Mahdia

Infos
Mahdia est une ville côtière tunisienne située à 205 kilomètres au sud de Tunis. Chef-lieu du gouvernorat du même nom, elle constitue une municipalité de 45 977 habitants. Construite à l'origine sur une presqu'île de 1400 mètres de longueur sur 500 mètres de largeur, elle abrite l'un des premiers ports de pêche du pays. De plus, l'activité touristique pèse de plus en plus dans l'économie locale. Enfin, c'est un centre tertaire en développement qui a développé
Mahdia

Mahdia est une ville côtière tunisienne située à 205 kilomètres au sud de Tunis. Chef-lieu du gouvernorat du même nom, elle constitue une municipalité de 45 977 habitants. Construite à l'origine sur une presqu'île de 1400 mètres de longueur sur 500 mètres de largeur, elle abrite l'un des premiers ports de pêche du pays. De plus, l'activité touristique pèse de plus en plus dans l'économie locale. Enfin, c'est un centre tertaire en développement qui a développé depuis quelques années un pôle d'enseignement supérieur (avec notamment l'établissement de l'Institut d'économie et de gestion ouvert en 1999). Si le quartier historique de Mahdia se situe sur la presqu'île, la ville s'est étendue vers l'intérieur des terres (par les quartiers d'Hiboun et de Zouila notamment).

Histoire

Ses noms historiques sont Jemma, Aphrodisium et Cap Africa. Sa situation géographique stratégique et ses fortifications permettent à la ville de jouer un rôle de premier plan dans le bassin méditerranéen jusqu'au . Mahdia est tout d'abord un comptoir phénicien puis romain sous le nom d'Aphrodisium avant d'être officiellement fondée en 916 par le premier calife fatimide Ubayd Allah al-Mahdi qui lui laisse son nom actuel. La ville devient ainsi la « capitale » des Fatimides en 921 et le reste jusqu'en 973, date à laquelle Le Caire devient capitale . Assiégée durant huit mois (944-945) par les kharidjites, la ville résiste victorieusement. En 1057, les Zirides s'y réfugient face à la menace des Hilaliens. Roger II de Sicile (1 comte normand de Sicile) l'occupe en 1148 et maintient son assise sur la ville jusqu'à la chute de celle-ci, dans les premiers jours de 1160, aux mains des Almohades. La ville perd alors de son importance politique au profit de Tunis, mais n'en demeure pas moins un important port considérée comme la clef du pays. La ville est la proie de plusieurs sièges. En 1390 , devant la perte de ses positions commerciales en Tunisie en faveur de Venise, Gênes organise une expédition militaire voulant lui donner le caractère d'une nouvelle croisade au prétexte de venger la piraterie des barbaresques contre les chrétiens. Elle obtient l'assistance d'un corps de seigneurs franco-anglais, dont Louis II de Bourbon prend le commandement. La place, défendue par les Arabes de Bougie (Béjaïa), de Bône, de Constantine et des autres pays du Maghreb, venus au secours des Tunisiens, résiste à toutes les attaques, et les alliés, que les mésintelligences ne tardent pas à diviser, sont obligés de reprendre la mer après soixante et un jours de combats infructueuxLouis de Mas Latrie, Aperçu des relations commerciales de l'Italie septentrionale avec l'Algérie au Moyen Âge, partie II, Imprimerie royale, Paris, 1845. Mahdia est prise au par le corsaire Dragut qui en fait son repère . Charles Quint s'empare de la ville en 1550. Les Espagnols y restent jusqu'en 1554 et, en repartant, font sauter les remparts que les Ottomans ne reconstruiront que partiellement . Depuis la ville a retrouvé son calme et est devenue l'un des plus grands ports de pêche de Tunisie. La galère de Mahdia, remontant au I siècle av. J.-C. et chargée d'objets d'art athéniens est retrouvée à six kilomètres au large de Mahdia. Elle fait de la ville l'une des plus riches sites de l'archéologie sous-marine en Tunisie.

Ethnologie et histoire sociale

Lors de l'évacuation de la ville, les armées espagnoles prennent soin d'expulser la quasi-majorité des populations autochtones. Paradoxalement, on sait peu de choses des Mahdois avant l'arrivée des Ottomans. Sont-ils chiites comme pourrait le supposer le passé fatimide de la ville ? Sont-ils en majorité « orientaux », à savoir apparentés aux Syro-Libanais ? Sont-ils tout simplement arabo-berbères comme leur environnement ethnique immédiat ? Il est difficile d'y répondre mais toujours est-il que, suite à la conquête ottomane, la ville est exangue. Toutefois, les nouveaux maîtres turcs comprennent facilement la haute valeur stratégique de Mahdia. Aussi s'empressent-ils de la repeupler. Beaucoup d'historiens tunisiens s'accordent à dire que la majorité des anciens habitants grossissent alors les rangs des villes de Monastir, Sousse ou Sfax tant l'avenir de Mahdia semble alors incertain. La nouvelle occupation de la cité accouchera de l'un des renversements ethniques les plus radicaux et les plus singuliers de toute l'histoire tunisienne. Car, dans le cas de Mahdia, les impératifs militaires vont dicter aux Ottomans une voie différente par rapport aux autres agglomérations du pays : le délabrement économique et social est alors total et il est certain que la ville ne possède plus les structures administratives, culturelles et commerciales nécessaires à sa relance. Son élite est décimée ou dispersée et il est donc impératif de la remplacer. Fraîchement installés en Tunisie, les Ottomans se méfient par ailleurs fortement de cette élite urbaine arabophone, cultivée, sûre d'elle-même, frondeuse, influente et finalement très hostile. Poussés par la nécessité mais également le souci de maîtriser les côtes à moindre coût humain et militaire, les Ottomans repeuplent par conséquent la ville à coups de contingents entiers de mamelouks et de janissaires. Dès lors, quelle est l'origine ethnique des Mahdois actuels ? Il est diffcile de se prononcer de manière exacte. Pourtant, deux points paraissent incontestables :
- L'origine européenne ou caucasienne des Mahdois : À l'étude de la morphologie des familles traditionnelles de Mahdia, celle des Diar (terme arabe signifiant la « maison » au sens de la famille reconnue comme étant de souche), une impression se dégage : celle d'une population dont les traits physiques frappent par leur caractère européen : Les Mahdois sont généralement blancs de peau. Cette blancheur reste, dans la culture traditionnelle des classes moyenne et bourgeoise un référent fondamental de différenciation sociale. Si la distinction entre blancs et non blancs tend à s'estomper de manière publique, elle reste prégnante dans le cadre privé des relations interpersonnelles. Elle reste avec la langue, le critère de sélection par excellence, différenciant le beldi — habitant le bled, c'est-à-dire le noyau d'origine de l'agglomération urbaine —, le hadhri — mot provenant de hadhara (civilisation) — et le asli (habitant de souche) mais aussi l'individu urbain, de bonne famille et doté d'une bonne instruction et d'une bonne éducation, exerçant une activité libérale, commerciale ou intellectuelle au contraire des paysans, des ouvriers, des aroubis — mot provenant de arbi (arabe) en comparaison négative avec le beldi qui est généralement de souche européenne, turque ou juive) et des bedouis (bédouins).
- La grande homogénéité du peuplement

Économie

Aujourd'hui, l'économie de Mahdia est principalement axée sur :
-le tourisme : ses plages de sable blanc, ses nombreux hôtels, son histoire et l'accueil de ses habitants en font l'une des stations balnéaires les plus appréciées en Tunisie. La zone touristique est située au nord de la ville dans le quartier de Hiboun ;
-la pêche : premier port de pêche de Tunisie, il est très animé, à certaines heures, et possède des conserveries conditionnant le poisson bleu. On peut y admirer de beaux chalutiers équipés pour la pêche au lamparo (pêche de nuit) ;
-l'huile d'olive : la ville se situe à l'est d'une grande oliveraie. Des huileries permettent de produire l'huile mais aussi des grignons et du savon ;
- le textile et le cuir ;
- l'artisanat du bois ;

Tourisme

Ne vivant pas encore du tourisme, la cité garde le charme d'une petite ville de pêcheurs encore authentique, où demeure un artisanat de la soie. Elle compte quelques monuments et sites dignes d'intérêt :
-Skifa Kahla (appelée aussi Bab Zouila) : énorme porte fortifiée datant du , l'un des points d'accès au centre historique de Mahdia et l'un des rares vestiges des anciens remparts de la ville
-Cimetière marin : magnifique cimetière situé au bout de la presqu'île et ouvrant directement sur la mer
-Épaves : plusieurs épaves sous-marines, datant aussi bien des guerres du Moyen Âge que de la Seconde Guerre mondiale, gisant au large de la ville
-Bordj El Kébir : forteresse très imposante dotée un passage voûté et courbé menant dans une cour imposante et érigée en 1595 vers la pointe du cap Afrique par Abou Abdallah Mohamed Pacha
-Grande mosquée : fondée en 916 par Ubayd Allah al-Mahdi, subissant plusieurs remaniements pour être finalement restaurée dans les années 1970 sur le plan de la mosquée du et assez unique dans la région car ne possédant pas de minaret (construite à l'origine par des chiites) La grande majorité des hôtels de la ville se trouvent en bord de mer. L'offre hôtelière est très variée, allant des palaces de cinq étoiles aux centres de thalassothérapie et aux hôtels de trois étoiles plus abordables. Image:MahdiaCemetery.JPG|Vue du cimetière marin Image:mahdia_borjin.jpg|Vue intérieure du Borj El Kébir Image:Imgp9262.jpg|Intérieur de la Grande mosquée Image:Dune_mahdia.jpg|Plage de Mahdia

Transports

-Avion : La ville se situe à 60 minutes de l'aéroport international de Monastir Habib-Bourguiba.
-Train : La ville est desservie par une ligne de trains climatisés.
-Louage : C'est une sorte de taxis transportant, pour un tarif forfaitaire assez bas, plusieurs voyageurs et ayant des trajets fixes entre deux gares de louage (par exemple Mahdia-Tunis).
-Route : Plusieurs routes nationales desservent Mahdia. Une bretelle autoroutière est actuellement en construction.
-Taxi : De nombreux taxis sillonnent la ville et leurs tarifs sont assez bas. Ils peuvent simultanément prendre plusieurs passagers pour des directions différentes.

Sports

Le handball est le sport réputé de la région avec le club du Makarem Mahdia qui est plusieurs fois champion national et continental.

Personnalités

- Ahmed Abdessalem, historien
- Adnane Belhareth, handballeur
- Tahar Belkhodja, homme politique
- Habib Ben Cheikh, homme politique
- Sadok Boussofara, médecin
- Béchir Hamza, professeur de médecine en pédiatrie
- Brahim Khouadga, homme politique
- Mohamed Masmoudi, homme politique
- Mustapha Sfar, homme politique
- Rachid Sfar, homme politique et diplomate
- Tahar Sfar, homme politique
- Sobhi Sioud, handballeur
- Tahar Sioud, homme politique et diplomate

Références

==
Sujets connexes
Almohades   Années 1970   Arabe   Arabes   Archéologie   Athènes   Aéroport international de Monastir Habib-Bourguiba   Barbaresque   Bassin méditerranéen   Berbères   Bourgeoisie   Bédouins   Béjaïa   Calife   Chalutier   Charles Quint   Chef-lieu   Chiisme   Cimetière   Civilisation   Classe moyenne   Constantine (Algérie)   Corsaire   Croisade   Dragut   Empire ottoman   Espagne   Fatimides   Gouvernorat de Mahdia   Grignons   Handball   Hiboun   Hilaliens   Huile d'olive   Hôtel   Ier siècle av. J.-C.   Janissaire   Kharidjisme   Langue   Le Caire   Liban   Liste des municipalités de Tunisie   Louis II de Bourbon   Maghreb   Mamelouk   Minaret   Monastir   Moyen Âge   Nuit   Oliveraie   Ouvrier   Paysan   Plage   Port (marine)   Presqu'île   Pêche (halieutique)   Rachid Sfar   Roger II de Sicile   Rome antique   République de Gênes   République de Venise   Sable   Savon   Seconde Guerre mondiale   Sfax   Sicile   Siège (militaire)   Sobhi Sioud   Sousse   Syrie   Tahar Sfar   Taxi collectif   Thalassothérapie   Tourisme   Tunis   Tunisie   Ubayd Allah al-Mahdi   Zirides  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^