Dépression (médecine)

Infos
Las de la vie Peinture de Ferdinand Hodler (1892). En psychiatrie le terme dépression du latin depressio, "enfoncement" désigne une maladie dont la manifestation centrale est un état mental caractérisé par une lassitude importante, une dépréciation de soi, un pessimisme qui entraînent des perturbations importantes dans les rapports psycho-affectifs. C'est une maladie fréquente, qui affecte presque 20% des gens au cours de leur vie, et qui marque une rup
Dépression (médecine)

Las de la vie Peinture de Ferdinand Hodler (1892). En psychiatrie le terme dépression du latin depressio, "enfoncement" désigne une maladie dont la manifestation centrale est un état mental caractérisé par une lassitude importante, une dépréciation de soi, un pessimisme qui entraînent des perturbations importantes dans les rapports psycho-affectifs. C'est une maladie fréquente, qui affecte presque 20% des gens au cours de leur vie, et qui marque une rupture avec le fonctionnement psychologique habituel du patient. Le risque évolutif le plus grave de cette pathologie est le suicide, en particulier quand elle n'a pu être détectée et prise en charge. Ainsi, près de 70% des personnes décédant par suicide en France souffraient d'une dépression le plus souvent non diagnostiquée et traitée La Dépression, en savoir plus pour en sortir. Paris: INPES/Ministère de la Santé:2007.p.12). Cet ouvrage peut être librement ..
-Il ne faut pas confondre la dépression avec ce qu'on appelle communément "coup de blues" ou "déprime" qui traduit une tristesse passagère, normale dans une situation difficile.
-Le terme dépression possède une signification différente en psychopathologie et en psychanalyse, où il décrit un processus psychique doloureux lié à une perte sans être nécessairement pathologique.

L'humeur (ou thymie) dépressive

On observe au cours de la dépression un ensemble de symptômes organisés autour d'une perturbation de l'humeur dite humeur dépressive (ou thymie dépressive). Par le terme humeur, on désigne la disposition affective de base donnant un éprouvé agréable ou désagréable oscillant entre les deux pôles extrêmes du plaisir et de la douleur. L’humeur peut être normale (on parle alors d’euthymie), expansive ou hyperthymique comme dans le syndrome maniaque, ou encore triste voire mélancolique comme dans le syndrome dépressif. L'humeur dépressive est un éprouvé négatif (distorsions cognitives) de la relation du sujet au monde et à lui-même : sentiment que sa vie est un échec, la situation sans espoir, l’avenir impossible, perte du plaisir (anhédonie) et d’intérêt. Au cours du syndrome mélancolique, cette sensation pénible est poussée à son paroxysme, et l'on parle alors de douleur morale. La variété des symptomes associés à cette perturbation de l'humeur, des profils évolutifs, des contextes d'apparition a conduit à proposer des classifications des troubles dépressifs, lesquelles ont varié au cours du temps. Il est utile également de différencier les dépressions des différents âges de la vie, qui conduisent à des tableaux bien différents.

La dépression chez l'adulte

Du point de vue de la psychiatrie, la dépression est un trouble de l'humeur pouvant résulter de l'interaction d'un ensemble de facteurs:
-biologiques (déséquilibre dans la chimie des neurotransmetteurs du cerveau),
-psychologiques (intrapsychiques)
- sociaux (ex : divorce, chômage, etc...). Dans cette perspective, il s'agit d'un trouble psychiatrique, comportant souvent des risques, pouvant parfois mener au suicide. Du point de vue épidémiologique, les chercheurs estiment que cette maladie est sous diagnostiquée, sous-estimée et sous-traitée. Elle se manifeste la plupart du temps par une conjonction et/ou une addition de symptômes comme :
- Troubles du sommeil ;
- Manque d'énergie, de motivation ;
- L'humeur triste ;
- Irritabilité ;
- Mal de vivre,
- Etc. Chez l'enfant et l'adolescent, les dépressions se manifestent de manière moins typique avec des symptômes variables qui cachent la tristesse ou le désespoir.

Dépression endogène vs. Dépression névrotico-réactionnelle

Au seuil de l'Eternité. En 1890, Vincent van Gogh a réalisé ce tableau souvent interprété comme symbolisant le deséspoir ressenti dans la dépression. Van Gogh souffrait lui-même de dépression et il s'est suicidé la même année. Cette classification a en quelques sortes des fondements historiques, mais la distinction n'est plus guère utilisée de nos jours. La dépression endogène est caractérisée par une douleur morale patente contrastant avec une indifférence affective (appelée également anesthésie affective) pour l’extérieur, un pessimisme foncier, une inhibition marquée, des thèmes d’autodévaluation et d’autoaccusation des idées délirantes de ruine, de catastrophe, d’incurabilité, une insomnie par réveil précoce, une anorexie avec amaigrissement, un dégout de la vie inaccessible à toute argumentation. La fluctuation des symptômes dans la journée est particulière dans les dépressions endogènes : très marquée au réveil (le matin) ils tendent à s’estomper en fin de journée. Dans l’ensemble, le déprimé mélancolique méconnait l’aspect pathologique de son état et refuse tout recours médical, jugé inutile. Forme unipolaire et bipolaire de dépression : la dépression endogène est souvent l’expression d'un Trouble bipolaire (anciennement dénommé « psychose maniaco-dépressive »). Celle-ci, initialement bien délimitée, tend à être divisée en catégories à cause des aspects évolutifs, des antécédents familiaux et des réponses thérapeutiques inégales au même traitement. La forme bipolaire est constituée d’accès dépressifs et d’épisodes d’excitation euphorique, séparés par un intervalle libre. La forme unipolaire est quant à elle définie par la survenue répétitive d’un seul type d’accès en règle générale dépressif. Il existe également les dépressions secondaires, dues à des médicaments, une affection organique, une affection psychiatrique, ou encore les dépressions alexithymiques ou d’involution.

Les classifications actuelles

L'épisode dépressif majeur

Ce terme, imposé par le DSM, signifie en fait "dépression caractérisée". Bien qu'ils ne fassent pas l'unanimité, les critères américains du DSM-IV (Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders - Fourth Edition) du trouble dépressif majeur sont : Une personne doit présenter au moins 5 des 9 symptômes suivants pour une durée dau moins deux semaines, la plupart du temps, entrainant un changement dans le mode de fonctionnement habituel. Au moins l'un de ces deux critères doit être présent : Humeur triste, Anhédonie.
-
Humeur triste (dépressive): décrite comme plus intense que la douleur d'un deuil. Le malade est sans joie et opprimé, parfois il est incapable de percevoir tout sentiment. En général l'humeur est au pire le matin. Chez les enfants et adolescents, cela peut se manifester par une irritabilité accrue.
-
Anhédonie : diminution du plaisir ou de l'intérêt pour toutes activités, y compris celles qui procurent du plaisir habituellement. Les habitudes se modifient, les passe-temps sont délaissés, tout semble monotone et vide, y compris les activités habituellement gratifiantes.
-
Modification involontaire du poids : prise ou perte de 5% ou plus du poids habituel en un mois. Éventuellement, modification récente de l'appétit
-Troubles du sommeil : diminution (insomnie) ou augmentation (hypersomnie) du temps de sommeil
-Troubles de la concentration ou du processus de prise de décision
-Troubles du comportement : agitation ou ralentissement (bradypsychie) rapportée par l'entourage.
-Asthénie : sensation de fatigue ou de diminution d'énergie
-Sentiments de culpabilité hypertrophiés, souvent injustifiés et liés à l'auto-dépréciation du patient.
-Idées noires : volonté de mourir, idées suicidaires actives, avec ou sans plan spécifique, finalement tentative de suicide.

La Mélancolie

Le terme mélancolie était utilisé en psychiatrie pour caractériser un état dépressif grave et aigu présentant de grands risques de passages à l'acte suicidaires. Il a aujourd'hui été délaissé et on utilise plus couramment l'expression: dépression majeure. On parlait aussi de mélancolie stuporeuse pour décrire des états caractérisés par un ralentissement psychomoteur intense qui peut aller jusqu'à immobilité totale, un état prostré et incapable de boire ou de s'alimenter. Considérée comme la forme la plus grave d'état dépressif majeur, la mélancolie se manifeste par :
- l'intensité de la douleur morale ;
- l'importance du ralentissement psychomoteur ;
- une aboulie complète ;
- des contenus de pensée particulièrement négatifs et désespérés ;
- un sentiment de culpabilité omniprésent ;
- un sentiment d'incurabilité ;
- des idées « noires » (idées d'être puni de mort, ruminations suicidaires…) ;
- une anorexie grave. (Parfois, il peut s'agir d'une boulimie, en tous les cas, troubles de l'appétit.) ;
- des réveils matinaux précoces dans un état d'angoisse douloureux.

Dépressions psychotiques

Elles se caractérisent par des délires de culpabilité, de honte universelle, de punition, de damnation, d'appauvrissement mental, de négation d'organes...

Dépressions hostiles, agressives

La personnalité du sujet semble avoir changé radicalement. Il est devenu plus agressif, plus impulsif, ses colères sont mal maitrisées, il a des violences soudaines inhabituelles… Cela viendrait du fait que le sujet ne supporte plus l'idée d'être l'objet de remarques blessantes (existantes ou supposées) à son égard : « Secoue toi », « Tu as tout pour être heureux », etc.

Dépressions masquées

Les dépressions masquées ou hypocondriaques se caractérisent par une absence de symptômes de l'humeur dépressive avec une prépondérance des plaintes somatiques. Elles prennent souvent l'aspect d'une douleur atypique, continue, fixée, qui reste malgré la prescription d'antidouleur. Le sujet est souvent inconscient qu'il souffre moralement, c'est la raison pour laquelle il « somatise ».

Dépressions anxieuses, agitées

Ces sujets courent un risque suicidaire élevé. Contrairement aux caractéristiques courantes de la dépression, l'agitation psychique et motrice sont majeures, ils sont enclins à des crises de panique.

Dépressions saisonnières

La dépression saisonnière s'installe à l'automne ou au début de l'hiver et dure jusqu'au printemps. Ses symptômes sont ceux de tout épisode dépressif : tristesse permanente, perte d'intérêt générale, irritabilité, troubles de sommeil, perte ou gain de poids, pensées suicidaires. Les symptômes de la dépression saisonnière se distinguent de ceux des blues de l'hiver, lesquels ne nous empêchent pas de continuer à assumer nos activités quotidiennes. Ceux qui souffrent de dépression saisonnière sont très affectés dans leur quotidien, que ce soit sur le plan travail ou des relations. La cause exacte de ce type de dépression n'est pas connue, mais la diminution de l'intensité de la lumière naturelle et de sa durée semble jouer un rôle important. Son traitement repose sur la psychothérapie et sur les médicaments antidépresseurs. De façon complémentaire, il existe une thérapie spécifique à la dépression saisonnière, soit la photothérapie. Elle consiste en des séances d'exposition à la lumière dans des cabines spécialement aménagées, ce qui permet de lutter contre la diminution de la lumière naturelle. La luminothérapie est un traitement souvent évoqué pour cette affection lorsqu'elle se présente de manière isolée.

Dépression chez le bébé

Des tableux de dépression graves, pouvant mettre en jeu le pronostic vital, ont été décrits depuis les années 1950 chez les bébés, notamment après de brutales pertes parentales. René Spitz a ainsi défini l'hospitalisme, état survenant lors d'une séparation brutale avec les parents, passant par une phase de pleurnichements, puis une phase de protestation, glapissement, perte rapide de poids, arrêt du développement; puis une troisième phase de désinvestissement du monde qui l'entoure et de retrait conduisant à ce que Spitz a nommé la dépression anaclitiqueMaury M, Visier JP. La dépression et les carences affectives chez le nourrisson.5p. Polycopié national de Médecine. Accessible ici : , Mazet P, Stoleru S. Psychopathologie du nourrisson et du jeune enfant. Paris : Masson ; 2003.ISBN-13: 978-2225858741.. Ce tableau clinique peut régresser si des mesures adéquates sont prises rapidement. S'il se prolonge, il peut être à l'origine de troubles intellectuels, des apprentissages, de difficultés psychologiques, avec une plus grande vulnérabilité aux séparations, réalisant des tableaux carentiels dont le risque évolutif est lourd.

Dépression de l'enfant

La dépression existe chez l'enfant, mais elle a été repérée tard (dans les années 1970). En effet, contrairement à l'adulte, l'enfant déprimé ne se plaint pas de tristesse ni de désespoir, et sa symptomatologie est peu bruyante. Une conférence de consensus française de 1995 a permis d'en clarifier la symptomatologie et les principes d'interventions thérapeutiquesLes troubles dépressifs chez l'enfant :Reconnaître, Soigner, Prévenir. Devenir. CONFERENCE DE CONSENSUS ANAES- 14 et 15 Décembre 1995. Consultable en ligne .

Dépression à l'adolescence

La dépression à l'adolescence peut parfois être caractérisée par les mêmes symptômes que chez l'adulte. Assez souvent pourtant, le tableau clinique est bien différent. On observe alors :
-1- Un trouble de l'humeur avec sentiment d'ennui, irritabilité (concernant tout l'entourage), voire même hostilité et opposition, impulsivité, agressivité. On parle parfois de dépression hostileRufo M. Dépression hostile chez les adolescents. Le dialogue devient vite impossible remplacé par les pleurs. On observe également une tendance à l'inhibition, une anhédonie, avec désinvestissement des loisirs et des relations qui étaient investis jusque-là.
-2- Des troubles somatiques : céphalées, insomnie ou hypersomnie, anorexie ou au contraire augmentation de l'appétit, parfois avec des crises de boulimie.
-3- Des troubles anxieux fréquemment associés : phobie sociale, attaque de panique, trouble obsessionnel compulsif. Il est parfois difficile de faire la différence entre une dépression et un simple moment évolutif de l'adolescence, et le recours à des spécialistes est préconisé. C'est d'autant plus difficile que l'adolescent répond généralement que "tout va bien". On recherche alors la "triade de Beck" signe en faveur d'une dépression authentique et qui traduit le profond sentiment de dévalorisation de l'adolescent déprimé :
- Que veux tu faire ? : " Rien, je ne suis bon à rien " !
- Tu regardes un peu les informations à la télévision ? : " Non c’est nul "!
- Tu sais ce que tu veux faire plus tard ? : " Non… !
Ces trois réponses soulignent que pour cet adolescent, tout est nul, sans valeur : lui, le monde, et surtout l'avenir.

Dépression du vieillard

Les dépressions pseudo-démentielles se caractérisent par des troubles graves : :
- de la mémoire ; :
- de l'orientation ; :
- de la vigilance ; :
- du jugement ; :
- de régression affective ; :
- des performances intellectuelles. On les rencontre généralement chez les sujets âgés, rarement chez des sujets jeunes. :
- de la culpabilité

Cas particulier de la dépression du post-partum

Le contexte des dépressions : les troubles de l'humeur

Diagnostic

Il repose sur les éléments cliniques donnés plus haut. Il n'existe aucun marqueur biologique ni aucun test remplaçant le diagnostic clinique. En revanche, de nombreux diagnostics différentiels existent.

Origines des dépressions

La dépression a toujours été vue, de nos jours comme résultant de l'interaction d'un ensemble de facteurs, psychologiques, biologiques, sociaux et génétiques. Dans l'Antiquité grecque, des prêtres jetaient le déprimé à la mer du haut d'une falaise et d'autres prêtres dans une barque le repêchaient. La frayeur a été si grande que le déprimé aurait été guéri de son mal de vivre. D'autres peuples tentaient des exorcismes.

Origines Biologiques

Depuis une soixantaine d'années, plusieurs études montrent que certaines personnes présentent une vulnérabilité génétique (transmise héréditairement) par rapport à la dépression. Ces études portaient notamment :
- sur des jumeaux homozygotes (identiques) et des jumeaux hétérozygotes qui furent adoptés par des familles différentes ;
- sur des enfants adoptés issus de parents biologiques atteints d'une dépression ou d'une maniaco-dépression ou non atteints, etc. Par ailleurs, à chaque état psychologique correspond un état physiologique. Nous sommes habitués à considérer cet aspect en ce qui concerne le stress, par exemple, que nous relions à l'adrénaline. Cela fait partie du langage populaire. Des études ont montré la présence de différentes dysfonctions neurobiologiques chez les gens déprimés. Entre autres, les niveaux de sérotonine et la noradrénaline (des neurotransmetteurs) sont impliqués dans la dépression. L'aspect physiologique n'est pas pour autant nécessairement « la cause » de la dépression. Voici ce qu'en dit le Dr. Michael Spevack (en préface du livre Être bien dans sa peau, voir la section Références) :
'Perturbation de la transmission chimique cérébrale, ou la neurotransmission ? ' Les recherches sur les causes de la dépression ont mené certains chercheurs à se pencher sur la chimie du cerveau. Au début des années cinquante, certains neurotransmetteurs de la classe des monoamines attirèrent l’attention. Ces neurotransmetteurs, tous dérivés d’un acide aminé, comprenaient la dopamine, la noradrénaline et la sérotonine. On sait maintenant qu’un mauvais fonctionnement du circuit de noradrénaline ou de sérotonine contribue à la dépression chez certains individus, mais les neurotransmetteurs commencent à peine à livrer leurs mystères et même aujourd’hui, on ne connaît pas encore toutes leurs implications sur le comportement humain. L’une des hypothèses est que la recapture présynnaptique des monoamines est trop forte, ce qui crée un manque de ces neurotransmetteurs. Il a aussi été démontré que les neurotransmetteurs sont détruits pendant leur traversée par des enzymes, les monoamines oxydases. La noradrénaline est détruite en une substance qui se dose dans les urines le méthoxyhydroxyphénylglycol ou MHPG or on a vu chez de nombreux déprimés une excrétion urinaire de MHPG (venant de la noradrénaline) diminuée. L'action de cette enzyme serait donc trop forte. Maladie des récepteurs cérébraux ? Cette théorie évoque une anomalie du nombre des récepteurs post-synaptiques. Elle concerne encore les monoamines neuromédiatrices mais selon un modèle différent. Le nombre des récepteurs où viennent se fixer les neurotransmetteurs après leur traversée de la synapse n’est pas fixée mais il se modifie en fonction de leur quantité afin de maintenir une transmission d’influx assez constante :
- s’il y a beaucoup de neurotransmetteurs, le nombre des récepteurs va tendre à diminuer. Le message nerveux passera mal ;
- si à l’inverse, il y a peu de transmetteurs le nombre s’accroît pour recevoir au mieux les neurotransmetteurs afin de préserver le plus possible la transmission. S'il s'accroît trop les récepteurs ne sont plus assez stimulés.

Origines Psychologiques

Les aspects biologiques, cognitifs (mentaux), émotifs et comportementaux du fonctionnement humain sont en constante interaction. Une modification de n'importe lequel de ces aspects a un impact sur les autres. Lorsqu'une personne est dépressive, elle a tendance à voir la réalité de façon plus négative. En retour, cette interprétation plus négative amplifie les émotions dépressives. D'autre part, les interprétations négatives de la réalité et les émotions dépressives influencent les comportements (amenant par exemple de la passivité) qui, en retour, ont un impact sur les pensées et les émotions. Il existe aussi des facteurs intrapsychiques souvent inconscients qui relèvent du processus de deuil, d'une angoisse de perte d'objet ou autres conflits comme les psychanalystes les ont développés. Freud dans
Deuil et mélancolie'', Karl Abraham, et Mélanie Klein, etc., ont ouvert le champ d'une compréhension profonde de la dépression. Par ailleurs, la dépression se développe souvent en réaction à un évènement ou une situation générateurs de stress. Cependant, selon nos façons de voir les choses, nous ne présentons pas tous la même vulnérabilité face aux différents types de causes de stress. Un évènement « heureux » peut paradoxalement représenter un stress (promotion, mariage, etc.). La théorie du renversement interprète la dépression comme traduisant un fonctionnement empêché de la multistabilité entre des états de motivation satisfaisants.

Origines Génétiques

Il est reconnu que pour certaines dépressions des facteurs héréditaires jouent un rôle dans la création du déséquilibre chimique dans le cerveau d'une personne lorsqu'elle vit une dépression. Même si certains gènes sont impliqués dans la dépression, il ne semble pas qu’ils déclenchent inévitablement la maladie. Ils se contenteraient de transmettre une susceptibilité à entrer plus facilement dans un état dépressif. Susceptibilité qu’un évènement extérieur où une personnalité particulière pourrait transformer en véritable dépression. Il est également important de réaliser que peu importe le ou les facteurs ayant précipité une personne dans un état dépressif, la voie finale commune de la dépression, si l’on peut dire, implique un déséquilibre de certains neurotransmetteurs dans le cerveau.

Origines Sociales

Un environnement pénible (rythme de vie effréné, soucis professionnels et/ou familiaux, chômage, divorce, deuil, isolement, déracinement, déménagement) perturbe l'état de santé plus ou moins gravement, plus ou moins longtemps. L'enfance est un moment-clé : il existe des preuves que les personnes ayant subi dans leur enfance la perte de personnes importantes sont davantage sujettes à des dépressions plus tard dans leur vie. L'importance et la qualité du soutien que nous recevons par nos relations interpersonnelles (proches parents, conjoints, enfants, amis...) peut nous protéger contre le stress et les tensions de la vie quotidienne, et réduire les réactions physiques et émotionnelles au stress, l'une d'entre elles pouvant être la dépression. D'autre part l'absence d'une relation étroite, de confiance, peut augmenter le risque de dépression. Les mauvais traitements ou l'infidélité d'un ou d'une partenaire sont des facteurs aggravants. Il est démontré que le mariage peut d'une certaine manière protéger contre le développement de la dépression chez les hommes et les femmes si des tâches telle que s'occuper de la maison ou des enfants sont partagées. Cependant, les femmes qui ne travaillent pas et qui restent à la maison pour s'occuper des enfants en bas âge sont plus susceptible de dépression, particulièrement lorsque la garde des enfants et des problèmes d'argent entrent en ligne de compte, et le taux de dépression après la perte d'un époux est accru.

Epidémiologie de la dépression

Des études Le suicide de l’adulte, article du Généraliste n°2226 (novembre 2002) Pomerantz J, Screening for Depression in Primary Care, , Drug Benefit Trends 2005 ; 17(6) : pp273–4 montrent que :
- 15 à 22% des patients de médecine générale montrent des troubles dépressifs (5 à 9% ont une dépression majeure, 2 à 4% une dysthymie, 8 à 9% une dépression mineure) ;
- 30 à 50% des dépressions ne sont pas diagnostiquées ;
- 40 à 70% des personnes qui se suicident ont consulté un médecin dans le mois qui précède. On voit donc que le diagnostic n'est pas évident, d'une part parce que les personnes ne sont en général pas conscientes elle-même de leur dépression, et se présentent pour des troubles somatiques trompeurs, en général des douleurs. Selon Jay Pomerantz, le fait de poser systématiquement les deux questions suivantes à chaque consultations permettrait d'améliorer le diagnostic de dépression (ce test aurait une spécificité de 67% et une sensibilité de 97%) :
- Avez-vous durant le mois écoulé ressenti des sentiments d'épuisement, de dépression ou de désespoir ?
- Avez-vous, au cours du même laps de temps, éprouvé une perte d'intérêt ou de plaisir dans vos activités ? En terme d'incapacité de travail chez l'adulte, la dépression occupe la quatrième place (en nombre d'années d'incapacité) au niveau mondial et pourrait se placer à la seconde place dans les années 2020, juste après les maladies cardio-vasculairesMurray CJL, Lopez AD, The Global Burden of Disease: A Comprehensive Assessment of Mortality and Disability from Diseases, Injuries, and Risk Factors in 1990 Projected to 2020, Cambridge, Mass: Harvard School of Public Health; 1996. L'Association Américaine de Psychiatrie recommande que trois consultations au minimum soient programmées au cours des trois mois qui suivent le diagnostic d'une dépression, même mineure. En effet, les traitements anti-dépresseurs étant de longue durée, il y a un risque accru que le patient arrête lui-même son traitement.

Traitement

Il existe actuellement trois principaux traitements utilisés pendant les épisodes dépressifs et en prévention de la récurrence d'épisodes dépressifs :

Médicaments

Il existe quatre familles de principes actifs prescrits communément dans le traitement de la dépression (antidépresseurs) : IMAO, Tricycliques, SSRI et SNRI. Les traitements les plus récents et généralement bien tolérés en raison du nombre réduit d'effets secondaires sont les SSRI et le SNRI. Ces principes actifs inhibent respectivement la recapture de la sérotonine et de la sérotonine + norépinéphrine en bloquant le site de recapture situé en amont de la fente synaptique. Les niveaux de ces neurotransmetteurs s'en trouvent ainsi augmentés. Les Tricycliques et IMAO sont des principes actifs puissants mais ont le défaut d'être moins sélectifs que les SSRI/SNRI : ils modifient la concentration d'autres neurotransmetteurs (monoamines) du système nerveux central, leurs effets secondaires sont plus lourds et ils sont utilisés dans les formes sévères des différents types de dépression. Par ailleurs, les IMAO imposent deas restrictions d'associations médicamenteuses et des restrictions alimentaires, Ils ne doivent en aucun cas être associés aux SSRI/SNRI, au risque de déclencher un syndrome sérotoninergique avec un pronostic vital en jeu. Historique :
- 1959 : IMAO (Inhibiteurs de la monoamine oxydase)
- 1960 : ATC (Antidépresseurs tricycliques)
- 1989 : ISRS (Inhibiteurs sélectifs de recapture de la sérotonine)
- 1992 : RIMA (Inhibiteurs réversibles de la monoamine oxydase de type A)
- 1994 : IRSN (Inhibiteurs de recapture de la sérotonine et la noradrénaline)
- 1995 : ISRS 5-HT2 (Inhibiteur sélectif de recapture de la sérotonine et du blocage des récepteurs 5-HT2)
- 1998 : MNADA (Modulateurs de la noradrénaline et de la dopamine)
- 2001 : NASSA (Noradrénaline et sérotonine sélectifs antidépresseurs) Exemples de principes actifs :
-SSRI : Fluoxetine (Prozac), Sertraline (Zoloft), Paroxetine (Paxil, Deroxat), Citalopram (Seropram), Escitalopram (Seroplex) ;
-SNRI : Venlafaxine (Effexor) ;
-Tricycliques : Clomipramine (Anafranil) ;
-Apparentés tricycliques : Miansérine (Athymil). Selon les cas, certains autres traitements peuvent être associés aux antidépresseurs : somnifères pour aider à restaurer sommeil et repos en attendant l'efficacité du traitement de fond, anxiolytiques, voire médicaments potentialisant l'effet des antidépresseurs. Depuis 2006, plusieurs études recommandent l'association d'un antidépresseur avec des séances de luminothérapie. La luminothérapie a donné des preuves indiscutables dans la dépression saisonnière et mérite d'être essayée dans les autres dépressions surtout qu'il ne s'agit pas d'un médicament mais d'un simple apport de lumière qui fait très souvent défaut chez les malades dépressifs.

Psychothérapies

Souvent utilisées en complément des traitements médicamenteux, une approche sollicitée est la thérapie comportementale visant à identifier les modèles de pensée négatifs et de fournir au patient des méthodes pour les contrer. Du point de vue du béhaviorisme on considère en effet que la dépression présente un régime de pensées négatives auto-entretenu et que le fait de s'opposer à ce cycle permet une rémission plus rapide. La psychanalyse ou la psychothérapie psychanalytique sont des traitements de fond qui visent à appréhender les conflits inconscients à l'origine de la dépression.

Sismothérapie

La sismothérapie vise à reproduire une crise convulsive (épileptique). L'intervention est réalisée sous anesthésie générale, sous ventilation assistée après administration d'un relaxant musculaire. Un bref courant est appliqué au niveau d'un ou des deux lobes temporaux. Le mécanisme d'action est encore aujourd'hui mal compris. Son efficacité est démontréeUK ECT Review Group, , Lancet 2003;361:799-808. Cette thérapie suscite une controverse, alimentée principalement par le caractère d'apparence barbare de cette intervention lors de ces premières utilisations en psychiatrie avant la deuxième guerre mondiale. Elle reste utilisée mais présente occasionellement des effets secondaires importants pour le patient : pertes de mémoire et destruction de capacités mentales, qui ont conduit certaines personnes à se suicider suite à un tel traitement les ayant gravement handicapées mentalement Le traitement de choc électroconvulsif en psychiatrie, par Lawrence Stevens, J.D. : http://antipsychiatry.org/fr-ect.htm. Son indication reste les syndromes dépressifs graves après échecs de plusieurs cures médicamenteusesTask Force on Electroconvulsive Therapy, The practice of electroconvulsive therapy: recommendations for treatment, training, and privileging, 2nd ed. Washington, DC: American Psychiatric Publishing, 2001.

Notes et références

Voir aussi

Le millepertuis en phytothérapie. ===
Sujets connexes
Aboulie   Adrénaline   Alain Ehrenberg   Alexithymie   Angoisse   Anhédonie   Anorexie   Antidépresseur   Antiquité   Anxiolytique   Appétit   Asthénie   Attention   Boulimie   Béhaviorisme   Cerveau   Crise de panique   Culpabilité   Céphalée   DSM   Deuil   Dopamine   Douleur morale   Dépression (psychanalyse)   Dépression anaclitique   Dépression post-natale   Edith Jacobson   Erkembode   Ferdinand Hodler   Hospitalisme   Hypersomnie   Hérédité   Insomnie   Jean Bergeret (psychanalyste)   Jumeaux   Karl Abraham   Luminothérapie   Mikkel Borch-Jacobsen   Millepertuis   Motivation   Mélancolie   Mémoire (sciences humaines)   Neurotransmetteur   Noradrénaline   Névrose   Orientation   Philippe Pignarre   Phobie sociale   Phytothérapie   Pierre Fédida   Psychanalyse   Psychiatrie   Psychothérapie psychanalytique   René Spitz   Serge Lebovici   Sigmund Freud   Somatisation   Sommeil   Stress   Suicide   Symptôme   Sérotonine   Théorie du renversement   Trouble bipolaire   Trouble obsessionnel compulsif   Vigilance   Vincent van Gogh  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^