Sahara occidental

Infos
Le Sahara occidental, appelé au Maroc Sahara marocain , est un territoire désertique de km² du nord-ouest de l'Afrique, bordé par le Marocdans ses frontières internationalement reconnues au nord, l'Algérie au nord est, la Mauritanie à l'est et au sud, tandis que sa côte ouest donne sur l'océan Atlantique. Territoire non autonome selon l'ONU, cette ancienne colonie espagnole n'a toujours pas trouvé de statut définitif sur le plan juridique, plus de tr
Sahara occidental

Le Sahara occidental, appelé au Maroc Sahara marocain , est un territoire désertique de km² du nord-ouest de l'Afrique, bordé par le Marocdans ses frontières internationalement reconnues au nord, l'Algérie au nord est, la Mauritanie à l'est et au sud, tandis que sa côte ouest donne sur l'océan Atlantique. Territoire non autonome selon l'ONU, cette ancienne colonie espagnole n'a toujours pas trouvé de statut définitif sur le plan juridique, plus de trente ans après le départ des Espagnols en 1976. Le Sahara occidental est en proie à un conflit reflétant à la fois la lutte de certains Sahraouis pour leur indépendance et la rivalité hégémonique du Maroc et de l'Algérie dans cette région. Devenu un enjeu global, le dossier saharien bloque toujours la construction de l'Union du Maghreb arabe (UMA). Le territoire est revendiqué à la fois par le Maroc et par la République arabe sahraouie démocratique (RASD), fondée par le Front Polisario en 1976. Celui-ci est un mouvement dont l'objectif est l'indépendance totale du Sahara occidental ; il est soutenu militairement, financièrement et diplomatiquement par l'Algérie MINURSO, Western Sahara - MINURSO - Background . Depuis le cessez-le-feu de 1991, le Maroc contrôle et administre environ 80 % du territoire, tandis que le Front Polisario en contrôle 20 %. L'ONU tente d'organiser un référendum d'autodétermination, sous l'égide de la Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO) depuis 1991.

Histoire

Article détaillé : Histoire du Sahara occidental

La période pré-coloniale

Tifariti, non loin de l'actuelle Smara Les Almoravides, une dynastie berbère originaire de la Mauritanie actuelle, conquièrent et unifient les tribus du Sahara occidental entre 1042 et 1052, puis s'emparent du Maroc et du sud de l'Espagne (Al-Andalus). À leur chute, le territoire perd son organisation. Au et , Les Portugais et les Espagnols installent des forts sur la côte , mais en sont chassés après quelques décennies. Au , les Saadiens ouvrent une nouvelle période d'influence du Maroc sur le Sahara occidental, qui se traduit par de multiples liens juridiques d'allégeance entre le sultan du Maroc et certaines des tribus vivant sur le territoire du Sahara occidental.

Le Sahara espagnol

En 1884, l'Espagne mit ce territoire sous son protectorat ; la prise de contrôle fut confirmée par la conférence de Berlin de 1884-1885. Elle commença par établir des comptoirs commerciaux et une présence militaire. Les frontières n'étaient pas clairement définies, jusqu'au traité entre la France et l'Espagne, datants du début du . Les tribus locales luttèrent contre la puissance coloniale avec l'aide du Maroc. Cet appui cessa lorsque ce dernier fut soumis à un protectorat français en 1912. Le Sahara espagnol fut créé à partir des territoires de Río de Oro et de Saguia el-Hamra en 1924. Il était administré séparément des territoires appelés Maroc espagnol. Dès 1965, l'ONU poussa l'Espagne à décoloniser ce territoire et dans ce but engager des consultations avec le Maroc, en association avec l'enclave d'Ifni. Mais l'Algérie était alors en conflit ouvert avec le Maroc au sujet du tracé de leur frontière commune. De plus, le Maroc et la Mauritanie avaient aussi des revendications territoriales opposées sur ce territoire. De ce fait, les trois voisins du Sahara occidental ne parvinrent pas à créer un front commun face à l'Espagne qui perpétua ainsi sa domination. Le règlement du conflit algéro-marocain et un accord conclu entre le Maroc et la Mauritanie permirent d'unifier le front anti-espagnol. Parallèlement, plusieurs groupes locaux se lancèrent dans la résistance armée aidé par l'armée de libération nationale marocaine issue de la lutte populaire marocaine contre l'occupation hispano-française du maroc.

La guerre de 1976-1991

190px En 1975, un avis consultatif de la Cour internationale de Justice confirme l'existence de liens historiques entre les populations du Sahara occidental et le Maroc ainsi que l'ensemble mauritanien, mais conclut qu'ils ne sont pas de nature à empêcher un référendum d'autodétermination. Quelques jours après cet avis, le Maroc organise la marche verte (6 novembre 1975) pour marquer la volonté d'une souveraineté marocaine sur ce territoire. Ceci amène l'Espagne à signer les accords de Madrid avec le Maroc et la Mauritanie, le 14 novembre 1975, pour officialiser le partage du territoire. Le Maroc obtient les deux tiers nord, et la Mauritanie le tiers sud ; l'Algérie et les Sahraouis ne sont pas consultés. Le retrait des troupes espagnoles, décidé peu avant la mort de Franco, s'effectue entre 1975 et 1976. Le 27 février 1976, la République arabe sahraouie démocratique (RASD) est proclamée par le Front Polisario à Bir LehlouAnthony G. Pazzanita et Tony Hodges, Historical Dictionary of Western Sahara, Scarecrow Press, 1994, page 276, au lendemain du départ du dernier soldat espagnol du territoire. Dans le même temps, la lutte armée du Front Polisario se retourne contre les forces marocaines et mauritaniennes qu'il considère comme de nouvelles forces d'occupation. Entre fin 1975 et 1976, des dizaines de milliers de sahraouis quittent le Sahara Occidental et se réfugient en Algérie. Le Maroc récupère de fait le reste du territoire en 1979, à la suite du retrait de la Mauritanie. Dans les années 1980, le Maroc érige un mur de défense qui sépare le territoire en deux, le quart oriental étant désormais sous le contrôle du Front Polisario. Une guerre d'embuscades avec le Front Polisario prend fin en 1991 suite à un cessez-le-feu favorisé par la médiation de l'Organisation des Nations unies ; un référendum organisé par les Nations unies sur le statut final a été reporté à plusieurs reprises.

Statut légal

Sahara Occidental, frontière des territoires contrôlés par le Polisario et le Maroc, près de Tifariti. Le Sahara occidental figure sur la liste des territoires non autonomes selon l'ONU depuis 1963, suite à une demande du MarocVoir la liste 2001 des territoires non autonomes : . Depuis l'entrée en vigueur du cessez-le-feu de 1991, le statut final du Sahara occidental reste à déterminer. L'Union africaine (alors OUA) a reconnu en 1982 la République arabe sahraouie démocratique (formée par le Polisario, et qui revendique la souveraineté sur le Sahara occidental), et l'a accueillie comme État membre, sous l'impulsion de l'Algérie. Cette reconnaissance a conduit le Maroc à se retirer de l'OUA en 1985. Depuis, la position de cette dernière (devenue l'Union africaine) sur la question n'a pas évolué. Depuis le départ des Espagnols, l'ONU considère que le Sahara occidental est un territoire sans administration. En 2002, un avis de droit de Hans Corell, vice-secrétaire général aux questions de droit, conclut que le Maroc n'est pas la puissance administrante du territoire. À partir de 2003, certains documents de l'ONU qualifient le Maroc d'« autorité administrante », ce qui lui donnerait le droit d'exploiter les ressources naturelles du territoire, par exemple d'autoriser des concessions pétrolièresVoir http://www.derechos.org/human-rights/mena/moro/sah1.html. Le gouvernement de la RASD se revendique lui aussi puissance administrante du territoire.

Situation politique

Le Sahara occidental est un enjeu majeur de la rivalité entre le Maroc et l'Algérie. Le Maroc accuse celle-ci de chercher une ouverture sur l'océan Atlantique, tandis que l'Algérie affiche la volonté d'endiguer ce qu'elle a appelé « l'expansionnisme chérifien », « grave danger » pour tous les voisins de l'est et du sud. La rivalité a longtemps été entretenue dans le contexte de la Guerre froide, le Maroc étant soutenu par l'Europe occidentale, les États-Unis, les monarchies du golfe Persique ainsi que d'Israël, tandis que l'Algérie était appuyée par le Bloc de l'Est, notamment l'URSS, ainsi que la Libye. En avril 2007, le Conseil de sécurité des Nations unies adopte une nouvelle résolution (n° 1754) qui engage les parties à négocier « en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l'autodétermination du peuple du Sahara occidental » (30 avril 2007), .

Position marocaine

Le Sahara occidental est considéré par le Maroc comme constituant ses provinces du sud (dit Sahara marocain). Ce pouvoir revendiqué comme historique et légal par le Maroc sur cette partie du Sahara est contesté par le Front Polisario et l'Algérie. Le Maroc rejette les conclusions de l'avis consultatif de la Cour internationale de justice de 1975 : selon lui, la cour a commis une erreur d'interprétation en cherchant à utiliser un cadre juridique occidental. Les liens d'allégeance historiques exprimés par de nombreux chefs sont constitutifs de la nation marocaine comme de l'appartenance du Sahara occidental au Maroc, et il n'existe pas d'autre source historique de souverainetéICG, pages 1-2. La question du Sahara occidental est également un facteur majeur de stabilité politique au Maroc : selon les autorités, le rattachement du territoire fait l'objet d'un consensus national, et un gouvernement qui agirait à l'encontre de ce consensus se heurterait immédiatement à une forte hostilité de la population. Le Maroc affirme que le Polisario fait partie de la mouvance islamiste, et que certains de ses dirigeants sont liés avec des réseaux jihadistes. Il ne reconnaît pas officiellement le Polisario comme organisme représentatif de la population sahraouie, et considère qu'il s'agit d'un mouvement manipulé par l'Algérie, seule partie avec laquelle le Maroc est prêt à négocier. En 2006, le Maroc a décidé de donner à ce qu'il considère comme son territoire une autonomie interne, et a confié au Conseil royal consultatif pour les affaires sahariennes (CORCAS) l'étude des possibles statuts d'autonomie dans la région. Cependant, le Polisario et l'Algérie refusent toute solution qui ne comporte pas l'option de l'indépendance du territoire contesté. Le Maroc préconise une large autonomie dans le cadre de la souveraineté du royaume alaouite pour résoudre le conflit du Sahara occidental, une ancienne colonie espagnole sous contrôle de Rabat depuis 1975. La proposition d’autonomie du Sahara occidental est selon Rabat une démarche « moderniste, démocratique et crédible », tenant compte du processus politique que connaît le royaume chérifien ces dernières années.

Position du Polisario

Position algérienne

Démographie

FAO, 2005), en milliers d'habitants.

Réfugiés

Réfugiées saharaouies dans le camp de Dakhla en Algérie Selon la direction générale de l'aide humanitaire (ECHO) de la commission européenne, réfugiés sahraouis se trouvent dans les camps de Tindouf, en Algériesur la base d'un recensement partiel effectué par le HCR, source : ECHO, Humanitarian aid for the Sahrawi refugees living in the Tindouf region, . Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés en nourrit HCR, Rare torrential rains leave 50, 000 Sahrawi refugees in Algeria homeless . Le Maroc conteste ces chiffres, et un ancien membre du Front Polisario parle de réfugiésONU, communiqué de presse CPSD/108, 10 octobre 1996 . Les quatre principaux camps sont nommés El Aaiun, Awserd, Smara, et Dakhla, d'après des villes du Sahara occidental. Il existe également des communautés réfugiées en Mauritanie , aux îles Canaries et en Espagne métropolitaine(-), et à Cuba ICG, page 5.

Régions marocaines sur le territoire du Sahara occidental

Voir aussi : Subdivisions du Maroc Le Maroc, qui considère que le Sahara occidental fait partie de son territoire, l'a inclus dans trois régions :
- Guelmim-Es Smara (en partie)
- Laâyoune-Boujdour-Sakia el Hamra (en totalité)
- Oued Ed-Dahab-Lagouira (en totalité) Ce découpage régional n'est pas reconnu internationalement, et les régions couvrent également le territoire contrôlé par le Front Polisario, où le Maroc n'exerce aucun contrôle.

Villes et villages du Sahara occidental

Carte des zones de contrôle au Sahara Occidental L'essentiel de la population se trouve à Laâyoune (env. habitants).

Sous contrôle du Maroc

Autres localités :
-Baggari
-Bir Gandus (Bir Gandouz)
-Bou Craa (mine de phosphate)
-Chalwa
-Al Farcia
-
-Imlily
-Oum Dreyga
-Guerguerat

Sous contrôle du Front Polisario

Aucune statistique récente de population n'est disponible pour les localités sous contrôle du Polisario. La population totale représente au plus quelques milliers de personnes, en majorité nomadesICG, page 6.
-Agwanit
-Amgala
-Bir Lehlou, capitale temporaire de la RASD
-Bir Tirrissit
-Dougaj
-Mehaires
-Mijek
-Tifariti, subcapitale temporaire de la RASD
-Zoug (Zug, Sug)

Économie

Les principales sources de revenu sont le pastoralisme, la pêche et l'extraction de phosphate, qui représente plus de 60 % des exportationsSource : CIA World Factbook. Les réserves de phosphate du Sahara occidental sont les deuxièmes au monde en importance, après celles du MarocICE Case Studies, Western Sahara, ; elles sont concentrées autour de Bou Craa. Les Espagnols ont également découvert des dépôts de minerai de fer. La pluviosité minime ne permet pas de production agricole durable en dehors de quelques fruits et légumes cultivés dans les oasis, et l'essentiel de la nourriture destinée aux populations urbaines est importée. Le commerce et l'activité économique sont contrôlés par le Maroc. Des sociétés marocaines du secteur énergétique ont signé en 2001 des contrats d'exploration de pétrole au large de la côte, ce qui a provoqué la colère du Front Polisario. Le revenu et le niveau de vie moyen au Sahara occidental sont sensiblement inférieurs à ceux du Maroc.

Transports

Il n'y a aucun chemin de fer au Sahara occidental, et km de routes, dont km sont goudronnéesCIA World Factbook 2002. Les ports sont : Ad Dakhla, Boujdour, et LaâyouneCIA World Factbook. La plus grande bande transporteuse du monde (96 km) transporte le phosphate des mines de Bou Craa à la côte près de LaâyounePennell, page 335. Il y a 11 aérodromes, dont 3 pistes goudronnéesCIA World Factbook.

Codes

Le Sahara occidental a pour codes :
- EH, selon la norme ISO 3166-1 (liste des codes pays), code alpha-2,
- ESH, selon la norme ISO 3166-1 alpha-3 (liste des codes pays),
- ESH, selon la liste des codes pays utilisés par l'OTAN, code alpha-3,
- WI, selon la liste des codes pays utilisés par l'OTAN, code alpha-2,

Voir aussi

Sources

- C. R. Pennell, Morocco since 1830, New York University Press, New York, 2000, ISBN 0-8147-6676-5
- International Crisis Group, Western Sahara: the Cost of the Conflict, rapport 65, 11 juin 2007,

Bibliographie

- Sahara occidental 1991-1999 : l'enjeu du référendum d'autodétermination, Thomas de Saint Maurice, Editions L'Harmattan, 2000
- Sahara occidental : La controverse devant les Nations unies, Laurent Pointier, Editions Khartala, 1994
- Sahara occidental : origine et enjeux d'une guerre du désert, Tony Hodges, Editions L'Harmattan, 1987 ===
Sujets connexes
Afrique   Agwanit   Al-Andalus   Algérie   Almoravides   Amgala   Années 1980   Aousserd   Arabe   Bande transporteuse   Berbères   Bir Lehlou   Bloc de l'Est   Boujdour   CIA World Factbook   Chemin de fer   Colonialisme   Commission européenne   Conférence de Berlin   Conseil de sécurité des Nations unies   Conseil royal consultatif pour les affaires sahariennes   Cuba   Dakhla   Direction générale de l'aide humanitaire   Dirham marocain   Dougaj   Désert   EH   ESH   Espagne   Europe de l'Ouest   France   Francisco Franco   Front Polisario   Fruit   Golfe Persique   Guelmim-Es Smara   Guerguerat   Guerre froide   Haouza   Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés   Histoire du Sahara occidental   ISO 3166-1   Ifni   Islamisme   Israël   Lagouira   Laâyoune   Laâyoune-Boujdour-Sakia el Hamra   Libye   Liste des codes pays utilisés par l'OTAN   Liste des territoires non autonomes selon l'ONU   Légume   Marche verte   Maroc   Mauritanie   Mehaires   Mexique   Mijek   Minerai de fer   Mission des Nations unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental   Mur marocain   Niveau de vie   Oasis   Océan Atlantique   Organisation des Nations unies   Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture   Oued Ed-Dahab-Lagouira   Pastoralisme   Phosphate   Portugal   Protectorat   Pétrole   Pêche (halieutique)   République arabe sahraouie démocratique   Río de Oro   Saadiens   Smara   Subdivisions du Maroc   Tifariti   Tindouf   Union africaine   Union des républiques socialistes soviétiques   Union du Maghreb arabe   WI   Zoug (Sahara occidental)  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^