Douai

Infos
Douai (en néerlandais : Dowaai, en latin : Duacum) est une commune française du département du Nord et de la région Nord-Pas-de-Calais, située dans le sud de la Flandre romane. Les habitants de Douai sont les Douaisiens. La région s'appelle le Douaisis Le nom jeté des habitants est les « ventres d'osier » (vint' d'osier en chti) en raison de la matière dont sont faits les géants locaux (la famille Gayant).
Douai

Douai (en néerlandais : Dowaai, en latin : Duacum) est une commune française du département du Nord et de la région Nord-Pas-de-Calais, située dans le sud de la Flandre romane. Les habitants de Douai sont les Douaisiens. La région s'appelle le Douaisis Le nom jeté des habitants est les « ventres d'osier » (vint' d'osier en chti) en raison de la matière dont sont faits les géants locaux (la famille Gayant).

Géographie

La Scarpe à Douai, quai du Petit Bail Douai est située sur la Scarpe, un affluent rive gauche de l'Escaut, à 40 km au sud de Lille, entre Arras, Cambrai et Valenciennes. Douai est la ville la plus méridionale de Flandre, à la limite avec l'Artois.

Transports

; Le plan de déplacements urbains : ; Transports ferroviaires : La ville de Douai dispose d'une gare SNCF permettant de relier Paris en une heure seulement grâce au TGV. Lille est à une demi-heure en TER. ; Le projet de "tramway" Douai-Guesnain : Le Syndicat Mixte des Transports du Douaisis (SMTD) réalise un projet d'autobus à guidage magnétique au sol, entre Douai (Cité Technique) et Guesnain qui sera inauguré le et mis en service le . Il circulera sur une voie réservée en béton dans laquelle ont été implantés, tous les 4 mètres, des plots magnétiques protégés par de la résine qui émettent des signaux "lus" par le véhicule au moyen d'un système informatique embarqué. La ligne A, longue de 12 kilomètres, desservira 21 stations distantes d'environ 400 mètres les unes des autres. Avec une fréquence de 10 minutes en heure de pointe, il pourra transporter 900 voyageurs par heure. 10 rames de 18 mètres et 2 rames de 24 mètres ont été commandées. Elles seront accessibles aux personnes à mobilité réduite, grâce au plancher bas intégral et aux stations ajustées à leur hauteur, mais aussi aux personnes dont la vue est déficiente. Ces rames seront propulsées par un moteur à gaz ou un système hybride. Le système fonctionnera sans caténaires. Le montant de l'investissement s'élève à 110 millions d'euro hors taxes. Il est aussi prévu la construction de la ligne B pour 2011 et des lignes C et D vers 2020. L'extension de la ligne A (phase 2) est prévue, et les communes de Masny, Ecaillon et Auberchicourt devraient connaître des périodes de chantiers semblables à celles des villes prochainement desservies par Evéole. Enfin, la phase 3 étendra la ligne A à son maximum : jusqu'à Aniche (Lycée Edmond Laudeau) d'une part, d'autre part jusqu'à la cité des Blocs Jaunes à Douai. La ligne A sera la plus grande ligne de transports en commun du Tub du Douaisis, s'étalant sur près de 20 kilomètres. Son nom : EvéoleSource : .

Histoire

3 anciens « collèges » de Douai, dont celui de l’Abbaye d’Anchin qui abrite aujourd'hui l'"Institut d'Anchin" Comme l'indique son ancien nom latin, Duacum, et comme l'ont confirmé des fouilles archéologiques dans le centre historique de la ville (place Saint-Amé, place du Marché au Poisson), Douai a pour origine la réunion de deux villages situés de part et d'autre de la Scarpe, en une forteresse gallo-romaine vers le . La première mention de Douai (Castellum Duacum, propriété des comtes de Flandre) date de 930. Le comte Arnoul Ier de Flandre érige vers 950 le premier lieu de culte la Collégiale Saint-Amé. Après la conquête normande de l'Angleterre par Guillaume le Conquérant, la ville de Bridgwater en Angleterre était nommée du prince Walter (Gautier, ou Walscin) Douai. La ville reçut sa première charte avant 1188. Elle a été dirigée par un conseil d'échevins jusqu'en 1789. Au fil des siècles suivants, la ville fut disputée entre le roi de France et le comte de Flandre jusqu'en 1369 où elle devint définitivement flamande et suivit les destinées du comté de Flandre sous les ducs de Bourgogne. En 1562, le roi d'Espagne Philippe II fonde à Douai une université afin de combattre la Réforme, et Douai devint une forteresse de la foi catholique. La bible de Douai y a été rédigée en anglais dans le cadre de la Contre-Réforme. C'est sur un exemplaire de cette bible dite de Douai que John F. Kennedy a prêté serment lors de son investiture présidentielle. Douai était alors une cité très riche et réputée pour son industrie lainière. En 1667, le roi de France Louis XIV envahit la Flandre. Douai fut assiégée et prise en trois jours, du 23 au 26 juillet 1667 par Vauban, p 166, qui assiège simultanément LilleBarros et alii, p 45. Le traité d'Aix-la-Chapelle (1668) annexa la Flandre à la France, et, mis à part durant les deux guerres mondiales, Douai est restée française depuis. En 1716, le Parlement de Flandre, dont les pouvoirs étaient essentiellement judiciaires, fut installé à Douai. En 1718, un règlement d'urbanisme homologué par le Parlement de Flandre fixe des règles de constructions des demeures douaisiennes, alors que la ville est en reconstruction après avoir subi deux sièges. La hauteur des maisons est limitée, l'aspect de leur façade homogène, la ville comporte donc un important ensemble immobilier en goût français. Entre 1790 et 1794, Douai a absorbé Wagnonville. Après la Révolution, le Parlement et l'Université furent supprimés. Le chef-lieu du nouveau département du Nord fut établie à Douai en 1790 mais déplacé en 1803 à Lille. En 1802, le Consulat décide la création du lycée de Douai, actuellement lycée Albert-Châtelet, un des sept lycées de première génération avec les lycées de Bordeaux, Marseille, Lyon, Moulins, Bruxelles et Mayence. La révolution industrielle démarra avec la construction de la ligne de chemin de fer Paris-Lille (1846), sur laquelle Douai était une gare importante. En 1895, le canal de la Scarpe est ouvert, et Douai devient le second nœud fluvial français après Conflans-Sainte-Honorine. Douai subit d'importants dommages pendant les deux guerres mondiales. La gare et son quartier furent entièrement détruits en mai 1940. Après la Seconde Guerre mondiale, les mines de charbon furent nationalisées, et Douai devint le siège des Houillères du bassin de Nord-Pas-de-Calais, et le resta jusqu’à la fin de l'activité houillère dans les années 1980. Douai a profité du développement de l'industrie liée au charbon, mais subit ses séquelles, et en particulier les affaissements miniers qui nécessitent des pompages continuels afin que la ville ne soit pas noyée.

Administration

Démographie

Monuments et curiosités

La Scarpe à Douai 200px Douai est classée ville d'art et d'histoire. Douai conserve des vestiges de son passé militaire, par ses fortifications (porte de Valenciennes, porte d'Arras, tour des Dames), mais aussi son arsenal, sa fonderie de canons, ses casernes. Le beffroi de Douai, édifice de 54 m, commencé au , cache en son clocher un impressionnant carillon de 62 cloches. En 2005, avec 22 autres beffrois du Nord-Pas-de-Calais, il a intégré le Patrimoine mondial de l'UNESCO au sein du groupe des Beffrois de Belgique et de France. À noter qu'au même moment étaient classés au Patrimoine mondial de l'UNESCO les géants de Douai, la famille Gayant. ; Le beffroi : Gravure du La construction du beffroi de Douai a été entreprise en 1380, sur l'emplacement d'une précédente tour en bois, afin de servir de tour de guet. Un bâtiment également de style gothique fut érigé sur le côté ouest de la tour ainsi qu'une chapelle sur le flan sud. L'ensemble fut terminé en 1475 et un carillon fut installé dès 1391 dans le beffroi et rythme depuis la vie des Douaisiens. Au , d'importants travaux de restauration furent entrepris et un nouveau bâtiment, identique à celui du lui fut ajouté à l'est afin de donner à l'hôtel de ville son actuel aspect symétrique. Ce nouvel édifice comporte notamment une salle des fête de style second empire. À cette occasion, la structure du beffroi, initialement construit en grès des Flandres fut renforcée de l'intérieur par une forte épaisseur de briques et les édifices du furent restaurés selon la mode du . Les cloches furent fondues par l'occupant allemand en 1917, elles furent remplacées en 1924 par la société Wauthy de Douai mais, en 1953, la ville, afin de lui donner un meilleur son, les remplaça par des cloches de la fonderie Paccard à Annecy-le-Vieux et installa en 1954, 47 cloches qui complètent les deux plus grosses datant de 1471 (fonderie Moer), endommagées en 1917 mais restaurées par la maison Wauthy en 1924 : «Joyeuse», un la de 5500 kg et «La disnée», un do de 2400 kg. La plus lourde des cloches de 1954, «La Nouvelle Victoire», un ré, ne pèse que 1600 kg. Le carillon fut enfin complété en 1974, à l'occasion du congrès mondial des carillonneurs et comporte maintenant 62 cloches s'étendant sur 5 octaves. Il est doté d'un mécanisme qui lui permet de sonner chaque quart d'heure une mélodie mais possède aussi un clavier qui permet des concerts chaque samedi de 10h45 à 11h45 ainsi que chaque jour férié à 11h30 et les lundi soir à 21h en juillet et août. Victor Hugo de passage à Douai en 1837 : « II y a là le plus joli beffroi que j'aie encore vu. Figure-toi une tour gothique coiffée d'un toit d'ardoise, qui se compose d'une multi-tude de petites fenêtres coniques superpo-sées ; sur chaque fenêtre une girouette, aux quatre coins, une tourelle ; sur la pointe du beffroi, un lion qui tourne avec un drapeau entre les pattes ; et de tout cet ensemble si amusant, si fou, si vivant, il sort un caril-lon. Dans chaque petite lucarne, on voit se démener une petite cloche qui fait rage comme une langue dans une gueule. J'ai dessiné cette tour, et quand je regarde mon dessin, il me semble encore entendre ce joyeux carillon qui s'en échappait comme la vapeur naturelle de cet amas de clochetons. » Le dessin de Victor Hugo est conservé aujourd'hui dans son musée de la Place des Vosges à Paris. ; Porte de Valenciennes : Cette porte autrefois appelée porte Notre-Dame a été construite en 1453 en grès. Comme le Palais de Justice, la porte de Valenciennes s'inscrit dans le style gothique pour l'une de ses faces et dans le style classique pour l'autre très courant à l'époque. ; Le théâtre : Dès juillet 1783, les échevins confient la construction et la gestion d'une salle de spectacles à M. Denis (entrepreneur des fortifications). La première représentation eut lieu le 4 décembre 1783. La ville en fait l'acquisition en 1810 et demande au grand décorateur Ciceri, de réaliser un fond de décors (palais, salon de Molière, chambre rustique et bois) auquel il ajoute un salon riche, un hameau, une place publique, un jardin et une vue de campagne. Le théâtre adopte dès leur invention, les innovations techniques : l'éclairage au gaz, l'électricité, l'électronique...Des personnages illustres ont fréquenté le théâtre : Paganini, Liszt, Mademoiselle Talma, Mademoiselle Mars (grandes dames à la Comédie-Française) et le lieutenant Bonaparte. Pendant la guerre de 1914, les allemands se réservent le théâtre pour y organiser de nombreuses manifestations. Le théâtre est devenu maintenant un lieu incontournable de la vie culturelle douaisienne en y accueillant des spectacles prestigieux et en présentant les créations des associations de la cité (ateliers théâtre, classes de théâtre des lycées, ateliers théâtre et danse des collèges et des écoles) lors de "Théâtre en Fête" traditionnellement la semaine précédant les vacances de printemps. La porte d'Arras ; Porte d'Arras : ; Collégiale Saint-Pierre: Ancienne église érigée en collégiale sans doute en 1012 par le comte de Flandre, elle avait sous sa juridiction l'ensemble des paroisses de la rive droite de la Scarpe. Le clocher fut rebâti de 1513 à 1687 en style gothique, puis classique ; son couronnement fut refait en 1904-1905. Le vaste édifice actuel date de 1735-1750. La collégiale serait à l'origine une commande des membres du Parlement vers 1740. L'église est en croix latine à trois nefs avec un transept arrondi aux extrémités. La chapelle axiale est coiffée d'un dôme qui date du . Cet édifice est tout à fait remarquable pour l'harmonie qu'il inspire et s'inscrit dans le style classique, il contient de nombreux tableaux de l'école française du , un retable du début du et des sculptures en marbre des et s. L'ensemble du mobilier (chaire, autels, grille…) date du . À signaler, sous l'autel de la coupole, une chasse en argent doré du . ; Collégiale Saint-Amé ; Couvent des Franciscains : Lors du creusement d'une tranchée (décaissement de 60cm) le jeudi , un squelette a été mis au jour Place du Général de Gaulle. Cette découverte corrobore des plans conservées aux archives et les fondations retrouvées du couvent des Franciscains Ordre des frères mineurs détruit à la Révolution. Des centaines d'autres squelettes reposent sous le couvent. Pour ne pas bloquer les travaux du tramway l'ensemble est protégé par un revêtement textile particulier afin de laisser ces vestiges aux générations futures d'archéologues. ; Église Saint-Jacques : Construite en Architecture gothique entre 1240 et 1250, son nom fait référence à un bourgeois de la ville Jacques Painmouillé. Elle fut vendue à la Révolution puis rasée en 1800. En 1845-1847, les pierres des fondations ont été prélevées lors de la création des chantiers nationaux. Des sépultures se situent à proximité dans un cimetière utilisé du à la Révolution d'environ 1000 tombes . Des fouilles sont entreprises Place Carnot en 2007, lors des travaux du tramway. L'église et le cimetière paroissial ont été retrouvés ; Palais de Justice : Construit à l'emplacement du refuge de l'Abbaye de Marchiennes (appelée aussi Grand Constantin) dont il occupe encore certains bâtiments, le palais de justice abrite la Cour d'appel de Douai, la Cour d'assises du Nord ainsi que le Tribunal de grande instance. Refuge de l' abbaye de Marchiennes et, par la suite, siège du Parlement de Flandres (1714), le monument a subit de nombreux remaniements de 1715 à 1790. La façade donnant sur la Scarpe est un héritage de l'art gothique où l'on peut encore admirer les ogives. La cour intérieure date du (néo-classicisme). Le principal témoignage de la naissance de la ville judiciaire est la Grand'Chambre aménagée à partir de 1762. ; Hôtel du Dauphin : Situé sur la Place d'Armes, il est maintenant le siège de l'office de tourisme de Douai ; Musée de la Chartreuse : Édifié par Jacques d'Abancourt en style renaissance, pierre et brique, sur l'emplacement de la maison du "Colombier", l'hôtel d'Abancourt (1559) avec sa tour ronde fut agrandi en 1608 par Jean de Montmorency qui construisit en équerre un bâtiment dans le même style avec une tour carrée. Acquis en 1623 par les Prémontés de Furnes, il fut complété lors de l'installation des Chartreux au milieu du par la construction de la salle capitulaire et du petit cloître (1663), du réfectoire (1687), du bâtiment dit du prieur (1690), enfin, après le grand cloître et les cellules qui ont été démolis au , de la chapelle en style jésuite non encore restaurée. Devenue bâtiment militaire à la Révolution, endommagée par les bombardements de 1944, la Chartreuse fut rachetée en 1951 par la ville pour y installer à partir de 1958 le musée des Beaux-Arts dont les bâtiments anciens avaient été détruits par la guerre en même temps que le lycée de garçons dont ils étaient voisins. Ce musée regroupe plusieurs bâtiments datant du et s. Sur la gauche se trouve l'hôtel d'Abancourt-Montmorency construit entre 1559 et 1608 et de style Renaissance Flamande. Construite dans le style classique au début du , l'église des Chartreux se compose d'une vaste nef et de 5 chapelles latérales. Après une campagne de restauration qui aura duré six ans, l'église des Chartreux vous ouvre ses portes pour y découvrir ses collections de sculptures et objets d'art. La nef abrite la collection de sculptures du . Les cinq chapelles latérales sont consacrées à la présentation des objets d'art dont l'orfèvrerie médiévale, une série de bronzes et de terres cuites de Jean de Bologne, originaire de Douai. Le musée de la Charteuse organise des expositions temporaires, telle celle de "Douai, d'un siècle à l'autre " en 1999 qui présenta le plan d'aménagement de la ville de Douai dressé en 1948 par les architectes Alexandre Miniac (1885-1963) et Petit, à l'initiative du Secrétariat d'État à la Reconstruction. ; Hôtel de la Tramerie : ; Fonderie de canons : En 1667, Douai devient ville française. Louis XIV décide d'en faire un centre militaire important. Il y installe des casernes, un arsenal, l’École d’Artillerie et une fonderie de canons. Cette dernière est édifiée sur l'emplacement de l'ancien château des comtes de Flandre. Louis XIV en confie l’exploitation aux frères Keller, fondeurs suisses très réputés. En 1696, elle passe à la famille Bérenger et sera gérée par elle jusqu’en 1819. À partir de cette date et jusqu’à sa fermeture en 1867, elle sera dirigée par des officiers d’artillerie. Des bâtiments de la fonderie de Louis XIV, il ne reste aujourd’hui que le mur circulaire et le portail d’entrée. De nombreux canons en bronze sont sortis de la fonderie de Douai. Certains sont visibles en France (Hôtel des Invalides), en Angleterre (tour de Londres), en Autriche, Espagne, Portugal, et même aux États-Unis (musée de l’école de West Point). Chaque canon est une pièce unique ayant une carte d’identité avec l’inscription de son calibre, son poids, son nom, celui du fondeur, les armes de France. "La Furibonde", (dépôt du musée de l’Armée - Paris) est placée dans les jardins de la fonderie afin de rappeler cette production importante. Ce canon a été fondu à Douai en 1744 par Jean-François Bérenger, directeur de la fonderie. Il pèse 2050 kg et porte les armes de Louis-Charles de Bourbon et un soleil, emblème du roi. ; Église Notre-Dame : L'église Notre-Dame dont l'existence est attestée dès 1175 a été constituée en paroisse en 1257. Adossée au rempart, elle a été mêlée à toute l'histoire douaisienne : confrérie des Clercs Parisiens, création de l'Université, procession de Gayant, bombardements de 1944. La nef en grès et briques de la fin du est couverte d'une voûte en bois du . Le chœur est du (vitraux modernes de J. Schreiter). Le transept date du (vitraux modernes de Hermet et Gaudin). Le clocher a été refait en 1971 lors de la restauration de l'église très endommagée en 1944. Les orgues sont de facture classique moderne (maison Mühleisen). On peut aussi y voir une pierre tombale du et quelques fragments de fresques. ; Les fêtes de Gayant : Géants de Douai - Monsieur et Madame Gayant Les fêtes de Gayant se déroulent traditionnellement à Douai le premier week-end suivant le 5 juillet, du samedi au lundi. Les fêtes de Gayant correspondent à la sortie annuelle des géants de la ville : Monsieur Gayant, Madame Gayant (aussi connue sous le nom de Marie Cagenon) ainsi que leurs trois enfants Jacquot, Fillon et Binbin. Monsieur Gayant mesure 8, 50 m et pèse 370 kg, il est porté par 6 hommes. Marie Cagenon mesure 6, 25 m et pèse 250 kg, elle est, elle aussi, portée par 6 hommes. Jacquot mesure dans les 3 mètres et est porté par un homme, Fillon 2, 80 m et Binbin 2, 20 m. La procession de la famille Gayant est accompagnée d'une fête populaire où se produisent régulièrement des groupes de musique, des fanfares et des artistes de rue. Dans de nombreuses entreprises du Douaisis le lundi, dit «lundi de Gayant», est chômé. Gayant est un des plus anciens géants puisque son existence remonte à 1530. Les enfants apparaissent au début du . Mais, interdite par l'Église en 1770, la famille ne réapparaîtra qu'en 1801. Un peu d'histoire sur ces Géants. C'est à l'occasion d'une procession en l'honneur de saint Maurand, patron de Douai, que Gayant (" géant " en patois picard) vit le jour en 1530, son corps avait été fabriqué en osier par la corporation des manneliers (fabricants de paniers d'osier). L'année suivante, la corporation des fruitiers fit construire une géante, Madame Gayant. En 1720 naquirent leurs enfants, Jacquot, Fillon et Binbin (une fille et deux garçons). En 1770, l'évêque d'Arras interdit cette procession, car elle commémorait la victoire de la Ville de Douai sur les Français, le 16 juin 1479. Il en institua une nouvelle qui célèbrerait l'anniversaire de l'entrée des Français à Douai en 1667. Cependant, la famille Gayant considérée comme profane ne devait plus y paraître. Gayant et sa famille ne reparurent qu'en 1801. En 1821, ils reçurent les costumes que nous leur connaissons. Ils souffriront pendant les deux guerres mondiales mais ressusciteront à nouveau.

Culture

Conservatoire de musique à rayonnement régional de Douai

Bibliographie

-Guy-Gosselin, L'âge d'or de la vie musicale à Douai. 1800-1850. Liège,

Parcs et jardins publics

; Parc Bertin :
- 1892 : la ville de Douai décide du projet de jardin sur les terrains rendus libres par le démantèlement des fortifications
- Monsieur Pépe, architecte de la ville, et Armand Morlet paysagiste lillois participent au projet.
- 22 octobre 1894 : les travaux sont attribués et Victor Bérat, paysagiste, dirige et coordonne les travaux à partir de 1895.
- 6 juillet 1899 : réception des travaux. Le parc porte le nom de Charles Bertin qui fut maire de Douai de 1896 à 1919. Le parc fait six hectares et est planté de 13 747 arbustes, de 1 176 arbres de 50 espèces dont 27 grands arbres ( Ginkgo biloba Pterocarya du Caucase ). Un lac est alimenté en eau par forage et pompage alors qu'avant les bombardements de la guerre, l'eau était prélevée directement dans la Scarpe ; Parc du Rivage Gayant :
- L'ancien port charbonnier des HBNPC a été transformé en parc de 21 hectares dont 5 de plan d'eau. Il est ouvert au public depuis l'été 2000. C'est une zone naturelle comportant plus de 7300 végétaux ainsi que des oisaux rares. ; Parc de la Tour des Dames : C'est un parc paysagé établi autour des vestiges des fortifications dont une tour de ronde en grès construite vers 1425
- plan d'eau de 4300m2 ; Parc Charles Fenain : Les lieux étaient autrefois occupés par des bénédictins anglais. Le parc fait quinze hectares dont 9 000 m2 de plan d'eau. Il comporte plus de 3000 arbres et arbustes. ; Domaine de La Chaumière : 70 hectares de forêt pour la protection des eaux souterraines de la vallée de l'Escrebieux.
-

Spécialités gastronomiques

- Gayantines : confiserie
- Brasserie de Gayant

Économie

- Métallurgie (emboutissage de pièces : Oxford Automotive)
- Automobile (Renault Usine Georges Besse située à Cuincy)
- Produits chimiques
- Arbel Fauvet Rail Construction de matériels ferroviaires : Arbel.
- Imprimerie : l'Imprimerie nationale est installée à Flers-en-Escrebieux depuis 1974. Autrefois siège des Houillères du Nord-Pas-de-Calais (HBNPC), Douai a dû se reconvertir dans les années 1980, notamment avec l'implantation d'une usine Renault et de l'Imprimerie nationale. Douai est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie de Douai. Elle gère le port fluvial de Douai. En septembre 2006, l'implantation d'un centre d'appels téléphonique près de Gayant Expo (duacom - groupe allemand Bertelsmann), employant plus de 300 salariés, permet à douai de s'ouvrir au monde des services. Cette implantation s'inscrit dans le cadre d'un projet politique engageant le groupe Vivendi (propriétaire de SFR dont est géré une partie du service clients à Douai) à créer 300 emplois dans cette ville moyennant un crédit d'impôts de 2 milliards d'euros (accord conclu entre Vivendi et Nicolas Sarkozy, alors ministre des finances). Nicolas Sarkozy a d'ailleurs visité cette société lors de sa campagne présidentielle en 2007.

Enseignement

- Le lycée Jean-Baptiste Corot de Douai est l'héritier de Downside, un ancien collège de moines bénédictins anglais, chassés d'Angleterre par la réforme anglicane (de 1536 à 1540), Thomas Cromwell ayant supprimé tous les monastères à cette époque.
- Le lycée Albert-Châtelet, créé en 1802, est l'un des sept lycées de première génération créé par le Consulat.
- L'Institution Saint-Jean, école privée catholique, accueille les élèves de la maternelle jusqu'aux classes préparatoires HEC.
- l'École nationale supérieure des techniques industrielles et des Mines de Douai (École des mines de Douai).
- L'Université d'Artois a son pôle de sciences juridiques et politiques situé à Douai depuis septembre 1993.
- Le LEGTA de Douai-Wagnonville occupe le site d'un ancien château à Wagnonville et les bâtiments de l'ancienne université en centre-ville.
- L'IUFM (Institut Universitaire de Formation des Maîtres) du Nord-Pas-de-Calais a l'un de ses centres à Douai, dans les locaux des anciennes Écoles Normales d'Instituteurs (filles et garçons)
- DBS - Douai Business School, École Supérieure de Vente Industrielle Internationale. Créée en 1991 par la Chambre de commerce et d'industrie de Douai. L'école répond aux besoins des entreprises locales, régionales et internationales d’embaucher des commerciaux avec de réelles compétences techniques.

Douaisiens illustres et célèbres, de naissance ou d'adoption

De naissance

- 1470 Naissance de Jehan Bellegambe.
- 3 mars 1577 Naissance de Nicolas Trigault, missionaire jésuite en Chine
- 1524 Naissance de Jean de Bologne, sculpteur maniériste flamand.
- 1540 Naissance de Jacobus Regnart, compositeur de musique († 1599).
- 1629 Naissance d'Antoine Legrand († le 7 août 1699 à Londres), également connu sous les noms d'Antoine Le Grand et d'Antonius le Grand, moine franciscain, missionnaire, philosophe et théologien. Il introduisit le cartésianisme en Angleterre.
- 20 janvier 1734 Naissance de Charles Alexandre de Calonne, homme politique français.
- 13 juillet 1767 Naissance de Pierre François Joseph Durutte, général de division.
- 31 décembre 1769 Naissance de Michel Silvestre Brayer, général de division.
- 20 juin 1786 Naissance de Marceline Desbordes-Valmore, poète français.
- 29 juillet 1790 Naissance de Nicolas Martin du Nord († le 12 mars 1847 au château de Lormoy), magistrat et homme politique français.
- 1830 Naissance d'Alfred Robaut, († en 1909), lithographe, collectionneur, ami et biographe de Camille Corot chez qui celui-ci séjourne à plusieurs reprises et peint en 1871 le beffroi de Douai (musée du Louvre).
- 8 février 1844 Naissance de Paul Demeny, poète et éditeur de Rimbaud, qui lui adresse sa "Seconde lettre du voyant".
- 1850 Naissance de Georges Demeny, frère du précédent. Il peut être considéré comme un des inventeurs du cinéma. Il fut le collaborateur d'Étienne-Jules Marey et inventa le chronophotographe.
- 20 mai 1850 Naissance d'Henri-Edmond Cross, († en 1910), de son vrai nom Henri-Edmond Delacroix, peintre post-impressionniste.
- 8 mai 1892 Naissance d'André Obey, († le 11 avril 1975 à Montsoreau), auteur dramatique, administrateur général de la Comédie-Française de 1945 à 1947.
- 18 août 1908 Naissance d'Albert Bouquillon, († en janvier 1997), sculpteur.
- 23 janvier 1911 Naissance de Michel Warlop, violoniste de jazz, enfant de la "Pâtisserie Warlop". Il a joué et enregistré avec Django Reinhardt et Stéphane Grappelli.
- 20 décembre 1920 Naissance de Jacques Douai († le à Paris), chanteur.
- 21 janvier 1937 Naissance de Christian de Chalonge, réalisateur.
- 22 juin 1958 Naissance de Jacques Bonnaffé, acteur.
- 1959 Naissance de Philippe Depienne, sculpteur.
- Naissance de Jacky Hénin, maire de Calais et député européen.

liés à Douai sans y être nés

- Antoine-Joseph Moneuse (Marly 1768 - 1798), dit Capitaine Moneuse ; chauffeur, brigand de grand chemin français, guillotiné sur la place de Douai le 18 juin 1798.
- Nicolas-Joseph Gérin (Ciply vers 1778 - 1798), lieutenant d'Antoine-Joseph Moneuse guillotiné en même temps que son chef.
- François Vidocq (Arras 1775 - Paris 1857, s'évada de la prison en plongeant dans le canal par une fenêtre. Repris, il est condamné en 1797 par le tribunal criminel de Douai au bagne.
- Théophile Bra (° le 23 juin 1797 - † à Douai en 1863), sculpteur, deuxième grand prix de Rome en 1818.
- Philippe-Antoine Merlin de Douai, homme politique et académicien.
- Honoré de Balzac (20 mai 1799 à Tours - † Paris le 18 août 1850 ). Ami et admirateur de Marceline Desbordes-Valmore. L'écrivain situe à Douai , dans une période qui va de 1810 à 1832 , son roman La Recherche de l'absolu, publié en 1834 , dans les Études philosophiques de la Comédie humaine.Marceline Desbordes-Valmore lui a apporté beaucoup de détails et d'anecdotes sur la vie des habitants de cette ville qu'elle connaissait .
- Charles Bourseul (° en 1829 à Bruxelles - † à Saint-Céré en 1863), a vécu à Douai. C'est l'inventeur français du téléphone.
- Jacques Breguet et Louis Charles Breguet, ingénieurs français, nés et morts à Paris. Ces deux frères ont conçu et expérimenté dans l'usine familiale de Douai (et sur le terrain de La Brayelle) des aéroplanes et notamment le fameux gyroplane, ancêtre de l'hélicoptère.
- Louis-Victor de Caux de Blaquetot
-Georges Prêtre, chef d'orchestre, né le 14 août 1924 à Waziers
-Jack Diéval, musicien de jazz
-Henri Dutilleux, compositeur, d'une famille originaire de Douai, il naît à Angers le 22 janvier 1916 du fait des aléas de la guerre. Il est le petit-fils du peintre Constant Dutilleux, ami de Delacroix. Très tôt, ses parents encouragent ses premiers élans et le confient en 1924 à Victor Gallois, directeur du conservatoire du Douai, qui lui enseigne l'harmonie et le contrepoint en plus des cours de piano et de solfège.
-Arthur Rimbaud, poète, séjourna deux fois à Douai en septembre et octobre 1870, après une fugue l'éloignant de Vitalie Rimbaud, son acariâtre mère. Il fut hébergé chez les sœurs Gindre (au 27 rue de l'Abbaye-des-Prés, mais la numérotation a beaucoup changé depuis), tutrices de Georges Izambard, son professeur de rhétorique qui l'avait sorti d'une prison parisienne. Les sœurs Gindre sont probablement les "Chercheuses de poux". Au bureau de recrutement de Douai, il essaya en vain de s'engager dans la garde nationale, voulant suivre l'exemple d'Izambard (Paris était alors cerné par les Prussiens). Rimbaud écrivit quand même, au nom de cette garde sous-équipée, une pétition (conservée au Musée-bibliothèque Rimbaud de Charleville-Mézières) au maire de Douai pour réclamer davantage d'armes. À l'insu d'Izambard, Rimbaud écrivit pour le Libéral du Nord le compte-rendu d'une assemblée électorale publique (tenue rue d'Esquerchin), qui traitait avec ironie quelques notables de la ville (dont l'ingénieur Jeanin, co-directeur des sucreries de Lambres). Dans l'espoir d'être édité, Rimbaud déposa le 26 ou 27 septembre 1870 au poète douaisien Paul Demeny (au 39 - aujourd'hui 171 - rue Jean de Bologne) une liasse de quinze poèmes, certains recopiés ou composés (?) à Douai. Rages de Césars a peut-être été écrit à Douai. Il écrivit plus tard : "Brûlez, je le veux, et je crois que vous respecterez ma volonté comme celle d'un mort, brûlez tous les vers que je fus assez sot pour vous donner lors de mon séjour à Douai." Heureusement Demeny n'en fit rien. Cinq poèmes de Rimbaud ne sont connus que par le Recueil Demeny ou Recueil de Douai (Rimbaud n'a donné aucun titre), qui contient notamment le Bal des pendus et Les Effarés. Demeny vendit le recueil de Douai à Rodolphe Darzens, premier biographe du poète (qui ne l'a pas connu). Il passa ensuite entre les mains de l'éditeur Léon Genonceaux, du collectionneur Pierre Dauze et celles de Stefan Zweig qui les acheta aux enchères de l'hôtel Drouot en 1914 et les conserva juqu'à sa mort en 1942 à Petrópolis au Brésil. La belle-famille de Zweig le céda à la British Library de Londres en 1985 où il est encore aujourd'hui. Ces poèmes furent publiés entre temps grâce à des fac-similés.D'après son biographe Jean-Jacques Lefrère (Fayard), Rimbaud, choyé par les trois sœurs, passa à Douai "les journées les plus heureuses de sa jeunesse, peut-être de sa vie". Izambard, craignant d'être accusé par la mère Rimbaud et par sa hiérarchie de détournement de mineur, le raccompagna à Charleville, contre la volonté du poète. Certains premiers biographes du "clan Rimbaud", prenant la défense de la mère, accusèrent Izambard d'avoir enlevé et corrompu l'adolescent. Vitalie le menaçant de la pension, Rimbaud s'enfuit de nouveau au début du mois d'octobre 1870 et revint à Douai, chez les sœurs Gindre. Il profita de ce second séjour pour livrer à Demeny sept nouveaux sonnets, dont Ma bohème et Le Dormeur du val. Pendant plusieurs années, ces poèmes de Rimbaud dorment dans un tiroir de l'appartement douaisien de Demeny, avant d'être publiés séparément. Vitalie faisant appel à la gendarmerie pour ramener son fils à Charleville, Rimbaud fut contraint de quitter définitivement Douai le 1870 ; quelques jours plus tôt, il avait célébré ses seize ans avec les sœurs Gindre. Il écrivit sur leur porte un poème d'adieu, disparu aujourd'hui.

Jumelages

-
-
-
-
-
- ==
Sujets connexes
Abbaye de Marchiennes   Albert Bouquillon   Alexandre Miniac   Alfred Robaut   Allemagne   André Obey   Angers   Angleterre   Annecy-le-Vieux   Antoine-Joseph Moneuse   Août   Arbel Fauvet Rail   Architecture gothique   Archéologie   Arnoul Ier de Flandre   Arras   Arrondissement de Douai   Arthur Rimbaud   Artois   Auberchicourt   Automobile   Autriche   Bagne   Beffroi   Beffrois de Belgique et de France   Bonaparte   Bordeaux   Brasserie de Gayant   Bridgwater   Bruxelles   Brésil   Calais   Cambrai   Carillon   Caucase   Chambre de commerce et d'industrie de Douai   Charles Alexandre de Calonne   Charles Bertin   Charles Bourseul   Charles Fenain   Charleville-Mézières   Chauffeurs   Chef-lieu   Chemin de fer   Chimie   Christian de Chalonge   Ciply   Collégiale Saint-Amé   Communauté d'agglomération du Douaisis   Commune française   Comte   Comté de Flandre   Comédie-Française   Confiserie   Conflans-Sainte-Honorine   Conseil régional (France)   Consulat (histoire de France)   Contre-Réforme   Croix latine   Cuincy   Django Reinhardt   Douai   Douaisis   Downside   Duché de Bourgogne   Emboutissage   Escaut   Escrebieux   Espagne   Eugène-François Vidocq   Eugène Delacroix   Flandre française   Flandre romane   Flers-en-Escrebieux   France   Franz Liszt   Furnes   Gaule romaine   Gayant   Georges Besse   Georges Prêtre   Giambologna   Ginkgo biloba   Guesnain   Guillaume le Conquérant   Géants du Nord   Général de division   Henri-Edmond Cross   Henri Dutilleux   Honoré de Balzac   Houille   Hélicoptère   Hôtel Drouot   Hôtel des Invalides   Imprimerie nationale   Jack Diéval   Jacky Hénin   Jacques Bonnaffé   Jacques Douai   Jazz   Jehan Bellegambe   Juillet   La Recherche de l'absolu   Lambres-lez-Douai   Latin   Le Dormeur du val   Lille   Londres   Louis Charles Breguet   Louis Charles de Bourbon (1701-1775)   Louis XIV de France   Lundi   Lycée Albert-Châtelet   Lycée Jean-Baptiste Corot   Lycée en France   Lyon   Léon Escoffier   Mademoiselle Mars   Maire   Marceline Desbordes-Valmore   Marly (Nord)   Marseille   Masny   Mayence   Michel Silvestre Brayer   Molière   Montsoreau   Moulins (Allier)   Mur   Musée de la Chartreuse de Douai   Musée du Louvre   Métallurgie   Nicolas Martin du Nord   Nicolas Trigault   Noms jetés des villageois   Nord-Pas-de-Calais   Nord (département)   Néerlandais   Octobre   Ordre des frères mineurs   Orgue   Paris   Parlement   Parlement de Flandres   Petrópolis   Philippe-Antoine Merlin de Douai   Philippe Depienne   Philippe II d'Espagne   Pierre François Joseph Durutte   Place des Vosges   Portugal   Prince (titre)   Prusse   Pterocarya   Rassemblement pour la République   Renault (Groupe)   Réforme protestante   Révolution française   Révolution industrielle   Saint-Céré   Samedi   Scarpe   Seconde Guerre mondiale   Septembre   Siège (militaire)   Société nationale des chemins de fer français   Sous-préfecture   Stefan Zweig   Stéphane Grappelli   Suisse   Sébastien Le Prestre de Vauban   TGV   Thomas Cromwell   Théophile Bra   Théâtre   Tour de Londres   Tours   Traité d'Aix-la-Chapelle (1668)   Tramway   Union pour un mouvement populaire   Université   Université d'Artois   Valenciennes   Victor Hugo   Villes et Pays d'Art et d'Histoire   Violon   Waziers  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^