Océanie

Infos
Photographie satellite centrée sur l'Océanie L'Océanie est un continent regroupant des territoires situés dans l'océan Pacifique. Incluant l'Australie, la Nouvelle-Zélande, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, la Tasmanie, et d'autres îles et archipels, l'Océanie est le plus petit des continents.
Océanie

Photographie satellite centrée sur l'Océanie L'Océanie est un continent regroupant des territoires situés dans l'océan Pacifique. Incluant l'Australie, la Nouvelle-Zélande, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, la Tasmanie, et d'autres îles et archipels, l'Océanie est le plus petit des continents.

Origine du nom

L'origine du nom « Océanie » vient du mot « océan » : c'est un toponyme inventé en 1812 par le géographe d'origine danoise Conrad Malte-Brun (1775-1826).

Généralités

L'Océanie est généralement décrite comme la région du monde qui se situe entre l'Asie du Sud-Est et l'Amérique du Sud. Elle est le plus petit groupement continental du globe : l'ensemble des terres émergées atteint , dont 90 % pour la seule Australie, 5, 4 % en Papouasie-Nouvelle-Guinée et 3, 1 % en Nouvelle-Zélande, les autres nations ou territoires dispersés sur l'océan Pacifique ne comptant que pour 1, 5 % du total. L'Océanie est enfin le deuxième continent le moins peuplé après l'Antarctique avec en 2002. 60 % de la population vit en Australie, 16 % en Nouvelle-Zélande, et 12 % en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Un "espace gigogne"

Comme pour tout continent, les limites de l'Océanie sont arbitraires et difficiles à déterminer. Ces difficultés sont amplifiées en partie par l'un des grands paradoxes océaniens, à savoir qu'il s'agit d'un continent avant tout maritime, sans véritable masse continentale. Les difficultés à définir cet espace s'illustrent dans les différentes désignations qui ont pu lui être appliquées. On parle ainsi de « Pacifique Sud »Par exemple, les Jeux du Pacifique sud et la Communauté du Pacifique Sud ou des « Mers du Sud » alors même qu’une partie de la Micronésie et l'archipel d'Hawaii sont situés dans l'hémisphère Nord. De plus, ces désignations excluent généralement l'Australie (et la Tasmanie) et il est probable que rares sont les Australiens qui effectivement se définissent en tant qu'Océaniens. Plus généralement la frontière entre Asie et Océanie reste fluide. L’île de Nouvelle-Guinée est ainsi politiquement séparée entre Asie (la partie occidentale de l’île, constituée des provinces indonésiennes de Papua et de Papua occidental (précédemment Irian Barat puis Irian Jaya), et Océanie (Papouasie-Nouvelle-Guinée), même si les populations de ces deux entités sont culturellement proches. Du reste jusqu'en 1962, les territoires aujourd'hui indonésiens sous administration hollandaise, étaient considérés comme faisant partie de l'ensemble océanien. Jusqu'à cette date, les Pays-Bas étaient en effet à ce titre membres de la Commission du Pacifique Sud ou CPS (rebaptisée en 1998 Communauté du Pacifique Sud). Sur ce concept d'Océanie se superposent plusieurs réalités (politiques, géographiques, culturelles, historiques, …) qui ne se recoupent pas systématiquement. C'est l'une des raisons pour laquelle les géographes Antheaume et Bonnemaison ont décrit l'Océanie et plus généralement le bassin Pacifique comme un « espace gigogne » Antheaume B., Bonnemaison J., 1988, Atlas des îles et état du Pacifique Sud, GIP RECLUS/PUBLISUD, Montpellier .

Un espace cohérent entre continuum et ruptures

En 1832, le navigateur français Jules Dumont d'Urville proposait un premier découpage de l'Océanie en différentes régions qu'il définit selon des critères qui pour lui avaient « l'avantage de rappeler la nature et le caractère de leurs habitants »Jules Dumont d'Urville, Bulletin de la Société de Géographie de Paris (Tome XVII, n°5, janvier 1832) :
- la Polynésie habitée par des « peuples cuivrés parlant une langue commune et esclaves du Tapou »
- la Micronésie habitée par des « peuples cuivrés parlant des langues diverses et étranger du Tapou »
- la Mélanésie habitée par des « peuples noirs »
- La « Malaisie » ou « Océanie Occidentale » Notons que ce découpage était loin, déjà à l'époque, de faire l'unanimité. Ainsi D'Urville fut en conflit avec l'un de ses collègues de la Société de Géographie de Paris, Domeny de Rienzy, qui proposait pour sa part de distinguer l'Australie du reste de la Mélanésie et de renommer Polynésie en « Pléthonésie Tabouée »Domeny de Rienzy, Grégoire Louis "Océanie ou Cinquième partie du monde : revue géographique et ethnographique de la Malaisie, de la Micronésie, de la Polynésie et de la Mélanésie..." Tome premier , F. Didot frères, 1836, Paris. En 1843, Charles Hector Jacquinot, commandant de la Zélée, l'un des navires de la seconde expédition de Dumont d'Urville exprima également son désaccord : « Je pense qu'il eût été plus conforme à la nature, aux rapports géologiques des îles océaniennes, de comprendre dans la division polynésienne la Micronésie et la Polynésie proprement dite; sans en excepter les îles Viti (Fidji), et de fixer les limites est de la Malaisie à la côte ouest des Moluques en s'élevant jusqu'à la latitude de Formose; de comprendre ensuite sous la dénomination de Mélanésie les deux centres géologiques qui reçurent le nom de Nouvelle Hollande et Nouvelle Guinée, puis les Moluques, la Louisiade, les îles Salomon, les Hébrides, la Calédonie, y comprise la Nouvelle-Zélande et qui, comme tous ces archipels, ne sont que des annexes de l'Australie. Je voudrais, en outre, que ces deux dénominations Malaisie et Mélanésie fussent réunies sous l'appellation générale d'Australasie »Voyage au pole sud et dans l'Océanie sur les corvettes l'Astrolabe et la Zélée, Tome 1, p.258 Si aujourd'hui, ces découpages qui à l'époque reposaient essentiellement sur des stéréotypes raciaux et éthiques (peau noire versus peau cuivrée; cheveux « crépus » ou « laineux » versus cheveux « ondulés » ; « cannibale mélanésien » versus « bon sauvage polynésien »…) sont difficilement acceptables, les expressions Mélanésie, Micronésie et Polynésie continuent d'être usitées et conservent bien souvent dans le language courant et aux yeux des populations concernées une certaine pertinence identitaire. Dans les années 1970, les linguistes puis géographes, proposèrent de subdiviser dans leurs travaux scientifiques, l'Océanie proche et Océanie éloignée. Néanmoins là encore, ce nouveau découpage, que cela soit dans le choix de ces deux appellations qui peuvent prêter à confusion ou dans la délimitation plus que vague de ces deux ensembles, est loin de faire l'unanimité. Sans doute faut-il comprendre l'Océanie avant tout comme un continuum où depuis des siècles et bien avant le passage de premiers Européens, métissages et brassages culturels et linguistiques étaient communs. Continuum qui n'interdit pas néanmoins les ruptures, qu'elles soient linguistique entre langues austronésiennes et non austronésiennes, géographique entre le monde insulaire et les ensembles plus conséquents que représentent l'Australie, la Nouvelle-Zélande voire l'île de Nouvelle-Guinée, historico-linguistique entre une Océanie anglophone et une Océanie francophone issues du découpage colonial, économique entre pays développés et des pays en développement, politique entre pays indépendants et territoires sous tutelle...

Pays et territoires

La liste suivante et la carte qui s'y rapporte, regroupent de la manière la plus exhaustive possible, les différents pays et territoires composant cet espace (lorsque le territoire n'est pas indépendant, le pays dont il dépend est indiqué entre parenthèses). Cette dépendance prend d'ailleurs des degrés très divers selon les territoires, allant d’un territoire ou province totalement intégré, au statut intermédiaire de territoire d’outre-mer ou de pays quasi-indépendant, jusqu’à l’indépendance de droit avec une libre association avec un autre par un traité bilatéral de coopération renforcée) : Image:Oceanie2.svg

Histoire

Économie

Langues

Les langues d'Océanie se répartissent en deux groupes distincts :
- Les langues papoues, parlées entre autres sur les hautes terres de Nouvelle-Guinée et quelques îles de l'actuelle Indonésie. La plupart des linguistes classent les langues aborigènes d'Australie dans un groupe à part. Le nombre important des ces langues (environ 900 avec les variantes dialectales) dont beaucoup sont mortes et le peu de connaissances que l'on peut en avoir rendent néanmoins hasardeux toute conclusion définitive.
- Les langues austronésiennes, dont l'extension couvre une partie de l'Asie du Sud-Est, Madagascar et tout le Pacifique insulaire des côtes orientales de Nouvelle-Guinée jusqu'à l'île de Pâques. Certains linguistes vont classer à part les langues parlées sur les côtes orientales de Nouvelle-Guinée, des autres langues du Pacifique insulaire.

Notes

Voir aussi

===
Sujets connexes
Amérique du Sud   Années 1970   Antarctique   Asie du Sud-Est   Atoll de Johnston   Atoll de Midway   Australasie   Australie   Chili   Communauté du Pacifique Sud   Conrad Malte-Brun   Continent   France   Géographe   Hawaii   Indonésie   Jeux du Pacifique sud   Jules Dumont d'Urville   Langues aborigènes d'Australie   Langues austronésiennes   Langues papoues   Madagascar   Micronésie (région)   Moluques   Mélanésie   Nouvelle-Guinée   Nouvelle-Hollande (Australie)   Nouvelle-Zélande   Océan   Océan Pacifique   Océanie proche   Océanie éloignée   Papouasie-Nouvelle-Guinée   Pays-Bas   Pays développés   Pays en développement   Peuplement de l'Océanie   Polynésie   Royaume-Uni   Tasmanie  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^