Emir Kusturica

Infos
Emir Kusturica (prononcez "koustouritsa", Емир Кустурица en serbe) est un cinéaste lauréat de deux Palmes d'Or au Festival de Cannes, et un musicien serbe (anciennement yougoslave).
Emir Kusturica

Emir Kusturica (prononcez "koustouritsa", Емир Кустурица en serbe) est un cinéaste lauréat de deux Palmes d'Or au Festival de Cannes, et un musicien serbe (anciennement yougoslave).

Biographie

Emir Kusturica est né le 24 novembre 1954 à Sarajevo, en République fédérale socialiste de Yougoslavie (actuelle Bosnie-Herzégovine).

Prague

Le jeune Emir se passionnait déjà pour le cinéma : pour gagner son argent de poche, il faisait des petits boulots pour le cinéma de quartier de Sarajevo et pouvait ainsi assister aux projections. Un ami de son père l'invitait également sur le plateau des films officiels qu'il faisait. Mais dans la banlieue de Sarajevo, Emir joue au football, sort, et fréquente d'autres enfants que les parents Kusturica ne voient pas d'un bon œil. Inquiets, ses parents, famille respectable, décident de l'envoyer faire ses études à l'étranger pour le couper de ces fréquentations. Comme sa tante habitait alors à Prague, Emir y fut envoyé et pu ainsi rentrer à l'académie du cinéma de Prague, la FAMU. Il s'y montre un brillant élève et y réalise deux courts-métrages : Une Partie de la Vérité et Automne. Ses professeurs voient en lui un talent prometteur, et plus tard, dans ses interviews, il rendra hommage de nombreuses fois à son professeur de mise en scène le tchèque Otakar Vavra. Pendant ces années à Prague, Emir Kusturica va absorber tous les grands classiques du cinéma, qu'ils soient russes, tchèques, français, italiens, ou américains. Ces films marqueront profondément son style tout au long de sa carrière. En 1978, Emir Kusturica réalise son court-métrage de fin d'études Guernica, un film douloureux et faussement naïf sur l'antisémitisme vu par un petit garçon. Ce film obtient le Premier Prix du cinéma étudiant du Festival international du film de Karlovy Vary.

Sarajevo

Avec ce premier trophée, il rentre alors à Sarajevo et y obtient un contrat à la télévision. Artiste anticonformiste, il réalise en 1979 le moyen-métrage Les jeunes mariées arrivent tiré d'un scénario de Ivica Matić au sujet de l'inceste. Fortement influencé par le style d'Andreï Tarkovski, le film dérange par la forme et le fond, tous deux trop audacieux. Le film est interdit de diffusion. Il conserve néanmoins son poste à la télévision et tourne l'année suivante son second film : Café Titanic, tiré d'une nouvelle du prix Nobel de littérature yougoslave Ivo Andrić. Avec ce film, il remporte le premier prix du Festival de la télévision yougoslave. Il réalise alors son premier long métrage Te souviens-tu de Dolly Bell ? la même année, sur la base d'un scénario coécrit par lui-même et le grand poète bosniaque Abdulah Sidran. Le film est semi-autobiographique, et raconte la difficulté pour un groupe d'enfants dans le Sarajevo des années 1960 de se confronter au rêve occidental sous la dictature communiste de Tito. Il révèle déjà son talent de portraitiste et de satyriste dans la peinture des mœurs yougoslaves traditionnelles. Le monde découvre ainsi le cinéma du jeune Serbe grâce à l'obtention du Lion d'Or de la Première Œuvre à la Mostra de Venise et du prix de la critique du Festival du film international de São Paulo. Emir Kusturica travaille alors sur son second film Papa est en voyage d'affaires, avec le même scénariste Abdulah Sidran dans l'optique de réaliser une trilogie sur sa ville natale. Le troisième volet ne verra pas le jour, mais ce deuxième film, qui témoigne de la douleur des familles séparées par l'arbitrage politique du régime de Tito, remporte à la surprise générale la Palme d'Or au Festival de Cannes 1985. La récompense propulse au niveau des plus grands ce jeune réalisateur qui n'a alors que 31 ans. Pour se vider la tête, et évacuer la pression, Emir Kusturica va alors intégrer pendant un an le groupe de musique de ses amis de Zabranjeno Pušenje en tant que bassiste. Il fréquente alors la scène musicale yougoslave et se lie d'amitié avec le plus grand auteur/compositeur et guitariste de rock national : Goran Bregović devenu une star nationale dans toute l'ex-Yougoslavie avec le groupe Bijelo Dugme (Bouton blanc).

Les États-Unis

La Palme d'Or lui ouvre toutes les portes, et notamment celles des producteurs internationaux. Columbia s'intéresse à lui et lui propose un contrat mirobolant. Il hésite entre plusieurs scénarios, dont un traitant des Boukhodors. Ce sera finalement un fait divers sur les gitans qui va retenir toute son attention, et le faire travailler avec le journaliste Gordan Mihic pour élaborer l'histoire douloureuse (et en partie authentique) de Perhan dans Le Temps des Gitans. L'œuvre trahit des accointances avec le réalisme magique, juxtaposant une description presque documentaire du mode de vie bohémien à la culture, au folklore et aux mythes tsiganes, faisant surgir dans le récit des éléments irrationnels et surnaturels, propres à une pensée superstitieuse et mystique : dons de voyance, de télékinésie, accouchement en lévitation... À l'issue du tournage, Emir Kusturica est appelé à New York par le réalisateur tchèque (et ancien collègue de la FAMU) : Miloš Forman, pour le remplacer à la Columbia University. Une fois monté, le film est présenté à Cannes où il obtient prix de la mise en scène en 1989. Aux États-Unis, un des élèves de Kusturica, David Atkins lui propose alors un scénario qui deviendra Arizona Dream. Il arrête l'enseignement et se consacre alors entièrement à la fabrication de ce film, sur le rêve américain. La conception douloureuse du film fut rendue encore plus difficile par le début du conflit en Yougoslavie, auquel il assiste impuissant à des milliers de kilomètres de distance. Le tournage est arrêté à de nombreuses reprises pour laisser Emir Kusturica faire des aller et retour et aider ses parents qui essuient des exactions des forces bosniaques. Après le pillage de la maison familiale (et le vol de ses premiers trophées), il fait déménager ses parents au Monténégro. Le film Arizona Dream, interprété entre autres par Johnny Depp, Jerry Lewis et Faye Dunaway, sera tout de même achevé, et obtiendra l'Ours d'Argent au Festival de Berlin en 1993.

Belgrade

Extrêmement choqué par les évènements en Bosnie et par la manière dont ils sont présentés par les médias, Kusturica constate son impuissance à agir depuis les États-Unis mais décide de revenir sur sa terre natale et de montrer au reste du monde sa propre vision du conflit qui déchire son pays. Le film, Underground, aborde le difficile thème de la guerre en ex-Yougoslavie. Mêlant la farce bouffonne, rabelaisienne et carnavalesque à une conception purement tragique et désespérée de l'histoire, il est sans doute le film le plus douloureux mais aussi le plus visionnaire et le plus inventif de la carrière du metteur en scène, nourri par une force poétique d'une rare intensité et d'une grande puissance, sans égal dans son œuvre jusqu'à ce jour. Il sera réalisé en partie dans les studios de Prague pour les séquences se déroulant dans les intérieurs et en partie à Belgrade, en pleine guerre, pour les scènes en extérieur. Le film vaudra à son réalisateur une seconde Palme d'Or cannoise en 1995, malgré la forte controverse qu'il essuie en France. Alain Finkielkraut écrira le lendemain de l'annonce du palmarès un violent article dans Le Monde, intitulé l'imposture Kusturica, alors qu'il n'avait même pas vu le film. Emir Kusturica répond, le 26 octobre 1995 par un article intitulé Mon imposture. Cette polémique pousse Kusturica à déclarer vouloir arrêter le cinéma, mais il se ravisera et tournera Chat noir, chat blanc en 1998, un film aux antipodes du précédent, plus calme mais non moins pittoresque, plein de couleurs, de musique et d'humour. Il permet au cinéaste d'être gratifié d'un Lion d'Argent à la Mostra de Venise en 1998 pour sa mise en scène. Comme toujours, pour décompresser, il reviendra à la musique et enchaînera une tournée mondiale avec son groupe de musique, rebaptisé le No Smoking Orchestra. De cette tournée, il réalisera le documentaire Super 8 Stories en 2001.

Küstendorf

Après de nombreux projets avortés, Emir Kusturica décide de revenir une nouvelle fois sur la guerre et l'aborde au travers d'une histoire dont il avait connaissance depuis longtemps : une transposition de Roméo & Juliette dans les Balkans. Ce film donnera La vie est un miracle (2004). Pour le tournage, c'est dans les montagne des Mokra Gora que son équipe s'arrêtera, et il y construira pour l'occasion une voie ferrée et un village traditionnel en bois. Ce village, baptisé Küstendorf et dont il s'est auto-proclamé maire, est érigé en place forte de l'altermondialisme, du tourisme écologique, et de l'enseignement du cinéma comme il l'explique alors dans de nombreuses interviews. Le village est ouvert au public depuis septembre 2004. Un séminaire de cinéma pour jeunes étudiants y a eu lieu au cours de l'été 2005. Le village a gagné en octobre 2005 le Prix d'architecture européen Philippe Rotthier pour la reconstruction d'une ville. C'est toujours dans les environs de Küstendorf que, après avoir passé une année à travailler sur un documentaire sur le joueur de football Diego Maradona, qu'Emir Kusturica a entamé en 2006 le tournage de son nouveau film Le vœu. Le premier ayant mis plus de temps que prévu, sa sortie est prévue en 2008, alors que le second est annoncé au festival de Cannes 2007. Emir Kusturica a mis en scène un opéra punk Le temps des Gitans, dont la première représentation a été donnée le 26 juin 2007 à l'opéra Bastille à Paris. L'opéra est basé sur son film de 1989 Le Temps des Gitans, le livret a été écrit par Nenad Jankovic et la musique a été composée par le No Smoking Orchestra. L'œuvre, très différente de la programmation habituelle de l'opéra Bastille (chants amplifiés au micro, oies sur scène, décors rocambolesques, etc.) a remporté un vif succès de la part des critiques autant que du public, qui a longuement applaudi la représentation.

Quelques touches caractéristiques

La musique

La musique est omniprésente dans les films de Kusturica. Après une collaboration avec Zoran Simjanović pour ses premiers films, ce sont surtout les trois films qu'il fait avec Goran Bregović qui marqueront les esprits : Le Temps des Gitans (1990), Arizona Dream (1993) et Underground (1995). Il travaille également avec le trompettiste serbe Boban Marković et sa fanfare de 11 musiciens, de nos jours considérée comme l'une des meilleures fanfares d'Europe centrale. Depuis 1998, c'est son propre groupe le No Smoking Orchestra qui assure la musique de ses films. Il y joue de la guitare et compose une partie des morceaux.

Les gitans

Les gitans sont le thème central de deux des films de Kusturica : Le Temps des Gitans et Chat noir, chat blanc, même si des joueurs de musique tziganes apparaissent dans quasiment tous ses autres films. Emir Kusturica n'a pas de racines familiales gitanes, mais il les a fréquentés depuis sa plus tendre enfance, et pour lui ce peuple symbolise la notion même de liberté.

Hommages

Son impressionnante connaissance des classiques du cinéma, Emir Kusturica la distille par petites touches dans ses films sous forme de plans hommages directs ou indirects, aux plus grands films. Ainsi :
- Hommages à Federico Fellini : Emir Kusturica est souvent surnommé le Fellini des Balkans. Dans Le Temps des Gitans, notamment, on voit de nombreux hommages à Amarcord (les scènes de repas de famille, les mariages, les grands banquets dans la nature, le narrateur illuminé qui s'adresse à la caméra à l'ouverture du film, les séquences de film dans le film où le jeune Federico tente une approche séductrice de sa voisine pendant le film, l'accordéon, ainsi qu'une scène d'hypnose de dindon). On trouve pareillement de nombreux autres hommages à d'autres films de Fellini, tout au long de la filmographie de Kusturica.
- Hommages à Francis Ford Coppola : Le Parrain 2 en particulier, mais plusieurs films de Coppola en général sont des références visuelles pour Emir Kusturica. Andrew Norton a même effectué une analyse complète des deux films montrant comment Le Temps des Gitans était un remake des Parrain 1 et 2.
- Hommages à Martin Scorsese : Raging Bull notamment dans Arizona Dream lors de la scène ou Vincent Gallo récite un passage du film en plein cinéma. Le film feras plusieurs fois référence aux personnages du cinéma italo-américain tels que Robert de Niro, Al Pacino ou Joe Pesci.
- Hommages à Andreï Tarkovski : Emir Kusturica a utilisé dans beaucoup de ses films la même symbolique de l'eau, versée sur la tête comme symbole de purification. On retrouve également les dons de télékinésie, la lévitation, la verticalité, les travellings circulaires, ainsi que la fête païenne sur les bords du fleuve de Le Temps des Gitans qui est un hommage à celle d'Andreï Roublev.
- Hommages à Jean Renoir : la scène de la chasse du film La Règle du jeu, fut "honorée" par Emir Kusturica dans La vie est un miracle.
- Hommages au cinéma hollywoodien des années 1940 : avec de nombreux hommages rendus à Alfred Hitchcock, Charlie Chaplin, Douglas Sirk, Orson Welles, Michael Curtiz, etc.
- Hommage à Jean Vigo: la scène de Underground où les personnages nagent sous l'eau est un hommage à L'Atalante
- Hommage à Charlie Chaplin dans le Le Temps des Gitans où Merdzan se livre à une imitation de Charlot.
- Hommage Douglas Sirk dans la scène de théâtre dans Underground.

La politique

Emir Kusturica est souvent très engagé dans les propos qu'il tient lors d'interviews (même si, selon le pays ou la date où est effectuée l'interview, les propos peuvent varier énormément). Cet engagement politique se reflète dans ses films, qui présentent souvent les différents côtés d'un conflit sous un éclairage original. Ainsi, dans Papa est en voyage d'affaires, le personnage principal, bien que puni trop sévèrement pour un crime politique imaginaire, est en fait un père de famille plutôt négligent. Ainsi, Chat noir, chat blanc, film apparemment apolitique, a été tourné sur les rives du Danube quelques mois avant qu'elles soient pilonnées par l'OTAN en 1999. Ainsi, dans La vie est un miracle, le conflit bosno-serbe est montré depuis le point de vue d'un Serbe de Bosnie, chassé de ses terres par les bosniaques.

Symboles

Un certain nombre de thèmes et symboles reviennent dans ses films comme des leitmotiv : la vision du monde par les enfants, le rêve américain, le réalisme magique, les animaux, les mariages, le suicide, l'envol, le kitsch, etc.

La famille

L'importance de la famille est souvent au cœur de l'intrigue des films de Kusturica (au travers d'histoires de passage à l'âge adulte, de séparations, de trahisons ou de mariages). Dans sa vie personnelle également, la famille joue un grand rôle puisque sa femme Maja Kusturica l'assiste dans la production de ses films, et son fils Stribor Kusturica joue de la batterie dans son groupe le No Smoking Orchestra, et fait occasionnellement l'acteur dans ses films.

Filmographie

Courts et moyens-métrages

- 1971 : Une partie de la vérité
- 1972 : Automne
- 1977 : Guernica (Premier prix du festival du film étudiant de Karlovy-Vary)
- 1996 : Sept jours dans la vie d'un oiseau (docu-fiction pour l'émission Envoyé spécial de France 2)
- 2005 : Blue Gypsy (segment du film All the Invisible Children - film commissionné par l'Unicef)

Téléfilms

- 1979 : Les mariées arrivent
- 1980 : Café Titanic (Premier Prix du Festival du film de la télévision yougoslave à Portoroz)

Longs-métrages

- 1981 : Te souviens-tu de Dolly Bell ?
- 1985 : Papa est en voyage d'affaires
- 1988 : Le Temps des Gitans
- 1993 : Arizona Dream
- 1995 : Underground
- 1998 : Chat noir, chat blanc
- 2001 : Super 8 Stories
- 2004 : La vie est un miracle
- 2007 : Promets-moi
- 2008 (?) : Maradona

Acteur

- 1972 : Valter brani Sarajevo de Hajrudin Krvavać
- 1978 : Les mariées arrivent de Emir Kusturica : un agent d'assurance
- 1982 : 13 jul (13 juillet) de Radomir Saranović : officier italien
- 1989 : Le Temps des Gitans de Emir Kusturica : client du bar à Milan (scène tournée, mais coupée au montage final)
- 1993 : Arizona Dream de Emir Kusturica : client du bar à New York
- 1995 : Underground de Emir Kusturica : marchand d'armes
- 2000 : La Veuve de Saint-Pierre de Patrice Leconte : Neel Auguste
- 2001 : Super 8 Stories de Emir Kusturica : lui-même
- 2003 : Jagoda u supermarketu (Des fraises au supermarché) de Dušan Milić : le général
- 2003 : L'homme de la Riviera de Neil Jordan : Vladimir
- 2006 : Viaggio segreto de Roberto Ando
- 2006 : Dernier tour à Monza 2 de Luigi Perelli : lui-même
- (film non sorti) : Hermano de Giovanni Robbiano : Chomsky

Récompenses

Au festival de Cannes en 2006
- Lion d'or de la Première Œuvre à la Mostra de Venise 1981 pour Te souviens-tu de Dolly Bell ?
- Palme d'or à l'unanimité au Festival de Cannes 1985 pour Papa est en voyage d'affaires
- Prix de la mise en scène au Festival de Cannes 1989 pour Le Temps des Gitans
- Ours d'argent au Festival de Berlin 1993 pour Arizona Dream
- Palme d'or au Festival de Cannes 1995 pour Underground
- Lion d'argent à la Mostra de Venise 1998 pour Chat noir, chat blanc
- César du meilleur film de l'Union Européenne en 2005 pour La vie est un miracle

Divers

- Président du jury au Festival de Cannes 2005
- A créé son propre village, Küstendorf
- Séjourne régulièrement à Douains près de Vernon

Bibliographie

- Matthieu Dhennin, Le lexique subjectif d'Emir Kusturica, Éditions L'Âge d'homme, 2006 ISBN 2825136581
- Serge Grünberg et Emir Kusturica, Il était une fois... Underground, Éditions Cahiers du cinéma, 1995 ISBN 2866421647
- Jean-Marc Bouineau, Le petit livre d'Emir Kusturica, Éditions Spartorange, 1993 ISBN 2950611222

Voir aussi

Lien interne

- No Smoking Orchestra ===
Sujets connexes
Acteur   Alain Finkielkraut   Alfred Hitchcock   All the Invisible Children   Altermondialisme   Amarcord   Andrei Roublev (film)   Andreï Tarkovski   Années 1960   Arizona Dream   Balkans   Belgrade   Berlinale   Bosniaques   Bosnie   Bosnie-Herzégovine   Bouffon   Café Titanic   Carnavalesque   Charlie Chaplin   Chat noir, chat blanc   Cinéaste   Columbia Pictures   César du cinéma   Diego Maradona   Douains   Douglas Sirk   Envoyé spécial   Farce   Faye Dunaway   Federico Fellini   Festival de Cannes   Festival de Cannes 1985   Festival de Cannes 1989   Festival de Cannes 1995   Festival de Cannes 2005   Festival international du film de Karlovy Vary   Football   France   France 2   Francis Ford Coppola   Goran Bregović   Guernica (film)   Ivo Andrić   Jean Renoir   Jean Vigo   Jerry Lewis   Johnny Depp   Küstendorf   La Règle du jeu   La Veuve de Saint-Pierre   La vie est un miracle   Le Monde   Le Parrain 2   Le Temps des Gitans   Lion d'Or   Maradona (film)   Martin Scorsese   Michael Curtiz   Milan   Miloš Forman   Monténégro   Mostra de Venise   Musicien   Neil Jordan   New York   No Smoking Orchestra   Opéra Bastille   Orson Welles   Ours d'argent   Palme d'or   Papa est en voyage d'affaires   Patrice Leconte   Prague   Prix Nobel de littérature   Promets-moi   Raging Bull   Réalisme magique   République fédérale socialiste de Yougoslavie   Sarajevo   Serbie   Super 8 Stories   São Paulo   Te souviens-tu de Dolly Bell ?   Unicef   Vernon (Eure)   Voyance   Yougoslavie   Zabranjeno Pušenje  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^