Stratigraphie

Infos
La stratigraphie est une discipline des sciences de la Terre qui étudie la succession des différentes couches géologiques ou strate. Il s'agit d'une approche intégrée, en ce que des résultats apportés par la géochimie, la paléontologie, la pétrographie, l'astronomie... sont réunis et exploités à travers différentes méthodes : biostratigraphie, chimiostratigraphie, lithostratigraphie, magnétostratigraphie, cyclostratigraphie... Ces méthodes, développées de fa
Stratigraphie

La stratigraphie est une discipline des sciences de la Terre qui étudie la succession des différentes couches géologiques ou strate. Il s'agit d'une approche intégrée, en ce que des résultats apportés par la géochimie, la paléontologie, la pétrographie, l'astronomie... sont réunis et exploités à travers différentes méthodes : biostratigraphie, chimiostratigraphie, lithostratigraphie, magnétostratigraphie, cyclostratigraphie... Ces méthodes, développées de façon relativement indépendante, sont ensuite réinvesties dans des approches plus généralistes :
- la chronostratigraphie cherche à établir une échelle des temps géologiques aussi précise et fiable que possible en organisant les données élémentaires que constituent les « unités chronostratigraphiques » ;
- la stratigraphie séquentielle, exploitant la sismique réflexion, cherche à éclairer l'organisation relative des corps sédimentaires en liaison avec les variations cycliques du niveau marin à l'échelle régionale ;
- la stratigraphie génétique cherche à dégager des modèles sédimentologiques généraux pour effectuer des prévisions en sous-sol, en l'absence de données complètes (forages ponctuels).

Les grands principes

Les principes de la stratigraphie sont en nombre variable selon les auteurs. Ces principes sont d'une part des postulats, qu'il faut vérifier par l'observation, et d'autre part des relations géométriques entre les formations géologiques étudiées. Les deux principes qui semblent unanimement acceptés sont le principe de continuité et le principe de superposition.

Les principes généraux

- Le principe de continuité : une même couche a le même âge sur toute son étendue.
- Le principe d'uniformitarisme : les structures géologiques passées ont été formées par des phénomènes (tectoniques, magmatiques, sédimentaires ou autres) agissant comme à notre époque. Voir aussi Charles Lyell.
- Le principe d'identité paléontologique : deux couches ayant les mêmes fossiles sont considérées comme ayant le même âge. Ce principe n'est pas lié aux rapports géométriques entre les couches, mais à la paléontologie ; il se base sur l'existence de fossiles stratigraphiques. Il permet de corréler des séries sédimentaires de régions éloignées. Les principes précédents souffrent de nombreux contre-exemples (cf. infra) et doivent être validés par l'observation de la situation étudiée. Ils sont néanmoins des points de départ utilisés par tous les géologues dans une situation inconnue.

Les relations géométriques entre couches

- Le principe de superposition : en l'absence de bouleversements structuraux, une couche est plus récente que celle qu'elle recouvre et plus ancienne que celle qui la recouvre. C'est le principe le plus ancien en géologie, il a été formulé dès le XVIIe siècle par Nicolas Steno.
- Le principe d'horizontalité : les couches sédimentaires se déposent horizontalement ; une séquence sédimentaire qui n'est pas en position horizontale a subi des déformations postérieures à son dépôt.
- Le principe de recoupement : les couches sédimentaires sont plus anciennes que les failles ou les roches qui les recoupent.
- Le principe d'inclusion : les morceaux de roche inclus dans une autre couche sont plus anciens que leur contenant.

Exceptions aux principes

Pour chacun de ces principes on peut trouver des exceptions. Ces exceptions dépendent du mode de sédimentation et de l'échelle à laquelle on les observe :
- les nappes alluviales les plus récentes peuvent être déposées après l'encaissement de la vallée et être plus basses que les alluvions antérieures (néanmoins, les alluvions récentes ne sont pas recouvertes par les plus anciennes).
- les dépôts fluviatiles et deltaïques ne se déposent pas horizontalement, mais en sédimentation oblique.
- les sédimentations bio-construites ne sont pas obligatoirement horizontales (un récif corallien n'est pas horizontal par exemple).
- etc.

Discordance

Discordance Cambrien/Trias à Bédarieux Lorsqu'il y a interruption de la sédimentation, suivie d'une déformation (failles, basculement ou plissement) et d'une érosion, il y a discordance entre les couches (ou strates) les plus anciennes déformées et celles plus récentes, horizontales. Il existe aussi des discordances sédimentaires. Elles sont le résultat d'un changement du milieu de dépôt. Ce changement est provoqué par une variation du niveau marin. Une discordance angulaire existe entre deux couches superposées dont les pendages sont différents de part et d'autre de la surface de discordance. La série inférieure de strates a alors subi des déformations (basculement dans le cas d'une série monoclinale, plissement dans le cas d'un synclinal ou d'un anticlinal: dans ce cas c'est une discordance angulaire sur structure plissée). Certaines couches concordantes en un point, peuvent progressivement devenir discordantes : c'est une discordance progressive.

Lacune

Lorsqu'il n'y a pas de continuité chronologique entre deux couches, on parle de lacune. Il y a deux types de lacunes :
- Lacune d'érosion : l'érosion a enlevé des couches, puis la sédimentation a repris en laissant la lacune.
- Lacune de sédimentation : pendant la période correspondant à la durée de la lacune, la sédimentation s'est interrompue. Cela peut être dû à une régression marine.

La stratigraphie en archéologie

On utilise les mêmes principes dans le domaine de l'archéologie, les différentes couches permettant une datation du site fouillé sont le résultat de l'accumulation naturelle de sédiments, d'apports humains, de couche de destruction ou d'incendie. Une coupe stratigraphique permet de mettre en évidence, par leur différence de couleur et de texture, les différentes couches présentes sur le site et de procéder à la datation relative des objets contenus dans ces couches.

Voir aussi

- Chronostratigraphie
- Fossile stratigraphique
- Datation relative Catégorie:Méthode liée à l'archéologie Catégorie:Paléontologie ca:Estratigrafia da:Stratigrafi de:Stratigrafie el:Στρωματογραφία en:Stratigraphy es:Estratigrafía et:Stratigraafia eu:Estratigrafia fa:چینه‌شناسی gl:Estratigrafía he:סטרטיגרפיה hr:Stratigrafija hu:Sztratigráfia id:Stratigrafi is:Jarðlagafræði it:Stratigrafia (geologia) ja:層序学 lt:Stratigrafija mn:Давхрага зүй nl:Stratigrafie no:Stratigrafi pl:Stratygrafia pt:Estratigrafia ru:Стратиграфия sh:Stratigrafija sk:Stratigrafia sl:Stratigrafija sr:Стратиграфија sv:Stratigrafi tr:Stratigrafi zh:地层学
Sujets connexes
Anticlinal   Archéologie   Astronomie   Biostratigraphie   Bédarieux   Charles Lyell   Chimiostratigraphie   Chronostratigraphie   Cyclostratigraphie   Datation relative   Faille   Forage   Fossile   Fossile stratigraphique   Géochimie   Lithostratigraphie   Magnétostratigraphie   Monoclinal   Niels Stensen   Paléontologie   Pendage   Postulat   Pétrographie   Régression marine   Sciences de la Terre   Strate (géologie)   Stratigraphie   Stratigraphie séquentielle   Synclinal  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^