Opium

Infos
L’opium est une préparation psychotrope obtenue à partir du latex du pavot somnifère. Ses effets provoquent notamment une somnolence chez le consommateur.
Opium

L’opium est une préparation psychotrope obtenue à partir du latex du pavot somnifère. Ses effets provoquent notamment une somnolence chez le consommateur.

Histoire

Fumeurs d'opium à Londres en 1874 Français fumeurs d'opium, couverture du Petit Journal du 05 Juillet 1903 Les Sumériens connaissaient déjà les effets de l'opium comme en témoignent des tablettes gravées datant de 3000 ans avant J.C. et des vestiges du néolithique suggèrent déjà des cultures de pavot somnifère à proximité des villages. L'image de la capsule du pavot, un enthéogène, fut un attribut des dieux, bien avant que l'opium soit extrait de son latex laiteux. À la galerie des reliefs assyriens au Metropolitan Museum de New York, une divinité ailée d'un palais d'Assurnazirpal II à Nimrud, datée de -879, porte un bouquet de capsules de pavot (prudemment décrites par le musée comme des grenades). L'opium a été un objet de commerce pendant des siècles pour ses effets sédatifs. Il était bien connu dans la Grèce antique sous le nom d'opion (« jus de pavot ») duquel le nom latinisé actuel est dérivé et déjà à l'époque les médecins mettaient en garde contre les abus potentiels. Le pavot est introduit en Inde dès le par l'invasion des Arabes et des Perses islamisés et sous le règne des Moghols (1527 à 1707) le commerce d'opium est un monopole d'État. Son usage se poursuit au Moyen Âge via diverses préparations médicamenteuses dont le laudanum (connu comme « teinture d'opium »), une solution d'opium en alcool à partir du . Dès le la Chine fait état de phénomène de consommation abusive et en 1729, l'empereur de Chine interdit - sans résultat - les importations d'opium notamment pour ces raisons. Au , le trafic d'opium de la Chine depuis l'Inde, particulièrement par les Britanniques est à l'origine des guerres de l'opium. Suite à la Première guerre de l'opium les Britanniques obtiennent la concession exclusive du port de Hong Kong, entamant ainsi ce que les Chinois nomment le « siècle de la honte » et c'est suite à la Seconde guerre de l'opium que l'importation d'opium est de nouveau légalisée en Chine ce qui indignera les ligues de tempérance américaines nourrissant l'esprit de la future politique de prohibition des drogues. L'opium est réglementé par la Convention internationale de l'opium de 1912 qui est progressivement adapté dans les réglementations nationales comme le loi de taxation des narcotiques Harrison de 1914 aux États-Unis. La Convention Internationale de l'Opium est révisée par la Convention unique sur les stupéfiants de 1961.

Pharmacologie

L'opium a des propriétés sédatives et analgésiques. Il contient deux groupes d'alcaloïdes à l'origine de ses propriétés : des phénanthrènes (incluant la morphine, la codéine, la thébaïne) et des benzylisoquinolines (incluant la papavérine) qui n'ont pas d'effet significatif sur le système nerveux central. La morphine est de loin le principal alcaloïde présent dans l'opium, elle représente de 10 à 16% du total. Elle rejoint et active des récepteurs µ-opioïdes dans le cerveau, la moëlle épinière et le ventre. Une consommation régulière, même pour peu de jours, mène à une tolérance et éventuellement à une dépendance physique, avec un syndrome de manque caractéristique et désagréable quand le dosage est brutalement réduit.

Utilisation

Il peut être utilisé dans la forme de parégorique pour traiter la diarrhée. L'opium peut se consommer de manière mangé ou bu en décoction mais son usage le plus courant consiste à être fumé, souvent à l'aide d'une pipe (où la boule d'opium est préchauffée en étant piquée sur une aiguille), parfois mélangé avec du tabac. Sa consommation induit un myosis, une baisse de l'amplitude respiratoire, une hypotension et peut provoquer des nausées ou des vomissements. L'opium permet aussi la production légale de morphine. Il permet aussi la production illégale d'héroïne et les abus de drogue viennent davantage de ses dérivés que de l'opium proprement dit.

Fabrication

L'opium est extrait du pavot (papaver somniferum) Il s'extrait de la capsule gonflée à son maximum mais non encore arrivée à pleine maturité du pavot somnifère (Papaver somniferum L. ou le synonyme paeoniflorum). Pour récolter l'opium, on incise le péricarpe des capsules mûrissantes après la chute des pétales avec un couteau à une ou plusieurs lames et de formes variées selon les régions du monde. L'incision exsude un latex blanc, laiteux, qui sèche en une résine brune. Enfin, pour récolter la résine séchée qui constitue l'opium brut, on racle les capsules à l’aide d’une large lame incurvée. Celle-ci doit rester humide afin que le latex ne s’y accumule pas à l'excès. C'est de ce latex, une fois séché que l'on extrait la morphine qui sert de base à l'héroïne. L'héroïne se présente sous la forme d'une poudre blanche ou brune.

Aspects économiques et politiques

L'opium utilisé pour l'industrie pharmaceutique (extraction de la morphine) provient des Indes où il existe des cultures licites destinée à cet usage.

Production illicite

Dans l'imaginaire collectif cette production est attachée au Triangle d'or. La production est aujourd'hui principalement localisée en Afghanistan. Après une forte baisse en 2001 en raison de l'interdiction de sa culture par les talibans, la production est revenue à la "normale".

Afghanistan

En 1979, lors de l'invasion soviétique, l'Afghanistan ne produit qu'une centaines de tonnes d'opium mais dix ans de guerre provoquent une explosion de la production liée à deux facteurs l'absence de contrôle du territoire par le gouvernement central qui laisse la voie libre aux contrebandiers et les bombardements qui réduisent les surfaces cultivées et poussent les paysans vers des cultures plus rapidement rentables. Quand les Russes se retirent en 1989, les réfugiés rentrent au pays et dans leur besoin de ressources pour la reconstruction continuent la lucrative production d'opium. Entre 1992 et 1994, le chaos se développe dans le pays et des affrontements violents ont lieu pour contrôler la production d'opium. En 1994, les talibans commencent à prendre le contrôle du territoire et dans l'attente de ressources alternatives pour les paysans fournies par la communauté internationale, ils perçoivent une taxe sur la production d'opium qui reste relativement stable pour diminuer nettement en 2001 suite à l'interdiction de semence promulguée par Mollah Omar mais depuis la fin 2002, la production a de nouveau repris à la hausse. Selon l'UNODC, en 2006, 92 % de la production mondiale d'opium provenait d'Afghanistan et excède de 30 % la consommation. Selon les chiffres de 2004, la production d'opium était réalisée dans 32 provinces du pays et l'économie de l'opium représentait 2, 8 milliards de dollars US, équivalant à 60% du PIB afghan (calculé sur l'économie légale seulement) et contribuant ainsi à un tiers de l'économie afghane. En 2006, la production a augmenté de 49 % et les surfaces cultivées de 59 % (165 000 hectares de terres, contre 104 000 hectares en 2005). En 2006, plus de la moitié des terres cultivables en Afghanistan était utilisée pour l'opium. Source : , Office des Nations unies contre la drogue et le crime, Le Monde, 04/09/2006.

Birmanie

L'opium y est introduit par des minorités ethniques venues de Chine qui en font un usage traditionnel et dont la production reste réduite. En 1949, les forces nationalistes du Kuomintang (KMT), vaincues par les communistes chinois se refugient dans ce qu'il est courant d'appeler le triangle d'or et contrôlent dès 1954 la frontière avec la Chine et la Thaïlande obligeant les tribus locales à leur verser un impôt sous forme d'opium. Au début des années 1960, le KMT installe des raffineries de morphine-base et d'héroïne. Le gouvernement militaire de Birmanie tente de créer des milices d'autodéfense pour lutter contre le KMT ; ces milices sont un échec et dissoute en 1973 mais les armes distribuées lors de leur formation ne sont pas rendues et servent à installer les (Chan Shee-fu et Lo Hsing Han). À la fin des années 1960, c'est le Parti communiste birman qui s'empare du nord-est de la Birmanie grâce aux appuis de la Chine, le Parti communiste birman s'appuiera de plus en plus sur les revenus de l'opium à mesure que l'aide chinoise décline. Durant les années 1970 et la première moitié des années 1980, la production d'opium continue de se développer. Puis à partir de 1986, la situation économique se dégrade rapidement aboutissant en 1988 à des manifestations populaires sévèrement réprimés. Une nouvelle junte arrive au pouvoir (State Law and Order Restoration Council). En 1989, le Parti communiste birman subit des remous qui aboutissent à sa dissolution, la junte en place en profite pour négocier avec les groupes qui en sont issus qu'ils conservent leur prérogatives territoriale, leurs armes et la liberté de circulation contre l'argent du trafic d'opium ; argent que la junte militaire réinvestit en armement pour se protéger des opposants. Chan Shee-fu contrôle la frontière avec la Thaïlande à la tête de la Mong Tai Army malgré une guerre - entretenue par la junte militaire - avec une faction rivale. Le 1996, il annonce pourtant sa reddition et démobilise ses troupes vraisemblablement suite à des accords secret avec le pouvoir en place, notamment la cession d'une partie de ses activités de transformation d'héroïne. En 1997, le State Law and Order Restoration Council devient le State Peace and Development Council sans changer la nature de son régime ou son implication dans le trafic d'opium et mène une politique largement favorable aux Wa, une ethnie ayant aidé la junte dans sa lutte contre Chan Shee-fu. Cette politique place Wei Shao Kang à la tête des Wa et leur réserve les meilleures terres via des transferts de populations. Sous l'impulsion de Wei Shao Kang, les Wa diversifient leur activité (méthamphétamine, MDMA) et la production d'opium baisse régulièrement depuis 1996.

Législation

Depuis le début du , il y a beaucoup de règlements nationaux et internationaux encadrant la production et la distribution de substances narcotiques. L'utilisation pharmaceutique de l'opium et de ses dérivés est strictement contrôlée et tout autre emploi le plus souvent interdit depuis la Convention unique sur les stupéfiants de 1961 qui remplaça la Convention Internationale de l'Opium de 1912.

Aspect culturel

Le népenthès de L'Odyssée dite drogue de l'oubli contenait sans doute de l'opium. Dans son livre Critique de "La philosophie du droit" de Hegel, publié en 1844, le philosophe Karl Marx compare la religion à un opium du peuple. Fumer de l'opium est souvent associé avec les communautés d'immigrants chinois autour du monde, avec leurs fumeries d'opium, caractéristiques célèbres de beaucoup de quartiers chinois.

Références

Voir aussi

===
Sujets connexes
Addiction   Afghanistan   Alcaloïde   Analgésique   Années 1960   Années 1970   Années 1980   Arabe   Assurnazirpal II   Assyrien   Boisson alcoolisée   Bombardement   Capsule (botanique)   Cerveau   Charles Baudelaire   Civilisation chinoise   Codéine   Commerce   Contrebandier   Convention internationale de l'opium   Convention unique sur les stupéfiants de 1961   Diarrhée   Dieux   Drogue   Enthéogène   Gaston Bachelard   Grenade (fruit)   Grèce antique   Guerre   Harrison Narcotics Tax Act   Hong Kong   Impôt   Inde   Industrie pharmaceutique   Junte   L'Odyssée   Latex (matériau)   Laudanum   Les Paradis artificiels   Ligue de tempérance   MDMA   Metropolitan Museum of Art   Monde chinois   Morphine   Moyen Âge   Myosis   Méthamphétamine   Narcotique   Nausée (médecine)   Néolithique   Office des Nations unies contre la drogue et le crime   Opiacé   Papavérine   Pavot somnifère   Paysan   Perse   Phénanthrène   Pipe   Première guerre de l'opium   Prohibition des drogues   Psychotrope   Péricarpe   Rachacha   Religion   République populaire de Chine   Seconde guerre de l'opium   Sevrage (toxicologie)   Sumérien   Système nerveux central   Sédatif   Tabac   Taliban   Thaïlande   Thébaïne   Triangle d'or   Vomissement  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^