Première révolte serbe

Infos
Georges Petrović, dit Karageorges ("Georges le Noir"), héros de la Première révolte serbe contre les Turcs La Serbie en 1809 La Serbie en 1813 La Première révolte serbe contre les Turcs, en serbe cyrillique Први српски устанак, eut lieu de 1804 à 1813, après plus de trois cents ans d’occupation ottomane. Elle fut écrasée en 1813, mais la répression qui s’ensuivit donna lieu à la Seconde révolte serbe de 1815 qui conduisit à l’autonomie puis
Première révolte serbe

Georges Petrović, dit Karageorges ("Georges le Noir"), héros de la Première révolte serbe contre les Turcs La Serbie en 1809 La Serbie en 1813 La Première révolte serbe contre les Turcs, en serbe cyrillique Први српски устанак, eut lieu de 1804 à 1813, après plus de trois cents ans d’occupation ottomane. Elle fut écrasée en 1813, mais la répression qui s’ensuivit donna lieu à la Seconde révolte serbe de 1815 qui conduisit à l’autonomie puis à l’indépendance de la Serbie.

Contexte historique

Le sentiment national serbe

Malgré des siècles d'occupation ottomane, la conscience nationale serbe était toujours vivace, entretenue par les traditions familiales, par les chansons populaires et par des récits épiques célébrant la grandeur de la Serbie au temps des Nemanjić. Dans les dernières décennies du , des livres d'histoire avaient été rédigés, comme Histoire de la Serbie de Jovan Rajić (1794).

Les suites de la guerre autro-ottomane

Après la défaite de la Sublime Porte dans la guerre austro-ottomane de 1788-1791, les Serbes prirent conscience qu’un soulèvement pouvait être couronné de succès. En outre, des milliers d'entre eux avaient servi aux côtés des Autrichiens, ce qui leur avait donné l'expérience des armes et des tactiques militaires. Après la guerre, de nombreuses armes furent dissimulées. En 1793 et 1796, devant le mécontentement croissant le sultan Selim III donna plus de droits à ce qu'on appelait alors le pachalik de Belgrade. Les taxes seraient désormais prélevées par des notables locaux appelés « princes » (knez) ; la liberté de commerce, la liberté religieuse étaient garanties. Les janissaires durent quitter le sandjak de Smederevo (autre nom du pachalik de Belgrade). Le pacha Hadji Mustapha créa une milice de notables serbes, destinée à lutter contre les janissaires. Elle allait constituer un embryon d'armée nationale.

Le retour des janissaires

Cependant la Sublime Porte connaissait des difficultés. Napoléon Bonaparte était en Egypte. Le 30 janvier 1799, pour calmer l'agitation qui secouait son empire, le sultan Selim III autorisa le retour des janissaires dans le sandjak de Smederevo. Ces janissaires se montrèrent de jour en jour plus indépendants à l’égard du pouvoir central d’Istanbul. Ils assassinèrent un notable de la ville de Šabac, Ranko Lazarević, puis, en 1801, ils tuèrent le pacha de Belgrade, Hadji Mustafa. Les droits récemment garantis au pays furent suspendus : les terres furent confisquées, les taxes augmentées ; le travail forcé fut réintroduit en Serbie. Les janissaires firent ainsi régner la terreur et beaucoup de Serbes prirent la fuite. En revanche, d'autres commencèrent à se révolter, notamment dans la Šumadija, et devinrent "haïduks" (chefs rebelles). Parmi les rebelles, on trouve notamment Stanoje Glavaš et les deux frères Nenadović, Jakov et Mateja.

Le massacre des Princes

Par mesure de rétorsion, le 4 février 1804, les janissaires firent arrêter et tuer 70 notables serbes. Cet événement, connu sous le nom de "Massacre des notables" ou "Massacre des Princes" (seča knezova) devait répandre la terreur ; il donna en fait le signal au soulèvement généralisé du peuple et des chefs survivants.

Le début de la révolte

Le 14 février 1804, les Serbes en révolte se rassemblent dans le petit village d’Orašac dans la province de la Šumadija. Georges Petrović, qui, en raison de son caractère, sera surnommé par les Turcs Karađorđe (« Georges le noir »), est désigné comme chef de l’insurrection. Karađorđe est plus connu en français sous le nom de Karageorges. L’après-midi même, les rebelles incendient le caravansérail d’Orašac et massacrent les Turcs. Des actions du même genre se déroulent dans les villages voisins et le mouvement s’étend. Les villes de Valjevo et de Požarevac sont libérées et les Serbes mettent le siège devant Belgrade. Informé du soulèvement, Selim III commençe par négocier avec les rebelles. Des janissaires s’enfuient de Belgrade ; ils seront tués sur la petite île d'Ada Kaleh (« l’île forteresse » en turc), au milieu du Danube. Les négociations finissent par échouer et le sultan organise une campagne militaire contre la révolte. En 1805, à Ivankovac, a lieu le premier grand affrontement entre les armées serbes et ottomanes. Karageorges remporte la victoire sur les Turcs et les force à se replier sur Niš. En 1806, a lieu la bataille de Misar où une armée ottomane venue de Bosnie-Herzégovine est elle aussi battue. Au même moment, les Serbes conduits par Petar Dobrnjac battent à Deligrad une autre armée turque, venue en renfort du Sud-est. En décembre 1806, les rebelles mettent le siège devant Belgrade ; la ville est libérée au début de 1807.

La fin de la révolte

En 1805, devant leurs premiers succès, les Serbes organisent un gouvernement pour administrer le pays. Le pouvoir fut divisé entre la Narodna Skoupchtina (Assemblée du Peuple), le Conseil et Karageorges lui-même. Des décisions importantes sont adoptées : les terres sont restituées à leurs propriétaires, le travail forcé est aboli, les taxes sont réduites. Le jeune État se modernise. En 1808, on fonde la Haute École, qui allait devenir l’Université de Belgrade. En revanche, certains chefs abusèrent des privilèges qu’ils avaient acquis au cours de la révolte. Il y eut aussi des dissensions entre Karageorges et les autres « princes ». Karageorges voulait le pouvoir absolu ; ses anciens compagnons de combat voulaient, eux, limiter le sien. Parmi ses adversaires, on trouve Miloš Obrenović, qui avait lui aussi pris part au soulèvement aux côté de son frère Milan. Après la guerre russo-turque de 1806-1812, l’Empire ottoman exploita ces dissensions. Profitant également d’un affaiblissement momentané de la Russie (à la suite de la campagne organisée contre elle par Napoléon Ier), il reconquit la Serbie en 1813. Karageorges dut prendre la fuite. Cette première révolte serbe ouvrit la voie à la seconde qui allait donner à la Serbie son autonomie.

Quelques personnages clés de l’insurrection

- Karađorđe (Karageorges)
- Tanasko Rajić
- Ilija Birčanin
- Jakov Nenadović
- Mateja Nenadović
- Milenko Stojković
- Hajduk Veljko Petrović
- Petar Dobrnjac
- Stanoje Glavaš
- Tanasko Rajić
- Vuk Stefanović Karadžić
- Janissaire:
- Aganlija
- Kucuk-Alija
- Mula Jusuf
- Mehmed-Aga
- Mus-Aga

Voir aussi

===
Sujets connexes
Ada Kaleh   Belgrade   Bosnie-Herzégovine   Danube   Deligrad   Empire d'Autriche   Empire ottoman   Guerre russo-turque de 1806-1812   Hajduk Veljko Petrović   Ivankovac   Jakov Nenadović   Janissaire   Karađorđe   Mateja Nenadović   Napoléon Ier   Nemanjić   Niš   Orašac (Serbie)   Požarevac   Sandjak   Seconde révolte serbe   Selim III   Serbe   Serbes   Serbie   Smederevo   Sublime Porte   Université de Belgrade   Valjevo   Vuk Stefanović Karadžić  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^