Jeu de paume

Infos
Jeu de paume Le jeu de paume est un jeu de balle pratiqué depuis près d'un millénaire. Initialement joué à main nue ou gantée de cuir, il est ensuite devenu un sport de raquettes. Il est l'ancêtre direct de la pelote basque, de la balle pelote, du jeu de balle au tambourin, du tennis et plus généralement de tous les sports de raquette. Le jeu de paume est associé au serment du jeu de paume, un des événements majeurs du début de la Révolution française.
Jeu de paume

Jeu de paume Le jeu de paume est un jeu de balle pratiqué depuis près d'un millénaire. Initialement joué à main nue ou gantée de cuir, il est ensuite devenu un sport de raquettes. Il est l'ancêtre direct de la pelote basque, de la balle pelote, du jeu de balle au tambourin, du tennis et plus généralement de tous les sports de raquette. Le jeu de paume est associé au serment du jeu de paume, un des événements majeurs du début de la Révolution française.

L'Histoire

Le jeu de paume : sport roi quatre siècles durant

Historique du jeu

La paume consiste à se renvoyer une balle, appelé un éteuf, au dessus d'un filet à la manière du tennis et se pratique en individuel (1 contre 1) ou en double (2 contre 2), mais aussi à 3 contre 3 ou 4 contre 4. La façon de compter les points (15, 30, 40 et jeu) est toujours utilisée au tennis. L’origine de la forme de comptage n’est pas clairement établie. Le port d’un gant de cuir afin de protéger la main qui frappe la balle se généralise à la fin du . La paume se pratique à l’origine en plein air, mais dès le les terrains de jeu sont couverts d’un toit donnant naissance aux salles de Jeu de Paume, aussi appelés « tripots ». Vive, un ami d’Érasme, nous éclaire sur le jeu de paume en nous apprenant, notamment, qu’il n’y avait pas d’arbitre, et qu’il fallait respecter le jugement… des spectateurs ! Interdiction absolue de se mettre en colère et obligation de s’essuyer et de changer de chemise à la fin de chaque jeu. Le jeu doit être immédiatement stoppé si l’un des deux joueurs n’est plus physiquement apte à jouer. Première mention d’une raquette pour jouer au jeu de paume en 1505 qui se jouait précédemment à main nue ou ganté de cuir. Le battoir, raquette pleine en bois, était apparu au siècle précédent. La raquette dispose elle d’un cordage en chanvre ou en boyau. Le qui s’ouvre sur cette innovation est l’âge d’or du jeu de paume en France. La pratique à main nue perdure, certains matches opposant même les tenants des deux écoles, des quatre même :
-main nue
-main gantée
-battoir
-raquette En 1610, les paumiers se constituent en corporation. Les abus du raz-de-marée de la paume en France se devaient d’être corrigés. Certains paumiers peu scrupuleux n’hésitaient en effet pas à bourrer leurs éteufs de pierres provoquant des accidents, parfois mortels ; le frère de Montaigne décède ainsi. De nombreuses salles sont fermées tandis qu’une réglementation stricte (c’est le principe même d’une corporation) encadre désormais la production d’éteufs et autres raquettes.

La folie française du jeu de paume

La folie pour le jeu de paume occasionne beaucoup d'embarras aux autorités qui peinent à canaliser ce mouvement qui touche tout le monde, du roi au simple enfant, sans oublier les femmes. Le 22 juin 1397, le prévôt de Paris interdit la pratique du jeu de paume tous les jours, sauf le dimanche « parce que plusieurs gens de métier et autres du petit peuple quittaient leur ouvrage et leur famille pendant les jours ouvrables, ce qui était fort préjudiciable pour le bon ordre public ». Encore une fois, les joueurs ne tiennent aucun compte de cet interdit et des parties ont lieu tous les jours, au grand désespoir des autorités. Les lettres patentes du roi de France François Ier en date du 9 novembre 1527 officialisent le professionnalisme sportif, en jeu de paume notamment. Ce texte révolutionnaire met en effet sur le même plan les gains d’un joueur de paume et les fruits du travail. Depuis bien longtemps déjà, paris et enjeux ont transformé de fait cette activité sportive en métier pour beaucoup. Les femmes pratiquaient également le jeu de paume. Citons ici Margot la Hennuyère qui cause la sensation à Paris alors sous occupation anglaise en s'imposant face aux meilleurs spécialistes parisiens du jeu. Elle s’incline toutefois face aux joueurs les plus physiques. Le 23 mars 1594, au lendemain de son entrée royale dans Paris, Henri IV dispute une partie de jeu de paume. Cette partie disputée à La Sphère fut très appréciée par le peuple parisien et fit beaucoup pour la popularité du nouveau roi dans la capitale. L’Italien Francesco d’Ierni en 1596 estime à 250 le nombre de salles de jeu de paume à Paris et à 7 000 le nombre de personnes qui vivent directement ou indirectement de cette activité. En Province, le jeu de paume est également très important. Orléans compte ainsi 40 salles. Publication en 1604 en Angleterre de The View of France de Sir Robert Dallington (1561-1637). Suite à un séjour en France en 1598, ce maître d’école anglais livre un tableau très critique. Le goût pour le sport des Français étonne ainsi beaucoup, « Les Français naissent une raquette à la main », et l’auteur n’est pas avare de critiques car le sport est avant tout perçu par les Anglais d’alors, dans la plus pure tradition de Pline le Jeune, comme une perte de temps. Paris compte, il est vrai, pas moins de 1 800 salles et terrains en plein air de jeu de paume. Passion française par excellence, la paume se mue alors en authentique raz-de-marée. Dallington nous précise que la France est « un pays semé de jeux de paume, plus nombreux que les églises et des joueurs plus nombreux que les buveurs de bière en Angleterre. » En 1657, 114 salles de jeu de paume sont recensées à Paris. La paume reste encore le sport roi du moment, mais il est déjà en net recul sous les coups portés par Louis XIII. Louis XIV lui donne le coup de grâce en délaissant totalement cette pratique. Par convention, plus que par passion, il fait toutefois construire une salle de jeu de Paume au château de Versailles qui sera bien utile aux Révolutionnaires quelques décennies plus tard.

L'ancêtre direct du tennis

1415. Conséquence de la bataille d'Azincourt, le duc d’Orléans est emprisonné pendant deux décennies en Angleterre. À l’occasion de cette captivité à Wingfield dans le Norfolk, le duc introduit en Angleterre le jeu de paume qu’il pratique quasi quotidiennement. Quatre siècles plus tard, le descendant du chatelain de Wingfield, Walter Clopton Wingfield, invente le tennis en adaptant le jeu de paume sur herbe. Le tennis prend d'ailleurs au Royaume-Uni le nom Lawn Tennis (tennis sur herbe) tandis que le jeu de paume est désigné sous le nom Real Tennis. 23 février 1874. Le Britannique Walter Clapton Wingfield dépose un brevet pour l’invention d’un nouveau sport : le sphairistike. De fait, Wingfield s’appuie sur le jeu de paume et l’invention du caoutchouc qui permet de réaliser des balles pouvant rebondir sur l’herbe. Le sphairistike est le chaînon manquant entre le jeu de paume et le tennis dont le nom vient d'ailleurs d'une mauvaise prononciation et écriture du vieux français par les Anglais.

Le jeu de paume aujourd'hui

Quand la France délaisse le jeu de paume au , il trouve refuge au Royaume-Uni et aux États-Unis. Ces deux nations figurent aujourd'hui parmi les plus solides tout comme l'Australie alors que la France tente un timide retour dans les « tripots ». Le jeu de paume fut le premier sport à attribuer un titre de « Champion du Monde » dès 1740 et sans interruption jusqu’à aujourd'hui. Clergé fut le premier joueur sacré champion du monde. Le premier dimanche de septembre les phases finales du Championnat de France de Longue-Paume sont organisées au jardin du Luxembourg. Il existe en France trois salles où l'on joue encore à la Paume : une au Château de Fontainebleau, une à Bordeaux et une à Paris (rue Lauriston). Fin 1940, comme ce fut le cas pour le Rugby à XIII, le Tennis de table, le Badminton et la FSGT, la fédération française du Jeu de Paume est interdite par le régime de Vichy (cf. sa Révolution nationale) et est fusionnée en 1941 avec celle du tennis. En avril 1942, le régime de Vichy détruisit aussi 2 autres fédérations amateurs multi-sports et scolaires: UFOLEP et USEP. En compétition, le Français Pierre Etchebaster s'impose comme le meilleur joueur de paume moderne. Il conserve le titre de champion du monde de 1928 à 1954. Il se retire à 60 ans ! Le Jeu de Paume fut aussi le nom du Musée du Jeu de Paume (Dans le jardin des Tuileries, Place de la Concorde à Paris). Elle fut construite sous Napoléon III pour remplacer la salle qui fut détruite pour construire l'opéra Garnier. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les œuvres d'artistes juifs confisquées par les Nazis y furent stockées. Il rouvrit au debut des années 1990 avec l'exposition Jean Dubuffet, devenant à l'initiative de Jack Lang la Galerie Nationale du Jeu de Paume, puis en 1994 un lieu dédié à la Photographie contemporaine. Le Jeu de Paume a laissé dans la langue française l'expression « Épater la galerie » qui se disait alors lorsqu'un joueur réussissait un beau coup qui épatait les spectateurs regroupés dans la galerie couverte entourant en partie le terrain de jeu.

Bibliographie

-Mehl Jean-Michel, Les jeux au royaume de France du , version abrégée d'une thèse d'État d'Histoire soutenue en octobre 1988, Paris, Fayard, 1990
-Paris Historique, N°67 du 2e semestre 1993, numéro consacré au « Jeu de paume parisiens », ISSN 0764-454.

Voir aussi

- Jeu de paume aux Jeux Olympiques de 1908
- Balle pelote
- Pelote basque

Video

-
- Catégorie:Histoire du sport en France ca:Jeu de paume de:Jeu de Paume en:Jeu de paume es:Jeu de paume fy:Jeu de Paume it:Pallacorda nl:Jeu de paume ru:Жё-де-пом sv:Real tennis
Sujets connexes
Anglais   Angleterre   Années 1990   Arbitre (sport)   Australie   Badminton   Balle au tambourin   Balle pelote   Bataille d'Azincourt   Bordeaux   Brevet   Caoutchouc (matériau)   Chanvre cultivé   Charles d'Orléans (1394-1465)   Château de Fontainebleau   Château de Versailles   Clergé (jeu de paume)   Corporation   Dimanche   France   François Ier de France   Henri IV de France   Italien   Jack Lang   Jardin du Luxembourg   Jean-Michel Mehl   Jean Dubuffet   Jeu de balle   Louis XIII de France   Louis XIV de France   Margot la Hennuyère   Michel de Montaigne   Musée   Norfolk (comté)   Opéra Garnier   Orléans   Paris   Paume   Pelote basque   Place de la Concorde   Pline le Jeune   Prévôt des marchands de Paris   Raquette   Royaume-Uni   Rugby à XIII   Révolution française   Révolution nationale   Seconde Guerre mondiale   Sport   Tennis   Tennis de table   Walter Clopton Wingfield  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^