Escalier de Cantor

Infos
L'escalier de Cantor, ou l'escalier du diable, est le graphe d'une fonction continue f\, sur \, , telle que f(0)=0\, , f(1)=1\, , qui est dérivable presque partout, la dérivée étant presque partout nulle.
Escalier de Cantor

L'escalier de Cantor, ou l'escalier du diable, est le graphe d'une fonction continue f\, sur \, , telle que f(0)=0\, , f(1)=1\, , qui est dérivable presque partout, la dérivée étant presque partout nulle.

Quelques rappels d'analyse élémentaire

Soit f\, une fonction continue sur un intervalle I\subset\mathbb, de dérivée f^\prime. Si f^\prime s'annule sur I\, , alors f\, est constante. C'est une conséquence immédiate du théorème des accroissements finis. La même conclusion est valable si on suppose seulement que la dérivée existe (et s'annule) sur le complémentaire d'un ensemble dénombrable. Pour la preuve, beaucoup plus subtile, voir par exemple le cours d'analyse de Roger Godement. Mais ce dernier résultat est optimal.

Construction

On suit pas à pas la construction de l'ensemble de Cantor K_3\, On prend f_0(x)=x\, . La fonction f_1\, est la fonction affine par morceaux qui vaut 0 en 0, 1 en 1, et \frac\, sur \, On passe de même de f_n\, à f_\, en remplaçant, f_n\, , sur chaque intervalle \, où elle n'est pas constante, par la fonction linéaire par morceaux qui vaut \frac sur Alors on vérifie que pour tout x, \vert f_(x)-f_n(x)\vert\le 2^, ce qui montre que la série de fonctions \sum_^\infty (f_-f_n) converge uniformément, et donc que la suite f_n\, converge uniformément. La fonction limite f\, est continue, monotone, et l'on a f(0)=0\, , f(1)=1 \, comme annoncé. De plus, f\, a une dérivée nulle sur le complémentaire de l'ensemble de Cantor K_3\, , puisque ce complémentaire est une réunion d'intervalles sur lesquels f\, , par construction, est constante (d'où le nom d'escalier !)

Que nous apprend cet exemple ?

Il est vrai (mais non trivial), que si f\, est une fonction mesurable bornée sur \mathbb, la fonction x\mapsto \int_a^x f(t)dt est presque partout dérivable et de dérivée f(x). Mais il est faux que toute fonction presque partout dérivable soit égale à l'intégrale de sa dérivée, même si cette dernière est L^1\, . C'est ce que nous enseigne l'escalier de Cantor. Pour avoir des résultats safisfaisant sur cette question, il faut introduire la notion de continuité absolue.

Lien externe

Catégorie:Analyse réelle Catégorie:Fonction remarquable Catégorie:Georg Cantor en:Cantor function pl:Diabelskie schody
Sujets connexes
Complémentaire   Dérivée   Ensemble   Ensemble de Cantor   Roger Godement   Théorème des accroissements finis  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^