Racisme

Infos
Le racisme est une idéologie fondée sur une croyance, qui remonte à la Renaissance et postule une hiérarchie entre les êtres humains selon leur origine ethnique, désignée sous le terme de race. Plus généralement, le racisme désigne la croyance que les différences biologiques innées conditionnent inévitablement l'accomplissement culturel et individuel. Le terme racisme peut également désigner de manière éronnée une attitude de critique ou d'hostilité sy
Racisme

Le racisme est une idéologie fondée sur une croyance, qui remonte à la Renaissance et postule une hiérarchie entre les êtres humains selon leur origine ethnique, désignée sous le terme de race. Plus généralement, le racisme désigne la croyance que les différences biologiques innées conditionnent inévitablement l'accomplissement culturel et individuel. Le terme racisme peut également désigner de manière éronnée une attitude de critique ou d'hostilité systématique envers l'ensemble d'un ou de plusieurs groupes ethniques déterminés. Le racisme peut se traduire par des actes d'hostilité ou de discrimination envers les personnes selon leur origine ethnique, et prendre la forme de xénophobie ou d'ethnocentrisme. Certaines formes d'expression du racisme, comme la discrimination dans certains domaines (embauche, service, ...), sont considérées comme des délits dans un certain nombre de pays, notamment occidentaux. Les thèses racistes ont servi de support à certaines idéologies politiques pour pratiquer des discriminations sociales, des ségrégations ethniques et commettre des violences, dont des actes de génocides. de couleur" (colored men), en 1939, à Oklahoma City. Parce que les Blancs n'accordaient pas aux Noirs le droit de boire la même eau qu'eux.

Histoire du racisme

Historique

Quelques exemples de racisme (à distinguer de la xénophobie) :
- Le christianisme médiéval, même s'il entretenait l'antijudaïsme, n'a pas développé de racisme à proprement parler. Cela dit, certains auteurs comme Jared Diamond (Collapse) estiment que ce sont des préjugés racistes qui ont amené la société viking établie au Groenland à partir de la fin du Xe siècle à disparaître à la fin du XVe, en l'empêchant d'adopter les techniques qui ont permis aux Inuit, qui arrivent au Groenland au XIIe siècle, d'y survivre jusqu'à nos jours.
- À partir de 1535, l'Inquisition espagnole délivra des "certificats de propreté du sang" aux personnes ne possédant pas d'ancêtre juif ou musulman. Ces certificats furent non seulement exigés pour l'accès à l'armée espagnole, aux charges du Saint-Office, l'entrée des universités, mais aussi demandées par les familles à la veille des mariages. Il s'agit d'un antijudaïsme ou d'un anti-islamisme plutôt que de racisme à proprement parler, mais il est indéniable que ces idées ont contribué à l'apparition du racisme moderne.
- L'esclavage apparut dans l'ensemble des colonies occidentales au (commerce triangulaire) et se maintint jusqu'au XIX siècle, avec une interruption en France à la Révolution. Napoléon le rétablit.
- Le racisme apparut au siècle des Lumières dans les ouvrages du suédois Charles Linné qui affirmait la supériorité des Blancs. Buffon énonce sans honte que "le Nègre serait à l'homme ce que l'âne est au cheval"Léon Poliakov, Le mythe aryen, Calmann-Lévy, p.157.. Voltaire explique qu'"il n'est pas improbable que dans les pays chauds des singes aient subjugué des filles"Voltaire, Essai sur les mœurs et l'esprit des nations, tome 1 page 8. L'Encyclopédie de Diderot note que "Les Nègres de Guinée sont pour la plupart enclins au libertinage, à la vengeance, au vol et au mensonge" Léon Poliakov, Le mythe aryen, p.166..
- Au , le public parisien et londonien se passionne pour les zoos humains qui exposent des êtres humains comme des bêtes de foire.
- En 1853-1855, le Français Joseph Arthur de Gobineau publie son Essai sur l'inégalité des races humaines qui spécule sur l'existence de races supposées « pures » et la supposée dégénérescence due au métissage.
- En 1871, Ernest Renan développa également des idées racistes.
- Nazisme : Le nazisme est une théorie politique en partie raciste prônant l'extermination entres autres des juifs et des tziganes, ne descendant prétendument pas des aryens, à l'inverse des peuples germaniques. La mise en application de cette doctrine par le IIIe Reich allemand a provoqué la mort de 6 millions de juifs (voir l'article détaillé sur la shoah).
- Génocide des Arméniens, population endémique du Caucase par les Turcs originaires des steppes d'Asie centrale.
- Apartheid en Afrique du Sud. Dans les années 1980, des scientifiques afrikaners imaginent le Project Coast et élaborent une substance stérilisante destinée aux Noirs. Elle pouvait être répandue dans l'eau ou les produits de consommation courante Tristan Mendès France, Docteur La mort, éditions Favre, page 20..
- En Australie, les Aborigènes ont été décimés par les maladies infectieuses, les migrations forcées, à l'instar des Amérindiens. Certains historiens soutiennent qu'ils ont été victimes d'un génocide. Ils ont obtenu le droit de vote en 1967, bien après les autres citoyens australiens.
- Ségrégation des Noirs aux États-Unis (jusqu'au XX siècle)
- Interdiction d'accès à la prêtrise dans le Mormonisme (1844-1978)
- Les épurations ethniques modernes (Nigeria, Biafra, Kosovo, Rwanda)
- Guerre civile au Darfour, au Soudan.

Le racisme "scientifique"

Le racisme est généralement assimilé à une idéologie se fondant sur l'hypothèse scientifique erronée du racialisme qui classifie les êtres humains d'après leurs différences morphologiques en application d'une méthode apparentée à celle de la zoologie pour justifier la mise en place de législations ségrégationnistes et la discrimination politique.
- Historiquement, cette considération a été liée au droit (et même au « devoir », selon Jules Ferry) pour une race supérieure d'en dominer au moins temporairement une ou plusieurs autres, notamment dans un cadre colonial.
- Sur le plan politique, le darwinisme social a servi à justifier le colonialisme, l'eugénisme, le fascisme et surtout le nazisme. En effet, cette idéologie considère légitime que les « races humaines » et les êtres les plus faibles disparaissent et laissent la place aux races et aux êtres les mieux armés pour survivre. Ernst Haeckel. Voir Race humaine.
- De nos jours, le darwinisme social inspire encore certaines idéologies d'extrême droite.
- Le comte Joseph-Arthur de Gobineau fait publier en 1853-1855 Essai sur l'inégalité des races humaines. Il apparaît comme la théorisation d'idées racistes prégnantes dans la France du . Dès le premier chapitre, il écrit : « Toute civilisation découle de la race blanche, aucune ne peut exister sans le concours de cette race ». À l'école d'anthropologie de Paris, on pèse les cerveaux pour classer les individus dans une hiérarchie des races. Dans le dictionnaire Larousse de 1866, l'article « Nègre » affirme que le cerveau des Noirs est moins volumineux que celui des Blancs. Ce racisme a justifié les exactions de l'armée coloniale française.
- Ernest Renan ne cacha pas ses sympathies pour les théories de Gobineau, et publia des écrits allant dans le sens de la supériorité de certaines races. Soulignons qu'indépendamment de toute comparaison de la valeur de ces races, le racisme a également désigné le droit pour un groupe de pratiquer un eugénisme visant à se « protéger » contre les conséquences supposées néfastes pour les générations futures d'un métissage.

Le racisme aux États-Unis

Dans un discours télévisé prononcé en 1963, le président américain John Fitzgerald Kennedy aborde de front la question de la discrimination raciale aux États-Unis : :Le bébé noir qui naît aujourd'hui en Amérique, quelle que soit la région du pays dans laquelle il voit le jour, a environ la moitié des chances de terminer ses études secondaires dont bénéficie un bébé blanc, né au même endroit le même jour ; le tiers de ses chances de terminer ses études universitaires ; le tiers de ses chances d'exercer une profession libérale ; deux fois plus de chances de se retrouver au chômage ; un septième environ de ses chances de gagner 10 000 dollars par année. Son espérance de vie est plus courte de sept ans et il doit envisager la perspective de gagner deux fois moins. :C'est essentiellement à un problème moral que nous avons à faire face. Il est aussi ancien que les Écritures et aussi clair que la Constitution des États-Unis. Le cœur du sujet est de savoir si tous les Américains doivent se voir octroyer des droits égaux et des chances égales, si nous voulons traiter nos concitoyens comme nous voulons être traités. Si un Américain, parce que sa peau est sombre, ne peut déjeuner dans un restaurant ouvert au public, s'il ne peut envoyer ses enfants dans la meilleure école publique, s'il ne peut voter pour les hommes qui le représentent, si, en bref, il ne peut jouir de la vie pleine et libre que nous voulons tous, alors qui donc, parmi nous, accepterait de changer de couleur de peau et de prendre sa place ? Qui donc, parmi nous, accepterait les conseils de patience et de temporisation ? Cent ans se sont écoulés depuis que le président Lincoln a affranchi les esclaves ; pourtant, leurs descendants, leurs petit-fils, ne sont pas encore libres. Ils ne sont pas encore libérés des entraves de l'injustice. Ils ne sont pas encore libérés de l'oppression économique et sociale, et notre pays, en dépit de tout ce qu'il espère et de tout ce dont il se targue, ne sera pas complètement libre tant que tous ses citoyens ne seront pas libres. :Nous prêchons la liberté date nous sommes sincères, et nous la chérissons la liberté dont nous jouissons ici, mais dirons-nous au monde, et, ce qui est beaucoup plus important, nous dirons-nous les uns aux autres que ce pays est celui des hommes libres à l'exception des Noirs ? Que nous n'avons pas de citoyens de seconde classe à l'exception des Noirs ? Que nous n'avons pas de système de classes ou de castes, que nous n'avons pas de ghetto, pas de race supérieure, excepté en ce qui concerne les Noirs ? John Kennedy, le 11 juin 1963 En 1959, le journaliste et écrivain John Howard Griffin fait l'expérience de la ségrégation raciale dans le sud des États-Unis en teignant sa peau en noir, qui donne lieu à un livre-témoignage, Dans la peau d'un Noir, en 1961.

Le racisme en France

Établi dans le but de régir la vie des esclaves noirs dans les colonies françaises des Antilles, le Code noir, par Colbert, a institutionalisé le racisme en justifiant la mise en esclavage des déportés africains sur les colonies des Antilles et de Guyane. Aboli par la Constituante en 1794, rétabli par Napoléon Ier en 1802, l'esclavage est resté en vigueur en France jusqu'en 1848. Pour que la population française accepte mieux la colonisation de l´Afrique et de l´Asie, les milieux d´affaires français qui exploitaient les colonies ont mis en place avec l´État français une propagande raciale (affiche, film, exposition) qui présentait les populations colonisées comme des sauvages, sous-hommes, plus proches des animaux que des humains. Si les drapeaux nazis sont interdits, il en va tout autrement des drapeaux sudistes ou des croix celtiques ( ces dernières étant une récupération d'un symbole à priori neutre par les mouvements d'extrême droite).

Le racisme aujourd'hui

Aujourd'hui, le terme de race reste toujours d'usage courant dans certains milieux et le racisme se manifeste toujours sur les cinq continents sous des formes plus ou moins directes ou indirectes.

Racisme individuel

Le racisme à l'échelle des relations individuelles, c'est accomplir des actes racistes envers d'autres individus. C'est-à-dire accomplir des actes tout ou partie en raison de son appartenance ou de sa non-appartenance théorique à une certaine "race". Le racisme individuel est apparenté à la xénophobie, la haine, la peur, le préjugé, l'ethnisme, l'ignorance, l'intolérance et l'idéologie de supériorité culturelle ou personnelle. Depuis quelques années, le racisme individuel se développe en Russie : des adolescents s'en sont pris à une famille tadjike en février 2004 et ont tué une fillette de 9 ans. Un jeune Vietnamien, Vu An Tuan, a été assassiné le 13 octobre 2004 à Saint-Pétersbourg. Les meurtriers d'un étudiant congolais en septembre 2005 ont été acquittésPhilippe Randrianarimanana, « Russie. L'État de droit en faillite », dans Courrier international du 23/10/2006, .

Racisme d'État

À l'échelle de la cité, cela peut s'exprimer de différentes façons. Cela peut être explicite comme les différences légales de traitement des citoyens en fonction de la notion théorique de "race" (cas de l'Apartheid). Ou alors informel, ce qui peut être lié à la pression sociale ; qui embaucherait un vendeur que les clients rejetteraient ? De nombreuses institutions publiques estiment que l'appartenance à une catégorie physiologique ou ethnique influe sur le comportement des individus. Aux États-Unis, les disparités sociales entre groupes d'origine culturelle/ethnique différente font partie des priorités gouvernementales et il convient donc de les évaluer statistiquement. Ainsi, le recensement aux États-Unis offre la possibilité facultative à chacun de s'auto-définir comme membre d'une "race" : blanche (
caucasian (white), laquelle comprend toute personne d'Europe ou d'Afrique du Nord), hispanique (hispanic), noire ou afro-américaine (black, african american), amérindienne ou natifs d'Alaska (american indian, Alaska natives), asiatique. Il faut néanmoins préciser que le mot anglais race n'a pas en l'occurrence une connotation biologique, que de multi-appartenances sont possibles et que la case "autre" est disponible (et cela reste facultatif). Cela est mis à profit dans le cadre de programme de discrimination dite "positive" (affirmative action), qui vise à contrer les effets présents d'un racisme réel. La loi française fait référence à la notion théorique de « race » ; par exemple dans l'article 211-1 du Code pénal, le génocide est une atteinte « tendant à la destruction totale ou partielle d'un groupe national, ethnique, racial ou religieux ». Cela a été contesté par certains députés.

Racisme politique

En raison de la connotation très négative du mot en Occident, peu de partis politiques se revendiquent ouvertement comme racistes. De nombreux partis d'extrême droite ont cependant été accusés de véhiculer des discours de ce type à travers des positions xénophobes. L'apologie du racisme étant condamnée, ils peuvent promouvoir des doctrines dérivées comme l'ethno-différencialisme ou le racialisme.
Voir : mouvements racistes

Racisme "nouvelle génération"

Véritable fléau, le racisme « nouvelle génération » touche un outil de plus en plus utilisé : les jeux vidéo en ligne. Ce nouveau type de racisme consiste à utiliser les histoires fondatrices de l’univers du jeu, et de s’en servir pour créer sa propre histoire (ou Role Play). Malheureusement, c’est souvent un moyen pour de nombreux joueurs de tomber dans un excès propre à la nouvelle génération, et qui les fait aller vers ce nouveau type de racisme. Ce qui est dangereux, c’est qu’il est dédramatisé du fait de son irréalisme, mais il fait naître chez les jeunes cette idée, ce sentiment. Le plus souvent, les administrateurs, ou les modérateurs, de ces jeux prennent la défense des joueurs, ne voyant pas le danger. On se souviendra de l’histoire arrivée sur le jeu en ligne le plus joué au monde (World of Warcraft) où, sur un serveur allemand, une groupe de joueurs avait formé une guilde (équipe) dans laquelle les joueurs prônaient la supériorité de la race humaine (le jeu étant formé de différentes races), se disant les chevaliers d’un monde dont seraient absents les non-humains, car eux les auraient vaincus. De nombreux joueurs se sont indignés de cette guilde et sont allé chercher de l’aide auprès des Maîtres du Jeu (modérateurs) mais ces derniers donnèrent raison à la guilde. Une mère de famille, lisant les textes s’indigna, et portant l’affaire au tribunal. Au bout de deux mois de procès, l’entreprise directrice du jeu (Blizzard) fut condamnée à verser 30.000 euros à la mère de famille, et dut supprimer la guilde.

Lutte contre le racisme

La lutte contre le racisme peut être entendue à différents niveaux.

Réfutation des races humaine

Après des études et recherches diverses au sein de la génétique, la théorie de l'existence des races humaines a été définie par des scientifiques comme arbitraire, subjective et non pertinente, du fait de l'impossibilité de classifier telle ou telle personne dans une race présupposée. La publication de la « déclaration sur la race » en 1950 par l'UNESCO encouragera nombre de biologistes à rappeler régulièrement l'absence de validité scientifique de la notion de « races humaines ». À noter que la génétique a clairement montré que les différences entre individus considérés comme faisant partie d'une même ethnie peuvent être supérieures à celles entre individus appartenant à des ethnies différentes. Cela s'explique par le fait que la portion du génome humain relative à l'expression des caractères morphologiques, en l'occurrence le gène codant la production de la mélanine, ne représente qu'une infime partie de l'ensemble de ce génome (trois gènes commun aux divers vertébrés sur les 36 000 du génome). Cf. à ce sujet, l'article Couleur de la peau. D'autre part selon de nombreux généticiens dont Luigi Luca Cavalli-Sforza, les descendants d'individus d'origine différente, ou même de « races » profondément différentes, semblent plus robustes et pour assurer une fertilité et une santé normales, il faut éviter les mariages entre parents proches donc favoriser le métissage.Luigi Luca Cavalli-Sforza, Qui sommes-nous?, Flammarion, 1994, p327.

Lutte contre la ségrégation

Il s'agit de dénoncer la possibilité, l'utilité, voire la nécessité de mettre en place des distinctions légales ou privées sur la base de l'appartenance à un quelconque groupe. On peut distinguer ici encore deux grands types d'attitudes, que l'on schématise ici : Panneau affichant que seuls les Blancs peuvent utiliser un lieu public.
-D'une part, les partisans de l'intégration. Ils considèrent que les différences entre les groupes constituent un problème (théorie politique proche du « jacobinisme »). Leur réponse est donc la recherche de l'homogénéité maximale et l'assimilation des minorités à la culture dominante. Il est en effet frappant de remarquer que l'intégration est toujours présentée comme un mouvement à sens unique et non comme une fusion des cultures, même si c'est ce qui se produit en réalité.
-D'autre part, les partisans du multiculturalisme. Ils refusent les ségrégations de toute nature mais considèrent que les différences de groupe constituent une richesse. Leur réponse est donc la recherche de la diversité maximale et de la meilleure entente entre les différents groupes. Avec le risque de proposer des solutions (cloisonnement culturel) que des racistes ne renieraient pas.

Statistiques françaises

D'après les renseignements généraux, il y a eu 1513 faits racistes et antisémites, dont 361 violents en France en 2004. Ils étaient 833 en 2003 et 1313 en 2002. Les faits antisémites sont les plus nombreux (950 en 2004) dont 199 actes violents. La région parisienne est la plus affectée. Les actes antimaghrébins ont connu une forte augmentation en 2004 (563 faits parmi lesquels 162 violents). Les profanations de cimetières et les atteintes aux mosquées se sont multipliées. (source : ) D'après un sondage mené sur 1011 personnes entre le 17 et le 22 novembre 2005 par l'institut CSA, 1/3 des Français se déclarent racistes, sans toutefois préciser dans laquelle des trois acceptions de ce termeLaetitia Van Eeckhout, “En 2005, les opinions racistes ont gagné du terrain en France” dans . Toujours selon la même enquête, 63 % de la population pense que "certains comportements peuvent justifier des réactions racistes". 56 % des Français déclarent que la présence étrangère est trop importanteLaetitia Van Eeckhout, “En 2005, les opinions racistes ont gagné du terrain en France” dans .

Législation

Les pratiques racistes constituent une violation des Droits de l'homme et sont réprimées par de nombreux pays. Pour la plupart des pays occidentaux, la discrimination et le racisme sont beaucoup plus que des délits, punis pénalement ; ils représentent également une atteinte aux valeurs qui fondent la démocratie. Celle-ci reconnaît l'égale dignité de chaque citoyen à participer à la chose publique, à poursuivre son bonheur et son épanouissement indépendamment de sa naissance. En France, par exemple, le législateur n'a cessé au fil du temps, et particulièrement après la Seconde Guerre mondiale, de compléter le dispositif législatif afin de réprimer plus efficacement toutes les formes de racisme, d'antisémitisme, de xénophobie. Il a pour cela créé un certain nombre d'incriminations d'une part dans le code pénal, d'autre part dans la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse et dans la loi relative à la communication audiovisuelle. Comme l'ont montré les accords de Nouméa, en matière de lutte contre le racisme, le législateur peut être fortement influencé par l'histoire coloniale du pays.

Citations racistes

-
L’inégalité des races est constatée. Ernest Renan, L’avenir de la science, préface de 1890
-
Si la France veut rester un grand pays, elle doit porter partout où elle peut sa langue, ses mœurs, son drapeau, ses armes et son génie. ...Il faut dire ouvertement que les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures… Elles ont le devoir de les civiliser. Jules Ferry
-
Il y a un peu de Hitler dans tout homme blanc. Khalid Abdul Muhammad (NBC, 14 mai 1994)"There is a little bit of Hitler in all white people.", dans l'émission Donahue de la chaine NBC, 12 mai 1994.
-
On peut rarement trouver un Noir capable de suivre et comprendre les travaux d'Euclide. Thomas Jefferson, Notes on Virginia - 1787
-
L'égalité des Nègres ! Sornettes ! Combien de temps encore des fripons vendre et des imbéciles vanter un tel vulgaire morceau de démagogie ? Abraham Lincoln, représentant de l'Illinois au Congrès - 1859
-
Les Blancs ne sont pas des Etres Humains. Joseph Msika, vice-président du Zimbabwe, 18 août 2001 "Whites are not human beings." Cité par le Guardian dans l'article intitulé Mugabe is behind this. In Europe you call it ethnic cleansing en août 2001
-
S'ils ne partent pas de la ville à la tombée de la nuit, nous tuerons tout ce qui est blanc en Afrique du Sud. On tue les femmes, on tue les enfants, on tue les bébés, on tue les aveugles, on tue les malades, on tue les fous, on tue les pédés, on tue les lesbiennes... On les tue tous! Pourquoi tuer les bébés? Ils grandiront un jour pour oppresser vos bébés, tuez-les maintenant. Khalid Abdul Muhammad, représentant de Nation of Islam et du New Black Panthers Party (Kean College, New Jersey, 29 novembre 1993) , ,
-
Vous savez, cela suffit comme cela avec vos nègres. Vous me gagnez à la main, alors on ne voit plus qu’eux : il y a des nègres à l’Élysée tous les jours, vous me les faites recevoir, vous me les faites inviter à déjeuner. Je suis entouré de nègres, ici. Et puis tout cela n’a aucune espèce d’intérêt ! Foutez-moi la paix avec vos nègres ; je ne veux plus en voir d’ici deux mois, vous entendez ? Plus une audience avant deux mois. Ce n’est pas tellement en raison du temps que cela me prend, bien que ce soit déjà fort ennuyeux, mais cela fait très mauvais effet à l’extérieur : on ne voit que des nègres, tous les jours, à l’Élysée. Et puis je vous assure que c’est sans intérêt.(Charles de Gaulle - Entretiens avec Jacques Foccart, 8 novembre 1968. cité dans ses Mémoires, tome 2. Le Général en mai. Journal de l’Élysée. 1968-1969, éd. Fayard/Jeune Afrique)
-
Qu'est-ce que les Arabes ? Les Arabes sont un peuple qui, depuis les jours de Mohamed, ont toujours réussi à constituer un empire... Avez-vous vu une digue construite par les Arabes ? fascinant!! Les Arabes qont inventé l'algèbre et construit d'énormes mosquées... ... Ils peuvent tout faire seuls.'' ( Charles de Gaulle - Cité par Cyrus Sulzberger, Les derniers des géants, Ed. Albin Michel, 1972)

Bibliographie

Ouvrages analysant le racisme

- Denis Blondin, Les deux espèces humaines. Autopsie du racisme ordinaire
- Véronique De Rudder, Christian Poiret, François Vourc'h, L'inégalité raciste. L'universalité républicaine à l'œuvre, PUF, 2000
- Vincent Geisser, La nouvelle islamophobie
- John Howard Griffin, Dans la peau d'un Noir, 1961
- Albert Memmi, Le racisme, Folio
- Colette Guillaumin, L'Idéologie raciste, 1972.
- André Pichot, La société pure. De Darwin à Hitler
- Pierre-André Taguieff, La nouvelle judéophobie
- Pierre-André Taguieff, Les fins de l'antiracisme

Ouvrages racistes

- Houston Stewart Chamberlain, La Genèse du
- Joseph-Arthur de Gobineau, Essai sur l'inégalité des races humaines
- Julius Evola, Le Mythe du sang

Notes

Voir aussi

===
Sujets connexes
Abraham Lincoln   Adolf Hitler   Afrikaner (peuple)   Afrique du Sud   Albert Memmi   Amérique   André Pichot   Anthropologie   Antijudaïsme   Antisémitisme   Apartheid   Arménie   Asie centrale   Australie   Biafra   Blanc   Calmann-Lévy   Carl von Linné   Caucase   Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme   Cerveau   Charles de Gaulle   Cheval   Christianisme   Code noir   Colette Guillaumin   Colonialisme   Commerce triangulaire   Couleur de la peau   Croyance   Darwinisme social   Denis Blondin   Discrimination   Discrimination ethnique   Discrimination à l'embauche   Doctrine   Droit   Droit de vote   Droits de l'homme   Eau   Empires coloniaux   Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers   Ernest Renan   Espagnol   Essai sur l'inégalité des races humaines   Ethnisme   Ethnocentrisme   Eugénisme   Extrême droite   Fascisme   Francophobie   Français   Groenland   Guardian   Guerre civile au Darfour   Guinée   Génocide   Génétique   Haine   Historien   Houston Stewart Chamberlain   Idéologie   Ignorance   Inquisition   Intolérance   Intégration (sociologie)   Jacobinisme   Jacques Foccart   Jared Diamond   Jean-Baptiste Colbert   John Fitzgerald Kennedy   John Howard Griffin   Joseph Arthur de Gobineau   Jules Ferry   Julius Evola   Khalid Abdul Muhammad   Kosovo   Liberté de la presse   Limpieza de sangre   Lois contre le racisme   Luigi Luca Cavalli-Sforza   Lumières (philosophie)   Léon Poliakov   Mariage   Mouvements racistes   Mélanine   Napoléon Ier   Nation of Islam   Nazisme   Nigeria   Noir   Nègre   Occident   Ouvrage   Paris   Peur   Pierre-André Taguieff   Préjugé   RAXEN   Race   Race (recensement des États-Unis)   Race aryenne   Race humaine   Race supérieure   Racialisme   Renaissance (période historique)   Rwanda   Révolution française   SOS Racisme   Scientifique   Seconde Guerre mondiale   Shoah   Singe   Situation des Noirs dans le mormonisme   Siècle   Sondage   Soudan   Suède   Ségrégation raciale   Thomas Jefferson   Théorie   Tristan Mendès France   Troisième Reich   Turc   Université   Vertébrés   Viking   Vincent Geisser   Voltaire   XIXe siècle   XXe siècle   Xénophobie   Zimbabwe   Zoo humain   Zoologie  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^