Communication

Infos
La communication (souvent abrégée en com) est l'action, le fait de communiquer, d'établir une relation avec autrui, de transmettre quelque chose à quelqu'un, l'ensemble des moyens et techniques permettant la diffusion d'un message auprès d'une audience plus ou moins vaste et hétérogène et l'action pour quelqu'un, une entreprise d'informer et de promouvoir son activité auprès du public, d'entretenir son image, par tout procédé médiatique. Elle conc
Communication

La communication (souvent abrégée en com) est l'action, le fait de communiquer, d'établir une relation avec autrui, de transmettre quelque chose à quelqu'un, l'ensemble des moyens et techniques permettant la diffusion d'un message auprès d'une audience plus ou moins vaste et hétérogène et l'action pour quelqu'un, une entreprise d'informer et de promouvoir son activité auprès du public, d'entretenir son image, par tout procédé médiatique. Elle concerne aussi bien l'homme (communication interpersonnelle, groupale...) que l'animal (communication intra- ou inter- espèces) ou la machine (télécommunications, nouvelles technologies...), ainsi que leurs hybrides : homme-animal; hommes- technologies... C'est en fait, une science partagée par plusieurs disciplines qui ne répond pas à une définition unique. Et si tout le monde s'accorde pour la définir comme un processus, les points de vue divergent lorsqu'il s'agit de qualifier ce processus.
- Un premier courant de pensée, regroupé derrière les "Sciences de l'information et de la communication", propose une approche de la communication centrée sur la transmission d'informations. Il s'intéresse aussi bien à l'interaction homme-machine qu'au processus psychique de la transmission de connaissances (avec l'appui des sciences cognitives).
- Un second courant, porté par la psychosociologie, s'intéresse essentiellement à la communication interpersonnelle (duelle, triadique ou groupale). La communication est alors considérée comme un système complexe qui prend en compte tout ce qui se passe lorsque des individus entrent en interaction et fait intervenir à la fois des processus cognitifs, affectifs et inconscients. Dans cette optique, on considère que les informations transmises sont toujours multiples, que la transmission d'informations n'est qu'une partie du processus de communication et que différents niveaux de sens circulent simultanément.
- Enfin, un troisième courant, issu de la psychanalyse, traite de la communication intra-psychique.

Communication et transmission d'informations

La communication est le processus de transmission d'informations. Ce terme provient du latin « communicare » qui signifie « mettre en commun ». La communication peut donc être considérée comme un processus pour la mise en commun d'informations et de connaissances. La communication est avant tout un phénomène cognitif. Lorsque des technologies de télécommunication sont employées, la communication doit s'appuyer sur des fonctions complexes (protocoles normés, etc.). Il est important de différencier plusieurs notions lorsqu'on parle de communication :
- la science de la communication, cherchant à conceptualiser et rationaliser des processus de transmission entre êtres, machines, groupes ou entités. On préfèrera dans cet article le terme de « Science de la communication » ou plus simplement « La Communication ». La Communication est issue de la réunion et de la mise en commun des connaissances de plusieurs sciences : notamment la linguistique, la télégraphie, la téléphonie, la psychologie, la sociologie, la politique et l'anthropologie. Certains catégorisent cette science comme étant aussi l'étude du mouvement de l'information, liée à la théorie de l'information ;
- un processus de communication peut être basiquement décrit comme étant le processus de transmission d'un message d'un émetteur à un ou plusieurs récepteurs à travers un média subissant des interférences sous condition de message de rétroaction ou feedback. Cela associe un acte au message et à la médiatisation qui y sont liés. C'est le contexte qui donne le sens de l'échange. On préfèrera alors le terme de « processus de communication » ou plus simplement « Une communication ». Nous verrons qu'il existe différents modèles de représentation et donc différentes façons d'aborder ce qu'est une communication selon les facteurs que l'on prend en compte ;
- les voies de communication, qui représentent les différents moyens de communications et de transport, notamment la télécommunication, les voies routières et ferroviaires, les entreprises de communications… Bref tout ce qui est lié à la médiatisation de message, dans un secteur industriel, publicitaire ou technologique. Autrefois théorisées et utilisées par le secteur industriel, le secteur tertiaire (services, publicitaires, ou les ex-Nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication ou NTIC) se sont de plus approprié ces notions, et leur utilisation. Alexander Graham Bell parlant au téléphone en 1876.

Communication et interaction: approche psychosociologique

La communication et la relation interpersonnelle sont deux termes proches (cf. E. Marc et D. Picard, Relations et communications interpersonnelles, Dunod (coll. Les Tposos) La relation désigne la forme et la nature du lien (familial, de voisinage, professionnel...)qui unit deux personnes. La communication est le rapport d'interaction qui s'établit lorsque les partenaires sont en présence. Ce rapport s'analyse à trois niveaux: intrapsychique (les dimensions de la personnalité de chacun des protagonistes), interactionnel (la structure relationnelle et sa dynamique) et social (le contexte culturel avec ses normes, ses valeurs et ses rituels dans lequel il se place).

Enjeux

Aspects culturels

La communication est le vecteur de la connaissance et de la culture. Envisager la culture sur un plan strictement individuel, comme celle d'un érudit, serait négliger les aspects de civilisation. La communication constitue le mode d'échange pour des communautés de personnes souhaitant partager des cultures communes. Au niveau historique, depuis quelques décennies, les historiens (école des Annales) ont montré l'importance des représentations sur ce point. On peut remonter aux modes de communication du Moyen Âge (voir Georges Duby). Les historiens contemporains prennent en compte le contexte culturel, afin d'éviter les erreurs d'interprétation (historicisme). Aujourd'hui comme hier, la communication et ses canaux sont les moyens de diffuser des informations à caractère culturel - au sens large - sur les évènements, les découvertes et les traditions, et d'en garder la trace. Les entreprises elles-mêmes deviennent sensibles à cet aspect des choses lorsqu'elles entretiennent une culture d'entreprise. La culture d'une communauté de personnes est sans doute l'élément le plus déterminant du contexte.

Changements de médias dans l'Histoire

On a vu au cours de l'Histoire, notamment à la Renaissance que les modes de diffusion et de communication de l'information ont été des vecteurs très puissants pour diffuser les connaissances résultant de nouvelles visions du monde. Pour la Renaissance par exemple, les historiens (Jean Delumeau, ...) ont mis en évidence le rôle clé de l'imprimerie dans la communication (on a vu l'impact qu'eurent les récits des voyages de Christophe Colomb et des thèses de Luther, qui pouvaient être transmis sous forme imprimée). Il devint progressivement impossible de s'opposer à la diffusion de connaissances nouvelles du fait de ce nouveau média. À partir des années 1830 (voir ), on commença à utiliser des moyens de télécommunications utilisant les techniques électriques (télégraphe) puis électromagnétiques (Hertz, Marconi, radiodiffusion). L'utilisation de la radio par les autorités britanniques et le général de Gaulle pendant la Seconde Guerre mondiale eut l'impact que l'on connaît. Jacques Chaban-Delmas avait d'ailleurs conscience que la radio agissait comme un émetteur, mais prenait mal en compte les effets de rétroaction, en raison du grand nombre de récepteurs.

Langue de communication

On a vu au cours de l'Histoire, l'importance que prit la langue dans la communication. Les traductions en plusieurs langues vernaculaires du Livre des merveilles du monde de Jean de Mandeville eurent un impact considérable au XIV et au sur les explorateurs (notamment Christophe Colomb), peut-être davantage que le Devisement du monde qui relatait les voyages de Marco Polo. L'édit de Villers-Cotterêts (François I, 1539) permit au souverain de diffuser les actes administratifs et juridiques dans une nouvelle langue officielle de communication. On a vu aussi l'impact considérable qu'eurent, au , certaines œuvres écrites en français, dans des domaines qui restaient encore réservés au latin : Utopia de Thomas More, le Discours de la méthode de Descartes (1637), les Provinciales de Pascal (1656). Au XVIII et s, la Bible de Sacy eut un impact considérable sur la littérature. Au , les cours européennes communiquaient en français. Les philosophes des Lumières avaient obtenu l'autorisation d'accès à la bibliothèque royale, et pouvaient ainsi communiquer largement dans cette langue sur les questions philosophiques et sociologiques. L'anglais aujourd'hui est largement employé pour la communication dans de nombreux domaines (informatique, affaires, sciences essentiellement). Les langues ont des statuts de communication très différents : les six langues officielles des Nations Unies sont l'anglais, l'espagnol, le français, le russe, l'arabe et le chinois. Néanmoins, les langues maternelles restent les langues de communication localement, en particulier en Europe, qui a défini une politique sur ce point. Les langues ne sont pas forcément des parlées. Elles peuvent aussi être gestuelles. La Langue des signes française permet par exemple de communiquer entre et avec les malentendants et les non-entendant. C'est une langue à part entière, et qui connaît sa propre évolution. Au Québec il s'agit de la Langue des signes québécoise. Se référer à Langue des signes.

Identité

L'image que nous donnons doit être confirmée par autrui. Le fait que le rôle, le statut et la place des acteurs soient bien identifiés permet aux interlocuteurs de se reconnaître dans une position sociale, d'éviter les mal-entendus, les conflits, et d'assurer la crédibilité. L'identité situationnelle du locuteur est repérable dans l'énonciation. Pour une entreprise, l'image de marque correspond à l'identité de l'entreprise perçue par ses parties prenantes. Toute atteinte à l'image de marque est un risque de réputation, préjudiciable à la bonne marche de l'entreprise, à sa crédibilité, et à la confiance que lui accordent ses clients.

Souveraineté

Une communication habile peut faciliter les processus d'influence, légaux ou non. Le phénomène de développement des ONG dans le contexte de mondialisation est révélateur à cet égard. La souveraineté et l'indépendance des États peut être menacée par la prolifération de messages non contrôlés en source ouverte. La communication est une composante essentielle de la diplomatie et de l'exercice de la souveraineté d'un État. Lorsqu'un chef d'État ou un représentant d'un gouvernement s'exprime lors d'une réunion internationale, d'un sommet de la Terre, d'une conférence internationale sur un sujet d'intérêt mondial (commerce international, gestion de l'eau, santé, biodiversité), la communication est essentielle sur le plan de la perception de l'autorité. L'utilisation du français ou de l'anglais est notamment un enjeu quotidien au sein de la relation Québec-Canada. De plus il est souvent reconnu que l'influence culturelle et économique d'un pays se perçoit par l'influence et l'utilisation de sa langue. On notera donc l'influence forte de l'anglais et du chinois actuellement. Mais au temps de Louis XIV, la langue de la diplomatie et de la noblesse était le français.

Dynamisme des territoires

L'espace physique et psychique (intime) doit être protégé. Dans toute organisation, chacun défend son espace et évite les intrusions injustifiées. Dans la vie économique territoriale, pour l'organisation de pôles de compétence par exemple, la communication s'établit entre des organisations très différentes : services déconcentrés des États en régions (Länder, ...), conseils régionaux, directions régionales de groupes industriels, petites et moyennes entreprises, chambres de commerce et d'industrie, universités et grandes écoles, centre d'études et de recherches. Afin de se comprendre avec toutes les précisions du langage, il est souvent préférable, au niveau régional ou local en tous cas, d'utiliser la langue maternelle, quitte à employer une langue véhiculaire lors des séjours internationaux.

Mise en réseau avec les outils de télécommunications

La communication est le passage obligé pour entrer en relation avec autrui. À ce stade, il faut noter l'importance des moyens de télécommunications basés sur des techniques électriques et électroniques. Au fur et à mesure de l'apparition de ce dernier type de médias depuis le , et à l'exception du télégraphe électrique (à partir de 1838) et du téléphone (réseau élémentaire émetteur-récepteur), les médias fondés sur les techniques électroniques (radio, télévision), employés depuis la Seconde Guerre mondiale, n'offraient pas de possibilité de rétroaction importante. Avec les dernières générations d'outils de télécommunications électroniques, la rétroaction devient plus aisée, et les messages se sont beaucoup enrichis (documents, images). Les messageries électroniques, l'internet... permettent d'atteindre des groupes de personnes, et de faire une véritable communication de groupe.

Enjeux de la communication : le contexte

Les aspects techniques de la communication ne doivent pas cacher l'essentiel : la communication a pour objectif de faire passer un message. L'avènement de l'internet depuis les années 1990 a suscité diverses études de la part de philosophes et de sociologues. Parmi ces études, on retiendra celles de Pierre Musso et de Philippe Breton, qui, sous des arguments un peu différents, portent le même diagnostic : la communication a tendance à être instrumentalisée par les outils de télécommunication et les technologies de l'information. L'idée est qu'il existe une croyance selon laquelle on communique bien parce que l'on dispose de moyens techniques sophistiqués (dernière version du logiciel, mobile, ...). Pierre Musso note que cette croyance serait fondée sur la philosophie des réseaux, sorte de pseudo-"religion" qui serait la résurgence de la philosophie de Saint-Simon (voir Claude Henri de Rouvroy, comte de Saint-Simon), fondée sur le principe de gravitation universelle. En réalité, sur le fond, la communication cherche bien à répondre à l'un des objectifs suivants :
- faire passer une information, une connaissance, ou une émotion ;
- créer une norme commune pour se comprendre ;
- créer une relation pour dialoguer fréquemment, ou relancer le dialogue ;
- obtenir une influence pour inciter l'autre à agir selon sa volonté ;
- donner son identité, sa personnalité au tiers, pour être connu. On parle alors d'enjeux de la communication. Ces enjeux sont liés aux différentes fonctions du message (voir les concepts de Roman Jakobson). On voit qu'une communication trop axée sur des moyens techniques peut faire oublier les risques inhérents à la communication.

Notions de base en sciences de l'information et de la communication

Concernant la communication en tant que science, certaines notions ont été dégagées par les différents modèles de communication explicités plus bas. Durant les années 1980, S.H. Chaffee et C.R. Berger proposèrent une définition généraliste qui reste de nos jours une base connue des sciences de la communication : "La science de la communication cherche à comprendre la production, le traitement et les effets des symboles et des systèmes de signes par des théories analysables, contenant des généralisations légitimes permettant d'expliquer les phénomènes associés à la production, aux traitements et aux effets." (traduit de l'anglais) Mais il est intéressant de disposer d'autres définitions communes :

Contexte

Une communication est gravée dans un contexte. Elle peut avoir lieu à un instant donné, dans un lieu donné, et vis à vis d'une situation, d'un évènement donné. Tout cet environnement, qui ne fait pas partie de la communication à proprement parler, mais qui accompagne cette communication, est appelé contexte. L'environnement peut générer du bruit, ou être source d'interférences. La philosophie du langage s'intéresse au contexte, et la linguistique précise le contexte d'une phrase : voir contexte (linguistique). Le contexte intervient dans les enjeux cités plus haut : culture, changement de médias, langue, souveraineté, identité, dynamisme des territoires, mise en réseau.

Communication verbale et communication non verbale

Une communication verbale est faite de signes linguistiques. Ces signes confèrent un corpus appelé langue, ou plus généralement langage, mais les linguistes viennent à distinguer langue et langage. L'écriture, la langue des signes, la voix sont des médias, des moyens de communiquer... L'art de conceptualiser ce message dans un langage afin de minimiser les interférences est appelé la rhétorique. Aristote et Cicéron étaient des théoriciens de rhétorique, qui devint l'un des sept arts libéraux dans le haut Moyen Âge. Est dite « non verbale » une communication basée sur la compréhension implicite de signes non exprimés par un langage : l'art, la musique, la kinesthésie, les couleurs, voire les vêtements ou les odeurs. Ces signes, leur assemblage et leur compréhension ou leur interprétation sont dans leur grande majorité dépendants de la culture. Cette distinction verbale / non verbale n'est pas toujours aisée à faire. Le mot verbal peut également être compris comme exprimé de vive voix (Petit Larousse). On parlera alors de communication orale, par opposition à la communication écrite.

Réseau

On nomme réseau un ensemble d'acteurs, d'agents économiques, de nœuds, ou lieux de communication grâce auxquels les messages circulent. L'information se concentre et se redistribue ainsi. On parle d'un réseau. Réseaux sociaux Ce sont les réseaux d'anciens élèves de grandes écoles, d'universités, d'associations, d'ONG, de centres de recherche, d'organismes publics... Voir dans le cas d'entreprises : Entreprise étendue Sur le plan technique Des réseaux de transport (routes, canaux, chemins de fer, des réseaux de télécommunications et informatiques (télégraphe, téléphonie, web) se sont développés considérablement depuis deux siècles. Voir aussi sur ce sujet: télécommunications, sémaphore, télégraphie, téléphonie. Interactions informelles On découvrit dans les années 1960 que la généralisation des ascenseurs automatiques, qui supprimait les garçons d'ascenseur, supprimait un nœud important de communication informelle entre les étages d'une entreprise (car le garçon d'ascenseur connaissait tout le monde et tout le monde lui parlait). Ce rôle a été partiellement remplacé par les coins café considérés aujourd'hui comme indispensables dans les bureaux, et lieux d'échanges informels souvent importants.

Temporalité d'une communication

Une communication qui peut durer dans le temps (le message n'est pas supprimé au moment où il est envoyé) est dite « intemporelle ». Par exemple, un message rédigé dans un livre est intemporel.Cette notion est liée au contact entre les entités qui communiquent. Un message éphémère, est lui dit « temporel ». Par exemple, une discussion orale est éphémère, temporelle. La communication est notamment enseignée dans les écoles d'ingénieurs.

Localisation

Dans l'espace, une communication peut être :
- localisée (concentrée à un endroit) telle une discussion ;
- alocalisée (disponible de n'importe quel endroit) - par exemple internet, extranet ;
- délocalisée (le lieu d'émission est loin du lieu de réception) C'est le cas d'une discussion téléphonique. Cette notion est liée à l'expression du contact entre les entités qui communiquent.

Code

Le code (information) est un concept souvent mis en avant dans la vision mécaniste de la communication. Il est pourtant rarement adéquat, ne s'appliquant bien qu'aux seules situations hiérarchiques et autoritaires : interface homme-machine, relations homme-animal, etc. Par extension et d'une manière pessimiste, la notion de code est souvent employée pour l'étude des relations humaines. Dans ce cadre simplifié, pour communiquer, l'émetteur et le récepteur doivent disposer d'un code commun. La communication se caractérise alors surtout par l'utilisation d'un code établissant les correspondances entre un signe et son sens qui doit être commun aux interlocuteurs. L'absence de code commun entre émetteur et récepteur est l'une des sources d'échecs de la communication, chacun pouvant supposer que l'autre comprend son code, sans que ce soit le cas :
- Un chef de projet états-unien est choqué de voir son équipe française exiger du matériel pour son travail. Elucidation faite, cette équipe ne voulait que demander ce matériel (or to demand signifie exiger)
- Le même s'étonne de voir, après avoir stigmatisé le peu de temps dont on dispose pour un petit projet, de voir des membres européens se demander pourquoi au contraire on dispose d'une telle marge. Elucidation : quand il écrivait sur son tableau 6/6 pour la date de début et 6/12 pour la date de fin, il pensait pour cette dernière au 12 juin et l'équipe européenne a compris 6 décembre !
- Un collègue japonais désirant montrer le grand respect qu'il éprouve pour la famille d'un collègue européen l'invitant à dîner apporte à la maîtresse de maison une fleur considérée comme l'une des plus belles au Japon : un chrysanthème. Gêne garantie chez celle-ci, pour qui cette fleur est symbole de cimetière. Dans tous ces exemples, la notion de code explique l'incompréhension entre les êtres humains; mais la notion n'explique pas pour autant la compréhension. Or les situations sont courantes où le défaut de code n'apporte pas de catastrophe, au contraire: relations sourd-entendant, relations aveugle-voyant, relations entre étrangers sans mots communs, etc. Entre humains, on peut toujours essayer de se faire comprendre; essayez donc de vous "faire comprendre" d'un ordinateur qui détecte une faute de syntaxe dans l'ordre envoyé. Non, décidément, le code est une notion trop évidente pour être utilisée sans pincettes.

Transmission

La communication consiste à transmettre un message afin d'établir un contact. L'établissement du contact comporte certains risques, notamment lors de "l'ouverture" et "fermeture" de la communication. Les risques d'intrusion, de non réponse, de blocage et d'abandon existent réellement. Ce point fait l'objet de la confidentialité en sécurité de l'information.

Protocole

On désigne sous ce terme tout ce qui rend la communication possible ou plus aisée sans rapport avec le contenu de la communication elle-même. Attendre une tonalité pour numéroter, demander à l'interlocuteur de se répéter, épeler son nom, s'entendre tacitement sur le moment où une communication sera considérée comme terminée font partie des protocoles. La mise en œuvre d'un protocole demande la définition de normes élaborées. Voir aussi :
- Diplomatie,
- Norme,
- Internet.

Rétroaction

Le message de Rétroaction (ou Feedback, ou encore message de feed-back en anglais), est le message, verbal ou non, renvoyé par réaction par le récepteur, à l'émetteur. Lorsqu'il existe, on parle de communication bidirectionnelle. Ses enjeux sont différenciés de ceux du message dont il est issu. Le feed-back peut servir, suivant les cas, à:
- confirmer la réception du message ;
- infirmer la réception du message ;
- demander des précisions ;
- relancer la discussion ;
- terminer la discussion. La notion de rétroaction (feed-back) est issue des travaux de Norbert Wiener sur la cybernétique (Cybernetics or Control and Communication in the Man and the Machine (1948) et Cybernétique et société (1950)). Elle semble issue de travaux ayant eu lieu aux États-Unis au cours de la seconde guerre mondiale pour convertir l'industrie américaine en industrie de guerre (1941-1942). Elle correspond au saut technologique du passage de la mécanographie à l'informatique, et à l'apparition des premiers ordinateurs basés sur des technologies électroniques. Cette notion a permis aux chercheurs en sciences humaines de passer d'une vision linéaire (unidirectionnelle) de la communication, à la conception d'un processus circulaire (bidirectionnelle). On peut distinguer selon Wiener deux formes de Feed-Back :
- Le Feed-back positif, qui conduit à accentuer un phénomène, avec un effet possible de boule de neige (hausse de la tension entre les communicants. Entre humains il s'agirait d'énervement entre deux personnes).
- Le Feed-back négatif peut être considéré comme un phénomène de régulation, qui en amoindrissant la communication, tend à la maintenir stable et équilibrée. Cette régulation prends plusieurs formes notamment la reformulation ou le questionnement. Ces deux formes du Feed-back assurent la réception du message. Le troisième cas, dans lequel le Feed-back n'est pas exprimé (néant), crée un frein à la communication: on ne sait même pas si le message a été reçu ou pas. La boucle de rétroaction a conduit à définir des modèles théoriques et systémiques de système d'information (niveaux opérationnel, organisationnel, décisionnel).

Principaux types de communication

La science de la communication englobe un champ très vaste que l'on peut diviser en plusieurs niveaux. En 1987, Denis McQuail fait une proposition pyramidale de ces niveaux : Chaque niveau englobe ceux qui se situent en dessous de lui Ainsi la communication de masse est le niveau qui au sommet de cette pyramide et concerne donc tous les autres niveaux. Elle se rapporte à plus de personnes dans le temps et l'espace que les autres et traite tous les niveaux inférieurs. D'où selon McQuail, il existe une certaine prédominance de la recherche pour la communication de masse. Mais il existe, selon d'autres théories, un découpage en trois niveaux de communications fondamentales basées leur diffusion :

Communication interpersonnelle

Communication du type émetteur - message - receveur La communication interpersonnelle est basée sur l'échange 1 émetteur - 1 récepteur. Entre humains, c'est la base de la vie en société. C'est là en général que la compréhension est la meilleure, mais le nombre de récepteurs est limité à une seule personne. La rétroaction est quasi systématique. Il y a notamment le téléphone, la conversation orale... Mais la communication n'est pas qu'orale. Elle est aussi non verbale.(voir plus haut). La communication passe donc aussi par le corps. Ainsi elle sera non verbale ou plutôt non verbalisée. La communication non verbale peut-être para-verbale c'est-à-dire qui accompagne la vocalisation. Ainsi lorsque le locuteur explique qu'il faut aller à droite et qu'il bouge sa main dans cette direction, c'est un cas de communication para verbale. Croiser les bras dans un signe de protection est aussi une communication non verbale. Mais ici ce sera pour dire que : "je me retranche derrière mes idées laissez-moi tranquille". Mimiques et posture font parties de la communication. Des gestes risquent de faire passer un message comme plus fort, plus prononcé que ce que l'on dit. Le ton d'un message est aussi une forme de non-verbal. C'est cette base, le non-verbal, qui définit par exemple ce qu'on appelle le jeu d'un acteur, au théatre. On dit parfois que la communication est holistique - c'est-à-dire qu'elle fait intervenir le tout de l'homme - pour souligner l'importance de l'environnement, des interférences environnementales dans la communication. Pour Muchielli, « on ne peut pas ne pas communiquer ». Que l'on se taise ou que l'on parle, tout est communication. Nos gestes, notre posture, nos mimiques, notre façon d'être, notre façon de dire, notre façon de ne pas dire, toutes ces choses « parlent » à notre récepteur. La communication est aussi une forme de manipulation. En effet, nous communiquons souvent pour manipuler, modifier l'environnement ou le comportement d'autrui. Elle n'a été formalisée qu'aux cours des deux derniers siècles.

Communication de masse

La Communication de masse c'est un émetteur (ou un ensemble d'émetteurs liés entre eux) s'adressant à tous les récepteurs disponibles. Là, la compréhension est considérée comme la moins bonne, car le bruit est fort, mais les récepteurs bien plus nombreux. Elle dispose rarement d'une rétroaction, ou alors très lente (on a vu des campagnes jugées agaçantes par des consommateurs, couches pour bébé par exemple, conduire à des baisses de ventes du produit vanté). Ce type de communication a été conceptualisé avec l'apparition des notions d'organisation de masse dont quatre éléments sont la standardisation, le Fordisme, le taylorisme et la publicité... On parle de médias de masse ou « MassMedia ». En font partie la radiocommunication, la radiodiffusion et la télévision. L'absence de réponse possible en fait un outil idéal de la Propagande, ce que souligna à plusieurs reprises Georges Bernanos. L'apparition de l'internet rend la rétroaction possible. En France, l'État lie significativement Culture et Communication en les confiant à un même ministère. Autrefois il existait des ministères de la Propagande. L'un des ouvrages considéré comme fondateur de la notion de « masse », bien que contestable sur son contenu et son objectivité, est Psychologie des foules (1895) du psychopathologue Gustave Le Bon. La persuasion clandestine, ouvrage de Vance Packard, montre à ce sujet que la science de la manipulation était déjà bien avancée en 1957. Retour au meilleur des mondes, d'Aldous Huxley, va dans le même sens.

Communication de groupe

La communication de groupe part de plus d'un émetteur s'adressant à une catégorie d'individus bien définis, par un message (communication) ciblé sur leur compréhension et leur culture propre. C'est celle qui est apparue avec les formes modernes de culture, souvent axées sur la culture de masse (société de consommation), dont la publicité ciblée est la plus récente et la plus manifeste. Les effets de la communication de groupe se situent entre ceux de la communication interpersonnelle et ceux de la communication de masse. La communication de groupe est aussi complexe et multiple car elle est liée à la taille du groupe, la fonction du groupe, et la personnalité des membres qui le compose. On peut également intégrer cette notion dans la communication interne à une entité. Les groupes peuvent alors être des catégories de personnels, des individus au sein d'un même service, etc. On peut aussi intégrer cette notion à une communication externe ciblée vers certains partenaires ou parties prenantes de l'entité.

Modèles de communication

De nombreux théoriciens de la communication ont cherché à conceptualiser ce qu'était « une communication ». Il ne s'agit pas là d'une liste exhaustive, tant les modèles sont nombreux et complémentaires. Nous chercherons à en donner une évolution générale en donnant les plus connus de ces modèles et l'apport qu'ils ont induit.

Modèle de Shannon et Weaver

Modèle de Shannon et Weaver Le modèle de Claude Shannon et Weaver désigne un modèle linéaire simple de la communication : cette dernière y est réduite à sa plus simple expression, la transmission d'un message. On peut résumer ce modèle en : « Un émetteur, grâce à un codage, envoie un message à un récepteur qui effectue le décodage dans un contexte perturbé de bruit. » Apparu dans Théorie mathématique de la communication (1948), ce schéma sert à deux mathématiciens Claude Shannon (père entre autres de nombreux concepts informatiques modernes) et Warren Weaver (scientifique versé tant dans la vulgarisation que la direction de grands instituts), à illustrer le travail de mesure de l'information entrepris pendant la Seconde Guerre mondiale par Claude Shannon (ce dernier a été embauché par Weaver à l'Office of Scientific Research and Development pour découvrir, dans le code ennemi, les parties chiffrées du signal au milieu du brouillage). À l'origine, les recherches de Shannon ne concernent pas la communication, mais bien le renseignement militaire. C'est Weaver qui a "traduit" la notion de brouillage par celle de "bruit", la notion de signal par "message", la notion de codeur par "émetteur", la notion de décodeur par "récepteur"... Jusqu'à la fin de sa vie, Claude Shannon se défendra contre la reprise du soi-disant modèle pour autre chose que des considérations mathématiques. Le modèle dit de Shannon et Weaver n'a en effet de prétention qu'illustrative. Mais il a souvent été pris au pied de la lettre, révélant alors la forte influence béhavioriste du modèle de Pavlov (stimulus-réponse). Ce modèle, malgré son immense popularité (on le trouve cité souvent comme "le modèle canonique de la communication"), ne s'applique pas à toutes les situations de communication et présente de très nombreux défauts :
- et s'il y a plusieurs récepteurs ?
- et si le message prend du temps pour leur parvenir ?
- et si la réalité décrite n'existe pas ailleurs que chez le premier locuteur ?
- et s'il y a plusieurs messages (au besoin contradictoires) qui sont prononcés en même temps?
- et s'il y a un lapsus ?
- et si sont mis en jeu des moyens de séduction, de menace ou de coercition ?
- et si le message comporte des symboles nouveaux ou des jeux de mots ? En sus de sa linéarité, le modèle de Shannon et Weaver considère que le récepteur est passif : toutes les recherches en Sciences de l'information et de la communication montrent que cela est simpliste, ou faux.

Modèle de Lasswell

Harold Dwight Lasswell, politologue et psychiatre américain, s'est fait un nom en modélisant la communication de masse. Pour lui, il s'agit de la décrire à travers les questions : « : Qui, dit quoi, par quel canal, à qui et avec quel effet ? ». C'est la stricte reprise des cinq questions que Quintilien adressait à tout apprenti rhéteur.
- Qui ? : correspond à l'étude sociologique du ou des milieux et organismes émetteurs.
- Dit quoi ? : se rapporte au contenu message, à l'analyse de ce contenu.
- Par quel média ou canal ? : C'est l'ensemble des techniques utilisées pour diffuser l'information à un instant donné dans une société donnée.
- A qui ? : vise l'auditoire, ou audience. C’est-à-dire les publics récepteurs avec des analyses selon des variables
- Avec quels effets ? : Il s'agit d'analyser et d'évaluer les influences du message sur l'audience. Ce modèle conçoit la communication comme étant un processus d'influence et de persuasion, très proche de la publicité. Ce modèle dépasse la simple transmission du message (même s'il y reste centré) et envisage notamment les notions d'étapes de communication, la capacité de pluralité des émetteurs et des récepteurs et de finalité d'une communication (ses enjeux). Pourtant il est critiquable, sur la même base que les critiques émises contre le modèle de Claude Shannon et Weaver. En effet il envisage la communication comme une relation d'autorité et de persuasion. Et il néglige le message de rétroaction, ainsi que les notions de psychologie et de sociologie de part et d'autre de la relation de communication. Le récepteur est toujours considéré comme passif, ce qui est encore inexact, car il existe en général interaction entre l'émetteur et le récepteur, ce qui n'est pas pris en compte dans ce modèle. L'un de ses ouvrages majeurs - Propaganda Technique in the World War (1927) - fait partie des ouvrages de référence dans l'usage de la propagande dans la Seconde Guerre mondiale. Sa vision autoritaire, voire autoritariste de la communication, lui vaut de nombreux ennemis, encore aujourd'hui. Ce modèle est à lier par antithèse aux travaux du célèbre Marshall McLuhan (La galaxie Gutenberg, 1967) et Régis Debray (Traité de médiologie, 1991)

Modèle de Jakobson

Cet autre modèle, fondé sur la linguistique, est proposé par Roman Jakobson (1896-1982). Ce linguiste russe développe un point de vue centré non plus sur la transmission d'un message, mais sur le message lui même, évitant ainsi les dangers d'instrumentalisation technique (voir sur ce point philosophie des réseaux). Il est composé de six facteurs. À chacun de ces facteurs est lié une fonction du message, explicitée par Jakobson.
- Le destinateur, lié à la fonction expressive du message,
- Le message, lié à la fonction poétique du message,
- Le destinataire, lié à la fonction conative du message,
- Le contexte, l'ensemble des conditions (économiques, sociales et environnementales principalement) extérieures aux messages et qui influence sa compréhension, lié à la fonction référentielle du message,
- Le code, symbolisme utilisé pour la transmission du message, lié à la fonction métalinguistique du message,
- Le contact, liaison physique, psychologique et sociologique entre émetteur et récepteur, lié à la fonction phatique du message. On notera l'apparition ou la réapparition des trois dernières notions (contexte, code, contact) qui complètent énormément la vision d'ensemble sur ce qu'est une communication. Certains facteurs peuvent être considérés comme des agents de communication (destinataire) Sur le contexte, voir l'article perception de l'environnement. Ces travaux sont à lier à l'impulsion linguistique de Ferdinand de Saussure, conceptuelle de Shannon et Weaver, et philosophique de John L. Austin.

Modèle de Gerbner

thumb George Gerbner, sociologue des années 1950, avait l'ambition de formuler un modèle général de la communication. Il présente en 1956 un modèle beaucoup plus complexe que les précédents. Son modèle s'articule autour de deux propositions essentielles :
- Il lie le message au contexte, ainsi il permet de le renseigner sur la signification du message.
- Il décrit le processus de communication comme un ensemble à deux dimensions : une perceptive et une autre dimension pour le contrôle. Le trait particulier de ce modèle est qu'on peut l'appliquer aux différentes formes de communication en fonction du contexte. Il convient à un acte de communication interpersonnelle entre deux personnes mais aussi au processus plus complexe de la communication de masse.

Modèle de Newcomb

Theodore M. Newcomb, 1953, présente le modèle ABX triangulaire et devient le premier à introduire le rôle de communication dans la relation sociale.

Modèle de Westley et Mac Lean

B.H. Westley et M.S. Mac Lean reprennent en 1957 l'idée du besoin social de l'information que l'on retrouve chez Newcomb et l'adapte spécifiquement à la Communication de masse.

Modèle de Riley et Riley

Dans ce modèle est considéré en premier lieu l'appartenance des individus humains à des groupes. L'émetteur rebaptisé communicateur, et le récepteur sont donc distribués dans des groupes primaires (familles, communauté, petits groupes...) sociologiques. Ces groupes influeraient la façon de voir, de penser et de juger de leurs membres. Et ces groupes évoluent dans un contexte social dont ils dépendent. Ce modèle de Matilda White Riley et de John White Riley introduit de nouvelles notions, notamment celle de contexte et d'appartenance à un groupe, liées à la sociologie. De plus ce modèle est le premier à prendre en compte la notion d'une boucle de rétroaction, entre l'émetteur et le récepteur. Cela montre qu'il y a réciprocité et inter-influence entre les individus. Ce modèle est à l'origine des travaux sur la communication de groupe.

Modèles issus de la réseautique informatique

Ces modèles techniques sont intéressants à noter car ils se basent sur des acteurs différents du sujet d'étude habituel : l'ordinateur, fondamentalement logique et non-humain. Selon ces modèles, toute action de communication se baserait sur un processus essentiel, ou protocole de communication :
- Phase de mise en contact/connexion. : L'émetteur envoie une demande de connexion. : Le récepteur répond, soit affirmativement, soit négativement. : Si on fonctionne dans le principe d'une communication synchrone, l'émetteur et le récepteur s'envoient des messages pour se synchroniser
- Phase de l'envoi du (des) message(s) : L'émetteur envoie un message : Le récepteur dit s'il l'a bien reçu, ou si l'émetteur doit renvoyer son message. : Les rôles du récepteur et de l'émetteur peuvent s'inverser au cours de la communication.
- Phase de clôture/déconnexion : L'un des ordinateurs demande la fermeture de la connexion. Ces modèles ont aussi mis beaucoup plus en valeur la notion de réseau de communication, et de nœud de communication. En effet, un message transmis peut être relayé d'un poste à l'autre. De plus, on peut l'envoyer à un groupe d'ordinateurs. Et donc il faut savoir qui prend la parole, et comment... (principe du « token »). La notion de code (appelé protocole) est elle aussi très importante car une parfaite coordination entre les ordinateurs - à la logique binaire - est essentielle. Par contre, évidemment, la psychologie, la sociologie et leur implication dans le contexte de communication n'est pas explicité du tout dans ce modèle là. Et elle oublie totalement les notions de sens et de fonction du message.

Sciences connexes à la Communication

La communication est liée à de nombreuses autres sciences, dont elle est une composante, s'est inspirée, ou auxquelles elle a participé à l'envol: La communication de crise - C'est une branche de la communication encore assez mal connue. Il est vrai qu'elle date
- Les Sciences de l'information et de la communication
- Le management : Gestion d'équipe dans un cadre de projet.
- Les relations publiques : Gestion de la communication avec le monde extérieur, le public, et gestion de l'opinion publique.
- Les sciences cognitives et la gestion des connaissances.
- La pédagogie et la didactique : Sciences de l'apprentissage et de la manière de faire apprendre (à lier avec l'éducation, le dressage, l'instruction, l'andragogie voire le conditionnement)
- Le marketing, parfois appelé mercatique, dont découle la stratégie de communication.
- La réseautique, liée à la communication entre appareils informatiques (l'informatique étant la contraction d'information automatique).
- La communication de crise, sur la gestion de la communication en période de crise.
- La théorie de l'information issue de diverses théories de (Norbert Wiener sur l'entropie informationnelle, ou autres).
- La Sémiologie qui est la science d'étude des signes, et de l'étude du signifiant et du signifié qui leur sont liés et son application, la Sémiotique.

Auteurs pertinents dans le champ


- Roland Barthes
- Gregory Bateson
- Philippe Breton
- Robert Escarpit
- Elihu Katz
- Jacques le bohec
- Pierre Lévy
- Armand Mattelart
- Marshall McLuhan
- Abraham Moles
- Pierre Musso
- Érik Neveu
- Paul Watzlawick
- Yves Winkin
- Dominique Wolton
- Stuart Hall
- etc.

Voir aussi

===
Sujets connexes
Abraham Moles   Acte/Puissance   Agence de communication   Andragogie   Anglais   Années 1830   Années 1950   Années 1960   Années 1980   Années 1990   Anthropologie   Arabe   Aristote   Armand Mattelart   Art   Arts libéraux   Assertivité   Association à but non lucratif   Audience   Autrui   Biais cognitif   Biais culturel   Biodiversité   Blaise Pascal   Bruit   Canada   Canal de communication   Charles de Gaulle   Chef d'État   Christophe Colomb   Cicéron   Civilisation   Claude Shannon   Client (économie)   Codage   Code (information)   Coercition   Cognitif   Commerce international   Communauté   Communication   Communication de masse   Communication non verbale   Communication non violente   Communication verbale   Conditionnement   Confiance   Confidentialité   Connaissance   Connexion   Conscience   Contexte   Contexte (communication)   Contexte (linguistique)   Couleur   Croyance   Crédibilité   Culture   Culture d'entreprise   Culture de masse   Danger   Devisement du monde   Dialogue   Didactique   Diffusion   Diplomatie   Discours de la méthode   Document   Dominique Wolton   Dressage   Droit   Décisionnel   Enjeu   Entreprise   Entreprise étendue   Entropie   Environnement   Espagnol   Europe   Extranet   Ferdinand de Saussure   Fordisme   France   Français   François Ier de France   Georges Bernanos   Georges Duby   Gestion de crise   Gestion des connaissances   Gouvernement   Gregory Bateson   Gustave Le Bon   Harold Dwight Lasswell   Hertz   Histoire   Histoire de la Bibliothèque nationale de France   Historicisme   Identité (psychologie)   Image   Image de marque   Imprimerie   Indépendance   Influence   Information   Informatique   Instruction   Interaction   Interférence (communication)   Internet   Intrusion   Intérêt   Jacques Chaban-Delmas   Jacques Le Bohec   Jean Delumeau   Jean de Mandeville   Journalisme   Kinesthésie   Langage humain   Langue   Langue des signes   Langue des signes française   Langue des signes québécoise   Langue maternelle   Langue officielle   Langue vernaculaire   Langue véhiculaire   Latin   Les Provinciales   Linguistique   Littérature   Livre des merveilles du monde   Lobbying   Management   Mandarin (langue)   Marco Polo   Marconi   Marketing   Marshall McLuhan   Membre   Message   Ministère de la Culture (France)   Monde (univers)   Mondial   Mondialisation   Moyen Âge   Musique   Mécanographie   Média   Médias de masse   Métalinguistique   Norbert Wiener   Norme   Objectif (but)   Odeur   Opinion publique   Ordinateur   Ordonnance de Villers-Cotterêts   Organisation   Organisation des Nations unies   Organisation non gouvernementale   Partenaire   Paul Watzlawick   Perception de l'environnement   Personnalité   Personne   Persuasion   Petites et moyennes entreprises   Philippe Breton   Philosophe   Philosophie   Philosophie des réseaux   Philosophie du langage   Phrase   Phénomène   Pierre Lévy   Pierre Musso   Politique   Politique linguistique   Projet   Propagande   Protocole de communication   Protégé   Psychologie   Publicité   Pédagogie   Quintilien   Québec   Radiodiffusion   Radiophonie   Relation   Relation humaine   Relations publiques   Renaissance (période historique)   Renseignement militaire   René Descartes   Représentation   Rhéteur   Rhétorique   Risque   Risque de réputation   Robert Escarpit   Roland Barthes   Roman Jakobson   Route   Russe   Réalité   Récepteur   Récepteur radio   Régis Debray   Régulation   Réseau   Réseau social   Rétroaction   Santé   Science   Sciences cognitives   Sciences humaines   Seconde Guerre mondiale   Sens (linguistique)   Signal   Signe   Signe linguistique   Siècle des Lumières   Sociologie   Société (sciences sociales)   Sommet de la Terre   Souveraineté   Standardisation   Statut   Stratégie de communication   Stuart Hall   Symbole   Symbolique   Système d'information   Sécurité de l'information   Sémaphore (communication)   Sémiologie   Sémiotique   Taylorisme   Technique   Techniques d'écriture   Temps   Territoire   Thomas More   Théorie de l'information   Token   Tradition   Traductions de la Bible en français   Transmission   Télécommunications   Télégraphe   Téléphone   Téléphonie   Télévision   Université   Usage   Utopia (livre)   Vecteur   Voix (instrument)   Volonté   Vêtement   Warren Weaver   XIVe siècle   XVIIIe siècle   Yves Winkin  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^