Jean-François Marmontel

Infos
Jean-François Marmontel. Portrait par Alexandre Roslin. Paris, Musée du Louvre. Jean-François Marmontel est un encyclopédiste (partie littérature) français, historien, conteur, romancier, dramaturge, philosophe, proche de Voltaire et ennemi de Rousseau, grammairien et poète qui connut une grande notoriété à la cour de France et dans toute l'Europe, né à Bort-les-Orgues (Corrèze) le 11 juillet 1723 et décédé le 31 décembre 1799.
Jean-François Marmontel

Jean-François Marmontel. Portrait par Alexandre Roslin. Paris, Musée du Louvre. Jean-François Marmontel est un encyclopédiste (partie littérature) français, historien, conteur, romancier, dramaturge, philosophe, proche de Voltaire et ennemi de Rousseau, grammairien et poète qui connut une grande notoriété à la cour de France et dans toute l'Europe, né à Bort-les-Orgues (Corrèze) le 11 juillet 1723 et décédé le 31 décembre 1799.

Biographie

Issu d'une famille pauvre, Marmontel fait cependant ses études chez les Jésuites de Mauriac. Une fois achevée sa rhétorique, on veut le placer chez un marchand de Clermont-Ferrand, mais il refuse et parvient à survivre et à faire sa philosophie en servant de répétiteur à de jeunes élèves. Il perd alors son père, et cet événement réduit sa famille au désespoir et à la misère, ainsi qu'il le raconte dans ses Mémoires. Il promet de l'en tirer, et s'installe à Toulouse, où il est pendant plus de seize ans professeur de philosophie du séminaire des Bernardins, envoyant aux siens une partie de son salaire. Il présente au concours de l'Académie des Jeux floraux une ode sur L'Invention de la poudre à canon, qui n'est pas distinguée. « Je fus outré, écrit-il, et dans mon indignation j'écrivis à Voltaire et lui criai vengeance en lui envoyant mon ouvrage Il me fit une de ces réponses qu'il tournait avec tant de grâce et dont il était si libéral. Ce qui me flatta beaucoup plus encore que sa lettre, ce fut l'envoi d'un exemplaire de ses œuvres corrigé de sa main, dont il me fit présent. » Cet échange marque le début, entre les deux hommes d'une amitié qui dure trente-cinq ans, sans le moindre nuage. Marmontel persévère auprès des Jeux floraux, et finit par remporter les trois prix en 1745. Il envisage de s'inscrire à la faculté de théologie, mais Voltaire lui conseille de venir plutôt à Paris. La vente d'une lyre d'argent, que lui a décernée l'Académie de Montauban, permet de subvenir aux frais du voyage. Jean-François Marmontel À Paris, il connaît d'abord une situation matérielle extrêmement difficile. Il essaie, mais sans succès, de lancer un journal de littérature intitulé Observateur littéraire. Il est sauvé par l'Académie française qui lui décerne en 1746 son prix de poésie sur le sujet suivant : « la Gloire de Louis XIV perpétuée dans le Roi son successeur ». Voltaire part aux devants de la Cour à Fontainebleau avec quelques douzaines d'exemplaires du poème de Marmontel. « À son retour, raconte Marmontel, il me remplit mon chapeau d'écus, en me disant que c'était le produit de la vente de mon poème. » Désormais tiré d'affaires, Marmontel témoigne de sa reconnaissance à son ami en rédigeant, toujours en 1746, une élogieuse préface pour une édition de La Henriade, préface souvent reprise en tête d'éditions ultérieures de ce poème. L'année suivante, il remporte de nouveau le prix de poésie de l'Académie sur le sujet : « la Clémence de Louis XIV est une des vertus de son auguste successeur ». Le 5 février 1748, il donne sa première tragédie, Denys le tyran, pièce authentiquement originale et qui remporte un grand succès : elle a du mouvement, de l'action, et la peinture de la tyrannie et de son châtiment, bien dans l'esprit du temps, intéressa le public. Sa pièce suivante, Aristomène (1749), a également du succès grâce au talent de M Clairon. En revanche, Cléopâtre (1750) tombe, et est l'occasion d'un mot resté fameux : au dernier acte, un aspic mécanique, fabriqué par Vaucanson, sort d'un panier pour aller mordre le sein de la reine d'Égypte ; un spectateur s'écrie « Je suis de l'avis de l'aspic », déclenchant l'hilarité générale. La pièce suivante, Les Héraclides (1752), tombe également en raison, selon les amis de Marmontel, de l'état d'ébriété de M Dumesnil, dans le rôle de Déjanire. Quant à Égyptus (1753), elle n'a qu'une seule représentation. Après ce nouvel échec, Marmontel renonce à la tragédie. Grâce à la protection de M de Pompadour, il obtient en 1753 une place de secrétaire des Bâtiments du Roi. Il est appelé à conseiller le Roi pour la distribution des pensions accordées sur le Mercure de France et fait attribuer le privilège de ce périodique à Louis de Boissy, à qui il succède en 1758. C'est dans le Mercure qu'il publie ses Contes moraux, qui rencontrent un immense succès. Chez M Geoffrin, il récite une satire contre le duc d'Aumont dont il refuse de dénoncer l'auteur, ce qui lui vaut d'être emprisonné onze jours à la Bastille et lui fait perdre le privilège du Mercure. En 1760, l'Académie française distingue son Épître aux poètes sur les charmes de l'étude et, en 1763, elle l'élit au nombre de ses membres. En 1767, il publie son roman Bélisaire, qui est censuré par la Sorbonne en raison du chapitre XV, qui vante la tolérance religieuse. L'archevêque de Paris, M Christophe de Beaumont, condamne l'ouvrage dans un mandement qu'il fait lire au prône de toutes les églises du diocèse. Cette censure et ces condamnations ne font que contribuer au succès de l'ouvrage, que défendent les Philosophes. Marmontel est nommé historiographe de France en 1771. Il prend le parti de Niccolò Vito Piccinni dans la querelle qui l'oppose à Christoph Willibald Gluck, et compose contre ses adversaires une satire en onze chants intitulée Polymnie. Il publie Les Incas (1778), roman qui stigmatise l'esclavage et remporte également un vif succès. À la mort de d'Alembert en 1783, il devient Secrétaire perpétuel de l'Académie française. Lors de la création du Lycée en 1786, il reçoit la chaire d'histoire. En 1787, il rassemble un volume, sous le titre d’Éléments de littérature, les articles qu'il a publiés dans l’Encyclopédie, en les étendant et en les améliorant. Sous la Révolution, après la suppression des académies, il se retire près d'Évreux. Sous le Directoire, il est nommé au Conseil des Anciens par les électeurs de l'Eure. Se rangeant parmi les modérés, il est proscrit au 18 fructidor, mais il n'est pas déporté et rentre dans sa retraite à Habloville (hameau de Saint-Aubin). Il ne tarde pas à mourir, en 1799Le 6 novembre 1866, ses cendres ont été transférées dans le cimetière communal de Saint-Aubin-sur-Gaillon (Eure). Le monument funéraire est inauguré le 29 octobre 1899 par le secrétaire perpétuel de l'Académie française, Gaston Boissier..

Œuvres

Œuvres dramatiques

Marmontel a publié de nombreux livrets d'opéras et surtout d'opéras-comiques, genre dans lequel il excellait sans toutefois pouvoir rivaliser avec Charles-Simon Favart.
- Denys le tyran, tragédie, 5 février 1748
- Aristomène, tragédie, 30 avril 1749
- Cléopâtre, tragédie, 20 mai 1750
- La Guirlande, acte de ballet, 1751, musique de Jean-Philippe Rameau
- Acanthe et Céphise, pastorale héroïque en trois actes, 1751, musique de Jean-Philippe Rameau
- Les Héraclides, tragédie, 24 mai 1752
- Égyptus, tragédie, 1753
- Lysis et Délie, pastorale héroïque en un acte, 1753, musique de Jean-Philippe Rameau
- Les Sybarites, acte de ballet, 1753, musique de Jean-Philippe Rameau
- Hercule mourant, opéra, 1761
- Annette et Lubin (1762)
- La Bergère des Alpes (1766)
- Le Huron, opéra-comique, 1768, musique d'André Grétry
- Lucile, opéra-comique, 1769, musique d'André Grétry
- Sylvain, opéra-comique, 1770, musique d'André Grétry
- L'Amie de la maison, opéra-comique, 1771, musique d'André Grétry
- Zémire et Azor, opéra-comique, 1771, musique d'André Grétry
- Céphale et Procris, 1773
- La Fausse magie, opéra-comique, 1775, musique d'André Grétry
- Didon, opéra, 1783, musique de Niccolò Vito Piccinni
- La Fausse Pénélope, opéra-comique, 1785, musique de Niccolò Vito Piccinni
- Démophon, 1788

Œuvres poétiques

- Polymnie, satire en 11 chants
- L'établissement de l'École militaire, 1751
- Vers sur la convalescence du Dauphin, 1752
- La naissance du duc d'Aquitaine, 1753
- Épître aux poètes, 1760
- La Neuvaine de Cythère, 1820 (poème licencieux)

Œuvres romanesques

- Contes moraux, 1755-1759
- Bélisaire, 1767
- Les Incas, 1778
- Nouveaux contes moraux, 1792

Essais

- Poétique française, 1763, 3 parties : ouvrage dans lequel Racine et Boileau sont vivement attaqués
- Essai sur les révolutions de la musique en France, 1777
- De l'Autorité de l'usage sur la langue, 1785
- Éléments de littérature, 1787. Édition moderne chez Desjonquères, présentée, établie et annotée par Sophie Le Ménahèze, 2005.
- Mémoire sur la régence du duc d'Orléans, 1788
- Apologie de l'Académie française, 1792

Œuvres diverses

- édition remaniée de Venceslas de Rotrou, 1759
- La Pharsale de Lucain, traduite en prose, 1766
- édition des Chefs d'œuvres dramatiques de Mairet, Du Ryer et Rotrou, avec un Commentaire, 1775
- Mémoires d'un père pour servir à l'instruction de ses enfants, 1800
- Leçons d'un père à ses enfants sur la langue française, 1806

Voir aussi

Odonyme

- Rue Marmontel dans le 15 arrondissement de Paris, quartier Saint Lambert, 170m de long, 15m de large. Elle a été dénomée le 24 août 1864 en référence à Jean-François Marmontel.
- Rue Marmontel et Impasse Marmontel à Nantes en face de la maternité du CHU Hotel-Dieu. ===
Sujets connexes
Académie des Jeux floraux   Académie française   Acanthe et Céphise   Acte de ballet   Alexandre Roslin   André Grétry   Annette et Lubin   Bastille (Paris)   Bort-les-Orgues   Bâtiments du Roi   Bélisaire   Charles-Simon Favart   Christoph Willibald Gluck   Christophe de Beaumont   Château de Fontainebleau   Clermont-Ferrand   Conseil des Anciens   Conte   Corrèze (département)   Coup d'État du 18 fructidor an V   Céphale et Procris   Directoire   Dramaturge   Duc d'Aumont   Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers   Encyclopédiste   Eure (département)   Europe   France   Gaston Boissier   Grammaire   Habloville   Historien   Jacques de Vaucanson   Jean-Jacques Rousseau   Jean-Philippe Rameau   Jean-Pierre de Bougainville   Jean Racine   Jean le Rond d'Alembert   La Guirlande   La Henriade   Les Sybarites   Liste des évêques puis archevêques de Paris   Louis de Boissy   Madame de Pompadour   Mademoiselle Clairon   Marie-Thérèse Rodet Geoffrin   Mauriac (Cantal)   Mercure de France   Musée du Louvre   Nantes   Niccolò Vito Piccinni   Nicolas Boileau   Paris   Philosophe   Poète   Saint-Aubin-sur-Gaillon   Toulouse   Voltaire  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^