Gouvernement Pierre Laval (5)

Infos
Gouvernement Laval du 10 juillet 1940 puis gouvernement Flandin en décembre 1940-février 1941.
Gouvernement Pierre Laval (5)

Gouvernement Laval du 10 juillet 1940 puis gouvernement Flandin en décembre 1940-février 1941.

Composition initiale du gouvernement

- Chef de l'État Français et Président du Conseil : maréchal Philippe Pétain (1856-1951), Maréchal de France. Idées : maréchal « républicain » jusque vers 1936, puis influencé par la droite réactionnaire à partir de 1936. Epuration : condamné à mort, non exécuté.
- Vice-président du Conseil et secrétaire d’État aux Affaires étrangères à partir du 28 octobre 1940 (renvoyé le 13 décembre 1940) : Pierre Laval (1883-1945). Activité : Avocat, homme politique, président du conseil (1931-1932 et 1935-1936). Idées : député socialiste SFIO (1914-1919), puis député « socialiste indépendant » (1924-1927), puis sénateur de la droite républicaine, modérée (1927-1940). Epuration : condamné à mort, exécuté.
- Garde des sceaux et ministre secrétaire d’État à la Justice (jusqu’en janvier 1941) : Raphaël Alibert (1887-1963). Activité : Haut fonctionnaire (Conseil d’État), professeur de droit constitutionnel à Sciences Po. Idées : réactionnaire, membre de l'Action française, du Redressement français, de la Cagoule. Tendance pétainiste anti-Laval, anti-allemand et anglophile, donc les Allemands obtiennent son départ en janvier 1941. Epuration : condamné à mort, non exécuté.
- Ministre des Finances (jusqu’en avril 1942) : Yves Bouthillier (1901-1977). Activité : Haut fonctionnaire (Inspection des Finances), chef de cabinet de plusieurs ministres des Finances sous la Troisième République. Idées : technocrate de droite (groupe X-Crise). Tendance pro-Pétain, anti-Laval. Arrêté et déporté en janvier 1944. Epuration : 3 ans de prison.
- Ministre des Affaires étrangères (jusqu’au 28 octobre 1940) puis ministre-secrétaire d’État à la présidence du conseil (28 octobre 1940-2 janvier 1941) : Paul Baudoin (1894-1964). Activité : Haut fonctionnaire (Inspection des Finances), polytechnicien, également chef de cabinet de plusieurs ministres des Finances sous la Troisième République. Idées : technocrate attiré par les régimes autoritaires (cf. un article en 1938). Tendance anti-Laval, proche des Anglais. Epuration : 5 ans de travaux forcés (commués en 4 ans de prison).
- Ministre du Ravitaillement et de l’agriculture, puis ministre de l’Agriculture (décembre 1940-avril 1942) : Pierre Caziot (1876-1953). Activité : Ingénieur agronome et directeur d'un cabinet d'expertise foncière. Idées : traditionaliste rural. Tendance : opposé à la collaboration. Epuration : dégradation nationale à vie.
- Ministre de la Production industrielle et du travail (jusqu'en février 1941), puis ministre du Travail (jusqu'en avril 1942) : René Belin (1898-1977). Activité : Employé des PTT. Idées : syndicaliste, numéro deux de la CGT (dauphin de Léon Jouhaux), membre du parti socialiste SFIO, tendance néo-socialiste, participe au groupe X-Crise. Tendance anti-Laval. Epuration : non-lieu pour faits de résistance.
- Ministre de la Défense nationale (renvoyé du gouvernement dès septembre 1940) : général Maxime Weygand (1867-1965) (ensuite délégué général en Afrique du Nord et commandant en chef des forces françaises en Afrique du Nord jusqu‘en novembre 1941.). Idées : traditionaliste catholique. Tendance : pour préparer la « revanche » contre les Allemands à partir de l’Afrique du nord. Donc sera déporté par les Allemands (1942-1945). Epuration : non-lieu pour faits de résistance (préparation d’une Revanche).
- Secrétaire d’État à la Guerre (armée de terre) (renvoyé du gouvernement dès septembre 1940) : général Louis Colson (1875-1951). Activité : polytechnicien, général. Epuration : non-lieu pour faits de résistance (dissimulation des stocks d’armes françaises aux allemands).
- Secrétaire d’État à l’Aviation (renvoyé du gouvernement dès septembre 1940) : général Bertrand Pujo (1878-1964). Activité : Président d'Air France. Epuration : non-lieu pour faits de résistance.
- Secrétaire d’État puis ministre la Marine : amiral François Darlan (1881-1942). Tué en 1942. Idées : fils d’un ministre radical et franc-maçon. Amiral « républicain » proche lui aussi des milieux radicaux.
- Ministre de l’Intérieur (renvoyé du gouvernement dès septembre 1940 car ancien parlementaire) : Adrien Marquet (1884-1955). Activité : dentiste, maire de Bordeaux, ministre sous la Troisième République en 1934. Idées : député SFIO puis néo-socialiste (Parti socialiste de France-Union Jean Jaurès puis l’USR). Tendance anti-Pétain, plutôt pro-Laval. Epuration : 10 ans d’indignité nationale.
- Ministre de l’instruction publique et des Beaux-Arts (renvoyé du gouvernement dès septembre 1940 car ancien parlementaire) : Emile Mireaux (1885-1969). Activité : Normalien, Professeur et co-directeur du journal "Le Temps" (conservateur) en 1932-1942, membre de l’Institut. Idées : Sénateur des Hautes-Pyrénées en 1936, groupe de l'Union démocratique et radicale. Epuration : non-lieu pour faits de résistance.
- Secrétaire d’État à la Famille et à la jeunesse (renvoyé du gouvernement dès septembre 1940 car ancien parlementaire) : Jean Ybarnegaray (1883-1956). Activité : Avocat. Idées : député et l’un des dirigeants du PSF du colonel de La Rocque. Tendance : pétainiste anti-collabo. Sera résistante et déporté par les Allemands. Epuration : condamné à la dégradation nationale mais relevé de sa condamnation pour faits de résistance.
- Secrétaire général aux Communications (renvoyé du gouvernement dès septembre 1940 car ancien parlementaire) : François Piétri (1882-1966) (ensuite ambassadeur de Vichy à Madrid). Activité : Haut fonctionnaire (inspecteur des Finances). Idées : député « républicain de gauche », l’un des groupes parlementaires de l'Alliance démocratique, grand parti de centre-droit, ministre de la Troisième République. Epuration : 5 ans d’indignité nationale.
- Secrétaire d’État aux Colonies (renvoyé du gouvernement dès septembre 1940 car ancien parlementaire) : Henri Lémery (1874-1972). Activité : Sénateur des Antilles, mulâtre. Idées : proche de Georges Clemenceau, puis sénateur « gauche démocratique », l’un des groupes parlementaires de l'Alliance démocratique, grand parti du centre-droit de la Troisième République), ministre de la Troisième République, franc-maçon. Epuration : condamné à 5 ans d’indignité nationale mais relevé de sa condamnation pour faits de résistance.

Remaniements

Entrées au gouvernement en septembre 1940 (pour remplacer les 8 ministres renvoyés)

- Ministre de l’Intérieur : Marcel Peyrouton (1887-1883). Activité : Haut fonctionnaire des colonies. Idées : proche des radicaux de droite, franc-maçon. Tendance : opposé à Pierre Laval (donc exclu par les Allemands en 1941), partisan du général Giraud en Afrique du nord en 1942. Epuration : acquitté en 1948.
- Ministre de la Guerre (septembre 1940) et commandant en chef des forces terrestres (jusqu’en novembre 1941) : général Charles-Léon Huntziger (1880-1942 : accident). Idées : apparemment proche de l'Action française (il choisit Henri Massis comme officier de presse en 1940). Tendance : très anti-anglais, pas partisan de préparer une « Revanche » contre l’Allemagne (contrairement à Weygand).
- Secrétaire d’État à l’Aviation : général Jean-Marie Bergeret (1895-1956). Tendance : pour la ligne Weygand (pas de collaboration mais neutralité de Vichy pour préparer la Revanche). Rejoint le général Giraud en 1942. Epuration : non lieu pour faits de résistance.
- Secrétaire d’État aux Communications (jusqu’en avril 1942) : Jean Berthelot (1897-1985). Activité : Polytechnicien (X-Mines), directeur-adjoint de la SNCF en 1939. Idées : technocrate de droite. Tendance : anti-Laval. Epuration : 2 ans de prison.
- Secrétaire d’État à l’Instruction publique et à la jeunesse (jusqu'au 13 décembre 1940) : Georges Ripert (1880-1958). Activité : Universitaire, doyen de la faculté de droit de Paris. Idées : droite catholique. Epuration : non lieu pour faits de résistance.
- Secrétaire d’État aux Colonies (jusqu’en avril 1942) : amiral Charles Platon (1886-1944 : exécuté par des FFI). Idées : protestant rigide. Proche du Parti populaire français (PPF), parti fasciste français de Jacques Doriot, très anglophobe et pro-allemand.

Entrée au gouvernement le 13 décembre 1940

- Vice-président du Conseil et ministre des Affaires étrangères : Pierre-Etienne Flandin (1899-1958). Activité : Avocat et homme politique, ancien président du conseil sous la Troisième République. Idées : président de l'Alliance démocratique, grand parti de centre-droit de la Troisième République. Démissionnera par opposition aux Allemands (il est pacifiste mais anglophile). Epuration : 5 ans d’indignité nationale, mais relevé pour actes de résistance.
- Ministre de l’Education nationale : Jacques Chevalier (1882-1962). Activité : Normalien, universitaire, doyen de la faculté des lettres de Grenoble. Idées : traditionaliste catholique (néo-thomiste). Tendance : pétainiste (filleul de Pétain) opposé à la Résistance (après 1941, il dirgera le STO de Grenoble), mais anti-allemand et proche des Anglais. Epuration : 20 ans de travaux forcés (commués en 4 ans de prison).
- Secrétaire d’État au Ravitaillement : Jean Achard (1908-1953). Activité : Leader de la Confédération générale des planteurs de betteraves (gros agriculteurs). Idées : technocrate partisan d’une agriculture capitaliste, moderne et productive. Epuration : non lieu pour faits de résistance.

Entrée au gouvernement le 27 janvier 1941

- Garde des sceaux et ministre secrétaire d’État à la Justice (janvier 1941-démission en mars 1943) : Joseph Barthélémy (1874-1945). Activité : Juriste, député. Idées : député « gauche républicaine », groupe de l'Alliance démocratique, le grand parti de centre-droit de la Troisième République. Epuration : mort avant la fin de son procès. Catégorie:Wikipédia:ébauche histoire de France Catégorie:Régime de Vichy
Sujets connexes
Action française   Adrien Marquet   Afrique du Nord   Air France   Alliance démocratique (France)   Antilles   Bertrand Pujo   Bordeaux   Charles Platon   Confédération générale des planteurs de betteraves   Confédération générale du travail   François Darlan   François Piétri   Gauche démocratique   Georges Clemenceau   Grenoble   Hautes-Pyrénées   Henri Lémery   Henri Massis   Jacques Doriot   La Cagoule   Le Temps   Léon Jouhaux   Madrid   Marcel Peyrouton   Maxime Weygand   Parti populaire français   Parti radical   Parti social français   Parti socialiste de France-Union Jean Jaurès   Paul Baudoin   Philippe Pétain   Pierre Caziot   Pierre Laval   Postes, télégraphes et téléphones (France)   Radicaux indépendants   Raphaël Alibert   René Belin   Section française de l'Internationale ouvrière   Service du travail obligatoire   Société nationale des chemins de fer français   Troisième République   Union socialiste républicaine   Yves Bouthillier  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^