sont occupés ou les buts sont tous remplis. Un joueur défensif pourra alors saisir une balle frappée au sol et lancer (ou se diriger lui-même) vers un but pour retirer un coureur qui doit absolument s'y rendre. Pour visualiser: Coureurs aux 1 et 2 buts. Un roulant se dirige vers le défenseur du 3 but. Il saisit la balle et touche avec son pied le 3 but, retirant ainsi le coureur qui se trouvait au 2 but. Celui étant obligé de courir car le coureur de première base devait libérer celle-ci pour le frappeur. Il s'agit d'un retrait forcé (élimination forcée). Imaginez la même situation, sauf que le 1 but est libre. Le coureur, voyant la balle se diriger vers le 3 but, attend. Puisqu'il se trouve au 2 but, donc plus près du marbre, son retrait sera plus grave que celui du frappeur. Il ne se dirige donc pas vers le 3 but, forçant la main au joueur qui doit lancer la balle vers le 1 but pour retirer le frappeur. La défense doit réagir vite et faire les bons choix, une mauvaise passe peut permettre à l'attaque de gagner du terrain.

L'amorti

L'amorti consiste à changer sa position de frappe au dernier moment, le batteur se tourne face au lanceur et tient alors la batte avec les 2 mains et va juste devier la balle sans réellement la frapper pour qu'elle soit dirigée loin d'un joueur d'avant-champ. L'idée est de tirer suffisamment loin du receveur (catcher) et ni trop près des défenseurs d'avant-champ, ni du lanceur. Par exemple 2 triangles sont privilégiés, celui entre le lanceur, la première base et la seconde base ou bien entre le receveur le lanceur et la troisième base. Ces options peuvent semer la confusion dans la défense, une des bases pouvant être laissée sans couverture. La défense doit alors effectuer une rotation, le défenseur de première base va récupérer l'amorti et le défenseur de seconde base vient couvrir la première base. Ce coup est utilisé, soit pour tenter de frapper un coup sûr en prenant la défensive par surprise (coup filé), soit pour permettre à un coureur de prendre un but supplémentaire en se sacrifiant (amorti-sacrifice). On échange alors un retrait pour un avantage territorial. Un jeu spectaculaire, celui de l'amorti-suicide, consiste à frapper un amorti surprise alors que le coureur qui se trouve au 3 but se dirige vers le marbre au moment du tir. Un amorti, non rattrapé en vol et qui rentre dans les caractéritiques de la fausse balle, est compté comme une prise (strike), et ce même s'il s'agit de la troisième prise. Il en résulte alors un retrait (élimination) du frappeur. La valeur, l'utilisation et l'intéret de l'amorti dans le base-ball demeure un des grands sujets de discussion des fans. A travers les époques, cette feinte connut des vagues d'utilisation selon la prédominance de la frappe ou du lancer. L'amorti pouvait être une arme offensive efficace face un lanceur patenté.

Les signaux

Le coach du 3 but relaie au frappeur des signaux venant de l'entraîneur en chef. On peut alors demander au frappeur de se sacrifier, de tenter le "frappe et court" ou de laisser passer un tir, par exemple. Le receveur aussi signale au lanceur quel type de lancer il lui suggère. Il peut aussi demander au lanceur de lancer délibérément à l'extérieur de la zone des prises, prévoyant qu'un coureur tentera de voler un but à ce moment. Il peut aussi demander à laisser marcher un joueur jusqu'en première base, si on considère qu'il est trop dangereux de laisser tirer car des joueurs sont bien placés pour marquer (2 et/ou 3 base) et le frappeur est connu pour être un bon frappeur. Si la défense n'a plus qu'un joueur à retirer (2 éliminations), elle peut avoir intéret à faire rentrer le joueur en première base pour jouer plus facilement un retrait forcé (voir retrait). Les joueurs défensifs ont peu de signaux. À la limite, ils peuvent se dire qui couvrira le but lors de déplacements (pour contrer un amorti, par exemple).

Balles mortes

La balle est déclarée morte dans les situations suivantes (la liste n'est pas exhaustive): Lors d'une fausse balle. Lorsque la balle quitte le terrain (sauf sur un circuit), qu'elle soit frappée ou lancée. Pour une balle lancée, le frappeur et les coureurs se voient accorder deux buts, sauf si le lanceur (alors sur le monticule) effectue le lancer. Les coureurs seulement pourront alors avancer d'un but. Lorsqu'un spectateur (ou quelqu'un qui ne fait pas partie du jeu) touche à une balle qui était en jeu. Lorsque la balle reste prise dans l'équipement du receveur ou d'un arbitre. Lorsque le frappeur est atteint. Lorsqu'un joueur défensif tente de stopper la balle frappée avec une partie de son équipement. Par exemple, il lance son gant et touche à la balle. Dans le cas suivant, le frappeur se voit accorder un triple, ou un circuit si, selon le jugement de l'arbitre, la balle aurait franchi la clôture. Tous les coureurs marqueront dans les deux cas. Une feinte illégale. Par contre, si le lanceur lance au marbre tout de même et le frappeur s'élance et fait contact, l'arbitre du marbre appellera une balle morte à retardement. Si le frappeur se rend sauf au 1 but et qu'aucun coureur n'est retiré, le jeu devient légal. Il va sans dire qu'il s'agit d'un fait extrêmement inusité.

Feinte illégale

Le lanceur est habituellement seul responsable des feintes illégales. Le receveur peut en faire d'une seule façon. Une telle feinte permet aux coureurs d'avancer au but suivant. Durant son élan, le lanceur ne peut s'arrêter et recommencer. Durant l'élan arrêté, une feinte vers un but inoccupé n'est pas permise. Vers un but occupé, oui, sauf vers le 1 but, où un tir doit être effectué. Si le receveur se tient prêt à recevoir le tir du lanceur et qu'il est placé hors de son espace réservé derrière le marbre, il sera responsable d'une feinte illégale. Il est à noter qu'au moins un coureur doit se trouver sur les buts, sinon il n'y a pas de conséquences.

Le frappeur désigné

Le règlement du frappeur désigné (DH), introduit en 1973 dans la ligue américaine MLB, suscite encore la controverse. Les puristes le détestent, les fans du jeu offensif l'adorent. Le frappeur désigné ne joue jamais en défensive, il n'a qu'à se présenter au bâton. Il remplace un joueur dans l'alignement offensif, joueur dont les aptitudes offensives sont moindres. Bien que le frappeur désigné puisse remplacer quiconque dans l'alignement, le lanceur est habituellement celui qui écope. Les lanceurs se présentant au bâton bien moins souvent (1 présence contre 10, en moyenne) qu'un joueur régulier, remplacer quelqu'un d'autre serait non seulement moins logique du point de vue stratégique, mais assez insultant pour le joueur visé. Les puristes déplorent le fait (avec raison) que l'arrivée du frappeur désigné a enlevé une bonne partie du jeu stratégique. L'amorti sacrifice, employé régulièrement lorsque le lanceur se présente au bâton avec des coureurs sur les buts, est pratiqué beaucoup moins souvent dans la ligue américaine que la ligue nationale, où le règlement du DH n'est pas en fonction. Les souteneurs du DH diront que la présence du lanceur équivaut presque toujours à un retrait, tuant dans l’œuf toute chance de ralliement ou de grosse manche (qui signifie une manche avec 3 points ou plus de marqués).

Substitutions

Tout joueur qui est remplacé dans l'alignement ne peut revenir au jeu. Les joueurs peuvent changer de position (en défensive) durant la partie sans problème. Si un lanceur est remplacé au monticule, il ne peut lancer que s'il remplace quelqu'un au champ. Bien que rare, la situation suivante l'illustre: l'entraîneur fait appel à un lanceur gaucher pour affronter un frappeur gaucher. Il veut par contre garder son lanceur actuel pour le frappeur qui suivra. Il remplace donc le voltigeur de gauche, envoie son lanceur actuel au champ gauche et amène le lanceur gaucher au monticule. Après avoir affronté son frappeur, ce lanceur est remplacé par un autre voltigeur qui prend sa place, le lanceur précédent revenant au monticule.

Changement de lanceur

L'entraîneur a le droit de visiter son lanceur une fois par manche. Une deuxième visite exige le changement du lanceur. Il peut par contre changer son lanceur lors de la première visite. Si l'entraîneur adverse réplique au changement en substituant son frappeur, l'entraîneur défensif peut amener un autre lanceur. Ce dernier lanceur et le nouveau frappeur doivent alors s'affronter avant qu'un changement soit possible. Dans le cas où l'ordre des changements est : frappeur, lanceur, frappeur, ces deux derniers doivent s'affronter.

Double substitution

Celui qui remplace un joueur en défensive frappera aussi dans l'ordre qui lui avait été assigné auparavant. Par exemple, un joueur qui remplace l'arrêt-court, qui frappait au 7 rang, frappera lui aussi au 7 rang. Si l'entraîneur désire changer l'ordre, il devra procéder à une double substitution. Prenons l'exemple suivant : Le joueur de 2 but frappe au 8 rang, le lanceur au 9 rang. Le 8 frappeur a effectué le dernier retrait lors de la manche précédente. Le 9 frappeur (le lanceur, donc) se présentera le premier au bâton à la manche suivante. L'entraîneur désire remplacer le lanceur au monticule. Sachant que son remplaçant frappera premier, il informe l'arbitre derrière le marbre (c'est obligatoire dans ce cas) qu'il procède à une double substitution. Puisque son joueur de 2 but (qui frappe au 8 rang) a effectué le dernier retrait à la manche précédente, il remplace donc le joueur de 2 but et le lanceur, et insère au 8 rang des frappeurs le lanceur qui entre dans le match et au 9 rang le nouveau joueur de 2 but. Celui-ci sera donc le premier à se présenter au bâton à la manche suivante.

Durée

-Pour qu'un match soit officiel (qu'une victoire soit attribuée), au moins 5 manches (4 et demie si l'équipe receveuse mène) doivent avoir été jouées sans que le score soit égal.
-Si le match est annulé avant cette échéance (à cause de la pluie, par exemple), la partie est remise à plus tard, à recommencer depuis le début et les statistiques sont annulées.
-Si après 8 manches et demie l'équipe receveuse mène déjà au pointage, elle ne peut que gagner et donc la partie s'arrête.
-Si après 9 manches les 2 équipes sont à égalité, une ou des manches supplémentaires sont jouées jusqu'à ce qu'un vainqueur émerge. Au Japon, si les équipes sont toujours à égalité en 12 manche, le match est considéré comme nul.
-Un match dure habituellement entre deux et trois heures. Certains matchs se prolongent très longtemps en cas d'égalité (jusqu'à cinq ou six heures dans des cas extrêmes).

Arbitres

En saison régulière, il y a jusqu'à quatre arbitres sur le terrain lors d'un match de MLB. L'arbitre derrière le marbre est responsable de noter les subtitutions, d'appeler les prises et les balles ainsi que des jeux qui se déroulent au marbre. Les arbitres sur les buts doivent s'occuper des décisions à rendre sur chacun des buts. Tous les arbitres ont les mêmes pouvoirs en ce qui concerne le respect des règles de jeu ainsi qu'au niveau de la discipline. En séries éliminatoires, les MLB appliquent un système à six arbitres. Les deux arbitres supplémentaires sont situés sur chacune des lignes délimitant le territoire des bonnes balles et des fausses balles et ont comme responsabilité de juger les attrapés, ainsi que les bonnes balles - fausses balles dans le champ extérieur. Un marqueur officiel s'occupe principalement de juger les erreurs, coups sûrs, optionnels, etc. Le baseball est notoire pour ses nombreuses statistiques. Pour les matchs internationaux, les arbitres sont notés et jugés par des observateurs. Ils sont notés sur 5 (seul le français Roberts Averso a eu 5 sur 5 à toutes ses observations).

Compétitions de baseball

150 px 150 px La Ligue majeure de baseball, qui opère aux États-Unis avec une franchise au Canada, rassemble l'élite professionnelle. La finale annuelle a pour nom Séries mondiales (World Series) et se joue au meilleur des sept matchs entre le champion de la Ligue Américaine et de la Ligue nationale. L'effectif d'une franchise compte actuellement 25 joueurs. Or, un nombre beaucoup plus important de joueurs sont sous contrat avec les franchises de baseball de la MLB. Ces jeunes joueurs ou joueurs de réserve évoluent dans les ligues mineures. En dehors du cadre de l'organisation de la MLB, il existe également aux Etats-Unis des ligues indépendantes, au nombre de dix en 2007, et des compétitions universitaires NCAA. La MLB a aussi creée, en 2006, la Classique mondiale de baseball En dehors des Etats-Unis et du Canada, plusieurs nations possèdent également des championnats professionnels : Japon, Corée du Sud, Taïwan et Mexique notamment. Les championnats des Pays-Bas et d'Italie sont semi-professionnels. Créé en 1926, le championnat de France est amateur. Les meilleurs clubs européens s'affrontent chaque année dans une Coupe d'Europe où les Italiens et les Néerlandais dominent logiquement. Au niveau des sélections nationales, il existe une coupe du monde et des tournois internationaux telles la Coupe intercontinentale ou la Classique mondiale de baseball. Chaque continent est de plus doté de compétitions comme le Championnat d'Europe ou le Championnat d'Asie, par exemple. Le baseball figure également au programme de plusieurs jeux omnisports : Jeux Olympiques, Jeux Panaméricains ou Jeux asiatiques, notamment.

Déclinaisons du baseball

King Kelly, carte Goodwin Champions de 1888Le baseball a connu nombre de déclinaisons de la littérature au cinéma et passant par les jeux vidéo, notamment. Les plus fameux films ayant un scénario construit autour du baseball sont Le Meilleur avec Robert Redford qui obtint quatre nominations aux Oscars, Jusqu'au bout du rêve (3 nominations aux Oscars) avec Kevin Costner, Vainqueur du destin (11 nominations aux Oscars) avec Gary Cooper dans le rôle de Lou Gehrig et Une équipe hors du commun avec Tom Hanks et Geena Davis retraçant les permiers pas de la ligue professionnelle féminine. Au rayon des comédies, citons Les Indians (1989) et dans la catégorie des documentaires, l'Histoire du baseball de Ken Burns en 1994. Parmi les jeux vidéo de management, on citera Out of the Park Baseball et Baseball Mogul. Les cartes de baseball (Baseball cards) constituent également un élément important de culture du baseball et même de la culture américaine. Ces cartes sont apparues dès la fin du dans les paquets de cigarettes, de chewing-gum ou de bonbons et les plus rares d'entre elles atteignent aujourd'hui des prix importants. A ce niveau, la plus fameuse carte est celle d'Honus Wagner de 1909 (référence T206) dont le prix s'est établi à 2, 35 millions de dollars lors d'une vente aux enchères le 26 février 2007.

Baseball et médias

Le baseball fut le premier sport à bénéficier aux États-Unis d'un support médiatique conséquent. Dès 1853, le quotidien new-yorkais Mercury propose un compte-rendu de match suivant les règles modernes du journalisme sportifWojciech Liponski (s.d.), L'encyclopédie des sports, Poznan, Atena, 2003 (éd. fra., Paris, Grund et UNESCO, 2005), p.54. Depuis 1886, le Sporting News est qualifié de « Bible du baseball ». En 1889, Albert Spalding lance son Baseball Guide, qui fut très efficace pour populariser les exploits des champions. De nos jours, il existe plusieurs dizaines de publications traitant exclusivement de baseball. Citons Baseball Digest, créé en 1942, et Baseball America (1991), les plus fameuses d'entre elles. En parallèle, le baseball dispose d'importants espaces dans la presse généraliste, du New York Times au Washington Post en passant par USA Today aux États-Unis. Idem au Japon, en Corée du Sud ou en Amérique centrale. La radio émerge dans les années 1920. Le premier match est diffusé en 1921 et en 1926, pas moins de 26 stations transmettent en direct les World SeriesWojciech Liponski, op. cit., p.54. Graham McNamee fut le plus fameux journaliste sportif officiant à la radio pendant l'entre-deux-guerre. Red Barber puis Mel Allen prirent ensuite le relais. Devant le conflit généré par la baisse des affluences suite à ses premières retransmissions en direct, les franchises américaines de baseball décident en 1932 de faire payer les stations pour les dédommager de ce manque à gagner. C'est le même modèle qui est repris avec la télévision. Le 17 mai 1939 la première retransmission d'un match de baseball (un match universitaire entre Princeton et Columbia) est proposée par la télévision américaine. Depuis 2006, la MLB diffuse en direct via son site internet l'intégralité des plus de 2400 matchs que comprend une saison complète : MLB.TV. En Europe, le chaîne de télévision NASN diffuse en moyenne un match en direct chaque jour tout au long de la saison de la MLB.

Notes et références

Voir aussi

===
Sujets connexes
Abner Doubleday   Albert Pujols   Albert Spalding (baseball)   Alex Rodriguez   Alexander Cartwright   Amérique centrale   Amérique du Nord   Années 1840 en sport   Années 1880   Années 1900   Années 1920   Antilles néerlandaises   Australie   Babe Ruth   Balle de baseball   Barry Bonds   Baseball Digest   Baseball Mogul   Baseball aux Jeux Olympiques   Baseball aux Jeux Panaméricains   Baseball aux jeux asiatiques de 2006   Batte de baseball   Bibliothèque du Congrès   Bonbon   Boston   Branch Rickey   Braves d'Atlanta   Brooklyn   Brooklyn Atlantics   Cal Ripken, Jr.   Canada   Championnat d'Asie de baseball   Championnat d'Europe de baseball   Championnat d'Italie de baseball   Championnat de France de baseball   Championnat des Pays-Bas de baseball   Championnat du Japon de baseball   Chemise (vêtement)   Chewing-gum   Christy Mathewson   Cigarette   Cinéma   Classique mondiale de baseball   Colombie   Columbia Lions   Congrès des États-Unis   Corée   Corée du Sud   Coupe d'Europe de baseball   Coupe du monde de baseball   Coupe intercontinentale de baseball   Cour suprême des États-Unis   Coureur (baseball)   Cricket   Cuba   Double-jeu (baseball)   Europe   Exposition universelle   Fenway Park   Football   Football américain   France   Frappeur (baseball)   Fédération internationale de baseball   Gant   Gary Cooper   Geena Davis   Guerre de Sécession   Hank Aaron   Histoire du baseball (documentaire télévisé)   Honus Wagner   Jackie Robinson   Japon   Jeux Olympiques d'été de 2012   Joe DiMaggio   Jusqu'au bout du rêve   Ken Burns   Kenesaw Mountain Landis   Kevin Costner   Le Meilleur (film)   Les Indians   Ligue américaine   Ligue chinoise professionnelle de baseball   Ligue indépendante de baseball   Ligue majeure de baseball   Ligue mexicaine de baseball   Ligue mineure de baseball   Ligue nationale   Littérature   Lou Gehrig   Manhattan   Mercury   Mexique   Mickey Mantle   National Association of Base Ball Players   National Association of Professional Base Ball Players   Negro League   New York   New York Knickerbockers   Nicaragua   Ohio   Organisation coréenne de baseball   Oscar du cinéma   Out of the Park Baseball   Paris   Pays-Bas   Pete Rose   Philippines   Porto Rico   Positions au baseball   Princeton Tigers   Président de la République française   Radiodiffusion   Reds de Cincinnati   Robert Redford   Roger Clemens   Rounders   République dominicaine   Sadi Carnot (président)   Sandy Koufax   Satchel Paige   Sport collectif   Sporting News   Stan Musial   Statistiques au baseball   Take Me Out to the Ball Game (chanson)   Ted Williams   Tokyo Dome   Tom Hanks   Town ball   Ty Cobb   Télévision   USA Today   Une équipe hors du commun   Vainqueur du destin   Walter Johnson   Warren Spahn   World Series   Yogi Berra  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^