Monica Seles

Infos
Monica SelesMonika Seleš en serbo-croate, Mónika Szeles en hongrois (née le 2 décembre 1973 à Novi Sad, Serbie) est une joueuse de tennis professionnelle de l'ex-YougoslavieD'origine hongroise, Seles est née en République fédérale socialiste de Yougoslavie (devenue République fédérale de Yougoslavie en 1992, actuelle Serbie) — Voir : Guerres de Yougoslavie , naturalisée américaine en 1994. Première cogneuse de l'histoire de son sport et numéro u
Monica Seles

Monica SelesMonika Seleš en serbo-croate, Mónika Szeles en hongrois (née le 2 décembre 1973 à Novi Sad, Serbie) est une joueuse de tennis professionnelle de l'ex-YougoslavieD'origine hongroise, Seles est née en République fédérale socialiste de Yougoslavie (devenue République fédérale de Yougoslavie en 1992, actuelle Serbie) — Voir : Guerres de Yougoslavie , naturalisée américaine en 1994. Première cogneuse de l'histoire de son sport et numéro un mondiale au début des années 1990, elle bat tous les records de précocité avant d'être poignardée en plein match, en avril 1993 à Hambourg. Après 28 mois d'arrêt complet, elle renoue avec la compétition sans jamais retrouver le sommet de sa forme.

Carrière

Monica Seles fait sa première apparition dans un tournoi du circuit WTA en mars 1988 à Boca Raton, en Floride : elle a quatorze ans. Gauchère, elle tient sa raquette à deux mains des deux côtés, technique rarissime au plus haut niveauCitons les Français Marion Bartoli et Fabrice Santoro. L'Équatorien Pancho Segura, dans les années 1950, jouait aussi un coup droit à deux mains redouté.. Campée sur sa ligne de fond de court, elle marque immédiatement les esprits par la puissance de ses coups, sans précédent chez aucune femme, et par les rugissements dont elle les accompagne. Ses accélérations de revers (souvent jouées court et croisé, avant le sommet du rebond de la balle), retours de service et passing-shots fulgurants, en particulier, font forte impressionVoir pour une analyse plus précise (mais subjective) du jeu de Seles. Les succès ne tardent pas. Le 30 avril 1989, elle gagne son premier titre à Houston face à Chris Evert. Puis, auteur d'un tonitruant début de saison 1990, elle remporte Roland-Garros le 10 juin contre Steffi Graf, à l'âge de seize ans et demi : un record inégalé. À 17 ans, trois mois et neuf jours, elle devient, le 11 mars 1991, la plus jeune numéro un mondiale au classement WTA depuis Tracy Austin en 1980Hingis améliorera le record en 1997, à seize ans, six mois et un jour. . Pendant les deux années qui suivent, son règne est sans partage. Animée par une détermination sans faille, elle impose son tennis et sa force mentale pour réaliser un double petit Chelem (1991 et 1992) où seul Wimbledon lui échappe. 1993 s'ouvre sur des bases similaires quand elle gagne son troisième Open d'Australie consécutif, son huitième trophée en Grand Chelem à 19 ans — mieux que Maureen Connolly dans les années 1950À son 20 anniversaire, Graf avait gagné six Majeurs (en simple) ; Hingis, cinq (elle en restera là) ; Evert, deux ; Serena Williams, un ; Venus Williams et Henin, zéro. Navrátilová allait sur ses 22 ans lorsqu'elle s'est emparée de son premier Grand Chelem, à Wimbledon en 1978.. Sa domination se voit pourtant brutalement interrompue le 30 avril, lors du tournoi de HambourgÉpreuve non inscrite initialement sur son calendrier : éloignée des courts pendant deux mois à cause d'une grippe, elle décide d'y concourir in extremis. : alors qu'elle mène son quart de finale sur le court central, un adulateur déséquilibré de Graf, Günter Parche, profite du changement de côtés pour franchir les barrières de sécurité et lui planter un couteau dans le dos. Le 7 juin, elle doit abandonner son trône au bénéfice de sa dauphine. Si la blessure est superficielle, Monica Seles peine à se relever du traumatisme« The only constants in my life were food, fear, and depression. He (NDLR : Parche) had stolen my life, career and income. » — From Fear to Victory, chapitre 27. Elle ne revient au jeu qu'en août 1995, après une exhibition très médiatisée contre Martina Navrátilová à Atlantic City. Elle gagne d'entrée l'Open du Canada, sans perdre un set, puis atteint la finale à Flushing MeadowsMatch d'anthologie contre Graf : Seles croit empocher le premier set sur un ace, avant de céder au jeu décisif (8 points à 6).. En janvier 1996, elle enlève les Internationaux d'Australie aux dépens d'Anke Huber, son ultime consécration dans un Majeur. Par la suite, malgré des progrès au service et à la volée, elle échoue à reconquérir son leadership : en relatif surpoids et souvent blessée, elle n'évite pas les contre-performances. Régulièrement battue par GrafGraf mène 4-1 dans leurs faces-à-faces de 1995 à 1999. Seles enregistre son unique succès sur cette période en quart de finale de l'édition 1999 des Internationaux d'Australie (7-5, 6-1). et face à de jeunes rivales talentueuses (Martina Hingis) ou plus athlétiques (Lindsay Davenport, les sœurs Venus et Serena Williams), elle se contente d'honorables accessits. Elle signe son dernier coup d'éclat en mai 1998, quelques semaines après le décès de son père et entraîneur de toujours, Karolj, en se hissant en finale du French Open. De noir vêtue, elle mystifie la favorite Hingis en demi6-3, 6-2 — Voir : avant de rendre les armes contre Arantxa Sánchez. Monica Seles a remporté 53 titres en simple pendant sa carrière, dont neuf en Grand Chelem et trois Masters d'affilée (1990-1992). Elle a aussi décroché une médaille de bronze aux Jeux Olympiques de Sydney en 2000. La question de savoir combien Monica Seles aurait enrichi son palmarès, sans ce coup du sort d'avril 1993, demeure évidemment sans réponse. Cette championne n'en a pas moins édicté les standards du tennis féminin d'aujourd'hui : déborder l'adversaire en cadence, sinon la punir dès la première opportunité. Avec un engagement physique accru, les joueuses de la génération suivante, Russes en tête, adopteront dans leur majorité ce style de jeu coercitif, parfois décrié pour son caractère machinal et stéréotypéVoir : . Handicapée au pied par une fracture de stress, elle disparaît du circuit après son élimination prématurée aux Internationaux de France en 2003, sans jamais officialiser sa retraite sportive. En 2007, elle dispute trois matchs de galale 5 avril à Houston, le 14 septembre à la Nouvelle-Orléans, le 16 septembre à Bucarest (trois succès de Seles). Deux exhibitions contre la même Navrátilová se sont aussi tenues les 1 et 3 février 2005 en Nouvelle-Zélande, à Auckland et Christchurch (deux défaites). En juillet 2004, membre de l'équipe du New York Sportimes, elle perd ses neuf matchs (simple, double dames et mixte) sur la ligue WTT., à nouveau contre Navrátilová (cinquante ans), et entretient le doute quant à son hypothétique retour.

Faits marquants

- Monica Seles s'initie au tennis à six ans sur une aire de stationnement avec son père qui, pour l'amuser, accroche un filet entre deux voitures. Très vite, elle trouve sa raquette trop lourde et prend l'habitude de la tenir à deux mains, en revers comme en coup droit.
- Elle gagne son premier tournoi à neuf ans, bien qu'elle ne comprenne pas encore toutes les règles du jeu.
- Tandis qu'elle participe aux États-Unis à une épreuve junior, Orange Bowl, la jeune Monica est repérée par Nick Bollettieri. Accompagnée de son frère aîné Zoltan, elle rejoint son académie en Floride en 1985, bientôt suivie par ses parents. La légende veut que des garçons plus âgés, entre autres Jim Courier, refusent d'échanger des balles avec elle à l'entraînement, de peur de se montrer ridicules.
- Dès son premier match sur le circuit professionnel, elle élimine Helen Kelesi, alors 31 mondiale (7-6, 6-3).
- En 1989 à Roland-Garros, son galop d'essai en Grand Chelem, elle offre des fleurs au public et à ses opposantes en entrant sur le court ; Zina Garrison, au troisième tour, n'apprécie guère et lui demande de les remballer. Non tête de série, Monica Seles n'est arrêtée qu'en demi-finale par Steffi Graf (3-6, 6-3, 3-6).
- Après sa défaite à Rome en 1990 (1-6, 1-6), Martina Navrátilová, rouée de passing-shots, affirmera avoir été « renversée par un camion ».
- De novembre 1990 à février 1993, Monica Seles prend part à 36 tournois : elle gagne 24 des 35 finales qu'elle atteint. Sur la même période, elle remporte 55 de ses 56 duels en Grand Chelem.
- En finale du Masters de 1990, elle domine Gabriela Sabatini en 3 heures 47 minutes, à l'occasion du premier match de l'ère Open jamais joué par des femmes en cinq manches.
- À noter, début 1991 : son succès à la Hopman Cup en double mixte avec Goran Prpić pour le compte de la République fédérale socialiste de Yougoslavie.
- En 1991 à l'Open d'Australie, opposée en demi-finale à Mary Joe Fernández, elle sauve une balle de match au troisième set (enlevé 9 jeux à 7) puis s'adjuge l'épreuve face à Jana Novotná.
- Son forfait inexpliqué à Wimbledon en 1991 alimente des rumeurs extravagantes, notamment qu'elle est enceinte de son sparring partner.
- À l'US Open en 1991, sa demi-finale face à Jennifer Capriati (6-3, 3-6, 7-6) reste une référence par la vitesse et la violence inédites des échanges, préfigurant le tennis féminin développé quelques années plus tard.
- Au terme d'une mémorable finale en 1992 contre Steffi Graf (10-8 dans la manche décisive), elle arrache son troisième French Open de suiteOutre Seles (1990-1992), triplé réussi par Helen Wills (1928-1930), Hilde Sperling (1935-1937) et Justine Henin (2005-2007) — Voir : .
- Elle triomphe à Flushing Meadows en 1992 sans concéder la moindre manche, n'abandonnant que 27 jeux en sept tours.
- Les fameux cris (grunts) qu'elle pousse pendant ses matchs auraient été mesurés à 80 décibels. À Wimbledon en 1992, les plaintes de Tauziat et Navrátilová, un avertissement de l'arbitre et les moqueries des tabloïds anglais la contraignent à disputer sa finale sans émettre le moindre son. De ces ahans exaspérants selon certains, elle dira qu’ils lui sortent de la bouche pour mieux attaquer la balle et qu'ils auraient commencé à douze ans, en jouant contre Carrie CunninghamEntretien du 31 août 1992 sur .
- Elle devient citoyenne américaine le 16 mars 1994.
- À son retour à la compétition en 1995 et au regard des circonstances, la WTA lui octroie, pour quatorze tournois, la place de co-numéro un mondiale.
- Elle publie une autobiographie en 1996 : From Fear to Victory (littéralement : de la peur à la victoire).
- On lui décerne le Prix Bourgeon en 1989 et le Prix Orange en 1996.
- En 2005, les journalistes américains de Tennis Magazine élisent Monica Seles au treizième rang des « quarante plus grands champions de tennis de ces quarante dernières années », hommes et femmes confondus, derrière Andre Agassi et devant Stefan EdbergSampras est lauréat, devant Navrátilová et Graf..
- Dans son propre rôle, elle apparaît dans un épisode de la série américaine Une nounou d'enfer, diffusé en mars 1996 sur la chaîne de télévision CBS.
- Elle admire Suzanne Lenglen.
- Seles vit à Sarasota, en Floride. Depuis qu'elle a arrêté la compétition, elle se consacre à des œuvres caritatives, par exemple l'aide aux enfants malades ou handicapés aux côtés d'Andrea Jeager.

Palmarès

Titres en simple : 53 + Image:Med 3.png Finales en simple : 32 Titres en double dames : 6 Finales en double dames : 3 Titres en double mixte : 1 Finales en double mixte : 2

Parcours en Grand Chelem

En simple (1988-2003) : 9 titres, 4 finales En double dames (1989-2001) : 0 titre, 0 finale

Parcours aux Masters

1989-2002 : 3 titres, 1 finale

Fed Cup

Finales gagnées : 2 Finales perdues : 0
Aucune'' Parcours détaillé :

Jeux Olympiques

1992 – 1996 – 2000
- Barcelone (1992) : ne s'étant pas alignée en Coupe de la Fédération, Monica Seles n'est pas autorisée à participer à l'épreuve olympique, en application stricte du règlement de l'ITF — et indépendamment des guerres de Yougoslavie.
- Atlanta (1996) : défaite en quart de finale contre Jana Novotná (5-7, 6-3, 6-8)
- Sydney (2000) : éliminée en demi-finale par Venus Williams (1-6, 6-4, 3-6), elle bat ensuite Jelena Dokić pour la médaille de bronze (6-1, 6-4).

Classements WTA

Classements en simple à l'issue de chaque saison (1988-2003) Périodes au rang de numéro un mondiale

Victoires/défaites en carrière

En simple (1988-2003) En double dames (1989-2003) Face aux numéros un mondialesÀ l'exception de Tracy Austin, toutes les joueuses classées numéro un mondiales entre 1975 et 2007 ont rencontré Seles au minimum une fois dans leur carrière. ==
Sujets connexes
Ai Sugiyama   Alexandra Fusai   Amanda Coetzer   Amelia Island   Amélie Mauresmo   Andre Agassi   Angleterre   Anke Huber   Ann Devries   Anna Kournikova   Anne Smith   Années 1950   Années 1990   Arantxa Sánchez Vicario   Arbitre (sport)   Atlantic City (New Jersey)   Auckland   Autobiographie   Bahia   Barbara Rittner   Barcelone   Berlin   Betsy Nagelsen   Brighton   Bucarest   Carling Bassett-Seguso   Carrie Cunningham   Chanda Rubin   Chicago   Chris Evert   Christchurch   Classic de San Diego   Classic de Stanford   Columbia Broadcasting System   Conchita Martínez   Coupe Family Circle   Coupe Toyota Princess   Coupe du Kremlin   Coups au tennis   Dallas   David Wheaton   Doha   Dubaï   Dája Bedáňová   Décibel   Eastbourne   Elena Tatarkova   Elna Reinach   Els Callens   Entraîneur   Essen   Fabrice Santoro   Fed Cup   Floride   Flushing Meadows   Forfait   Fracture de fatigue   France   Fédération internationale de tennis   Gabriela Sabatini   Gala León García   Gaucherie   Ginger Helgeson-Nielsen   Goran Prpić   Grand Chelem de tennis   Grand Prix d'Allemagne   Grippe   Grossesse   Grunt   Guerres de Yougoslavie   Günter Parche   Hambourg   Helen Kelesi   Helen Wills Moody   Helena Suková   Hilde Krahwinkel Sperling   Hilton Head   Hongrie   Hongrois   Hopman Cup   Houston   Ielena Likhovtseva   Indian Wells   Internationaux d'Italie   Internationaux de France de Roland-Garros   Internationaux de Sydney   Internationaux du Japon   Irina Spîrlea   Jan-Michael Gambill   Jana Novotná   Jelena Dokić   Jennifer Capriati   Jeu décisif   Jill Hetherington   Jim Courier   Judith Wiesner   Julie Halard-Decugis   Justine Henin   Katarina Srebotnik   Katarína Studeníková   Katerina Maleeva   Kathy Rinaldi Stunkel   Key Biscayne   Kim Clijsters   Kimiko Date   Klára Zakopalová   Kristin Godridge   La Nouvelle-Orléans   Larisa Savchenko-Neiland   Las Vegas   Laura Garrone   Laura Golarsa   Liezel Huber   Linda Ferrando   Linda Wild   Lindsay Davenport   Lisa Raymond   Los Angeles   Madrid   Magüi Serna   Mandalay Bay Events Center   Manhattan Beach (Californie)   Manuela Maleeva-Fragniere   Maria Sharapova   Mariaan De Swardt   Marion Bartoli   Martina Hingis   Martina Navrátilová   Mary Joe Fernández   Mary Pierce   Masters de tennis féminin   Maureen Connolly   Melbourne   Milan   Mirjana Lučić   Monica Seles   Montréal   Moscou   Nadia Petrova   Natasha Zvereva   Nathalie Dechy   Nathalie Tauziat   New Haven   New York   New York Sportimes   Nick Bollettieri   Nicole Bradtke   Nicole Pratt   Nouvelle-Zélande   Novi Sad   Oakland   Obésité   Oklahoma City   Open   Open Gaz de France   Open d'Allemagne   Open d'Australie   Open d'Espagne   Open d'Indian Wells   Open de Chine   Open de Doha   Open de Dubaï   Open de Floride   Open de Los Angeles   Open de Miami   Open de Tōkyō   Open du Brésil   Open du Canada   Open du Japon   Orange Bowl (tennis)   Pam Shriver   Pancho Segura   Paris   Patty Fendick   Pete Sampras   Petit Chelem de tennis   Philadelphie   Prix Bourgeon   Prix Orange   Précocité   Raquette   Rene Simpson   Robin White   Roger Federer   Rome   Rosalyn Fairbank   Rumeur   Russie   Ruxandra Dragomir   République fédérale de Yougoslavie   République fédérale socialiste de Yougoslavie   Saison 1973 de la WTA   Saison 1975 de la WTA   Saison 1978 de la WTA   Saison 1980 de la WTA   Saison 1985 de la WTA   Saison 1988 de la WTA   Saison 1989 de la WTA   Saison 1990 de la WTA   Saison 1991 de la WTA   Saison 1992 de la WTA   Saison 1993 de la WTA   Saison 1994 de la WTA   Saison 1995 de la WTA   Saison 1996 de la WTA   Saison 1997 de la WTA   Saison 1998 de la WTA   Saison 1999 de la WTA   Saison 2000 de la WTA   Saison 2001 de la WTA   Saison 2002 de la WTA   Saison 2003 de la WTA   Saison 2005 de la WTA   Saison 2007 de la WTA   San Antonio   San Diego   Sandrine Testud   Sarasota   Serbie   Serbo-croate   Serena Williams   Shanghai   Sonya Jeyaseelan   Sport professionnel   Stefan Edberg   Steffi Graf   Suzanne Lenglen   Sydney   Série télévisée   Tabloïd   Tamarine Tanasugarn   Tampa   Tennis   Tennis aux Jeux Olympiques d'été   Tennis aux jeux Olympiques d'été de 1992   Tennis aux jeux Olympiques d'été de 1996   Tennis aux jeux Olympiques d'été de 2000   Tommy Robredo   Toronto   Tournoi d'Amelia Island   Tournoi d'Eastbourne   Tournoi de Brighton   Tournoi de Chicago   Tournoi de Dallas   Tournoi de Floride   Tournoi de Hambourg   Tournoi de Houston   Tournoi de Memphis   Tournoi de Milan   Tournoi de New Haven   Tournoi de Philadelphie   Tournoi de Wimbledon   Tracy Austin   Trouble de stress post-traumatique   US Hardcourt   US Open de tennis   Une nounou d'enfer   Venus Williams   Virginia Ruano Pascual   WTA Tour   Wimbledon (Londres)   World Team Tennis   Yougoslavie   Zina Garrison Jackson  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^