Charlemagne

Infos
Charles I dit Charles le Grand (en latin Carolus Magnus, en français Charlemagne, en allemand Karl der Große) est vraisemblablement né le 2 avril 742, sans certitude quant au lieu (voir ci-dessous en Date et lieu de naissance). Il est mort à Aix-la-Chapelle (Aachen, en Allemagne), le 28 janvier 814. Il fut roi des Francs (768-814), devint par conquête roi des Lombards (774-814), et fut couronné empereur d’Occident par le pap
Charlemagne

Charles I dit Charles le Grand (en latin Carolus Magnus, en français Charlemagne, en allemand Karl der Große) est vraisemblablement né le 2 avril 742, sans certitude quant au lieu (voir ci-dessous en Date et lieu de naissance). Il est mort à Aix-la-Chapelle (Aachen, en Allemagne), le 28 janvier 814. Il fut roi des Francs (768-814), devint par conquête roi des Lombards (774-814), et fut couronné empereur d’Occident par le pape Léon III le 25 décembre 800, relevant une dignité prestigieuse disparue depuis l'an 476. Monarque guerrier, il agrandit notablement son royaume par une série de campagnes successives, en particulier par la lente mais violente soumission des Saxons païens (772-804). Souverain réformateur, soucieux d'orthodoxie religieuse et de culture, il protégea les arts et les lettres, et initia dans son vaste empire le brillant mouvement ultérieurement qualifié de renaissance carolingienne. Son œuvre politique immédiate, elle ne survécut pas longtemps. L'empire fut partagé entre ses trois petits-fils dès le traité de Verdun en 843. Le morcellement féodal des siècles suivants, puis la division de l'Europe en États-Nations rivaux condamnèrent à l'impuissance ceux qui tentèrent explicitement de restaurer l'empire universel de Charlemagne, en particulier les souverains du Saint-Empire romain germanique, de Otton I en 952 à Charles Quint au , ou encore Napoléon I, hanté par l'exemple du plus éminent des Carolingiens. Pourtant, Charlemagne peut être considéré comme le « Père de l'Europe » avant l’heure. Il a assuré le regroupement d'une partie notable de l'Europe occidentale, et posé les principes de gouvernement dont ont hérité les grands États européens.

Biographie

Charlemagne est le plus illustre représentant des souverains de la dynastie carolingienne. Petit fils de Charles Martel, il est le fils de Pépin III, dit le Bref et de Berthe de Laon dite au Grand Pied. Le Charlemagne de Albrecht Dürer

Date et lieu de naissance

(Voir la page de discussion) La naissance et l’enfance de Charlemagne restent obscures, faute de documents d’époque. Il est vraisemblablement né le 2 avril 742, mais là-aussi, certaines analyses suggèrent le 747, le 15 avril 747 ou le 748. Ayant vraisemblablement vu le jour à « La Préalle » à Herstal, en Belgique, il vit à Jupille, où réside son père Pépin le Bref. (Herstal et Jupille se situent aujourd'hui dans la banlieue de la ville de Liège en Belgique et sont à l’époque des lieux de résidence privilégiée d’une bonne partie des souverains des dynasties mérovingienne et pippinide, ancêtres des Carolingiens). D’autres lieux de naissance sont également évoqués : Aix-la-Chapelle, Düren, Prüm, Quierzy-sur-Oise.

Debut du règne

À la mort de Pépin le Bref, le 24 septembre 768, ses deux fils Charles (futur Charlemagne) et son frère Carloman Ier sont tous deux élus rois, le 9 octobre 768, par une assemblée populaire ; Charles se voit attribuer la partie de territoire que possédait son père, et Carloman le royaume de leur oncle Carloman, frère de Pépin le Bref. En 770, son frère refusant de l'aider, Charles est seul à combattre et à remporter une victoire complète sur les peuples d'Aquitaine aux velléités d'indépendance. En 771, soit après un peu plus de trois années de règne et de paix relative entre les deux frères, Carloman décède au palais carolingien de Samoussy, tout près de Laon. Dès le lendemain de sa mort, Charles s'empare du royaume de son frère en usurpant l'héritage de ses neveux. Gerberge, la veuve de Carloman, se réfugie en Italie avec ses fils et quelques partisans. À l'âge de vingt-neuf ans, Charles est élu souverain de tout le royaume franc.

Extensions territoriales

La guerre entre Charlemagne et les Saxons Dans le royaume franc, les puissants accueillent des hommes libres qu'ils éduquent, protègent et nourrissent. L'entrée dans ces groupes se fait par la cérémonie de la recommandation: Ces hommes deviennent des guerriers domestiques (vassus) attachés à la personne du seniorVassus signifie jeune homme fort et a donné en français "vassal" en opposition à Senior qui signifie vieux et a donné "seigneur". Le seigneur doit entretenir cette clientèle par des dons pour entretenir sa fidélitéMichel Balard, Jean-Philippe Genet et Michel Rouche, Le Moyen Âge en Occident, Hachette 2003, p. 42. La monnaie d'or devenant rare du fait de la distension des liens commerciaux avec Byzance (qui perd le contrôle de la Méditerranée occidentale au profit des musulmans) la richesse ne peut provenir que de la guerre: butin ou terres conquises à redistribuerPhilippe Noirel, L'invention du marché, seuil 2004, p.139 et Georges Duby, Guerriers et paysans, Gallimard 1973, p.69. En l'absence d'expansion territoriale les liens vassaliques se distendent: pour se pérenniser une puissance doit s'étendre. Depuis des générations les pippinides étendent ainsi leurs dominations et leurs comtes s'enrichissant cèdent des terres à leurs propres vassaux. Charles Martel et Pépin le Bref ayant récupéré les biens de l'Église pour nommer évêques ou abbés des vassaux laïcs eurent les moyens d'être à la tête d'une armée sans égale dans l'occident médiéval à cette époque tout en stabilisant leurs acquisMichel Balard, Jean-Philippe Genet et Michel Rouche, Le Moyen Âge en Occident, Hachette 2003, p. 45. Charlemagne se retrouve avec le même problème : il doit s'étendre en permanence pour entretenir ses vassaux et éviter la dissolution de ses possessions. Pendant tout son règne, il tente de les fidéliser par tous les moyens: en leur faisant prêter serment, en leur allouant des terres (seule richesse de l'époque) qu'ils devaient lui restituer à leur mort, en envoyant des missi dominici surveiller ce qui se tramait à travers son empireMichel Balard, Jean-Philippe Genet et Michel Rouche, Le Moyen Âge en Occident, Hachette 2003, p. 65-66. Pour pérenniser son empire naissant, il doit chaque année réunir son armée et la lancer vers de nouvelles conquêtes. Extension de l'empire carolingien sous Charlemagne. Une fois seul maître du royaume franc, il agrandit son royaume vers le nord et l’est (Bavière, Saxe, Frise), vers l’ouest (Bretagne) et vers le sud (nord de l’Èbre en Espagne en 778, établissant des marches). Il fait, à partir de 772, une guerre acharnée aux Saxons, qui, commandés par Witikind, lui opposent une vigoureuse résistance: il n'achève de les soumettre qu'en 804 ; il se voit même contraint, pour prévenir leurs révoltes, d'en déporter un certain nombre. À l'avènement de Charlemagne, l'Italie est sous domination Byzantine depuis sa reconquète par Justinien en 535, et la papauté est donc sous tutelle de l'Empire romain d'orient. L'Empire byzantin, accaparé dans sa lutte contre l'expansion de l'empire musulman, n'a plus les moyens de protéger Rome menacée par les Lombards. S'affranchissant de la tutelle Byzantine, la papauté se tourne donc vers les FrancsJean-Claude Cheynet L'exarchat de Ravenne et l'Italie byzantine:. En 774, Charlemagne intervient et défait Didier, roi des Lombards qui menaçe de nouveau le pape, et s'empare de ses États. L'exarchat byzantin de Ravenne n'est tombé que 23 ans plus tôt et c'est donc une région très cultivée qui passe sous domination franque. En 778, Charlemagne intervient en Espagne et, malgré un échec subi de la part des Vascons à Roncevaux par son arrière-garde, que commande Roland, présenté comme son neveu dans la célèbre chanson de geste qui porte son nom, il remporte plusieurs victoires sur les Sarrasins et réussit à conquérir toute la Catalogne. Le peuple d'origine celtique de Bretagne considère le roi des Francs comme un monarque étranger et lui résiste de manière acharnée. En 786, Charlemagne envoie des forces considérables ravager la Bretagne sans toutefois parvenir à la soumettre. Il essaye à nouveau en 799 puis en 811, mais à chaque fois sans succès. En 788, il s'attaque à Tassillon, duc de Bavière, qui conspire contre lui avec les Saxons. Il le réduit à l'impuissance et ajoute ses États à son empire. En 791, avec l'aide de son fils Pépin d'Italie, il mène contre les Avars une première expédition. En 795, il réussit à s'emparer de leur camp retranché, le Ring avar, avec un trésor considérable, fruit de plusieurs dizaines d'années de pillage. En 805, les derniers Avars rebelles sont définitivement soumis.

Sacre impérial

Sacre de Charlemagne. Chroniques de Jean Fouquet Le jour de Noël de l'an 800, Charlemagne est couronné empereur des Romains par le pape Léon III, à Rome, en la basilique Saint-Pierre. Il se montre courroucé que les rites de son couronnement soient inversés au profit du pape. En effet, ce dernier lui dépose subitement la couronne sur la tête alors qu'il est en train de prier, et ensuite seulement le fait acclamer et se prosterne devant lui. Une manière de signifier que c'est lui, le pape, qui fait l'empereur - ce qui anticipe sur les longues querelles des siècles ultérieurs entre l'Église et l'Empire. Selon Eginhard, le biographe de Charlemagne, l'empereur serait sorti furieux de la cérémonie : il aurait préféré que l'on suive le rituel byzantin, à savoir l'acclamation, le couronnement et enfin l'adoration - c'est-à-dire, selon les Annales Royales, le rituel de la proskynèse (prosternation), le pape s'agenouillant devant l'empereur. C'est en se souvenant de cet épisode que Napoléon prendra soin, un millénaire plus tard, lors de son sacre en présence du pape, de se poser la couronne lui-même sur la tête. Mais l'empire byzantin refuse de reconnaître le couronnement impérial de Charlemagne, le vivant comme une usurpation. Charles et ses conseillers objectent que l'empire d'Orient étant tombé aux mains d'une femme, l'impératrice Irène de Byzance, cela équivaut à une déshérence pure et simple du titre impérial, qui ne peut être assumé que par un mâle. Il faudra attendre le traité de paix d’Aix-la-Chapelle en 812, pour que l’empereur d'Orient Michel Ier Rhangabé daigne accepter vraiment de reconnaître le titre impérial de Charlemagne et de ses successeurs, et encore, en utilisant des formules détournées évitant de se prononcer sur la légitimité du titre, telles que : « Charles, roi des Francs (...), que l'on appelle leur empereur. » L'empire de Charlemagne en 814. Charlemagne considère que la dignité impériale ne lui fut conférée qu'à titre personnel, pour ses exploits, et que son titre n'était pas appelé à lui survivre. Dans ses actes, le souverain se titre « empereur gouvernant l’Empire romain, roi des Francs et des Lombards » (Karolus, serenissimus augustus, a Deo coronatus, magnus et pacificus imperator, Romanum gubernans imperium, qui et per misericordiam Dei rex Francorum et Langobardorum). Dans son testament, en l'an 806, il partage l'empire entre ses fils, suivant la coutume franque, et ne fait aucune mention de la dignité d'empereur. Ce n'est qu'en 813, quand il n'a plus qu'un seul fils encore vivant, le futur Louis le Pieux, que Charlemagne décide dans son testament du maintien de l'intégralité de l'empire et du titre impérial. Selon les lettrés de l'époque, tels que Alcuin, le prince idéal doit avoir un but religieux et doit lutter contre les hérétiques et les païens, y compris hors des frontières. Mais il doit avoir aussi un but politique : ne pas se contenter de la dignité royale et devenir empereur d'Occident. Léon III va dans ce sens, mais pour lui le pouvoir spirituel l'emporte sur le pouvoir temporel, ce qui explique cette organisation lors du couronnement de Charlemagne.

Restructuration de la société agricole et féodalité

À partir de 800, les campagnes se font plus rares et le modèle économique franc basé sur la guerre n'est plus viable. L'agriculture est encore largement inspirée du modèle antique esclavagiste. Mais les esclaves ont une productivité faible (car non intéressés aux résultats de leur travail) et sont coûteux en saison morte. En période de paix, nombreux sont les hommes libres qui choisissent de poser les armes pour le travail de la terre plus rentable. Ceux-ci confient leur sécurité à un protecteur contre ravitaillement de ses troupes ou de sa maison. Certains arrivent à conserver leur indépendance, mais la plupart cèdent leur terre à leur protecteur et deviennent exploitants d'une tenure (ou manse) pour le compte de ce dernierPhilippe Noirel, L'invention du marché, seuil 2004, p.140. Dans le sens inverse les esclaves sont émancipés en serfs et deviennent plus rentables (cette évolution se fait d'autant mieux que l'Église condamne l'esclavagisme entre chrétiens). La différence entre paysans libres et ceux qui ne le sont pas s'atténue. La frappe de monnaie d'argent depuis plusieurs générations, et son homogénéisation en 781 par Charlemagne est un progrès énorme: Il ne suffit plus au paysan de produire ce qu'il faut pour survivre après avoir reversé une partie de sa production à son seigneur, il peut alors vendre des surplus. Les carolingiens ont pris d'autres mesures pour favoriser le commerce: ils entretiennent les routes, favorisent les foires... Cependant, ce commerce est étroitement encadré (les prix sont fixés depuis 794, l'exportation des armes est prohibée) et taxé. le but initial est d'avoir accès à des produits précieux afin d'entretenir ses vassaux. La révolution agricole est en germe mais elle ne se concrétisera qu'après les grandes invasions.

Fin de règne

En 813, il associe son fils Louis à l'empire. Au lendemain de sa mort en 814, le vaste empire de Charlemagne est borné à l'ouest par l'océan Atlantique (sauf la Bretagne), au sud, par l'Èbre, en Espagne, par le Volturno, en Italie ; à l'est par la Saxe, la rivière Tisza, les contreforts des Carpates et l'Oder ; au nord par la Baltique, le fleuve Eider, la mer du Nord et la Manche. En 1165, Charlemagne est mis au nombre des saints par l'antipape Pascal III ; sa fête est fixée au 28 janvier. La papauté qui suivit ne se prononça jamais sur la légitimité de la canonisation de Charlemagne, et son culte resta toléré. Il est le patron de l'université de Paris, qui le fête encore annuellement au . L'Association des lauréats du Concours général, en France, tient toujours son repas annuel aux environs de la Saint-Charlemagne.

Chronologie

Charlemagne et son fils Louis le Pieux
- 2 avril 742 : Naissance de Charlemagne.
- 768 : Début du règne de Charlemagne, roi des Francs. Couronnement à Noyon. Il règne avec son frère Carloman Ier jusqu’en 771.
- 770 : Charlemagne remporte une victoire complète sur les peuples d'Aquitaine, qui voulaient se rendre indépendants.
- 771 : Charlemagne règne seul, après la mort de son frère Carloman Ier.
- 772 : Début des guerres de Saxe.
- 774 : Soumission des Lombards.
- 778 : Début des guerres contre les Maures.
- 788 : La Bavière perd son indépendance.
- 25 décembre 800 : Charlemagne, roi des Francs, est couronné empereur d’Occident à Rome par le pape Léon III. Début du nouvel Empire d'Occident.
- 804 : Soumission des Saxons après 32 ans de guerres.
- 810: Charlemagne s'installe définitivement à Aix-la-Chapelle.
- 812 Par le traité d’Aix-la-Chapelle, l’empereur d'Orient Michel I reconnaît Charlemagne comme empereur d’Occident.
- 813 : Il associe son fils Louis à l'empire.
- 28 janvier 814 : Mort de Charlemagne

La renaissance carolingienne

Adrien I Les lettrés du temps utilisent le terme renovatio pour qualifier le mouvement de renouveau en Occident qui caractérise la période carolingienne, après deux siècles de déclin. Depuis la chute de l'Empire romain en 476, les rois Ostrogoths, fortement romanisés, respectent le patrimoine culturel latin et s'entourent de lettrés tels que Cassiodore ou Boèce. L'isolement est de courte durée puisque dès 535, l'empereur byzantin Justinien réussit à reconquérir l'Italie (Voir Justinien Guerre contre les Ostrogoths) L'exarchat de Ravenne et des lettrés tels Cassiodore préservent et enrichissent les connaissances qui sont conservées dans les bibliothèques italiennes depuis la chute de l'Empire romain. Au , l'exarchat est soumis à la pression des Lombards qui profitent du fait que les Byzantins, accaparés par leur lutte contre les musulmans, ne peuvent plus protéger l'Italie. Rome s'affranchit alors de la tutelle byzantine. Les tensions entre Rome et Byzance s'aggravent et le premier iconoclasme, ou Querelle des Images, fait fuir de nombreux artistes byzantins à Rome où l'art se développe rapidement. L'exarchat de Ravenne ne tombe aux mains des Lombards qu'en 751 qui administrent l'Italie du nord mais ne détruisent pas plus le patrimoine culturel que ne l'avaient fait avant eux les Ostrogoths. Rome donne donc tout son soutien à la constitution d'un empire d'Occident capable de défendre la papauté contre les Lombards et les Byzantins. Dès 774, Charlemagne vainc les Lombards et prend ainsi le contrôle de l'Italie du nord et de son précieux patrimoine culturel. La chute du royaume Wisigoth lors de l'invasion de l'Espagne par les Sarrasins a fait que de nombreux intellectuels et ecclésiastiques, comme Théodulf d'Orléans ou Benoît d'Aniane, ont rejoint la cour de Pépin le Bref. C'est ainsi que les Carolingiens vont bénéficier de connaissances venues du royaume qui se voulait l'héritier de l'Empire romain et le conservateur de sa culture. Charlemagne, entouré des ses principaux officiers, reçoit Alcuin qui lui présente des manuscrits, ouvrage de ses moines. Depuis le , le monachisme était très fortement développé en Irlande et en Northumbrie. Les monastères irlandais avaient conservé les connaissances latines et grecques et étaient le siège d'une vie intellectuelle intense. Les invasions perpétrées par les Vikings font venir des îles britanniques des érudits qui contribuent, avec l'instauration de la règle de saint Benoît d'Aniane, à l'essor de la vie monastique dans le royaume carolingien. Cette poussée monastique et la facilitation de l'écriture vont aboutir à un meilleur partage des connaissances qui seront avec le développement des pèlerinages les raisons du puissant développement démographique, technique et culturel de toute l'Europe autour de l'an mil (renaissance ottono-clunisienne). Ainsi, de nombreux érudits de toute l'Europe viennent à la cour de Charlemagne et, en y partageant leurs connaissances, déclenchent la renaissance carolingienne. Parmi ceux-ci, on compte :
- Alcuin, arrivé d’Angleterre en 782, est l’un des principaux conseillers de l’empereur. Il participe activement au renouveau biblique : la bible d’Alcuin est l’un des plus anciens manuscrits d’Occident. Il institue à Aix-la-Chapelle une école palatine pour former les futures élites laïques et religieuses. Il met en place un vaste programme d'éducation reprenant la structure des sept arts libéraux de Martianus Capella, Cassiodore, Boèce, transmise par Bède le Vénérable.
- Théodulf, Wisigoth (originaire de l’actuelle Espagne), poète, théologien, s’oppose à Constantinople sur la question de l’iconoclasme.
- Benoît d'Aniane qui instaure une réforme religieuse en Aquitaine, puis unifie la liturgie en 817, forme des centaines de moines qui vont essaimer dans tout l'empire répandant la règle bénédictine.
- Eginhard, historien et biographe de Charlemagne (voir ci-dessous),
- Paul Diacre, auteur d'une histoire des Lombards,
- Pierre de Pise, lettré italien. Minuscule Caroline dans un parchemin du Au début de son règne, Charlemagne n’a pas de lieu de résidence fixe. Il se déplace avec sa cour de villa en villa. L’empire est administré par les missi dominici, qui vont par deux : un comte et un évêque. Ces hauts commissaires sont chargés de visiter chaque année toutes les provinces de son vaste empire et de faire respecter partout le pouvoir central selon les capitulaires. Ces capitulaires sont des directives élaborées à la cour au cours de grandes assemblées appelées plaids. À partir de 790, l'empereur réside le plus souvent à Aix-la-Chapelle qui devient capitale de l'empire carolingien. Il entretient de très bonnes relations avec le calife abasside de Bagdad, Harun ar-Rachid, son allié de fait contre l'émirat ommeyyade dissident de Cordoue qui contrôle l'Espagne, mais aussi contre l'empire byzantin. Il reçoit de lui en cadeau, entre autres, un éléphant blanc nommé Abul-Abbas, en 797 ou 801 selon les sources. Le calife l'assure en outre que la pleine liberté resterait assurée aux pèlerins chrétiens se rendant à Jérusalem.Denier sous Charlemagne Charlemagne met en place une monnaie unique dans l’empire et développe l’utilisation de l’écrit comme moyen de diffusion de la connaissance, et particulièrement l’usage de la langue latine. Les scriptoria se développent dans les abbayes carolingiennes : Saint-Martin de Tours, Corbie, Saint-Riquier, etc. Le succès de ces ateliers de copiage est rendu possible grâce à l’invention d’une nouvelle écriture, la minuscule Caroline, qui gagne en lisibilité car les mots sont séparés les uns des autres, et les lettres mieux formées. L’Évangile de Godescalc, un évangéliaire écrit par un scribe franc entre 781 et 783 sur ordre de Charlemagne, est le premier exemple daté d’écriture minuscule caroline. À sa cour, il encourage l'étude de certains auteurs de l’Antiquité et Platon y est connu. (Aristote ne sera redécouvert qu’à partir du en Occident). En 789, il promulgue le capitulaire Admonitio generalis qui ordonne que soit créé dans chaque évêché une école destinée aux enfants laïcs. Sous son règne, l'art préroman apparaît et un bon nombre de cathédrales sont construites dans tout l’empire. Elles seront pour la plupart toutes reconstruites lors de la renaissance ottono-clunisienne et au s. Certains de ces monuments reprennent le plan hexagonal des églises d’Orient. La chapelle palatine d'Aix-la-Chapelle en est un exemple ainsi que la petite église de Germigny-des-Prés entre Orléans et Saint-Benoît-sur-Loire. Quant à l’héritage administratif de Charlemagne, il sera repris dans les Flandres, ainsi que par les Normands qui appliqueront ces principes après avoir conquis l'Angleterre.

Généalogie

Voir aussi généalogie des Carolingiens et des Pépinides

Ascendance

┌─ Charles dit Martel (v.685-† 741), maire du palais d’Austrasie (719), │ maire du palais de Neustrie (719), maire du palais de Bourgogne (719) ┌─ Pépin III dit le Bref (v.715-† 768), maire du palais de Bourgogne (741), │ │ maire du palais de Neustrie (741), maire du palais d’Austrasie (747), │ │ roi des Francs (751) │ └─ Rotrude de Tréves (?-?) │ Charles Ier dit le Grand ou Charlemagne │ │ ┌─ Caribert ou Héribert (?-?), comte de Laon └─ Bertrade ou Berthe de Laon dite au Grand Pied (?-† 783) └─ Gisèle. (?-?)

Descendance

Charles I dit le Grand ou Charlemagne 1) x 768 Himiltrude ├─ Alpaïs (?-?) └─ Pépin dit le Bossu ( ca 770-811), enfermé à l’abbaye de Prüm en 792 après une révolte contre son père Charlemagne en 791 2) x 770 Désirée de Lombardie (cf. Lombardie), répudiée un an après son mariage pour un motif inconnu, sans descendance 3) x ca 771 Hildegarde de Vintzgau (cf. Agilolfing) femme d’une des plus │ nobles familles de la nation des Suèves │ ├─ Charles le jeune (ca 772-811) ├─ Adélaïde (?-774) ├─ Rotrude (ca 775-6 juin 810), fiancée pendant six ans à Constantin VI, fils de l’impératrice Irène │ x Rorgon I du Maine (cf. Rorgonides) │ │ │ └─Louis (?-† 867), abbé de Saint-Denis, Saint-Riquier, Saint-Wandrille. Chancelier de Charles le Chauve. │ ├─ Pépin d'Italie (777-810), roi d’Italie (781-810) (cf. Herbertiens) │ x Rothais │ │ │ └─ Bernard d'Italie │ ├─ Louis Ier dit le Pieux (778-840), roi d’Aquitaine (781-814), │ empereur d’Occident (814-840) │ 1) x 793 Theudelinde de Sens │ 2) x 798 Ermengarde de Hesbaye │ 3) x 819 Judith (cf. Welfs) │ ├─ Lothaire (778-779), frère jumeau de Louis ├─ Berthe (ca 779-823) │ x 795 Angilbert de Ponthieu dit Saint Angilbert, abbé de Saint-Riquier │ │ │ ├─ Nithard │ └─ Harmid │ ├─ Gisèle (781-ap. 814) └─ Hildegarde (782-783) 4) X 783 Fastrade de Franconie │ ├─ Théodrade (ca 785-ca 853), abbesse d’Argenteuil └─ Hiltrude (ou Rotrude, Rothilde)) (ca 787-?), abbesse de Faremoutiers 5) X ca 795 Luitgarde d'Alémanie, sans descendance 6) concubine Madelgarde │ └─ Rothilde ou Ruothilde ou Clothilde (790-852), abbesse de Faremoutiers 7) concubine ??? │ └─ Rothaide (v.784-ap.814) 8) concubine ca 808 Gerswinde de Saxe ou Gersuinthe │ └─ Adeltrude (?-?) 9) concubine ca 800 Régina │ ├─ Drogon (801-855), abbé de Luxeuil (820), puis évêque de Metz, │ vicaire du Saint-Siège (844) └─ Hugues (802-844), abbé de Saint-Quentin (822-823), archichancelier de Louis le Pieux (834-840), abbé de Lobbes et Saint-Bertin (836) 10) concubine ca 806 Adelinde ou Adélaïde │ └─ Thierry ou Théodoric (807-ap. 818), clerc

Le monogramme de Charlemagne

Signature de Charlemagne contenant son Monogramme Charlemagne n’apprit à écrire que tardivement, et il ne parvint jamais à maîtriser cette difficile technique, ce qui motiva la création d’une école du palais, afin que les hommes qui devaient le servir soient à même de rédiger des rapports. Cependant, afin de lui permettre de signer autrement que d’une simple croix, Eginhard lui apprit à tracer ce signe simple, un monogramme, qui contient toutes les lettres de son nom, Charles (
Karolus en latin). Les consonnes sont sur les branches de la croix, les voyelles contenues dans le losange central (A en haut, O est le losange, U est la moitié inférieure). Bien que ne sachant pas écrire, Charlemagne savait lire. Sa langue maternelle était le francique, mais il parlait couramment le latin et le grec. La vie de Charlemagne fut relatée par le moine Eginhard, qui le suivit tout au long de sa vie (voir l'article général Les Carolingiens) La figure de Charlemagne fut idéalisée dans la culture médiévale, notamment au travers des chansons de geste, dans lesquelles il est assisté de Neuf Preux :

Charlemagne vu par...

Statue de Charlemagne en Allemagne
-Saint-Just Dans le chant I de son poème Organt, Saint-Just fait allusion à Charlemagne en ces termes : Il prit un jour envie à Charlemagne De baptiser les Saxons mécréants : Adonc il s’arme, et se met en campagne, Suivi des Pairs et des Paladins francs. Monsieur le Magne eût mieux fait à mon sens De se damner que de sauver des gens, De s’enivrer au milieu des Lares, De caresser les Belles de son temps, Que parcourir maints rivages barbares, Et pour le Ciel consumer son printemps.
-Éginhard :
Le couronnement de Charlemagne'' selon Éginhard. Chroniqueur franc, ami et conseiller de Charlemagne, Éginhard a écrit sur lui une biographie plutôt élogieuse. En voici un extrait : Venant à Rome pour rétablir la situation de l’Église, qui avait été fort compromise, il y passa toute la saison hivernale. Et, à cette époque, il reçut le titre d’empereur et d’auguste. Il y fut d’abord si opposé qu’il s’affirmait ce jour-là, bien que ce fut celui de la fête majeure, qu’il ne serait pas entré dans l’église, s’il avait pu savoir à l’avance le dessein du pontife.

Honneurs posthumes

Statue de Charlemagne à Liège Buste de Charlemagne dans la chambre des trésors de la cathédrale d'Aix-la-Chapelle Buste de Charlemagne dans la chambre des trésors de la cathédrale d'Aix-la-Chapelle
-De nombreux bâtiments à Aix-la-Chapelle.
-Un bâtiment de la Commission Européenne à Bruxelles a également pris son nom en référence au boulevard du même nom qui sépare ce bâtiment du Berlaymont (Centre névralgique de la ).
-Une statue de Charlemagne devant la Cathédrale Notre-Dame de Paris et une autre sur le boulevard d’Avroy à Liège.
-Une statue équestre de Charlemagne (réalisée par Agostino Cornacchini) dans le grand hall de la basilique Saint-Pierre au Vatican.
-Chaque année, un prix Charlemagne est décerné à une personnalité qui a œuvré en faveur de l’Europe à Aix-la-Chapelle. En 2006, le prix a été décerné à Jean-Claude Juncker.
-Le général de Gaulle et le chancelier Konrad Adenauer ont pensé au partage de l’empire carolingien (Verdun, 843) lors de la cérémonie de réconciliation entre la France et l’Allemagne dans la cathédrale de Reims.
-Un grand lycée parisien s’appelle le Lycée Charlemagne.Idem à Thionville.
-Un nombre incalculable de rues, d’écoles, d’associations culturelles, de bâtiments communaux, ou encore d’entreprises utilisent le nom de Charlemagne et de ses ancêtres dans les communes de Herstal et Jupille (lieu de résidence d’une bonne partie de la dynastie des Mérovingiens et des Carolingiens à travers les siècles).
-Une division SS prit le nom de Division Charlemagne.
- La Route Charlemagne qui passe par Laon, Vervins, Hirson et en Belgique par Chimay, Couvin, Philippeville, Dinant, Liège et arrive à Aix-la-Chapelle.

Bibliographie

-Généralités
-
-
-
-Études scientifiques générales Charlemagne, l'empereur des temps hostiles, Olivier Hanne, Éditions Giovanangeli, 2006, Paris, 144 pages.
-
-
-
-
-
-
-
-

Voir aussi

- Art carolingien
- Empire carolingien
- Palais d'Aix-la-Chapelle
- Abul-Abbas ==
Sujets connexes
Abbaye de Faremoutiers   Abbaye de Lobbes   Abul-Abbas   Adrien Ier   Adélaïde   Agilolfing   Aix-la-Chapelle   Albrecht Dürer   Alcuin   Allemagne   Angleterre   Annales   Antiquité   Aquitaine   Aristote   Art carolingien   Art préroman   Arts et Lettres   Austrasie   Avars   Basilique Saint-Pierre   Bavière   Belgique   Benoît d'Aniane   Berlaymont (bâtiment)   Bernard d'Italie   Bertrade de Laon   Bible   Bourgogne   Boèce   Bretagne   Bède le Vénérable   Canonisation   Capitulaire   Caribert de Laon   Carloman Ier   Carolingiens   Carpates   Cassiodore   Catalogne   Cathédrale   Cathédrale Notre-Dame de Paris   Chancelier   Chanson de geste   Charles Martel   Charles Quint   Charles de Gaulle   Charles le jeune   Chimay   Comte   Concours général   Cordoue   Couvin   Denier (monnaie)   Didier   Dinant   Désirée de Lombardie   Düren   Eginhard   Eider (fleuve)   Empire   Empire byzantin   Empire carolingien   Empire romain   Ermengarde de Hesbaye   Espagne   Europe   Exarchat de Ravenne   Fastrade de Franconie   Francique   Francs   Germigny-des-Prés   Gerswinde de Saxe   Gisèle   Grandes invasions   Grec ancien   Généalogie des Carolingiens   Herbertiens   Hildegarde   Hildegarde de Vintzgau   Himiltrude   Hirson   Iconoclasme   Irlande   Irène l'Athénienne   Italie   Jean-Claude Juncker   Judith de Bavière   Justinien   Jérusalem   Konrad Adenauer   La Chanson de Roland   Laon   Latin   Liste des empereurs byzantins   Liste des empereurs d'Occident   Liste des monarques de France   Liste des rois d'Italie   Liturgie   Liège   Lombardie   Lombards   Louis (abbé de Saint-Denis)   Louis le Pieux   Luitgarde d'Alémanie   Lycée Charlemagne   Léon III   Léon III (pape)   Madelgarde   Manche (mer)   Manse   Manuscrit   Marche (juridiction)   Martianus Capella   Maures (population)   Mer Baltique   Mer du Nord   Michel Ier Rhangabé   Missi dominici   Monachisme   Monogramme   Mérovingiens   Napoléon Ier   Neuf Preux   Neustrie   Nithard   Normands   Northumbrie   Noyon   Noël   Océan Atlantique   Oder   Omeyyades de Cordoue   Orléans   Orthodoxie   Ostrogoths   Otton Ier du Saint-Empire   Palais d'Aix-la-Chapelle   Pape   Paris   Pascal III   Paul Diacre   Philippeville   Pierre de Pise   Plaid   Platon   Première expédition de Charlemagne contre les Avars   Prise du Ring Avar   Pèlerinage   Pépin d'Italie   Pépin le Bossu   Pépin le Bref   Pépinides   Renaissance carolingienne   Rome   Rome antique   Roncevaux   Rorgon Ier du Maine   Rorgonides   Rotrude (fille de Charlemagne)   Royaume d'Aquitaine   Saint-Benoît-sur-Loire   Saint-Empire romain germanique   Samoussy   Saxe primitive   Saxons   Scriptorium   Suèves   Tenure   Thionville   Théodulf d'Orléans   Tisza   Traité de Verdun   Université de Paris   Vascons   Vatican   Vervins   Villa (histoire)   Volturno   Waffen-SS   Welfs  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^