Facteurs de risque cardio-vasculaire

Infos
Un facteur de risque correspond à un état physiologique, pathologique ou une habitude de vie corrélée à une incidence accrue d'une maladie. Facteurs de risque cardio-vasculaire est un raccourci usité pour parler des facteurs de risque de l'athérome. L'athérome consiste en l'atteinte des artères, entraînant leur rétrécissement et pouvant aboutir à leur occlusion. Cette maladie artérielle est responsable :
- de l'angine de poitrine ou de l'infarctus du myocard
Facteurs de risque cardio-vasculaire

Un facteur de risque correspond à un état physiologique, pathologique ou une habitude de vie corrélée à une incidence accrue d'une maladie. Facteurs de risque cardio-vasculaire est un raccourci usité pour parler des facteurs de risque de l'athérome. L'athérome consiste en l'atteinte des artères, entraînant leur rétrécissement et pouvant aboutir à leur occlusion. Cette maladie artérielle est responsable :
- de l'angine de poitrine ou de l'infarctus du myocarde si elle atteint les artères coronaires
- des accidents vasculaires cérébraux si elle atteint les artères à destinée encéphalique
- d'une artériopathie oblitérante des membres inférieurs en cas d'atteinte des artères des membres inférieurs.

Les facteurs de risque

Ils ont été retrouvés lors d'études épidémiologiques prospective : une population dont les caractéristiques initiales sont connues est suivie médicalement pendant de nombreuses années. Les corrélations entre survenue d'accidents vasculaires et certaines de ces caractéristiques initiales peuvent être alors analysées statistiquement. La plus connue de ces études reste celle de Framingham, petite ville américaine où l'ensemble de la population adulte (près de 5000 personnes) a été suivi médicalement durant plus de 20 ans. Ces facteurs de risque permettent ainsi de calculer la probabilité qu'a un individu d'avoir un accident vasculaire dans un délai déterminé. Des scores de risque sont ainsi disponibles, permettant de définir si une personne est à haut risque ou à bas risque, ce qui permet une stratégie adaptée, différente suivant le niveau de risque. En toute rigueur, la prise d'actions permettant de réduire un facteur de risque ne signifie pas obligatoirement que l'on diminue le risque vasculaire. En effet, le facteur de risque en question peut être simplement un marqueur n'intervenant aucunement dans la genèse de l'athérome. Il faut alors prouver l'efficacité de ces actions à travers des études interventionnelles montrant la corrélation entre l'efficacité de ces actions sur le risque et la diminution des accidents vasculaires. Ces études interventionnelles ont été menées avec un certains succès sur les facteurs de risque "classiques" (diabète, tabagisme, HTA, dyslipidémie). Elles restent à faire, en particulier sur certains marqueurs biologiques du risque vasculaire.

Facteurs irréversibles

-âge (le risque augmente avec l'âge) ;
-sexe (masculin ou en cas de ménopause précoce chez la femme) ;
-facteurs génétiques (hérédité) ;

Facteurs évitables ou curables

-hypertension artérielle ;
-diabète de type 1 ou de type 2 ;
-tabagisme ;
-dyslipidémies : entre autres l'excès de cholestérol dans le sang (hypercholestérolémie), et surtout le "mauvais" cholestérol (LDL) par excès de consommation de graisses saturées ou de graisses insaturées trans. L'augmentation des triglycérides est également un facteur de risque reconnu des maladies cardio-vasculaires mais son caractère indépendant (un patient ayant un taux élevé de triglycérides est très souvent obèse, diabétique...) n'est pas attesté, Nadeem Sarwar, John Danesh, Gudny Eiriksdottir, Gunnar Sigurdsson, Nick Wareham, Sheila Bingham, S. Matthijs Boekholdt, Kay-Tee Khaw, Vilmundur Gudnason, Circulation. 2007;115:450-458..
-surpoids, obésité.

Facteurs non indépendants ou non prouvés

Les facteurs de risque suivants sont suspects, sans qu'on en aie une preuve formelle, essentiellement en raison d'une difficulté de quantification et de définition :
-sédentarité ;
-stress ; Le facteur de risque suivant est dit dépendant, car sa présence est corrélée aux autres facteurs de risque déjà cités :
-hyperuricémie.

Facteurs de risque en cours d'évaluation

Les facteurs de risque suivants ont été déterminés récemment mais leur place précise reste à déterminer (dépendants ou indépendants). Il n'y a, en particulier, peu ou pas d'études prouvant directement une efficacité de la réduction de ces facteurs de risque dans la maladie vasculaire :
-augmentation de la protéine C réactive, Ridker PM, Rifai N, Rose L, Buring JE, Cook NR. N Engl J Med 2002;347:1557-1565 ;
-augmentation de la BNP, Wang TJ, Larson MG, Levy D, N Engl J Med 2004;350:655-663 ;
-augmentation du fibrinogène , Danesh J, Lewington S, Thompson SG, JAMA 2005;294:1799-1809 ;
-augmentation de l'homocystéine , Mangoni AA, Jackson SH, Am J Med 2002;112:556-565 ;
-pollution atmosphérique par de fines particules, Kristin A. Miller, David S. Siscovick, Lianne Sheppard, Kristen Shepherd, Jeffrey H. Sullivan, Garnet L. Anderson, Joel D. Kaufman, New Eng J Med, 2007;356:447-458.

Prévention et prise en charge médicale

La prévention des maladies cardio-vasculaires commence très jeune, grâce à un exercice physique régulier et une alimentation équilibrée, diversifiée, par exemple par une pratique alimentaire la plus proche possible du régime crétois. Pour disposer d'un diagnostic personnalisé, elle passe aussi par un dépistage réalisé par un médecin (par un interrogatoire, un examen clinique complet et un prélèvement sanguin).

Prévention (primaire notamment) : adopter des comportements simples

La prévention primaire rassemble tout ce qui permet d'éviter les incidents ou accidents cardio-vasculaires (comme infarctus ou accident vasculaire cérébral) chez une personne n'ayant jamais eu ces maladies. La prévention secondaire rassemble ce qu'il convient de faire pour éviter une récidive, ou une aggravation d'un tel incident ou accident cardio-vasculaire lorsqu'il survient. La distinction n'est pas qu'académique : le risque de nouvel accident est bien plus grand chez une personne ayant fait un premier accident vasculaire. La prévention doit en être alors particulièrement rigoureuse. Les risques de maladie coronaire peuvent être réduits en adoptant des comportements simples :
-exercice physique régulier et bien évidemment adapté à la personne, de type marche, vélo ou natation (par exemple 3 séances hebdomadaires d'une heure)
-correction d'un surpoids ou actions sur une obésité
-arrêt du tabac (diminue l'incidence de l'IDM) et lutte contre le tabagisme passif : 2/3 des 5.000 décès annuels en France liés au tabagisme passif sont d’origine cardiovasculaire.
-diminution de l'apport en sel, souvent double ou triple du maximum recommandé. Voir l'exemple de la Finlande, où une réduction de 30 à 35% des apports en sel, au cours des 30 dernières années, a largement contribué à la chute de 75% de la mortalité cardiovasculaire chez les moins de 65 ans. Principalement grâce à une baisse de plus de 1 point de la pression artérielle moyenne de la population. "Salez moins, vous vivrez plus léger et plus longtemps".
-pratiques alimentaires...
- pauvres en graisses saturées et favorisant les graisses végétales non hydrogénées (de première pression à froid)
- pauvres en graisses trans caractéristiques de l'alimentation industrielle (huiles pressées à chaud, margarines solides, produits de patisserie, pizzas, biscuits, etc.)
-en s'orientant vers une alimentation de type méditerranéen (régime crétois) :
- pauvre en viande rouge (sauf un peu de viande ovine) et produits laitiers (sauf fromages frais ou yogourts)
- riche en poisson (surtout poissons gras: sardine, maquereau), légumes et fruits frais, fruits secs, céréales (base de l’apport énergétique), notamment les céréales non raffinées riches en fibres alimentaires, légumineuses, huile d'olive, acides gras omega-3

Prise en charge médicale

Les facteurs de risque peuvent être diminués en cas d'échec des mesures citées ci-dessus, ou s'il faut de manière drastique agir sur ces facteurs de risque (par exemple après un accident cardiaque) :
-traitement médicamenteux d'une hypercholestérolémie en cas d'échec du régime alimentaire seul ;
-traitement d'une hypertension artérielle (diminution de l'incidence des AVC, action non prouvée dans le cadre de l'infarctus (IDM)) ;
-équilibre glycémique optimal ;
-antiagrégants plaquettaires en prévention secondaire. Ne pas oublier :
- qu'il s'agit là de médicaments, donc non dépourvus d'effets secondaires, surtout s'ils sont pris à vie : "Plus de la moitié des patients qui commencent un traitement anticholestérol n’ont pas essayé au préalable un régime pauvre en graisses. Or ces médicaments, pris à vie, présentent des risques d’atteintes musculaires" selon La Mutualité Française.
- et que ces médicaments peuvent aussi interagir avec d'autres médicaments.

Limites de la prévention

L'efficacité d'une mesure préventive se doit d'être évalué : elle doit non seulement agir dans le bon sens vis-à-vis du facteur de risque visée (tension artérielle, lipide...) mais également prouver son efficacité dans la réduction du nombre d'accidents cardio-vasculaires à long terme. Par exemple, certains médicaments avec une efficacité démontrée sur le cholestérol n'ont pas cependant démontré qu'ils apportent une baisse en terme de survenue de maladies cardio-vasculairesRader DJ, , New Eng J Med, 2007;357:2180-2183.

Notes et références

Catégorie:Physiopathologie du système cardio-vasculaire catégorie:Dépistage et diagnostic du système cardio-vasculaire Catégorie:Épidémiologie Catégorie:Santé publique
Sujets connexes
AVC   Accident vasculaire cérébral   Acide gras   Acide gras trans   Angine de poitrine   Artère   Artère coronaire   Artériopathie oblitérante des membres inférieurs   Athérome   BNP (biologie)   Chlorure de sodium   Cholestérol   Céréale   Diabète   Diabète de type 1   Diabète de type 2   Dyslipidémie   Dépistage   Effet secondaire   Facteur de risque   Fibre   Fibrinogène   Framingham   Fromage   Fruit   Glycémie   HTA   Homocystéine   Huile d'olive   Hypercholestérolémie   Hypertension artérielle   Hyperuricémie   Hérédité   Incidence   Infarctus   Infarctus du myocarde   Interaction médicamenteuse   LDL   Légume   Légumineuse   Maladie   Maladie cardio-vasculaire   Marqueur biologique   Matière grasse alimentaire   Médicament   Ménopause   Obésité   Poisson   Pratique alimentaire   Protéine C réactive   Stress   Tabagisme   Tabagisme passif   Triglycéride   Viande  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^