Valenciennes

Infos
Valenciennes est une ville française, située dans le département du Nord dans le Hainaut. Elle est traversée par l’Escaut à son confluent avec la Rhônelle. Elle est sous-préfecture depuis 1824. Ses habitants sont appelés les Valenciennois.
Valenciennes

Valenciennes est une ville française, située dans le département du Nord dans le Hainaut. Elle est traversée par l’Escaut à son confluent avec la Rhônelle. Elle est sous-préfecture depuis 1824. Ses habitants sont appelés les Valenciennois.

Géographie

Localisation

La ville se situe à 122 km de la mer du Nord (Dunkerque) par voie express et à 140 km du point montagneux le plus proche (Ardennes). Pour la placer géographiquement par rapport à ses consoeurs, Valenciennes est à 52 km de Lille-Lesquin(nord), 106 km de Bruxelles (Belgique), 280km de Londres (Grande Bretagne), 200 km de Paris (Île-de-France) et 300 km d'Amsterdam (Pays-Bas). L’aéroport de Lille-Lesquin est à une demi-heure, celui de Roissy Charles-de-Gaulle à une heure et demie. Valenciennes est située entre deux cours d'eau : l'Escaut, et la Rhônelle. À cinq minutes du centre-ville, le plan d’eau du vignoble qui s’étend sur 54 hectares, offre un cadre naturel de détente et de loisirs. En outre, avec la proximité du parc naturel régional, Valenciennes bénéficie d’un environnement exceptionnel de 5 000 hectares de forêts dans la plaine de la Scarpe et de l’Escaut.

Histoire

Le dessin de la ville trahit sans conteste son origine médiévale. Toutefois, de très récentes découvertes archéologiques démontrent une présence humaine sur le site de la ville au néolithique.

Du Moyen Âge à la Révolution française

Valenciennes apparaît pour la première fois dans un document relatant une sentence rendue en l’an 693 par Clovis II, Roi des Francs. Lors du traité de Verdun en 843, Valenciennes devint une ville neutre, à la frontière entre la Neustrie et l’Austrasie. En 881, le Hainaut voit passer les Normands. À partir de 923, Valenciennes relève du duché de la Basse Lotharingie, dépendant du empire germanique. Sous les empereurs Ottoniens, Valenciennes devient le centre d'une marche à la frontière de l'Empire Germanique. Pour cette période, les archives du sol sont encore loin d'avoir livré tout ce qu'elles peuvent encore donner... En 1008, une famine provoque une terrible épidémie de peste. Selon la tradition locale la Vierge Marie aurait alors déroulé autour de la cité un cordon qui, miraculeusement, protégea ses habitants de la maladie. Depuis lors, chaque année, à la même époque, les Valenciennois prirent l'habitude d'accomplir autour de la ville ce chemin, long de 14 km : le tour du Saint-Cordon. De nombreux comtes se succédèrent, d'abord comme margraves de Valenciennes et à partir de 1070 comme comtes du Hainaut. En 1285, la monnaie du Hainaut fut remplacée par la monnaie de France : l’écu. Valenciennes est une ville en pleine activité, forte de ses nombreuses corporations. A l'abri de son enceinte, un grand nombre de couvents se développe, à l'instar des Dominicains (dont l'église a été fouillée par le Service Archéologique de la Ville, en 1989 et 1990). Au Albert de Bavière fit construire la tour de la Dodenne, où encore aujourd’hui, la cloche sonne en l'honneur de Notre Dame du Saint-Cordon. Au , rattaché à la Bourgogne le Hainaut perdait de son autonomie, mais Valenciennes jouissait d’une incroyable renommée grâce aux nobles personnages qu’elle protégeait en ses murs (le chroniqueur Georges Chastelain, le poète Jean Molinet, le peintre miniaturiste Simon Marmion, le sculpteur Pierre du Préau et l’orfèvre Jérôme de Moyenneville). En 1524, Charles Quint fait son entrée à Valenciennes. En 1552, Henri II roi de France s’allie aux protestants contre Charles Quint. En 1562, Valenciennes fut le lieu de la première résistance contre la persécution religieuse dans les Pays-Bas espagnols, la "Journée des Mals Brûlés", quand la foule libéra quelques protestants condamnés à mourir sur le bûcher. Après la révolte des Gueux, en 1566, Philippe II, roi d’Espagne, masse ses troupes à la porte d’Anzin dans une forteresse appelée « La Redoute » qui fut ensuite assiégée par les Valenciennois en 1576. En 1580, Alexandre Farnèse, duc de Parme et de Plaisance, conquit la ville et le protestantisme fut extirpé. Malgré ces différentes querelles, Valenciennes reste sous tutelle espagnole. En 1591, les jésuites créent une école puis font bâtir l’église Sainte-Croix. En 1611, la façade de l’hôtel de ville est entièrement reconstruite dans le style Renaissance. Au l’Escaut, fut canalisé entre Valenciennes et Cambrai, les manufactures d’étoffes de laine et de toiles fines en bénéficièrent. Pour utiliser les fils de lin, les femmes se mirent à confectionner la célèbre Dentelle de Valenciennes. Les armées françaises assiègent la ville en 1656 ; (Vauban participe sans commander, p 166). Défendant la cité, Albert de Mérode, marquis de Trélon, se trouve blessé au cours d'une sortie à cheval. Il décède des suites de ses blessures et son corps, inhumé dans l'église Saint-Paul, sera retrouvé lors de la campagne archéologique de 1990. En 1677, les armées de Louis XIV prennent la ville dirigées cette fois par VaubanBarros et alii, p 167 et Valenciennes devint française en 1678 par le traité de Nimègue. La ville devint l’une des principales places fortes françaises du Nord, fortifiée par Vauban. Pasé le siècle des Lumières, la situation économique de Valenciennes va en empirant jusqu’à la découverte du charbon. Le premier puits fut creusé à Fresnes en 1718 et la découverte du charbon gras en 1734 à Anzin forma la Compagnie des Mines d'Anzin. Au , la ville est également réputée pour sa porcelaine. La manufacture qui s'implante a pour obligation d'alimenter ses fours à la houille. En dépit de la qualité de sa production, l'entreprise ne parvient pas à vivre durablement. Valenciennes, riche de ses talents est alors surnommée l’Athènes du Nord, soulignant ainsi son rayonnement artistique.

De la Révolution française à 1914

En juillet 1793, lors des guerres liguant plusieurs puissances européennes contre la Révolution française, Valenciennes fut prise, ravagée et occupée par des troupes britannico-autrichiennes commandées par le duc d'York et le prince de Saxe-Cobourg. La ville ne fut reprise par les armées révolutionnaires qu’un an après, en août 1794, .En Juillet 1795, 1 an apres l'execution de Robespierre qui mettait pourtant un terme à la terreur, les republicains valenciennois guillotinnerent, dans des conditions particulierement abjectes, 5 religieuses Ursulines qui subirent les derniers outrages avant leur supplice. Après l’épopée napoléonienne Valenciennes se rend aux Bourbons en 1815 pour cinq ans. Par la suite, l’industrie houillère et les raffineries de sucre retrouvent leur expansion. En 1824 Valenciennes devient sous-préfecture. Au siècle, grâce au charbon, Valenciennes était devenue un grand centre industriel, qui en avait fait la capitale de la sidérurgie du Nord. Le 6 août 1890, une loi déclasse la ville comme place de guerre. De 1891 à 1893, les fortifications sont démolies et la ville est décorée de la Légion d'honneur en 1900.

Les deux Guerres mondiales

La façade de l'hôtel de ville et la place d'Armes L'armée allemande occupe la ville en 1914. C'est l’armée britannique et son corps canadien qui délivrent la cité en 1918 après de durs combats. Des faits d'armes héroïques se sont déroulés en 1918 notamnent ceux du Sergent Hugh Cairns à qui la ville rendit hommage en 1936 en baptisant une avenue à son nom. L'autre personnalité de Valenciennes fut Louise de Bettignies (née à Saint-Amand-les-Eaux), élève des Ursulines de Valenciennes de 1890 à 1896, parlant couramment quatre langues (dont l'allemand), elle créa et dirigea en 1915 le principal réseau de renseignement britannique derrière les lignes ennemies, ceci sur près de 60 km de front autour de Lille (voir wikipedia). Arrêtée fin septembre 1915, prisonnière en Allemagne, elle mourut de mauvais traitements en septembre 1918 deux mois avant l'Armistice. Elle reçut la Victoria Cross du gouvernement de sa gracieuse majesté, pour services rendus. On estime qu'elle sauva la vie de près d'un millier de soldats britanniques grâce aux informations obtenues, qui étaient d'une redoutable précision. Ainsi, elle permit aux Anglais de réaliser le premier bombardement aérien d'un train (celui de Guillaume II, venu visiter le front à Lille). Les deux avions envoyés n'étant pas équipés de viseurs adaptés, le raid manqua de peu son objectif. Le haut commandement Allemand, basé à Bruxelles, mis alors tous ses efforts pour neutraliser ce réseau maudit qui permettait aux Anglais de tout voir et tout savoir sur cette partie du front. L'arrestation de Louise serait associée à l'évasion de Alexandre Szeck, jeune opérateur radio autrichien, exfiltré de Bruxelles en aout 1915 , permettant aux anglais de mettre la main sur le code secret de la diplomatie allemande. Ce code exploité par le service secret de la chambre 40 ("Room 40"), sous la supervision de Sir Reginald Hall, permettra en janvier 1917 de traduire le fameux télégramme Zimmerman, déclenchant l'entrée en guerre des États-Unis en avril 1917. Le , la ville abandonnée par ses habitants partis sur les routes de l'exode est livrée à des pillards de l'armée française. Un gigantesque incendie dévore le cœur de la cité, alimenté notamment par un dépôt de carburant. Les troupes allemandes occupent ensuite la ville en ruines, le 27 mai. Le , après des combats sanglants, les troupes américaines entrent dans Valenciennes et libèrent la ville.

L'Après-Guerre

À l'approche du et du 3 millénaire, des signes positifs se mettent heureusement en place : réseau autoroutier, TGV, industrie automobile, équipements culturels, et surtout l’Université. D'abord antenne de Lille en 1964, puis Centre universitaire en 1970, devenue autonome en 1979, l’Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis, dans ses multiples formations diversifiées et performantes, accueille des milliers d’étudiants prêts à s’investir dans une nouvelle renaissance régionale.

Blasons et devise

Image:Blason valenciennes.svg Image:Hainaut Hollande Cadet-1-.gif
- De gueules, au lion d'or armé et lampassé d'azur La devise de la ville : « Valenciennes a bien mérité de la patrie » est gravée au fronton de l'Hôtel de Ville sous l'horloge.

Démographie

D'après les estimations de population de l'INSEE, Valenciennes compte 43 000 habitants en 2006, ce qui en fait la cent quarante troisième ville française hors agglomération. Sa croissance est toujours faible, + 0, 7 % depuis 1990 à 1999. Le dernier recensement estime à 350 000 habitants la population de Valenciennes et son agglomération, soit le 14 rang français. Le recensement de 1999 précise que 24, 1 % de la population valenciennoise a entre 0 et 19 ans, 56, 2 % entre 20 et 59 ans, et 19, 2 % plus de 60 ans.

Organisation administrative

Valenciennes est la ville centre de la Communauté d'agglomération de Valenciennes, qui compte 30 communes et 350 000 habitants. Voir Liste des maires de Valenciennes Pierre Carous fut élu maire de Valenciennes en 1947. La crise des années 1970 a causé la fermeture de ses usines métallurgiques, de terres réfractaires, de textiles, et de produits alimentaires. Malgré tout, Valenciennes conserve des fabriques de tubes, des ateliers de constructions ferroviaires et de mécanique automobile. Olivier Marlière succéda à Pierre Carous et les élections municipales de mars 1989 mirent Jean-Louis Borloo sur le siège du maire. Depuis la nomination de Jean-Louis Borloo au poste de ministre de la Cohésion sociale sous la présidence de Jacques Chirac (2002), Dominique Riquet, qui était premier adjoint est maire de la ville.

Économie

Valenciennes vivait jusqu'aux années 1970 de la sidérurgie et du textile. L'argent était disponible, l'emploi facile et les élus locaux n'ont pas pris toute la mesure de la catastrophe économique qui allait s'en suivre. Valenciennes tente ensuite courageusement sa reconversion, en particulier dans l'automobile, notamment avec l'implantation de PSA Peugeot-Citroën, Sevelnor (Conglommérat Fiat, Lancia, Peugeot-Citroën), de Toyota et de DaimlerChrysler ainsi que de leurs équipementiers. Le n°1 mondial du pneu, Michelin viendra compléter l'économie automobile d'ici 2007. Le ferroviaire est également un pilier de l'industrie du Valenciennois avec l'implantation d'Alstom, Bombardier ou encore de l'Agence européenne du ferroviaire. Mais la sidérurgie n'a pas complètement disparu du paysage industriel valenciennois. Quelques entreprises se sont spécialisées et ont pu développer leur production, et notamment Vallourec à Saint-Saulve, Valdunes ou encore les Laminés Marchands Européens (LME) à Trith-Saint-Léger. Valenciennes est le siège de la Chambre de commerce et d'industrie du Valenciennois. Elle gère le port.

L'ère du numérique

Depuis 1989, Valenciennes est engagée dans une démarche de cité numérique par le biais des TIC. Le pari est réussi puisque Valenciennes devient la première ville numérique de la région avec 4 millions d'euros investis en 4 ans.
- L'ACV, comprenez "Anneau Citoyen Valenciennois", permet d'explorer et de participer à la vie municipale, culturelle, économique et associative de la ville. Afin de faciliter la vie des Valenciennois au quotidien, les pouvoirs publics mettent en oeuvre ses services en ligne. Ainsi il est désormais possible de télécharger des formulaires, demander des actes de naissance, de mariage… sans même se déplacer. De même, la mise en place d'un forum donne la possibilité aux citoyens d'échanger et de s'exprimer librement. Ce portail permet également de suivre l'évolution des grands travaux grâce à la mise en ligne de différents supports permettant d'appréhender au mieux les changements de la ville.
- Le Canal local (Canal 13), télévision citoyenne de Valenciennes a été créé en 2002, diffusé sur le réseau câblé et sur le portail ACV. Cette télévision permet d'informer la population des évènements, elle comprend, entre autres : un journal hebdomadaire, des reportages institutionnels et une programmation du Phénix (Scène nationale) …
- Une salle a été créée afin de retransmettre en direct et en intégralité tous les Conseils municipaux et autres manifestations avec une liberté de ton et de parole. Aujourd'hui, en plus de son mini studio au sein de l'hôtel de ville, la salle du Conseil municipal devient une salle de vidéotransmission. La première diffusion, le 16 novembre 2004, a remporté un franc succès. Dès sa deuxième édition, les Valenciennois ont eu la possibilité de poser leurs questions en direct, permettant ainsi la participation de tous à la vie municipale.
- Gaia network, la chaîne de la Terre dont le siège social et les studios sont à Valenciennes, se propose de soutenir individus et collectivités dans leur effort vers le développement durable, de réserver une part de ces programmes à l'interactivité, aux productions amateurs, aux jeux et à la téléréalité, d'offrir une grille novatrice privilégiant l'interdisciplinarité… Généraliste, européenne et francophone, Gaia network verra sa diffusion possible grâce au satellite ASTRA. Dès à présent le projet se dessine sur internet sur le site gaïa network.com. Ce projet est porté par Dominique Martin Ferrari avec l'aide de la Ville de Valenciennes.

Enseignement

Université

L'arrêt Université du tramway Créée en 1968, 'Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis' accueille actuellement plus de 14 000 étudiants et est localisée sur 2 campus universitaires sur Valenciennes ("Mont Houy" et "Tertiales") et 2 antennes (Cambrai et Maubeuge). L'UVHC prépare à plus de 150 formations avec des laboratoires de recherche, 7 écoles consulaires (Chambre de commerce et d'industrie du Valenciennois) : design, image de synthèse ; des formations permanentes, sections internationales, secteurs secondaire et tertiaire, sciences humaines, lettres, sciences, langues et droit.

Classes préparatoires

- Le lycée Henri-Wallon propose des classes préparatoires scientifiques, littéraires et commerciales.
- Le lycée Notre Dame propose des classes préparatoires scientifiques, économiques et littéraires.
- Le lycée La Sagesse propose des classes préparatoires technologiques et professionnelles.
- Le lycée de l'Escaut propose des classes préparatoires scientifiques et littéraires.
- Le lycée Watteau propose des classes préparatoires littéraires (Khâgne et Hypokhâgne)
- Le lycée du Hainaut propose des classes préparatoires aux grandes écoles. Section Physique et Technologique. Prépare les "Arts et Métiers" et toutes les écoles d'ingénieurs.
- Le lycée Dampierre propose des classes préparatoires techniques.

Autres écoles

- ENSIAME (École nationale supérieurs d'ingénieurs en informatique automatique mécanique énergétique et électronique) École d'ingénieur généraliste orientée transports terrestres.
- ENTE (École nationale des techniciens de l'Équipement) Elle forme des cadres techniques et administratifs du ministère de l'Équipement.
- Supinfocom La plus célèbre des écoles de la CCI, orientée vers l'image de synthèse, à la fois sur les aspects techniques et artistiques. Elle est régulièrement distinguée au festival international des images de synthèse Imagina. À ne pas confondre avec Supinfogame.
- Supinfogame Petite sœur de Supinfocom, Supinfogame est la première école française de game design et de gestion de production dans le jeu vidéo. Son enseignement très spécialisé a trait aux méthodes de conception de jeux vidéo. On n'y apprend pas à réaliser des images de synthèse ni à programmer, même si ces domaines sont partiellement abordés dans le cursus.
- SUPINFO Elle forme des ingénieurs en informatique. Elle a été inaugurée en 2005. Cette école est trés réputée dans le monde de l'informatique.

Transports

Transports urbains

Le tramway de Valenciennes durant sa première sortie en ville à la place de la gare, le 26 avril 2006 Transvilles gère les transports en commun à l'intérieur et à l'extérieur de la ville de Valenciennes. Les quartiers de Valenciennes sont ainsi desservis par :
- La ligne 1 de tramway reliant l'université au sud-est au quartier populaire de Dutemple au nord-ouest, en passant le centre de la ville (9, 5 km)
- La ligne 2 reliant les communes péri-urbaines de La Sentinelle, Hérin et Denain. Son inauguration a eu lieu le 31 août 2007 (8, 8 km)
- Trente huit lignes suburbaines à destination des communes de l'agglomération Une troisième et une quatrième ligne de tramway sont prévue :
- La ligne 3, dont l'enquête publique est en cours, irait d'Anzin jusqu'à Vieux-Condé et devrait entrer en service en 2010 (14 km)
- La ligne 4, évoquée en public par le président de l'agglomération, devrait relier valenciennes centre à la gare SNCB de Quiévrain (Belgique) , elle devrait être mise en service pour 2011 (13, 5 km) Ainsi le futur réseau de tramway devrait totaliser environ 48 km. Voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Tramway_de_Valenciennes

Chemin de fer

La gare voyageurs de Valenciennes reçoit le label NF service en 2005. Elle permet d'effectuer le trajet de Valenciennes à Paris-Gare du Nord par TGV en 1h40. L'ancienne gare, rénovée dans le cadre de la construction du tramway, située dans le quartier de Saint-Waast est la plus vieille gare de France.

Urbanisme

Projets urbains

La ville de Valenciennes, le SITURV, Valenciennes Métropole et le Syndicat intercommunal d’assainissement de Valenciennes (SIAV) ont uni leurs réflexions et leurs efforts pour que Valenciennes et son agglomération se projettent dans un avenir durable tout en revalorisant l’existant. Cinq grands chantiers pour changer la ville.
- La première ligne de tramway qui a été inaugurée le 16 juin 2006
- La requalification du centre-ville
- Le programme Cœur de ville, centre commercial qui à ouvert le 14 avril 2006
- Le quatrième pont et les boulevards
- Le renouvellement des réseaux

Lieux et monuments

Valenciennes a été presque entièrement détruite par un gigantesque incendie lors de la Deuxième Guerre mondiale et reconstruite en béton. Les fortifications ont été démantelées en 1889, leur tracé subsiste dans la ceinture de boulevards. On peut néanmoins voir : Hotel de Ville, Valenciennes La Basilique Notre-Dame-du-Saint-Cordon. Un pèlerinage y a lieu chaque année Musée des Beaux-Arts
- La façade de l'hôtel de ville date néanmoins de 1867, les statues allégoriques sont d'Henri Lemaire (à qui l'on doit aussi certaines des oeuvres de la Gare du Nord, à Paris. Au sommet trône une reconstitution fidèle du fameux fronton de Jean-Baptiste Carpeaux " Valenciennes défendant ses remparts" (l'original est tombé lors de l'incendie de 1940 ; c'est le travail du sculpteur Albert-Marius Patrisse).
- La basilique Notre-Dame du Saint-Cordon, qui donne lieu à un pèlerinage annuel
- L'église Saint-Géry fut édifiée après la seconde moitié du dans le style troubadour (gothique romantique), elle peut s'enorgueillir d'être -aujourd'hui- la plus ancienne église de Valenciennes, construite à la demande des Franciscains. Elle fut consacrée en 1233. Dans le parc qui jouxte l'église, le square Watteau, figure une fontaine avec, en son centre, une statue d’Antoine Watteau (né en cette ville, rue de Paris prolongée), par Jean-Baptiste Carpeaux natif également de la cité.
- La maison espagnole datant du , à pan de bois et à encorbellement a été construite sous l'occupation espagnole. C'est à ce contexte qu'elle doit son appellation, non à son style. Actuellement, elle abrite l'Office du Tourisme.
- La bibliothèque des Jésuites, installée dans l'ancien collège de la Compagnie de Jésus, fondé au début du , a fait l'objet d'une restauration récente. Elle abrite désormais le plus ancien poème de la langue française que l'on ait conservé : la Cantilène de Sainte-Eulalie. On peut aussi y voir la salle des Jésuites, rare témoignage de bibliothèque ancienne encore existante (visite sur demande).
- Le musée des Beaux-Arts construit au début du siècle, a rouvert ses portes au printemps 1995 après une importante rénovation. Il conserve la première collection de province des œuvres de Carpeaux (sculptures et peintures), et l'une des premières de France quant à la peinture flamande du , notamment avec Rubens. Son fonds archéologique témoigne des richesses historiques de la cité.
- La tour de la Dodenne, fortification construite au , (les fortifications construites par Vauban comme l'ensemble du patrimoine défensif de la cité a été démantelé de 1891 à 1893). La ville étouffait dans son enceinte et il fallait, pour favoriser son essor économique, l'en libérer, faciliter l'arrivée du train. L'entreprise fut cependant, malheureusement, un peu trop systématique à l'inverse des communes alors moins argentées.
- Le cimetière Saint-Roch, riche de nombreuses sculptures, et qui abrite de nombreux artistes (un plan les localise à l'entrée). Dans ce musée à ciel ouvert voisinent de nombreux Prix de Rome. Mais d'autres personnalités de tous ordres se rencontrent aussi (la journaliste musicale de télévision Denise Glaser, ou un roi des Gitans, par exemple).
- Le Mont de Piété
- L'hôpital du Hainaut

Commerce

Logo du guide Val&Cie Le tissu commercial de Valenciennes se concentre essentiellement sur les artères du centre ville. Les principales boutiques de détail - en particulier vestimentaires - sont rassemblées dans l'ensemble constitué par la rue de Famars, la rue de la Vieille-Poissonnerie et la place d'Armes. Depuis le , celle-ci accueille le nouveau centre commercial baptisé Centre Place d'Armes, partie du projet "Cœur de ville", qui réunit une cinquantaine de boutiques dans une galerie moderne. En raison du déplacement de certaines enseignes vers ce nouveau site, l'avenir d'autres ensembles commerciaux, notamment celui de la galerie commerciale située place Charles de Gaulle, est plus que jamais incertain. Parmi les autres pôles commerciaux "intra-muros", se doit d'être évoqué celui constitué autour de l'hypermarché, de l'enseigne Auchan, avenue du général Horne. L'ensemble des commerçants du valenciennois sont référencés depuis 1989 dans le Val & Cie, le guide du Valenciennois et du Hainaut Cambrésis réalisé par quelques étudiants de l'IUT Techniques de Commercialisation de Valenciennes. Un guide orienté autour de la Modernité et du Renouveau a fait l'objet d'un lancement officiel le 5 mai 2007, à Valenciennes ainsi que dans des dizaines de villes alentours.

Culture, animation et gastronomie

- "Capitale régionale de la Culture : Valenciennes 2007". Valenciennes désignée première capitale de la culture de la région Nord-Pas-de-Calais en 2007 : Expositions, théâtre, musique, danse, cinéma, arts numériques, ...
- Les "Folies de Binbin", cortège carnavalesque à l'occasion duquel est sorti le géant de la ville, Binbin
- La Grande Braderie qui accueille 1000 commerçants en septembre
- Festival international du film d'action et d'aventures, classé parmi les dix meilleurs festivals de cinéma en France
- Sonart(s) : Le Festival des Musiques Actuelles et des Arts Urbains
- Le tour du Saint-Cordon
- Les rencontres de la Jeune création numérique
- La fête de la Musique
- Les journées du Patrimoine
- Les Montgolfiades : concentration de 50 montgolfières
- La dentelle
- La langue fumée particulièrement réputée
- La "langue Lucullus", préparation en feuilleté se composant de tranches de langue de Valenciennes, tartinées d'une préparation à base de foie gras frais et montée dans un moule en forme de demi-lune.
- Le "Carpeaux" : gâteau dédié en hommage à l'artiste peintre et sculpteur Jean-Baptiste Carpeaux, à base de crème de marrons et de marrons glacés sur fondant de macarons.
- Le "Germinal" : gâteau à la chicorée et au chocolat amer qui en font un dessert fondant à base de mousse légère... Hommage à Zola, qui s'inspira des mineurs d'Anzin, et d'un film éponyme tourné dans la région...
- La goyère, à base de fromage blanc et de maroilles, elle se distingue de la traditionnelle flamiche par son soufflé moelleux.
- La moule frite
- Les sottises de Valenciennes
- La "bière de garde" et la "Sebourg" à Jenlain
- La bière " Germinal "

Installations culturelles

- Multiplexe cinématographique Gaumont (3600 places)
- Scène nationale Le Phenix
- La bibliothèque municipale, installée dans les bâtiments de l’ancien collège des Jésuites classée monument historique renferme une riche collection de 1100 manuscrits : des incunables et de précieux ouvrages du dont "la Séquence de sainte Eulalie", le plus ancien poème écrit en langue française (882).
- Auditorium Saint-Nicolas (380 places)
- Le musée des Beaux-Arts (2 collection nationale de peintures flamandes après celle du Louvre)
- École nationale de musique et d'arts dramatiques
- École des Beaux-Arts
- Château Désandrouin, espace culturel de proximité comprenant une salle de danse, deux ateliers de répétitions de rock, un atelier photo numérique, trois salles de répétitions et les locaux de Centre des musiques actuelles.
-Art Zoyd - Studio de Production et de création musicale, accueillant le groupe Art Zoyd fondé à Valenciennes en 1969, des compositeurs en résidence du monde entier et menant des actions pédagogiques : classe électro-acoustique en partenariat avec le conservatoire : http://www.artzoyd.com/

Infrastructures de loisirs

- Multiplexe cinématographique Gaumont (3660 places)
- Bowling Le Satellium (24 pistes)
- Le futur 2 bowling de Valenciennes (24 pistes) nommé Sunset Concept
- Val Karting (piste indoor mesurant 300 m et homologuée par la FFSA)
- Cabaret Le Royal Colisée
- Caval'Kids
- Une future patinoire de 2 pistes (dont une piste de compétition et une ludique)
- Lazer Game
- Jorky-Ball

Valenciennes, une ville d'art

Vue du musée de Valenciennes Valenciennes est fière de la quarantaine de Prix de Rome, issus de ses Écoles académiques et de son Conservatoire nationale de musique qui lui ont valu le surnom d'"Athènes du Nord" en 1860. Les collections du musée des Beaux-Arts permettent de découvrir l’inclination des écoles du Nord aux pour le paysage, la nature morte ou le portrait. Une crypte y est consacrée à l’archéologie locale. Cette section a été alimentée par d'intéressantes découvertes réalisées par une association savante : le Cercle Archéologique et Historique de Valenciennes et, depuis les années 1990, par le Service Archéologique de la la Ville, qui entreprend une gestion active du patrimoine enfoui, en fonction (et en préalable) des projets immobiliers.

Personnages célèbres

Antoine Watteau, né le 10 octobre 1684 à Valenciennes. Valenciennes a donné à ses boulevards le nom des plus grands artistes qui y sont nés, en particulier :
- Le chroniqueur Jean Froissart, (1333-1404)
- L'écrivain Jean Dauby, (1919-1997)
- Le peintre Robert Campin, (1375-1442)
- Le peintre Antoine Watteau, (1684-1721), dont le musée de la ville conserve quatre toiles.
- Le peintre Jean-Baptiste Pater, (1695-1736)
- Le peintre et dessinateur Charles Eisen, (1720-1778)
- Le peintre Jacques-François Momal, (1759-)
- Le peintre Alexandre Denis Abel de Pujol, (1785 - 1861)
- Le peintre Auguste Désiré Saint-Quentin, (1833-1906) qui fut élève d'Abel de Pujol
- Le peintre Eugène Chigot, (1860-1917)
- Le peintre Lucien Jonas, (1880-1947)
- Le peintre Eugène Ruffin, (1880-1966)
- Le peintre Arthur Guillez, (1885-)
- Le peintre Paul Elie Gernez, (1888-1948)
- Le peintre Charles Bétrémieux, (1919-1997)
- Le peintre Pierre Bisiaux, (1924-2005)
- Le peintre et sculpteur Jean-Baptiste Carpeaux, (1827-1875)
- Le peintre et scupteur Gustave Adolphe Désiré Crauk, (1827 - 1905)
- Le peintre et enlumineur Marmion Simon, (-1489)
- Le paysagiste et aquarellistes Henri Harpignies, (1819-1916)
- Le sculpteur André Beauneveu, (1330-1403)
- Le sculpteur Jacques Saly, (1717-1776)
- Le sculpteur François Aimé Milhomme, (1758-1823)
- Le sculpteur Henri Lemaire, (1789-1880)
- Le sculpteur Nicoles Lecreux, (18 -)
- Le sculpteur Hernest Hiolle, ((1834-1886)
- Le sculpteur Fagel Léon, (1851-1913)
- Le sculpteur Henri Désiré Gauquié, (1858-1927)
- Le sculpteur Corneille-Henri Theunissen (1863-)
- Le sculpteur Félix Desruelles, (1865-1943)
- Le sculpteur Pierre Victor Dautel, (1873-)
- Le sculpteur Élise Raset, (1874-1956)
- Le sculpteur Alphone Terroir, (1875-1955)
- Le sculpteur Aimé Blaise, (1877-)
- Le sculpteur Lucien Brasseur, (1878-)
- Le sculpteur Alfred Alphonse Bottiau, (1889-1951)
- Le sculpteur Albert Patrisse, (1892-)
- Le sculpteur Georges Thurotte, (1905-)
- Le sculpteur Henri Derycke, (1928-1997)
- L'enlumineur Cailleau Hubert, (1544-1577)
- L'architecte Edmond Guillaume, (1826-1894)
- L'architecte Emile Dusart, (-)
- L'architecte Paul Dusart, (1865-1933)
- L'historien Henri d'Oultreman, (1546-1605)
- Le prévôt et historiographe Simon Leboucq, (1591-1657)
- Le musicien Claude Lejeune, (1525-1601)
- Le musicien Edmond Membrée, (1820-1882)
- Le danseur David Dewasmes, (1978)
- Le général d'Empire Henri Catherine Balthazard Vincent Personnalités politiques
- La reine d'Angleterre, Philippa de Hainaut, (1311-1369)
- Henri Wallon (1812-1904), historien et homme politique français
- Alexis Louis Trinquet, membre du Conseil de la Commune de Paris né en 1835.
- Émile Basly (1854-1928), syndicaliste
- Pierre Carous (1913-1990), sénateur
- Jean-Louis Borloo (1951-), ministre dans les gouvernements Raffarin et de Villepin, sous la présidence de Jacques Chirac ; ministre dans le gouvernement Fillon, sous la présidence Sarkozy
- Frédéric Nihous (1967-) candidat à l'élection présidentielle de 2007
- député, brillant orateur 13.10.1842 26.10.1915 Personnalités du cinéma
- Le publiciste Jean Mineur (1902-1985)
- L'acteur Jean Lefebvre (1922-2004)
- L'acteur Pierre Richard (1934-)
- L'acteur Michel Duchaussoy (1938-)
- L'acteur Jo Prestia (1960-) Personnalités du sport
- Le kick boxeur Jo Prestia (1960-)
- La judoka Cécile Nowak (1967-)
- L'athlète Christophe Cheval
- L'athlète Michel Bernard (1931-)
- Le cycliste Jean Stablinski (1932-2007)
- Le footballeur Jérémie Janot (1977-)
- Le footballeur Rudy Mater (1980-) Autres personnalités
- La Mystique Marguerite Porete
- Le Général Charles de Lannoy généralissime des armées impériales à Pavie, Vice-Roi de Naples, conseiller de Charles Quint (1481-1527)
- Madame d'Épinay (1726-1783), femme de lettres
- L'aviateur Charles Nungesser (1892-1927)
- L'aviateur Edmond Marin la Meslée (1912-1945), as des as de la campagne de France
- Le général Lamy
- Le zoologiste Alfred Giard (1846-1908)
- Le (1875-1956) Chanoine et conférencier réputé

Sport

Principales installations sportives

- Stade Nungesser de 16 547 places (qui laissera place au projet du Grand Stade - projet du cabinet Scaut - d'une capacité de 25 000 places en 2008)
- Une piscine olympique
- Une future patinoire de 2 pistes (dont une piste de compétition et une ludique)
- Complexe sportif Fort Minique (plus grande salle de sport du département du Nord qui regroupe boulodrome, salle de ping-pong, salle de gymnastique, salle multisport)
- Palais des sports Nungesser
- Complexe sportif Vauban
- Complexe sportif des Tertiales
- Stade du Hainaut (rugby, athlétisme)
- Stade universitaire
- Salle du Hainaut (salle officielle de basket-ball réservée aux joueuses de l'USVO)
- Base nautique du Vignoble
- Salle des Vosges
- Skate Park Plaine de Mons
- Golf (18 trous)
- Tennis club du Hainaut

Principaux clubs de sport

- En basket-ball féminin, l’Union Sportive Valenciennes Olympic (USVO) a été multiple championne d’Europe et cinq fois consécutives championne de France depuis 2000, c’est lors de la saison 2005-2006 que VO a laissé son titre de championne de France à l’équipe de Bourges, titre récupéré cette saison contre la même équipe de Bourges.
- Le basket-ball masculin avait une équipe dans l’élite dans les années 1970, le Rhônel Sporting Club de Valenciennes
- En football masculin, le Valenciennes Anzin Football Club (VAFC) a été champion de National lors de la saison 2004/2005, champion de ligue 2 lors de la saison 2005/2006 et évolue toujours en ligue 1 pour la saison 2007/2008. L'équipe joue au stade Nungesser.
- En HandBall masculin, le Hainaut Handball Club évolue en nationale 2 lors de la saison 2007/2008.
- En volley-ball féminin, une équipe baptisée le Hainaut Volley joue en division PRO F.
- En athlétisme l'USVA (Union Sportive Valenciennes Athlétisme) évolue depuis 1998 parmi les meilleurs clubs régionaux du Nord-Pas-de-Calais.

Jumelages

La ville de Valenciennes est jumelée avec neuf autres villes :
-
-
-
-
-
-
-
-
-

Voir aussi

===
Sujets connexes
Abel de Pujol   Albert Ier de Hainaut   Alexandre Farnèse (1545-1592)   Alexis Louis Trinquet   Alfred Giard   Alstom   Amsterdam   Angleterre   Antoine Watteau   Anzin   Archéologie   Arrondissement de Valenciennes   Athlétisme   Auchan   Auguste Désiré Saint-Quentin   Auguste Marie Henri Picot de Dampierre   Austrasie   Automobile   Autriche   Avril   Aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle   Basket-ball   Belgique   Bruxelles   Cambrai   Campus   Canton de Valenciennes-Est   Canton de Valenciennes-Nord   Canton de Valenciennes-Sud   Centre Place d'Armes   Chambre de commerce et d'industrie   Chambre de commerce et d'industrie du Valenciennois   Charles Nungesser   Charles Quint   Charles de Gaulle   Charles de Lannoy   Citroën   Clovis II   Communauté d'agglomération de Valenciennes Métropole   Commune de Paris (1871)   Compagnie de Jésus   Comte   Comté de Hainaut   Confluent   Cécile Nowak   Denain   Denise Glaser   Dentelle   Design   Droit   Duché de Bourgogne   Dunkerque   Député   Député européen   Edmond Marin la Meslée   Escaut   FFSA   Famars   Famine   Fiat   Fillon   Football   France   François Milhomme   Frederick, duc d'York et d'Albany   Fresnes-sur-Escaut   Frédéric Nihous   Gaumont   Germinal   Goyère   Grande-Bretagne   Gustave Adolphe Désiré Crauk   Géants du Nord   Hainaut (région transfrontalière)   Hainaut Volley   Henri Catherine Balthazard Vincent   Henri Harpignies   Henri II de France   Henri Wallon (1812-1904)   Houille   Hugh Cairns   Hérin   Internet   Jacques Chirac   Jean-Baptiste Carpeaux   Jean-Baptiste Pater   Jean-Louis Borloo   Jean Froissart   Jean Lefebvre   Jean Mineur   Jean Molinet   Jean Stablinski   Jenlain   Jo Prestia   Juin   Jérémie Janot   La Sentinelle   Laminés Marchands Européens   Lancia   Lesquin   Lille   Lin cultivé   Liste des ducs de Parme   Liste des maires de Valenciennes   Londres   Lotharingie   Louis XIV de France   Lucien Jonas   Légion d'honneur   Mai   Marche (juridiction)   Margrave   Marguerite Porete   Maroilles   Mars (mois)   Massif ardennais   Maubeuge   Michel Bernard (athlète)   Michel Duchaussoy   Michelin   Mons   Moyen Âge   Musée des Beaux-Arts de Valenciennes   Neustrie   Nicolas Sarkozy   Nord   Nord-Pas-de-Calais   Nord (département)   Normand   Néolithique   Octobre   Ottoniens   PSA Peugeot Citroën   Paris   Pays-Bas   Pays-Bas espagnols   Peste   Peugeot   Philippe II d'Espagne   Phénix   Pierre Carous   Pierre Richard   Plaisance (Italie)   Porcelaine   Prix de Rome   Raffarin   Rassemblement pour la République   Rhônel Sporting Club de Valenciennes   Rhônelle   Robert Campin   Rudy Mater   Révolution française   Saint-Amand-les-Eaux   Saint-Saulve   Sainte-Croix   Sainte-Eulalie   Salle du Hainaut   Scarpe   Science   Scène   Sebourg   Sidérurgie   Simon Marmion   Sonart(s)   Sous-préfecture   Stade Nungesser   Supinfocom   Sébastien Le Prestre de Vauban   Séquence de sainte Eulalie   TGV   Technologies de l'information et de la communication   Textile   Toyota   Traité de Nimègue   Traité de Verdun   Tramway   Trith-Saint-Léger   Union Sportive Valenciennes Olympic   Union pour la démocratie française   Union pour un mouvement populaire   Université   Vallourec   Vieux-Condé   Ville   Volley-ball  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^