Erich von Manstein

Infos
Erich von Manstein (24 novembre 1887 - 9 juin 1973) fut un militaire allemand. Il est célèbre pour s'être opposé à Adolf Hitler en plusieurs occasions, le reste de l'état-major se tenant d'ordinaire coi. Bien que cela aurait dû le faire limoger, il fut l'un des rares généraux à garder la confiance du chef. Néanmoins, il fut finalement mis sur la touche en 1944.
Erich von Manstein

Erich von Manstein (24 novembre 1887 - 9 juin 1973) fut un militaire allemand. Il est célèbre pour s'être opposé à Adolf Hitler en plusieurs occasions, le reste de l'état-major se tenant d'ordinaire coi. Bien que cela aurait dû le faire limoger, il fut l'un des rares généraux à garder la confiance du chef. Néanmoins, il fut finalement mis sur la touche en 1944.

Jeunesse et carrière

Manstein est né Erich von Lewinski à Berlin, dixième enfant d'un aristocrate prussien, le général d'artillerie Edouard von Lewinski, peut-être d'origine juive polonaise d'après ses propres déclarations. Orphelin, il fut adopté par son oncle le général Georg von Manstein. Il était destiné à devenir un militaire dès la naissance. Il passa six ans dans le corps des cadets puis s'enrôla dans les 3 gardes à pied en tant qu'enseigne. En 1913, il entra à l'académie militaire et fut promu lieutenant en 1914. Au début de la Première Guerre mondiale, il servit brièvement sur le front ouest en Belgique, puis fut envoyé en Pologne. Là, il fut blessé et retourna au service en 1915 avec le grade de capitaine. Il demeura officier d'état-major jusqu'à la fin de la guerre. Il se porta volontaire pour un poste de cadre dans la défense de la frontière à Breslau (Wrocław) et servit jusqu'en 1919. Il prit ensuite part au processus visant à créer la Reichswehr. Promu commandant de compagnie en 1920, puis commandant de corps en 1922, il atteignait en 1927 le grade de major et fut affecté à l'état-major, visitant les autres pays pour recueillir des informations sur leurs forces armées. En 1933, il était colonel. Considéré comme non coopératif par Hitler, il fut envoyé en Silésie pour commander la 18 division.

Seconde Guerre mondiale

Pendant la campagne de Pologne, il servit dans l'état-major sud sous Gerd von Rundstedt. Il fut le premier à opérer dans la banlieue de Varsovie et, alors que les restes de l'armée polonaise allaient vers l'est, il ferma l'encerclement et fut à la tête de la principale force dans la destruction totale de la poche. En 1940, il travailla avec Blumentritt et von Tresckow à un plan d'envahissement de la France. Il suggéra que l'armée attaque à travers les forêts des Ardennes, où personne ne l'attendait. Hitler rejeta d'abord la proposition, mais finalement approuva une version modifiée. Manstein ne participa pas à la campagne. Son approche fut tellement efficace qu'il fut récompensé par la croix de chevalier. En mai 1940, von Manstein commandait le 38 corps d'armée allemand, composé de la 1 Division de Cavalerie (Gen Kurt Feldt), des 6 (Gen von Biegeleben), 27 (Gen Friedrich Bergmann) et 46 (Gen Paul von Hase) Divisions d'Infanterie. Ce corps d'armée ne participa pas au début de la Bataille de France mais fut incorporé à la fin du mois de mai à la 4 Armée. Avec celle-ci, le 38 corps s'avança vers la Somme, traversant la Seine et la Loire, puis jusqu'à la ligne de démarcation. Après la campagne, von Manstein se déplaça à Sancerre sur le Loire, du 19 juin au 24 juillet 1940, où il se charga de restructurer des divisions en Panzerdivisions et Divisions motorisées.http://home.hetnet.nl/~conny-rene/Korpsen/XXXVIII%20AK.htm En février 1941, Manstein fut nommé commandant du 56 corps Panzer. Lors de l'opération Barbarossa, il servit sous le général Erich Hoepner. Attaquant le 22 juin 1941, il avança de plus de 170 km en deux jours et fut capable de saisir les ponts importants à Dvinsk. Durant les mois suivants, il captura Demyansk et Torzhok. Manstein fut nommé commandant de la 11 armée, en septembre 1941, avec la tâche de conquérir la Crimée. L'Armée rouge défendait Sébastopol et cette base importante de la mer Noire ne fut pas prise avant la fin juin 1942. Promu maréchal, le , Manstein fut envoyé sur le front de Léningrad. Là, ses forces moins nombreuses furent capables d'endiguer l'adversaire, tuant 60 000 combattants ennemis. Fall Gelb, l'autre plan jaune concocté par Manstein à la veille de la bataille de France. En novembre 1942, pendant la bataille de Stalingrad, Hitler nomma Manstein commandant de l'armée groupe Don (Heeresgruppe Don) avec la mission de sauver la 6 armée de Friedrich Paulus, encerclée dans la ville. Placé en charge d'un groupe d'hommes et de machines fatigués, Manstein conduisit ses trois divisions panzer à moins de cinquante kilomètres des encerclés. Parvenu à ce point, il demanda de manière non officielle que la 6 armée tente de le rejoindre, mais Paulus refusa de désobéir aux ordres du führer qui ordonnait une défense de la ville. Une attaque massive par l'Armée rouge à un autre point l'obligea à transférer ses forces à l'armée groupe A dans sa retraite du Caucase vers l'Ukraine pour éviter l'effondrement de l'ensemble du front. Manstein regroupa les forces et, l'année suivante, infligea une lourde défaite aux Soviétiques à Krasnograd. L'estimation est de 23 000 soldats ennemis tués et 9 000 prisonniers. Il partit ensuite à la reconquête de Kharkov et Belgorod avec le 2nd SS Panzer Corps. En reconnaissance de cette action, les feuilles de chêne furent ajoutées à sa croix de chevalier en mars 1943. Manstein proposa alors une action audacieuse pour prendre par le côté l'Armée rouge dans la mer d'Azov à Rostov, mais Hitler préféra la plus conventionnelle opération Citadelle destinée à écraser le saillant de Koursk. Pendant l'opération Citadelle, Manstein mena la pince sud et, malgré des pertes énormes, parvint à atteindre presque tous les buts désignés mais, suite à l'échec presque total de la pince nord et à l'opération Husky (le débarquement des Alliés en Italie), Hitler décida d'arrêter cette offensive. Manstein protesta en affirmant que la victoire était presque à portée de main. Après Citadelle, les Soviétiques lancèrent une contre-attaque massive sur les forces allemandes épuisées. En septembre, il fit retraite sur la rive ouest de la rivière Dniepr tout en infligeant de fortes pertes à l'Armée rouge. D'octobre à la mi-janvier de 1944, Manstein « stabilisa » la situation mais fut ensuite obligé de reculer. À la mi-février, il désobéit aux ordres d'Hitler et ordonna aux 11 et 42 corps (forts de 56 000 hommes dans six divisions du groupe armée sud) de sortir de la poche de Korsun. Hitler accepta a posteriori cette action et en donna l'ordre alors qu'il était déjà réalisé. Manstein continua à argumenter avec Hitler à propos de la stratégie générale et, en mars 1944, fut mis en disponibilité, remplacé par Walther Model. Cependant, les épées furent ajoutées à sa croix de chevalier. Il fut soigné près de Breslau pour un problème à l'œil et récupéra près de Dresde, puis prit sa retraite. Bien qu'il ne participât pas au complot de juillet 1944, il en connaissait l'existence. À la fin de janvier 1945, il rassembla sa famille qui habitait à Leignitz et l'installa dans l'ouest de l'Allemagne.

Après guerre

Après la guerre, il fut accusé de crimes de guerre. Il avait participé activement en tant que commandant de la 11 Armée en Crimée aux massacres des populations locales. En novembre 1941, il avait ordonné à ses troupes de participer aux opérations "d'épuration" à Simferopol, aidant au massacre de 11.000 civils juifs (voir le chapitre: la 11 armée en Crimée et la Solution finale, dans l'ouvrage de Benoit Lemay : Erich von Manstein, le stratège de Hitler). Il avait ajouté aux ordres d'élimination des « indésirables » que « toutes actions devaient être menées sans arbitraire, égoïsme, sauvagerie et indiscipline, et plus généralement sans mettre en péril l'honneur du soldat ». Il fut jugé coupable et condamné à 18 ans de prison. Cependant, pour des raisons médicales, il fut libéré le . Erich Von Manstein a été l'un des chefs militaires à l'origine du mythe d'une Wehrmacht "propre". Ce mythe, largement répandu en ces débuts de guerre froide et toujours d'actualité dans l'esprit de certains, visait à démontrer qu'Hitler était seul responsable, que les généraux s'étaient bornés à obéir aux ordres et que la Wehrmacht n'avait jamais pris part aux crimes contre l'humanité. Ses mémoires de guerre, Verlorene Siege , furent publiées en 1955. En 1956, il devint conseiller pour la nouvelle armée de l'Allemagne de l'Ouest, la Bundeswehr, puis s'installa en Bavière.

Notes et références


- Catégorie:Général allemand Catégorie:Noblesse prussienne Catégorie:Militaire allemand de la Seconde Guerre mondiale Catégorie:Récipiendaire de la Croix de fer Catégorie:Naissance en 1887 Catégorie:Décès en 1973 bg:Ерих фон Манщайн ca:Erich von Manstein cs:Erich von Manstein da:Erich von Manstein de:Erich von Manstein en:Erich von Manstein es:Erich von Manstein fi:Erich von Manstein he:אריך פון מאנשטיין hr:Erich von Manstein it:Erich von Manstein ja:エーリッヒ・フォン・マンシュタイン ka:ერიხ ფონ მანშტაინი ko:에리히 폰 만슈타인 nl:Erich von Manstein no:Erich von Manstein pl:Erich von Manstein pt:Erich von Manstein ro:Erich von Manstein ru:Манштейн, Эрих фон sk:Erich von Manstein sl:Erich von Manstein sr:Ерик Фон Манштајн sv:Erich von Manstein tr:Erich von Manstein vi:Erich von Manstein zh:埃里希·冯·曼施坦因
Sujets connexes
Adolf Hitler   Allemagne   Allemagne de l'Ouest   Alliés   Ardenne   Armée rouge   Bataille de France   Bataille de Koursk   Bataille de Stalingrad   Bataille du Dniepr (1943)   Bavière   Belgique   Belgorod   Berlin   Bundeswehr   Campagne de Pologne (1939)   Caucase   Crime contre l'humanité   Crime de guerre   Crimée   Croix de fer   Empire allemand   Enseigne   Erich Hoepner   Erich von Manstein   France   Friedrich Paulus   Führer   Gerd von Rundstedt   Günther Blumentritt   Heer (armée)   Henning von Tresckow   Kurt Feldt   Mer Noire   Mer d'Azov   Opération Barbarossa   Opération Husky   Panzer   Plan jaune   Pologne   Première Guerre mondiale   Reichswehr   République de Weimar   Seconde Guerre mondiale   Silésie   Siège de Leningrad   Sébastopol   Troisième Reich   Ukraine   Varsovie   Wehrmacht  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^