Base aérienne Marville

Infos
La base aérienne de Marville-Montmédy (nom de l'armée de l'air française) ou RCAF Station Marville (nom donné par les forces canadiennes) ou aérodrome de Montmédy-Marville (depuis l'arrêt des activités militaires) est une ancienne base aérienne en France construite dans le cadre de l'OTAN à proximité de Marville dans le département de la Meuse. Cette base fut occupée par des unités de la Force aérienne du Canada de 1953 à 1967.
Base aérienne Marville

La base aérienne de Marville-Montmédy (nom de l'armée de l'air française) ou RCAF Station Marville (nom donné par les forces canadiennes) ou aérodrome de Montmédy-Marville (depuis l'arrêt des activités militaires) est une ancienne base aérienne en France construite dans le cadre de l'OTAN à proximité de Marville dans le département de la Meuse. Cette base fut occupée par des unités de la Force aérienne du Canada de 1953 à 1967.

Historique

Contruction

L'emplacement de la base et l'orientation de la piste ont été confirmés par les autorités canadiennes et françaises pendant l'été 1952. Les 315 hectares (780 acres) de terrains nécessaires pour la construction de la base furent acquis pour la somme de 290.000 dollars canadiens. La base était prévue pour abriter près de 150 officiers et 1000 hommes du rang. En octobre 1952, les travaux de construction de la piste débutèrent. Huit mois plus tard, une piste de 2400 mètres (7900 pieds) au standard OTAN était terminée. Un terrain de 14 hectares (35 acres) a été acquis en 1956 à un kilomètre au nord de la piste pour la construction d'un dépôt de munitions. La piste fut rallongée en 1956 pour atteindre une longueur de 2700 mètres (8900 pieds). Un taxiway de 2164 mètres (7100 pieds) avait été construit parallèlement à la piste.

Base opérationnelle

En avril 1955, la First Wing Royal Canadian Air Force ou 1 Escadre stationnée depuis février 1952 à North Luffenham en Angleterre déménagea sur la base de Marville. L'escadre comportait trois escadrons volant sur Sabre Mk 5 : 410, 439 et 441 escadrons. Les 410 et 441 escadrons quittèrent North Luffenham en 1954 pour des bases temporaires en Allemagne : Baden-Söllingen pour le 410 et Zweibrucken pour le 441. Le 439 fit directement mouvement sur Marville en 1955. En 1956, le 410 escadron (dissous à Marville le 2 octobre 1956) fut remplacé par le 445 escadron sur CF-100 Canuck. Le 445 fut dissous à son tour le 31 décembre 1962. Les 439 et 441 escadrons changèrent de monture en 1962 pour passer sur le nouveau chasseur supersonique CF-104 Starfighter. Les escadrons de Marville changèrent également de mission en passant de la défense aérienne sur Sabre et Canuck au bombardement nucléaire tactique sur Starfighter. La demande du gouvernement français en 1963 de faire passer toutes les armes et vecteurs nucléaires stationnés en France sous commandement de la France entraînèrent un nouveau changement de mission pour les deux escadrons de la 1 Escadre de Marville. A partir de cette date, ils se consacrèrent aux missions de reconnaissance uniquement.

Départ des Canadiens

En mars 1966, le général de Gaulle annonça le retrait de la France du commandement intégré de l'OTAN : toutes les forces américaines et canadiennes devaient quitter le territoire français. Les 439 et 441 escadrons quittèrent définitivement Marville le 1967 pour la base de Lahr en Allemagne. La base de Marville fut rendue à la France après le départ des F-104. L'Armée de l'air (France) utilisa la base aérienne pour l'entraînement pour quelque temps. En 1970, deux hangars furent démontés pour être réutilisé ailleurs dont l'un sur l'ancienne base de l'USAF d'Etain-Rouvres Air Base utilisé par les hélicoptères de l'ALAT. Les hangars du nord de la base furent utilisés par l'armée française jusqu'en 2002.

Usage civil

Une zone industrielle fut créée en 1980 sur le site de l’ancienne base aérienne et un club d'ULM est installé sur cette base qui sert parfois à des manifestations de masse. En 2006, la communauté de communes du pays de Montmédy l'acheta auprès de l'État français pour 533 600 euros pour y développer un pôle aéronautique qui sera dédié à l'aviation de tourisme et qui dispose d'une piste de 2900 m et d'un taxiway de 2400 mètres. Sa superficie est d'environ 260 hectares. ==
Sujets connexes
ALAT   Allemagne   Angleterre   Armée de l'air (France)   Aviation légère   Avro CF-100 Canuck   Aéroport de Karlsruhe Baden-Baden   Base aérienne 139 Lahr   Communauté de communes du pays de Montmédy   Dollar canadien   Euro   Force aérienne du Canada   France   Hectare   Marville   Meuse (département)   Mètre   Organisation du traité de l'Atlantique Nord  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^