Metz

Infos
Metz (qui se prononce par francophilie depuis l'annexion de 1871 par l'Allemagne) est une commune française située dans le département de la Moselle, préfecture de région de la Lorraine. Ses habitants sont appelés les Messins.
Metz

Metz (qui se prononce par francophilie depuis l'annexion de 1871 par l'Allemagne) est une commune française située dans le département de la Moselle, préfecture de région de la Lorraine. Ses habitants sont appelés les Messins.

Histoire

Préhistoire et Protohistoire

En 1882, un coup de poing ou biface vieux de 200 000 ans av. J.-C., a été découvert dans une sablière de Montigny-lès-Metz.René Bour, Histoire de Metz, Éd. Serpenoise, 1979, p. 17. Les hommes vivant à cette période étaient des chasseurs-cueilleurs, vivant selon le mode de vie non sédentaire propre aux nomades et dont les déplacements étaient liés en partie à leur approvisionnement en nourriture. Les Hauts-de-Sainte-Croix ont livré quelques tessons du IVe millénaire av. J.-C., mais l'occupation attestée du site ne commence qu'au avec la présence de fonds de cabane et des emplacements de maisons de bois et de torchis ainsi qu'une nécropole à urnes cinérairesFrançois-Yves Le Moigne (dir.), Histoire de Metz, Privat, Toulouse, 1986, p. 12-13. Les archéologues ont également exhumé un murus gallicus. Ce sont là les vestiges de Divodurum, oppidum des Médiomatriques, peuple gaulois dont le territoire s'étendait de l'Argonne au Rhin et que mentionnera Tacite au siècle suivantTacite, Les Histoires, 1, 63. Nous savons encore par César qu'en 52 av. J.-C., les Médiomatriques envoyèrent un contingent de 5 000 soldats à l'armée gauloise formée pour porter secours à Vercingétorix dans AlésiaCésar, Guerre des Gaules, VII, 75. La porte des Allemands avant 1900

Époque gallo-romaine

Premier siècle

Au lendemain de la conquête romaine, Divodurum Mediomatricorum (Metz) est le chef-lieu de la cité des Médiomatriques, intégrée à la Gaule belgique dont la capitale est Reims (Durocortorum). Son territoire va à présent de l'Argonne aux Vosges. L'espace au-delà des Vosges est désormais occupé par les Triboques. Divodurum (Metz) est mentionnée pour la première fois par TaciteTacite. - Les Histoires, 1, 63 à la fin du à propos des troupes de Vitellius qui y massacrent 4000 personnes. Les fouilles archéologiques des quarante dernières années ont révélé une agglomération de bâtiments en bois et torchis, établie selon le quadrillage propre aux villes romaines avec cardo et decumanus ; la surface a quadruplée depuis la fin de l'indépendance. Metz est devenu un important carrefour routier où convergent les voies venant de Lyon, Reims, Trèves, Mayence et Strasbourg. L'église abbatiale Saint-Pierre-aux-Nonnains, ancien bâtiment romain de plan basilical

Deuxième siècle

À Metz comme dans l'ensemble de la Gaule gallo-romaine, la civilisation gallo-romaine atteint alors un sommet. La population de Metz, estimée entre 15 000 et 20 000 habitants, habite désormais des constructions en pierre. De grands édifices voient le jour, qui utilisent la pierre de Jaumont et surtout la pierre de Norroy. Parmi les plus prestigieux, il y a l'amphithéâtre, construit certainement à la fin du Ier siècle, un des plus grands du monde romain (25000 places) et l'aqueduc qui va de Gorze à Metz en traversant la Moselle. Par ailleurs une vaste nécropole s'étend au sud de la ville de part et d'autre de la voie vers Lyon.

Bas-Empire

Saint Clément conduit le « Graoully » sur les bords de la Seille À partir de 245, les périodes de paix sont entrecoupées d'épisodes violents et de destructions. Dans ce climat de moindre sécurité, la ville s'entoure maintenant d'une enceinte où sont réemployés des blocs d'architecture et des stèles. De la fin du ou du début du , date la construction de l'édifice de plan basilical connu sous le nom de basilique de Saint-Pierre-aux-Nonnains dont la fonction reste obscure. Certains y ont vu une basilique civile, d'autres la palestre d'un ensemble thermal voisin. En 297, la cité des Médiomatriques est intégrée dans la Belgique première et perd son territoire à l'Ouest avec l'émergence de la cité de Verdun. Par contre, Metz bénéficie de la proximité de Trèves promue au rang de capitale de l'Empire. On ne peut rien affirmer sur les débuts du christianisme à Metz. Le premier évêque saint ClémentPaul Diacre, Gesta Episcoporum Mettensium (Histoire des évêques de Metz) aurait vécu pendant le dernier tiers du . Il a établi un sanctuaire dans la fosse du grand amphithéâtre désaffecté, qu'ont retrouvé les fouilles allemandes de 1902. Au , le nom Divodurum Mediomatricorum n'est plus d'usage, les textes parlent maintenant de Mettis. Cette période se termine par l'incendie et le pillage de la ville par les HunsGrégoire de Tours, Histoire des francs le 7 avril 451. Seul aurait été épargné l'oratoire Saint-Etienne situé à l'emplacement de l'actuelle cathédrale ou à proximité.

Moyen Âge

Metz est la capitale du royaume d'Austrasie durant deux siècles de la période franque, de 511 à 751. À la mort de Clovis en 511, Thierry Ier reçoit la région nord-est appelée Austrasie. Il a primitivement établi sa capitale à Reims, mais très vite il choisit Metz en raison de sa situation centrale. Il construit un palais sur la colline Sainte-Croix, il abrite aujourd'hui les musées de la Cour d'Or. La dynastie des Carolingiens est originaire de la ville, et divers membres de la famille de Charlemagne sont enterrés dans l'abbaye Saint-Arnould. Siège d'un évêché disposant du pouvoir temporel, Metz reste longtemps une ville libre du Saint Empire romain germanique. Les édifices religieux se multiplient dans la ville, la ville prospère et la bourgeoisie se développe. Au , la bourgeoisie fait de Metz une république oligarchique dirigée par le collège des Échevins.

Renaissance

Portrait de la ville et cité de Metz à l’époque de la Renaissance. Coll. Musées de Metz. En 1552, le roi de France Henri II devint souverain des trois villes épiscopales d'Empire Metz, Toul et Verdun après l'entrée en ville, alors ville libre du Saint Empire romain germanique. Charles Quint, voulut reprendre ces villes lorraines passées sous l'autorité du roi de France. Il organisa le siège de Metz qui fut défendue victorieusement par le duc François de Guise alors gouverneur français de la ville. Le siège fut levé en janvier 1553Histoire de la Lorraine et des Lorrains, François Roth, Éditions Serpenoise, 2006. Ce n'est cependant qu'en 1648, lors des traités des Westphalie, que Metz devint juridiquement sous souveraineté française, capitale de la province des Trois-Évêchés. Dès 1633, la ville était siège d'un Parlement. Metz se transforme alors en ville de garnison, importante place forte du royaume de France, tout en continuant à se développer. La proximité de la Suisse et du Saint-Empire propagent rapidement la Réforme à Metz qui devient un centre protestant important mais qui disparaît précocément suite à l'émigration messine à Berlin suite à la révocation de l'édit de Nantes Les Juifs ont été autorisés à s'installer à Metz en 1565 et leur communauté a atteint 2200 personnes au début du (voir ).

Époque contemporaine

Libération de Metz le 18 novembre 1944 1861 Exposition universelle de l'agriculture, de l'industrie, de l'horticulture et des beaux-arts. Metz est assiégée pendant la guerre franco-allemande de 1870. Abandonnée par la majorité des députés français, y compris les députés lorrains de la Meurthe, qui ont voté à la quasi unanimité son annexion, est rattachée au nouvel Empire allemand, ratifié par le traité de Francfort et devient chef-lieu du district de la Lorraine (Lothringen) dans le Reichsland d’Alsace-Lorraine de 1871 à 1919. Après l’annexion, et malgré le départ de ses élites et autres « optants » pour la France, la ville continue de s'agrandir et de se transformer dominée par la personnalité de son évêque français, Paul Dupont des Loges, qui est élu député "protestataire" au Reichstag. Metz se transforme et son urbanisme devient la vitrine de l'empire wilhelminien. On voit apparaître d'immenses bâtiments de style néo-roman ou néo-gothique dont le portail de la cathédrale, le temple protestant et le palais du gouverneur. Comme toutes les cités du Reich, elle reçoit une "colonne Bismark", colonne de pierre marquée de l'effigie du chancelier, qui domine la cité depuis le mont Saint-Quentin et est désormais noyée dans la végétation. Devenue un point stratégique majeur de la Défense du Reich allemand (carrefour routier et ferroviaire majeur), elle voit l'état-major allemand poursuivre les travaux de fortification entamés sous le Second Empire. En 1914, Metz est la plus grande forteresse du monde. Elle est cependant largement épargnée par les combats de la Première Guerre mondiale. Redevenue française en 1918, Metz conserve son rôle de garnison de première importance. Plus de 300 cafés font de la ville un "Petit Paris de l'Est". Par ailleurs, quoique francophone depuis toujours, la ville est devenue bilingue car plusieurs générations d'enfants ont été contraints non seulement d'apprendre, mais de parler (sous peine de sanctions) l'allemand à l'école. Dans les années 1980 encore, des « anciens » parlaient l'allemand entre eux et dans les cours d'école, les enfants jouant au loup ou à chat perché ne se disaient pas « pouce ! » mais « frei ! » sans comprendre un instant l'origine de ce terme. A nouveau occupée et annexée durant la Seconde Guerre mondiale, Metz devient le cœur du Westmark, la « marche de l'Ouest », du Troisième Reich. Ses jeunes sont enrôlés de force dans la Wehrmacht comme les jeunes Alsaciens (ce sont les malgré-nous) et envoyés sur le Front de l'Est pour limiter les désertions. Metz est libérée en par la 95 division d'infanterie US. Les combats sont très durs et le siège des fortifications de la ville coûte très chers aux forces américaines. Chars et bombardiers se heurtent à une ceinture de béton, de fer et de feu qui protège les approches de la cité messine. Même le napalm (employé sur les forts d'Ars sur Moselle, à 7 km au sud de Metz) est inefficace. Il faut dire que les forts sont défendus notamment par 300 vétérans du Front de l'Est, en formation au sein de l'école de sous-officiers de la Wehrmacht de Metz. Dans certains cas, c'est la faim qui poussera ces soldats allemands à la reddition. Il faudra toute la fougue et le courage des jeunes GI pour finir par briser la résistance ennemie et traverser la Moselle dans des conditions extrêmes, en plein cœur de l'hiver 1944. Un général allemand donne le surnom aux soldats américains "The Iron Men of Metz" (Les Hommes de Fer de Metz) pour avoir été la première armée à avoir réussi à capturer cette ville par la force alors que l’état-major allemand songeait à en faire un "Stalingrad bis" afin de bloquer l'avancée de Patton. Si un tel plan avait réussi, l'offensive allemande des Ardennes eut été dramatique pour les Alliés. De nos jours, le rôle militaire de Metz a décru, et la ville a diversifié ses activités. Elle a ainsi pu poursuivre sa croissance malgré les difficultés économiques qui ont durement frappé la Lorraine (crise du charbon, de la sidérurgie, du textile...). Désormais à 1h20 de Paris grâce au TGV, Metz développe son université qui compte plus de 15 000 étudiants. La cité n'est pas seulement la « ville la plus fleurie d'Europe », mais développe également ses pôles technologiques, axés sur les technologies de l'information et de la communication (Technopôle de Metz). Tournée vers l'Europe, la ville de Metz mène une politique de coopération active avec le Luxembourg et le Land de Sarre, eux aussi victimes au cours des siècles de l'antagonisme franco-allemand. Voir aussi : Liste des évêques de Metz - Liste des rois d'Austrasie

Culture

En tant que ville de la Grande Région, Metz participe au programme de l'année européenne de Luxembourg capitale de la culture 2007. C'est en ses murs que se dresse l'opéra-théâtre, le plus ancien théâtre français en activité (construit en pierre de Jaumont entre 1738 et 1753). L'Arsenal (salle de spectacle), conçu par Ricardo Bofill, accueille des concerts de musique classique, récitals et ballets. Le théâtre du Saulcy se dresse au cœur du campus universitaire. Le Centre Pompidou - Metz est une annexe du célèbre musée parisien se situe à l'arrière de la gare SNCF. L'Eté du Livre, grand festival littéraire de Metz, a lieu début juin. Deux festivals de musiques actuelles ont lieu chaque année : Metiz'Art au mois de mai, et Zik@metz au mois de septembre. La fête de la mirabelle, fin août, célèbre le fruit régional et l'élection de sa reine est un grand moment de liesse inter-âge, sans oublier le marché de Noël de Metz, qui en fait une étape festive incontournable. La cité, très largement piétonnière, dévoile ses charmes (ses maisons médiévales florentines, ses arcades de pierre, ses boutiques nombreuses et renommées, son plan d'eau, ses promenades fleuries, Saint Pierre aux Nonnains (l'une des plus vieilles églises d'Europe !), sa splendide cathédrale qui offre des vitraux du , y compris des vitraux de Marc Chagall) aux amateurs de culture ou de shopping. La ville a proposé à l'UNESCO au titre des sites considérés comme "patrimoine mondial de l'humanité" son Quartier Impérial datant de l'époque wilheminienne.

Géographie

Place de Chambre. Metz est située au confluent de la Moselle et de la Seille.
- Metz possède trois îles habitées : le Petit Saulcy, le Grand Saulcy, et Chambière. Les îles sont reliées entre elles et à la ville par des ponts : le Moyen Pont, le pont des Morts, le pont des Roches, le pont Saint-Marcel, le pont de la Préfecture, le pont Moreau, le pont Saint-Georges et le pont des Grilles. Metz dispose par ailleurs d'un plateau piéton de 52 000 m². Les villes les plus importantes qui l'entourent sont : Nancy à 48 km au sud, Luxembourg à 55 km au nord, et Sarrebruck à 60 km à l'est. Elle est située à peu près à mi-chemin entre Strasbourg (130 km) et Reims (155 km). De même, elle est à équidistance de Paris et de Francfort-sur-le-Main (350km).

Les quartiers de Metz

-Ancienne Ville (Metz)
-Bellecroix
-Borny
-Devant-les-Ponts
-Grange-aux-Bois
-Grigy Technopôle
-Les Iles (Metz)
-Magny
-Metz-centre
-Nouvelle Ville (Metz)
-Patrotte Metz-nord
-Plantières Queuleu
-Sablon
-Vallières Les Bordes Selon , le plan interactif de Metz.

Démographie

La population de Metz a augmenté régulièrement depuis la Seconde Guerre mondiale. Cette croissance démographique n'a jamais été interrompue, même si elle a été très lente depuis les années 1970. Cela fait de Metz une exception parmi les grandes villes françaises qui ont presque toutes connu des périodes de recul démographique dans les années 1970 ou 1980. La croissance de la ville s'est accompagnée d'une extension progressive de son agglomération. L'agglomération de Metz est organisée en communauté d'agglomération (la Communauté d'agglomération de Metz Métropole, ou CA2M) qui compte en 2007 225 000 habitants. Cependant l'unité urbaine qui regroupe entre autre Hagondange forme un ensemble de plus de 320 000 habitants. Les limites de l'agglomération messine approchent désormais l'agglomération de Thionville, le long de la Moselle. L'aire urbaine de Metz, qui compte plus de 430 000 habitants, site de l'INSEE, est la première de Lorraine, la première en création de valeur ajoutée en Lorraine, et la seizième aire urbaine de France. Il existe une volonté politique de créer un ensemble urbain appelé Sillon Lorrain qui regroupe les agglomérations de Thionville, Metz, Nancy et Épinal. Soit un potentiel de 1 million d'habitants. Cependant ce projet rencontre une forte opposition.

Économie

Plan d'eau du Saulcy Parmi les secteurs économiques représentés à Metz, il est à citer :
- Métallurgie
- Pétrochimie
- Tabac
- Automobile
- Logistique
- Commerce Metz est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie de la Moselle. Elle gère la zone d’Ennery et le CFA. Elle gère aussi le Nouveau port de Metz (1er port fluvial céréalier), le Port de Metz Mazerolle, le port fluvial de Thionville. Metz est aussi le lieu historique de la culture de la mirabelle en Lorraine. Metz est l'une des quatre villes formant le Sillon Lorrain avec Nancy, Épinal et Thionville, qui forment un aire de plus d’un million d’habitants. Metz est par ailleurs l’une des quatre villes formant le QuattroPole avec Luxembourg, Trèves (Trier) et Sarrebruck (Saarbrücken). Ce réseau transfrontalier permet la coopération urbaine de ces quatre villes.

Transports

La ville de Metz est accessible par les autoroutes A4 (qui la relie à Paris, Reims et Strasbourg) et A31 (qui la relie à Luxembourg au Nord et à Nancy au Sud). Depuis le 10 juin 2007, Metz est directement reliée à Paris en 82 minutes par le TGV Est, renforçant les échanges entre l'agglomération lorraine et la région parisienne. En outre la gare Lorraine, située à quelques dizaines de kilomètres de Metz est désormais à 75 minutes de l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. Metz possède un réseau de bus géré par les transports en commun de l'agglomération messine , qui appartient à la Communauté d’agglomération de Metz Métropole (CA2M) et à TRANSDEV acteur national du transport urbain, filiale de la Caisse des dépôts et consignation.

Enseignement supérieur et recherche

-L'Université Paul-Verlaine (UPV-M) (http://www.univ-metz.fr/)
-Le Conservatoire national des Arts et Métiers (CAMOS, http://www.cnam-lorraine.fr/)
-L'École supérieure d’art de Metz (ESAM)
-L'École nationale d'ingénieurs de Metz (ENIM, http://www.enim.fr/)
-L'École nationale supérieure des Arts et Métiers à Metz (ENSAM, http://www.metz.ensam.fr/)
-L'École supérieure d'électricité (Supélec)
-/
-L'Ecole supérieure des ingénieurs des travaux et de la construction de Metz (ESITC, http://www.esitc-metz.com/)
-L'Institut européen d'écologie (http://www.ethnopharmacologia.org/iee.htm)
-GeorgiaTech Antenne européenne de l'université GeorgiaTech Institute of Technology Atlanta (Georgia) USA
-Ecole Supérieure Internationale de Commerce (ESIDEC, http://www.esidec.fr)
-Lycée des métiers de l’hôtellerie Raymond-Mondon (ancien maire de Metz), considéré aujourd'hui le meilleur lycée hôtelier de France.

Administration

Vue sur le moyen pont et le temple neuf entouré par les bras de la Moselle. Jean-Marie Rausch est le maire actuel de Metz depuis mars 1971 (réélu en 1977, 1983, 1989, 1995 et 2001). En 1961, Metz a fusionné avec trois communes de sa proche périphérie : Borny, Magny et Vallières Metz est divisée en 4 cantons, qui forment l'arrondissement de Metz-Ville :
- Le 1 canton compte 24 027 habitants;
- Le 2 canton compte 25 245 habitants;
- Le 3 canton compte 40 058 habitants (Conseiller général : Nathalie Griesbeck);
- Le 4 canton compte 34 446 habitants. La ville est aussi le chef-lieu de l'arrondissement de Metz-Campagne, formé de cantons environnants. Metz est le siège du conseil régional de Lorraine.

Monuments et lieux touristiques

Metz est classée ville d'art et d'histoire. Édifices religieux L'église Sainte-Ségolène
- La cathédrale Saint-Étienne, de style gothique, possède de nombreux vitraux réalisés par Marc Chagall. Elle est considérée comme l'une des plus belles de France.
- L'abbaye Saint-Vincent, construite de 1248 à 1376, ancienne abbatiale avec son cloître du .
- L'église abbatiale Saint-Pierre-aux-Nonnains, plus vieille église de France, datant du .
- L'église Saint-Eucaire XII s
- L'église Saint-Maximin XII s
- L'église Saint-Martin XIII XIV s
- L'église Sainte-Ségolène s
- L'église Saint-Étienne-le-dépensié
- L'église Saint-Livier s, ruine
- L'église des grands Carmes ruine
- L'église Saint-Clément construite de 1635 à 1730, avec son cloître
- L'église Notre-Dame construite de 1665 à 1741
- L'église Saint-Simon-Saint-Jude construite en 1737
- L'église Sainte-Thérèse-de-l'Enfant-Jésus construite de 1937 à 1954
- L'église des petits Carmes siècle
- L'église des Trinitaires siècle
- L'abbatiale Sainte-Glossinde siècle, palais épiscopal
- La chapelle des Templiers siècle, ordre du temple
- La chapelle Saint-Genest s
- La chapelle Saint Jean le petit siècle
- La chapelle de la Miséricorde
- La chapelle des Jésuites milieu néogothique
- Le temple luthérien édifié en 1893
- Le temple de garnison construit de 1875 à 1881, il ne reste que la tour avec une hauteur de 91 mètres
- Le temple neuf, construit de 1901 à 1904
- Le cloître des Recollets
- La synagogue Édifices civilsThéâtre L'hôtel d'Heu
- Les thermes romains, datant de l'époque gallo-romaine
- L'amphithéâtre de Metz, , détruit
- L'hôtel Saint-Livier siècles
- L'hôtel de la Bulette siècle
- L'hôtel d'Heu siècles
- L'hôtel Gargan siècle
- L'hôtel de Burtaigne siècle
- L'hôtel de Gournay siècle
- La maison de Rabelais siècle, avec sa chapelle Saint-Genest
- La maison des Têtes construite en 1529
- La grange Chèvremont s
- La grange des Antonistes siècle
- Le théâtre de Metz
- Le monument aux morts de style Art déco de Metz, inauguré en 1935. Cette œuvre monumentale de Paul Niclausse représente une mère assise, grave, les yeux fermés et portant sur ses genoux son fils nu : il s'agit là de l'interprétation laïque d'une pietà.
- L'arsenal, une salle de spectacle porte en Chandellerue et Sainte-Barbe datant de 1856
- Le Centre Pompidou, en construction (ouverture prévue en 2009) Édifices fortifiés
- La porte des Allemands siècles
- La porte en Chandellerue ou Chandeleirue siècle
- La porte Serpenoise siècle
- Les remparts médiévaux
- Le magasin aux vivres siècle
- Le fort de Queuleu siècle
- Le fort Bellecroix et siècles Édifices administratifs Le palais du Gouverneur
- Le palais de justice siècle
- La préfecture siècle
- L'hôtel de ville siècle
- L'ancienne gare construite en 1852
- Le palais du Gouverneur construit de 1902 à 1905
- La gare construite de 1905 à 1908 et son quartier impérial (avenue Foch, rue Pasteur)
- L'hôtel des postes construit par les Allemands en 1911 La place Saint-Louis Places
- La place Saint-Jacques
- La place Saint-Louis
- La place des Charrons
- La place d'armes
- L'esplanade
- La place de la République
- La place de Maud'huy

Héraldique

Armes de la ville Les armes de la ville sont : « Parti d'argent et de sable ». Ce blason est celui du « Commun », groupement de familles messines qui ne faisaient pas partie des cinq associations de familles patriciennes, regroupées par quartiers : les paraiges d'Outre-Seille, de Port-Sailly, de Porte-Moselle, d'Outre-Moselle et de Jurue. La devise de la République messine, au Moyen Âge, est : « Si nous avons paix dedans, nous avons paix dehors ». Jamais d'aultres armes nous prendrons Que celles que nous élizons, Et nous disons pour réconfort Nous voulons la liberté ou la mort.

Prononciation

Metz se prononce Mess et non Mets, contrairement à ce que l'on peut entendre çà et là. Cela remonte à la guerre franco-allemande de 1870. Lorsque, le 10 mai 1871, le traité de Francfort met fin à la guerre de 1870 entre la Prusse et la France, le haut-commandement allemand exige et obtient l'annexion de l'Alsace et de la Moselle, prétextant que ces terres sont allemandes ; or le bassin houiller (Briey-Longwy) et le pays messin ont toujours été de culture et de langue française. Bismarck craignant de potentiels troubles ultérieurs conseille de s'en tenir aux zones germanophones ; si le bassin houiller est finalement préservé de l'annexion, Metz et sa région sont conservés pour officieusement des raisons stratégiques, étant une région déjà fortifiée et propice à la défense. Pour protester contre ce nouveau statut, les Messins prononceraient alors Mess pour se démarquer de la prononciation allemande, qui insiste sur la lettre T. Cette situation se reproduira également entre l'annexion de 1940 et la Libération. A cette explication quelque peu cocardière il serait bon d'en opposer une autre qui voudrait que les lettres "tz" soient en fait la transcription en alphabet latin d'un caractère médiéval servant à noter un "s" dur en finale d'un mot. Prononcer "Mets" reviendrait donc à faire la même erreur que de dire "Bru-X-elles", car là aussi, le X que l'on retrouve dans la graphie française du nom de la capitale belge est en fait le leg d'une graphie médiévale dans laquelle un caractère ressemblant au X servait à indiquer un double S à l'intérieur d'un mot (double S que l'on retrouve pour preuve dans les graphies allemande, anglaise, néerlandaise, etc., du nom de cette ville).

Personnages célèbres

- Gustave Humbert, ministre de la justice en 1882.
- Philippe Gérard, dit "de Vigneulles", (1471-1528) écrivain, conteur et chroniqueur.
- Claude Petit Jean (fl. 1562-1592), musicien, compositeur.
- François Barbé-Marbois, ministre de Napoléon.
- Monsù Desiderio, duo de peintres maniéristes du .
- Adam Philippe de Custine (1740-1793), général.
- Pierre-Louis Roederer (1744-1835), homme politique.
- Jean-François Pilâtre de Rozier (1754-1785), aérostier.
- Charles de Lacretelle (1766-1855), historien.
- Pierre Louis de Lacretelle (1751-1824), homme politique.
- Louis-Luc Loiseau de Persuis (1769-1819), compositeur.
- Lucien Loizeau (1879-1978), général, gouverneur militaire de Metz.
- Antoine Richepance (1770-1802), général de Napoléon.
- Antoine Charles Louis Lasalle (1775-1809), général de Napoléon.
- Ambroise Thomas (1811-1893), compositeur de musique.
- Sainte Marie-Eugénie de Jésus (1817-1898), fondatrice des Religieuses de l'Assomption
- Achille Ernest Oscar Joseph Delesse (1817-1881), géologue.
- Prosper Mayer (1840-1885), journaliste.
- Louis Aimée Augustin Le Prince (1842-1890), inventeur théorique du cinéma.
- Paul Verlaine (1844-1896), poète.
- Lucien Gallois, né à Metz en 1857, mort à Paris en 1941, géographe.
- Gustave Kahn (1859-1936), poète symboliste et critique d'art.
- Gabriel Pierné (1863-1937), compositeur.
- Paul Niclausse, né à Metz en 1879 et décédé en 1958 est un sculpteur français.
- Jean-Marie Straub, cinéaste né le 8 janvier 1933
- Bernard-Marie Koltès (1948-1989), auteur dramatique.
- Marie-Claire Buzy (1957-), chanteuse française.
- Odile Kolb (1953-), artiste peintre.
- Georges Lang (1947-), personnalité de la radio.
- Max Braubach, historien allemand
- Bouabdellah Tahri, athlète.
- Charles Victor Woirgard dit Beaugard ou Beauregard (1764-1810), général d'Empire

Autres personnalités liées à la ville

- Léon Barillot (1844-1929), peintre et graveur
- Adolphe Bellevoye (1830-1908), artiste, dessinateur, graveur, entomologiste
- Auguste Hussenot (1799-1885), décorateur, portraitiste, peintre, conservateur de musée
- Aimé de Lemud (1817-1887), graveur, peintre, lithographe, statuaire
- Charles-André Malardot (1817-1879), graveur et peintre
- Laurent Joseph Pelletier (1811-1892), lithographe, peintre et professeur de dessins
- Auguste Migette (1802-1884), peintre, décorateur de théâtre.
- François Rabelais (1494-1553), médecin, écrivain
- Léon Simon (1836-1910), peintre et dessinateur.
- François Édouard Virlet (1810-1889), colonel d'artillerie
- le comte de Vaublanc, préfet de Moselle de 1805 à 1814, puis ministre de l'intérieur
- Jules Lagneau (1851-1894), pédagogue
- René Paquet d'Hauteroche (1845-1927), juriste, ornithologue et historien
- Abraham de Fabert d'Esternay (1599-1662), homme de guerre, maréchal de France
- Élisabeth-Charlotte de Bavière (1652-1722), princesse Palatine, duchesse d'Orléans, belle-sœur de Louis XIV et mère du régent.

Gastronomie

- Boulet de Metz
- La Mirabelle le fruit et l'eau de vie
- Cochon de lait de Metz
- Potée lorraine
- Quiche lorraine
- Tarte à la mirabelle meilleur lycée hôtelier de France

Sport


- FC Metz (football)
- H2ML (handball féminin)
- SMEC (handball masculin, tennis de table et volleyball)
- KCMETZ (canoë-kayak)
- SRM (aviron)
- RC Metz (rugby)
- ES Metz (football)
- MAHC (hockey sur glace) - Club basé à Amnéville mais qui a fusionné avec son homologue messin.
- RYU TAI JITSU Lorrain aux arènes de METZ

Médias locaux

Presse

- Le Républicain lorrain
- La Semaine

Radios locales

- Direct FM
- France Bleu Lorraine Nord
- Radio Jérico
- Radio Peltre Loisirs

Jumelages

-
-
-
-
-
-
-
-
-

Notes et références

Bibliographie

- Dom Jean François et Dom Nicolas Tabouillot, Histoire de Metz, Ed. du Palais royal, 1974- , (7 vol.),
- René Bour, Histoire de Metz, Serpenoise, Metz, 1978
-
- Bernard Vigneron, Divodurum mediomatricorum : Metz antique, Maisonneuve, Sainte-Ruffine, 1986

Voir aussi

Vierge allaitante début , église Saint-Martin de Metz
-Communes de la Moselle
-Metz au Moyen Âge
-Liste des évêques de Metz
-La langue lorraine
- Le musée de la Cour d'Or (http://musees.ca2m.com)
- ==
Sujets connexes
Abbatiale   Abbatiale Sainte-Glossinde de Metz   Abbaye Saint-Vincent de Metz   Abraham de Fabert d'Esternay   Achille Delesse   Adam Philippe de Custine   Adolphe Bellevoye   Agglomération   Aimé de Lemud   Aire urbaine (France)   Alsace   Alsace-Lorraine   Ambroise Thomas   Amnéville   Amphithéâtre de Metz   Années 1970   Années 1980   Antoine Charles Louis Lasalle   Aqueduc   Architecture gothique   Argonne   Arrondissement de Metz-Ville   Arsenal (salle de spectacle)   Art déco   Auguste Hussenot   Auguste Migette   Austrasie   Automobile   Autoroute française A31   Autoroute française A4   Aviron   Basilique   Bernard-Marie Koltès   Biface   Borny   Bouabdellah Tahri   Boulet de Metz   Bourgeoisie   Buzy (chanteuse)   CCe millénaire av. J.-C.   Canoë-kayak   Cantons de la Moselle   Capitale   Capitale européenne de la culture   Cardo   Carolingiens   Cathédrale Saint-Étienne de Metz   Centre Pompidou - Metz   Centre de formation d'apprentis   Chambre de commerce et d'industrie de la Moselle   Chapelle Saint-Genest de Metz   Chapelle de la Miséricorde de Metz   Chapelle des Jésuites de Metz   Chapelle des Templiers de Metz   Charlemagne   Charles-André Malardot   Charles Quint   Charles Victor Woirgard   Charles de Lacretelle   Chef-lieu   Cinéaste   Cinéma   Cité   Claude Petit Jean   Clovis Ier   Cloître   Commerce   Communauté d'agglomération de Metz Métropole   Commune française   Communes de la Moselle   Conseil régional de Lorraine   Decumanus   Devant-les-Ponts   Devise (phrase)   Divodurum Mediomatricorum   Député   Empire allemand   Ennery (Moselle)   Esplanade de Metz   Exposition universelle   Football   Fort de Queuleu   France   Francfort-sur-le-Main   Francs   François Barbé-Marbois   François Rabelais   François de Guise   François Édouard Virlet   Gabriel Pierné   Gaule belgique   Gaule romaine   Gentilé   Georges Lang   Gorze   Grande Région   Grange Chèvremont   Grange des Antonistes   Graoully   Grigy Technopôle   Guerre franco-allemande de 1870   Gustave Kahn   Hagondange   Handball   Henri II de France   Hockey sur glace   Huns   Héraldique   Hôtel Gargan   Hôtel Saint-Livier   Hôtel d'Heu   Hôtel de Burtaigne   Hôtel de Gournay   Hôtel de la Bulette   Hôtel de ville de Metz   IVe millénaire av. J.-C.   Ier siècle   Institut national de la statistique et des études économiques   Jean-François Pilâtre de Rozier   Jean-Marie Rausch   Jules César   Jules Lagneau   La Grange-aux-Bois   La Semaine   Laurent Joseph Pelletier   Le Républicain lorrain   Le Sablon (Moselle)   Libération (histoire)   Liste des évêques de Metz   Logistique   Lorrain   Lorraine   Louis-Luc Loiseau de Persuis   Louis Aimée Augustin Le Prince   Lucien Gallois   Lucien Loizeau   Luxembourg (pays)   Luxembourg (ville)   Lyon   Léon Barillot   Léon Simon   Magasin aux vivres de Metz   Magny (Moselle)   Maison de Rabelais   Maison des Têtes   Malgré-nous   Marc Chagall   Marie-Eugénie de Jésus   Massif des Vosges   Mayence   Metiz'Art   Metz au Moyen Âge   Meurthe (département)   Mirabelle   Mode de vie sédentaire   Monsù Desiderio   Montigny-lès-Metz   Monument aux morts   Moselle (département)   Moselle (rivière)   Moselle Amnéville Hockey Club   Moyen Âge   Murus Gallicus   Musées de Metz   Médiomatriques   Métallurgie   Nancy   Nathalie Griesbeck   Nomadisme   Nourriture   Nécropole   Nérée Quépat   Odile Kolb   Oligarchie   Oratoire   Paix   Palais   Palais de justice de Metz   Palais du Gouverneur   Palestre   Paris   Parlement (Ancien Régime)   Paul Dupont des Loges   Paul Niclausse   Paul Verlaine   Philippe de Vigneulles   Pierre-Louis Roederer   Pierre Louis de Lacretelle   Pierre de Jaumont   Pierre de Norroy   Pietà   Place Saint-Louis   Place d'arme de Metz   Place de Maud'huy   Place des Charrons   Place forte   Plantières Queuleu   Porc   Porte Serpenoise   Porte des Allemands   Porte en chandellerue   Poste centrale de Metz   Potée lorraine   Première Guerre mondiale   Préfecture   Pétrochimie   QuattroPole   Quiche lorraine   Radio Jérico   Reims   Religieuses de l'Assomption   Remparts médiévaux de Metz   Rhin   Ricardo Bofill   Royaume de France   Rugby   Réforme protestante   République   Sable (héraldique)   Sarrebruck   Seconde Guerre mondiale   Seille (rivière)   Strasbourg   Straub et Huillet   Stèle   TGV   Tabac   Tacite   Tarte à la mirabelle   Temple de garnison   Temple luthérien de Metz   Tennis de table   Thermes romains   Thierry Ier   Thionville   Théâtre de Metz   Torchis   Toul   Traité de Francfort   Triboques   Trois-Évêchés   Trèves (Allemagne)   Unité urbaine   Vercingétorix   Verdun (Meuse)   Villes et Pays d'Art et d'Histoire   Vincent-Marie Viénot de Vaublanc   Vitellius   Vitrail   Zik@metz  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^