La Rose blanche

Infos
Université Louis-et-Maximilien de Munich La Rose blanche (en allemand Die Weiße Rose) est le nom d'un groupe de résistants allemands pendant la Seconde Guerre mondiale.
La Rose blanche

Université Louis-et-Maximilien de Munich La Rose blanche (en allemand Die Weiße Rose) est le nom d'un groupe de résistants allemands pendant la Seconde Guerre mondiale.

Contexte historique

Au cours du Troisième Reich, le régime nazi cherche à rallier à sa cause la jeunesse allemande en créant des organisations réservées à celle-ci. Parmi ces organisations, on peut citer en particulier le Deutsches Jungvolk pour les 10-14 ans et les jeunesses hitlériennes pour les 14-18 ans. L’adhésion à ces organisations est obligatoire en Allemagne à partir de 1936. Inge Scholl, témoin de la résistance privilégiée, car sœur cadette de l'un des fondateurs du mouvement, dans son livre la Rose Blanche, montre la fascination que pouvaient générer ces communautés sur les jeunes Allemands : « Autre chose nous séduisit, qui revêtait pour nous une puissance mystérieuse : la jeunesse défilant en rangs serrés, drapeaux flottants, au son des roulements de tambour et des chants. Cette communauté n’avait-elle pas quelque chose d’invincible ? »

Activité du groupe

Fondation

La Rose blanche est fondé au printemps 1942 dans un atelier de peinture de Munich, par Hans Scholl et Alexander Schmorell. Les jeunes étudiants refusent d’accepter le totalitarisme dans lequel se trouve l’Allemagne du Troisième Reich et veulent sauvegarder leur indépendance face à la menace nazie. La majorité des étudiants sont catholiques. Hans Scholl a en particulier été inspiré par des sermons de M Von Galen, évêque de MünsterInge Scholl, La rose blanche, éditions de Minuit, p39. Ils discutent de la situation politique avec Kurt Huber, professeur à l’université de Munich, réputé pour ses cours de philosophie qui influencent beaucoup d’étudiants. Kurt Huber, d'abord opposé à l'idée de révolte envers un pays qu'il aime, finit par appuyer totalement ses élèves qui ont fondé la Rose blanche. Révoltés par la dictature hitlérienne et les souffrances causées par la guerre, les étudiants décident d’agir pendant l’été 1942.

Développement

Hans Scholl et Alexander Schmorell rédigent les quatre premiers tracts. Ils les envoient par la poste à des intellectuels (écrivains, professeurs, médecins) choisis à Munich, qui sont chargés de reproduire ces tracts et les renvoyer au plus grand nombre de personnes possible. Inspirés de penseurs comme Goethe et Aristote, leurs écrits contiennent aussi des passages bibliques. Hans Scholl, Willi Graf et Alexander Schmorell sont envoyés sur le front de l'Est en juillet 1942 comme infirmiers de la Wehrmacht. À leur retour en fin d'année, ils prennent contact avec l'Orchestre rouge. Le cinquième tract est rédigé pendant l'hiver 42-43, au paroxysme de la bataille de Stalingrad. Il est distribué à des milliers d'exemplaires dans plusieurs grandes villes (Munich, Augsbourg, Stuttgart, Francfort, Salzbourg et Vienne). Des slogans pacifistes et antifascistes sur les murs, et des collectes de pain pour les détenus des camps de concentration s'ajoutent aux actions du groupe, soutenu à partir de 1943 par des intellectuels du sud de l'Allemagne ou de Berlin. Le sixième tract, rédigé par Kurt Huber après la défaite de Stalingrad, dont les militants de la Rose blanche pensaient qu'elle sonnerait le glas du Troisième Reich, en février 1943, est diffusé à plus de 2 000 exemplaires. Le 18 février 1943, Hans Scholl et sa sœur Sophie, également très engagée dans le mouvement, et qui avait comme son frère accordé une confiance aveugle au chancelier Hitler, avant de partager sa déception, lancent des centaines de tracts dans la cour intérieure de l’université de Munich. Mais ils sont dénoncés par le concierge et arrêtés par la Gestapo.

Le procès

Hans et Sophie Scholl, ainsi qu'un autre membre du réseau, Christoph Probst, sont jugés par le Volksgerichtshof (« Tribunal du PeupleTribunal politique réservé aux « ennemis de l'État » suspects de trahison, mis en place par Hitler après l'épisode de l'incendie du Reichstag. Il fut marqué du sceau de l'infamie du fait du nombre énorme de condamnations à mort prononcées lorsque Roland Freisler le présida. ») présidé par Roland Freisler, venu spécialement de Berlin, qui cherche à les humilier profondément. Ils sont tous les trois condamnés à mort, leur action étant considérée par les nazis comme un crime politique majeur. Au cours du procès, Sophie Scholl, qui a eu une jambe brisée au cours de son « interrogatoire » par la Gestapo et comparaît sur des béquilles, lui fait face avec un courage inébranlable et déclare : « Ce que nous avons dit et écrit, beaucoup le pensent. Mais ils n’osent pas l’exprimer. » Le procès dure à peine 3 heures. Ils sont décapités dans la prison de Stadelheim, près de Munich, le jour même de leur condamnation, le 22 février 1943, malgré la législation allemande qui impose un délai de 99 jours avant l'exécution d'un condamné. D’autres résistants, Alexander Schmorell, Willi Graf et le professeur Huber sont décapités quelques mois plus tard. Au total, 16 résistants du mouvement paient de leur vie, soit par exécution, soit par mauvais traitements dans les camps.

Aujourd'hui

-La place de l'université de Munich a pris leur nom (Geschwister-Scholl-Platz), et il s'y trouve un mémorial.
-Un prix littéraire, le Prix frère et sœur Scholl, a été créé en 1980.

Notes

Voir aussi

===
Sujets connexes
Allemagne   Allemand   Aristote   Augsbourg   Bataille de Stalingrad   Berlin   Bible   Camp de concentration   Christoph Probst   Clemens August von Galen   Dictature   Francfort-sur-le-Main   Gestapo   Hans Scholl   Incendie du Reichstag   Jeunesses hitlériennes   Marc Rothemund   Munich   Nazisme   Orchestre rouge   Percy Adlon   Philosophie   Prix frère et sœur Scholl   Roland Freisler   Résistance (politique)   Résistance allemande au nazisme   Salzbourg   Seconde Guerre mondiale   Sophie Scholl   Stuttgart   Totalitarisme   Troisième Reich   Université Louis-et-Maximilien de Munich   Vienne (Autriche)   Volksgerichtshof   Wehrmacht   Willi Graf  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^