Estuaire

Infos
Certains estuaires forment des delta (Delta de l'Atchafalaya, dans le Golfe du Mexique Havre, Seine-Maritime, Haute-Normandie Estuaire du Léguer, depuis le sentier côtier rive gauche Cabane de pêcheur, estuaire de la Gironde (Sud-Ouest de la France) Euphorbia portlandica, l'euphorbe des estuaires Les eaux des estuaires sont généralement turbides, caractérisées par un "bouchon vaseaux" (Estuaire de la Gironde, Sud-Ouest de la France) Exemple caractéristique de slikke (vasière d'estuair
Estuaire

Certains estuaires forment des delta (Delta de l'Atchafalaya, dans le Golfe du Mexique Havre, Seine-Maritime, Haute-Normandie Estuaire du Léguer, depuis le sentier côtier rive gauche Cabane de pêcheur, estuaire de la Gironde (Sud-Ouest de la France) Euphorbia portlandica, l'euphorbe des estuaires Les eaux des estuaires sont généralement turbides, caractérisées par un "bouchon vaseaux" (Estuaire de la Gironde, Sud-Ouest de la France) Exemple caractéristique de slikke (vasière d'estuaire) L'estuaire est la portion de l'embouchure d'un fleuve où l'effet de la mer ou de l'océan dans lequel il se jette est perceptible. Cette définition conduit à une controverse. Ainsi certains défendent l'idée que l'estuaire d'un fleuve est toute la portion où l'eau est salée, ou saumâtre uniquement. Pour les autres, c'est l'effet dynamique de la marée sur les eaux fluviales qui doit être pris en compte. La séparation entre la zone maritime et fluviale a diverses définitions, conflictuelles parfois et variant selon les époques. L’estuaire est un écotone mouvant dont les limites sont d’appréciation délicate. Elles s’apprécient généralement sur l'analyse du mouvement des masses d’eau douces et salées, sur la base du flot principal et/ou moyen de la marée. Par convention, on ne parle pas d'estuaires pour les fleuves qui se jettent dans des mers fermées (Mer noire, par exemple). Chaque estuaire est un système physique et écologique dynamique et unique, incluant des zones humides, des méandres et/ou des deltas sans cesse remodelés au gré des courants, des charges de matières en suspension apportées par le fleuve, et selon la nature du contexte géologique et du bassin versant, le climat, les vents et les interventions humaines historiques et contemporaines. L’estuaire est aussi le lieu où la force du fleuve est ralentie. Certains polluants s’y sédimentent préférentiellement et peuvent s’y concentrer. Pour des besoins commerciaux, militaires, maritimes, agricoles, halieutiques ou sécuritaires, depuis des temps millénaires ou séculaires, des ports, des chenaux, des canaux, des aménagements de stabilisations, de drainage et d’assèchement, des atterrissements ou des aménagement conchylicoles ou cynégétiques en ont modifié les volumes et les profils en travers et en long. L’Homme a cherché à maîtriser les estuaires en en fixant les berges et les chenaux, en y construisant de coûteuses digues, parfois immergées. Pour ce faire il a mobilisé les sciences naturalistes, comme les mathématiques (modélisation) et la physiques (dynamique des fluides et des matériaux). Depuis quelques décennies, les sciences sociales et économiques sont également appelées par les aménageurs, notamment pour y résoudre les conflits d’usages (chasse, pêche, tourisme, promenade, loisirs, nautisme, plongée sous-marine, pêche à pied, activités portuaires, etc.). C’est le seul écosystème où la modification altimétrique de la ligne d’eau biquotidienne varie dans le temps et dans l’espace, en même temps que la salinité et la turbidité. On y trouve des espèces marines, des espèces d’eau douces et de espèces endémiques aux estuaires. Quand la pollution et la surpêche ne la surexploitent pas, la biomasse produite y est exceptionnellement importante. Les estuaires sont à l’origine de nombreuses chaînes alimentaires, et sont une zone de reproduction et de nourrissage irremplaçable pour nombre d’espèces. Parfois, les riches deltas sédimentaires ont été dédiés à la culture (delta du Nil, Bengladesh, Camargue en France…) Tous travaux d’aménagement en aval ou amont peuvent avoir un impact différé dans l’espace et dans le temps, sur les flux, sur les courants, sur les vasières, sur la sédimentation, sur le mouvement et l’importance ou la qualité du bouchon vaseux et parfois sur la sécurité des usagers.

Étymologie

Issu du latin aestuare, le mot apparaît en France dès le au moins, mais il ne figure dans les dictionnaires qu’au . Le mot espagnol estuario se traduisait non par estuaire mais par « barre » (mot désignant la vague créée par la rencontre de l’onde du fleuve descendant et de la marée). Lat. aestuarium, de aestus, flux de la mer : lieu où le flux pénètre, mais aussi terme d'antiquité romaine: étang maritime où l'on nourrissait du poisson. http://colet.uchicago.edu/cgi-bin/dico1look.pl?strippedhw=estuaire

Bouchon vaseux

Zone de turbidité maximale (maximum turbidity zone ou MTZ pour les Anglo-Saxons) qui apparaît dans les systèmes estuariens, le bouchon vaseux est créé par la rencontre des eaux douces chargées de matière en suspension et de nutriments en solution et des eaux marines salées. Il migre au rythme des marées, mais sa taille et sa position évolue selon des conditions hydrologiques propre à l'estuaire (température, ensoleillement, débits, cycles de marée, pollutions), mais aussi en fonction des pratiques humaines ou de l'évolution naturelle du bassin hydrographique, très en amont (fonte des neiges, pluies intenses, renaturation ou au contraire imperméabilisation et/ou pratiques agricoles érosives et forestières (labours, désherbage, coupes rases...), pollutions, travaux de curage... qui exacerbent la teneur de l'eau en nutriments, matière organiques, matières en suspension, etc.). Le bouchon vaseux constitue un (éco)système tout à fait particulier, souvent gravement perturbé par les activités humaines, en raison d'une quantité excessive d'eutrophisants, de matière organiques, de pesticides et d'autres polluants adsorbés sur les particules en suspension ou solubilisés dans l'eau, pour partie protégés d'une décomposition rapide par la lumière ou l'oxygène natif produit par le phytoplancton. Le bouchon vaseux a été peu étudié jusque dans les années 1980, mais depuis, de nombreuses études ont montré qu'il était naturellement important pour la productivité biologique des estuaires, très élevée, mais qu'en raison de perturbations humaines notamment, il peut devenir une zone dégradée et contribuer aux zones mortes marines, et devenir une source très importante d'émission de CO2 et de CH4, deux gaz à effet de serre d'importance majeure.

Des écosystèmes particuliers

Les milieux estuariens caractérisés par des marnages importants, des courants parfois violents sont néanmoins riches en biomasse (ex : jusqu’à 1 million de larves de coques par m² en baie de Somme) et une productivité globale estimée à au moins 30 tonnes/hectare pour les petits estuaires en climat tempéré. Ils peuvent être soumis à diverses pollutions qui dégradent ces ressources (pesticides, métaux lourds ou nitrates par exemple). La protection des estuaires implique une gestion quantitative et qualitative de l’eau à l’échelle des bassins versants entiers. Certaines activités y ont été interdites (exemple : le pétardage des armes chimiques, non-explosées ou stockées des deux premières guerres mondiales). Plusieurs dizaines de petits estuaires européens sont concernés par la proximité de dépôts anciens de munitions immergées susceptibles de les polluer par les nitrates, le mercure, le plomb, le cuivre, etc, si ce n’est pas des toxiques de guerre de type Ypérite, chloropicrine. Les milieux intertidaux sont des écotones particuliers, dont slikke et schorre sont les deux principales composantes en zone continentale, remplacées par la mangrove en zone tropicale.
- La slikke est l’étage le plus bas : exposée à la mer, zone vaseuse immergée à chaque marée, apparemment pauvre, elle abrite une vie intense, essentiellement des macro-invertébrés et micro-organismes. La basse-slikke, gorgée d’eau, accueille des plantes phanérogames rare (réduite aux zostères). La haute-slikke est, elle, couverte de salicornes et de spartines (graminées dures résistantes au sel).
- Le schorre n’est submergé qu’aux grandes marées et lors des tempêtes, mais il est exposé aux embruns. Il abrite des graminées constituant les prés salés et une végétation d’autant plus variée que l’eau douce est présente. :Le bas-schorre est un milieu de transition accueillant encore des espèces de la haute slikke qui se mélangent à la glycérie et à l’aster maritime. :Le moyen-schorre accueille l’obione faux-pourpier (sous-arbrisseau aux feuilles persistantes) évoluant vers le haut schorre enrichi de statice maritime (lavande de mer), plantain maritime, avec encore l’aster et la glycérie maritimes. Coléoptères, diptères, collemboles complètent la faune des crustacés des bords de slikke, qui nourrissent de nombreux oiseaux (laridés (mouettes et goélands), limicoles, oies bernaches, canards, hérons à marée basse et oiseaux plongeurs piscivores (grèbes) ou malacophages (eiders, macreuses) à marée haute. Les estuaires sont des lieux de ponte ou de grossissement pour certain poissons (sole et plie). La plupart des amphibiens fuient les zones salées, sauf en Europe le pélodyte ponctué et le crapaud calamite.

Estuaires et effet de serre

On pensait autrefois en raison de leur riche productivité (> 30 T/ha/an) que les estuaires étaient des puits de carbone, mais quand l’estuaire est eutrophisé ou dystrophe, des émissions de CO2 et de CH4 peuvent avoir lieu, en quantités très importantes à partir des sédiments et du bouchon vaseux, la nuit notamment, comme l'ont montré une série d'étude ayant porté sur plus de 30 estuaires européens. Mais le Protocole de Kyoto n'a pas pris en compte ces émissions qui pourraient pourtant correspondre pour l'Europe à 8 % du total des émissions de gaz à effet de serre de cette région du monde.

Entités juridiques particulières

Les estuaires, qui sont à la croisée des milieux (eaux , air et sols, fleuves et mers), sont concernés par de nombreuses politiques et réglementations : maritime et halieutique, portuaire, des transports, d’aménagement des territoires, du littoral, d’environnement, en particulier.

Limites biogéographiques ou administratives ?

Selon les critères retenus (géomorphologiques, biologiques, paysagers ou de navigabilité…) et leur mise à jour, les limites des estuaires diffèrent. Ceci pose des problèmes juridiques complexes, par exemple pour la réglementation de la pêche ou la définition des zones concernées par la loi littoral ou Natura 2000. Longitudinalement, l’estuaire peut s’étendre jusqu’à la zone d'influence des marées (maxima ou marée moyenne). Transversalement, l’estuaire en tant qu’entité écologique et paysagère intègre les milieux adjacents, dont généralement des zones humides, et, selon les contextes, une part plus ou moins importante des lits majeurs et lits mineurs historiques et géologiques, voire l’ensemble du bassin versant quand il est petit. Le plus souvent, les principales limites administratives sont des limites transversales, avec par exemple en France :
- limite transversale de la mer (LTM, cf. décret n°2004-309 du 29 mars 2004 en droit français) : c’est parfois une limite géographique et/ou culturelle clairement identifiée sur des cartes et par des repères physiques fixes (phare, cap, sommet..). C’est parfois une limite arbitraire, sans base physique ou socio-économique, choisie en raison d’une découpe complexe ou mouvante des côtes. Elle est parfois fixée assez loin à l’intérieur de l’estuaire.La LTM distingue ainsi en France le domaine public maritime et le domaine public fluvial ou le domaine privé des riverains si le cours d’eau n’est pas domanial. Elle sert également de référence pour déterminer les communes riveraines de la mer au sens de la loi littoral ;
- limite de salure des eaux (LSE), souvent utilisée pour réglementer la pêche et la chasse maritimes et en France (loi littoral de 1986) pour la délimitation des communes estuariennes et le champ d’intervention du Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres.En France, le décret 75-293 réglemente l’exploitation de la chasse sur le domaine public maritime et sur la partie des cours d'eau domaniaux située à l'aval de la limite de salure des eaux. C'est donc une limite réglementaire concernant la gestion des espèces vivantes ;
- limite de l’inscription maritime : elle correspond (en France) au premier obstacle physique à la navigation maritime sur le fleuve. À son amont, la navigation est fluviale. Elle est maritime en aval. Cette limite se confond pour certains fleuves avec la limite de leur embouchure (LTM). Elle cadre avec certaines réglementations de la navigation maritime et fluviale ou encore avec l’exercice et le statut de la pêche en estuaire ;
- limite du front de salinité : définie par la zone où la salinité moyenne en surface est supérieure ou égale à 1‰. Cette notion résulte en France de la loi sur l’eau de 1992 qui impose une procédure d’autorisation ou de déclaration pour les installations, ouvrages, travaux ou activités ayant une influence importante sur le milieu aquatique (ex : dragages, en mer ou en zone estuarienne à l’aval du front de salinité) ;
- limites des masses d'eau : ces limites sont définies par la Directive cadre sur l'eau (DCE), qui définit une typologie des masses d’eaux « continentales », « côtières », « de transition », « fortement modifiées » et « artificielles ». L’état de ces masses d’eau devra être qualifié en France dans les Schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) et, s’il leur état écologique n’est pas satisfaisant, des plans de reconquête devront être définis. Cette Directive peut imposer de nouvelles limites qui ne se superposent pas obligatoirement avec celles, administratives, de la mer, de la salure des eaux, du front de salinité ! Remarque : Le front d’onde et de salinité se meut avec les marées et varie selon leurs coefficients et le débit du fleuve (c'est un écotone mouvant dans l'espace et dans le temps, ce qui lui confère des caractéristiques écologiques particulières). La limite de l’influence des marées n’a pas de valeur administrative et peut se trouver très en amont de la limite de l’inscription maritime. Elle a cependant une valeur pour l’aménageur, le riverain ou l’écologue. Il existe également des limites « longitudinales » de la partie aquatique des estuaires ou de leurs zones humides (utiles pour l’application des textes qui interdisent la chasse à la grenaille de plomb (cf. source de saturnisme des oiseaux d'eau), uniquement dans ou vers les zones humides en France). En amont de la limite transversale de la mer, ce sont les limites des cours d’eau domaniaux qui comptent, matérialisées en France « par la hauteur des eaux coulant à plein bords avant de déborder ». Les fleuves ont souvent été utilisés comme frontières administratives. C’est pourquoi il est courant que des estuaires soient situés sur deux pays, régions, départements, cantons ou districts différents (c’est le cas des estuaires de la Seine et de la Gironde en France qui sont sur plusieurs départements et sur deux régions). Ceci rend leur gestion encore plus complexe, avec des réglementations parfois divergentes ou contradictoires sur les deux berges. En France, la loi littoral de 1986 définit la limite entre les parties aquatique et terrestres de l’estuaire en considérant comme communes littorales, « les communes riveraines des estuaires et des deltas lorsqu’elles sont situées en aval de la limite de salure des eaux et participent aux équilibres économiques et écologiques littoraux ». Le décret n°2004-311 du 19 mars 2004 fixe une liste de 98 communes riveraines d’estuaires en aval de la limite transversale de la mer, et 87 situées en amont de cette limite et en aval de la limite de la salure des eaux.

Divers outils juridiques applicables aux estuaires

- Conventions internationales, dont OSPAR, Accord sur la conservation des oiseaux d'eau migrateurs d'Afrique-Eurasie (AEWA),
- Législation européenne, dont Natura 2000 (60 estuaires environ concernés en France) et Directive cadre sur l'eau,
- Législations nationales, dont Parcs ou réserves naturelles communales, nationales ou régionales,
- Plus de trois cent Directives ou Règlements européens concernent l’environnement, dont nombreuses peuvent particulièrement concerner les estuaires. En France :
- Directive territoriale d'aménagement (DTA) (en cours pour les estuaires de la Seine et de la Loire)
- Schéma de cohérence territoriale (SCOT), Un décret d’application devrait en 2006 réformer le Schéma de mise en valeur de la mer (SMVM), permettant de créer un volet SMVM dans les SCOT, pour une approche intégrée « terre/mer/fleuve » des documents de planification territoriale.
- SDAGE, SAGE et contrat de rivière
- Conservatoire du littoral et des rivages lacustres
- démarche de « gestion intégrée des zones côtières » (GIZC), destinée à résoudre ou réguler des conflits

Liste des principaux estuaires de France

- Estuaire de la Seine ;
- Estuaire de la Loire ;
- Estuaire de la Garonne appelé aussi estuaire de la Gironde ;
- Estuaire de la Rance : voir aussi l'Usine marémotrice de la Rance ;
- Estuaire de la Somme ;
- Estuaire du Rhône.

Autres estuaires

- Estuaire du Saint-Laurent (Canada)
- Estuaire du Humber (Royaume-Uni)

Voir aussi

Références bibliographiques

- Attrill, M.J. and S.D. Rundle. 2002. Ecotone or ecocline: ecological boundaries in estuaries. Estuarine, Coastal, and Shelf Science 55:929-936. ===
Sujets connexes
Accord sur la conservation des oiseaux d'eau migrateurs d'Afrique-Eurasie   Aster maritime   Baie de Somme   Bassin versant   Bouchon vaseux   Camargue   Canada   Conservatoire du littoral   Crapaud calamite   Côte   Delta (fleuve)   Delta du Nil   Dioxyde de carbone   Directive territoriale d'aménagement   Domaine public maritime   Dystrophisation   Département français   Eau   Effet de serre   Eider   Estuaire de la Gironde   Euphorbe des estuaires   Eutrophisation   Fleuve   Garonne   Gaz à effet de serre   Gestion intégrée des zones côtières   Gironde   Golfe du Mexique   Golfe du Saint-Laurent   Humber   Héron   Lavande de mer   Le Havre   Limicole   Lit majeur   Littoral   Loi littoral   Loire (fleuve)   Macreuse   Mangrove   Marnage   Marée   Mer   Mer intérieure   Munition immergée   Munition non explosée   Méthane   Océan   Pesticide   Phanérogame   Phytoplancton   Plantain maritime   Plie   Rance (fleuve)   Rhône   Royaume-Uni   Région française   Salicorne   Salinité   Saturnisme   Schorre   Schéma d'aménagement et de gestion des eaux   Schéma de cohérence territoriale   Schéma de mise en valeur de la mer   Schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux   Seine   Seine-Maritime   Slikke   Sole   Somme (fleuve)   Sédiment   Sédimentation   Turbidité   Usine marémotrice de la Rance   Zone humide   Zone morte   Zostère  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^