Télérama

Infos
Télérama est un magazine culturel français à parution hebdomadaire. Malgré sa vocation de publier les programmes de télévision, ces programmes ne constituent pas l'essentiel de la pagination de ce magazine, contrairement à ses concurrents français de la presse de télévision : Télé 7 Jours, Télé Poche, Télé Star, Télé Z, etc. Il appartient au groupe La Vie-Le Monde.
Télérama

Télérama est un magazine culturel français à parution hebdomadaire. Malgré sa vocation de publier les programmes de télévision, ces programmes ne constituent pas l'essentiel de la pagination de ce magazine, contrairement à ses concurrents français de la presse de télévision : Télé 7 Jours, Télé Poche, Télé Star, Télé Z, etc. Il appartient au groupe La Vie-Le Monde.

Création

Peu après son arrivée à Témoignage chrétien en 1947, Georges Montaron, dont la mission était de réanimer les Éditions Témoignage chrétien alors déclinantes, eut l'idée de lancer, parallèlement à Témoignage chrétien, un autre hebdomadaire. Il lui apparut rapidement que la radio, le cinéma et la télévision - débutante - seraient les vecteurs de la nouvelle culture de l'après-guerre. L'idée lui vint alors d'un magazine consacré à ces médias. Il fallait, disait-il, un journal qui, plus qu'un simple programme des émissions radiophoniques, « aiderait ses lecteurs à mieux organiser leurs loisirs». Témoignage chrétien bénéficiait alors d'une structure culturelle impressionnante : ses chroniqueurs s'appelaient François Mauriac, Antoine Goléa, Pierre Debray, Michel de Saint-Pierre, ... De leur côté le père Pichard et le père Avril, qui produisaient des émissions de radio, souhaitaient disposer d'un organe de presse écrite qui puisse prolonger leur action. C'est ainsi que parut, le 2 février 1947, le premier numéro de Radio-Loisirs. Ses directeurs étaient les pères Avril et Pichard et son équipe permanente étaient formées de Jean-Guy Moreau, Maurice Lorton et Yves Coste. Les principaux collaborateurs étaient : Jean-Pierre Chartier, Roger Fressoz, Jean Mauduit, Marie-Rose Clouzot, Georges Lherminier, Jean Marcillac (pour le sport), François Pouget, Maurice Cazeneuve, Paul Gilson. La maquette du numéro zéro contient déjà tous les ingrédients du contenu du futur Télérama : des programmes d'émissions classés par chaînes de radio et par heures, les horaires des bulletins d'informations, les longueurs d'ondes des différents émetteurs, des critiques des émissions passées et des articles sur les émissions « à écouter », des critiques de films et de livres, un appel pour une participation des lecteurs (Nos lecteurs ont la parole). Dès son numéro 5, il ose - inimaginable en ces temps de contingentement du papier - remplacer sa une par une simple photo pleine page que seuls viennent troubler une accroche et le bandeau du titre. Le premier numéro contient une critique du film Arsenic et vieilles dentelles signée de Roger Fressoz, futur directeur du Canard enchaîné. 1947 fut une année terrible pour la presse française. Il y eut de très longues grèves dans l'imprimerie et une crise fatale pour les Messageries de la Presse. De très nombreux journaux disparurent. Soumis à la grève de son imprimerie et à une restriction de papier, Radio-Loisirs s'arrête après une parution de 24 numéros (dernier numéro : le numéro 23 daté du 3 au 9 août 1947). Georges Montaron, élu gérant des Éditions Témoignage chrétien le 15 novembre 1949, décide de s'associer avec Ella Sauvageot, fondatrice de la Vie catholique et les Éditions du Cerf propriété des Dominicains afin de prolonger Radio-Loisirs. L'acte fondateur fut signé en février 1950 entre Ella Sauvageot pour La Vie catholique, le Révérend Père Pierre Boisselot pour les Dominicains et Georges Montaron pour Témoignage chrétien. Le nouveau magazine prit le nom de Radio-Cinéma. Il hérita des abonnés de Radio-Loisirs dont la liste fut donnée par Témoignage chrétien. Et il s'installa dans les locaux du Cerf, rue de Latour-Maubourg, avant de déménager pour la rue Saint Dominique (VIIe arrondissement de Paris). Cinq ans plus tard, son tirage atteint 75 000 exemplaires. Le 2 octobre 1960, le numéro 559 de ce qui était devenu Radio-Cinéma-Télévision (puis Télévision-Radio-Cinéma) change son nom en Télérama (contraction de syllabes télévision, radio, cinéma).

Un certain regard

Vers la fin des années 1970, Télérama a lancé une campagne provocante : une photo d'un homme jouant avec son jeune fils commentée du seul slogan : « On peut très bien passer une excellente soirée sans télévision ». Le message est que l'hebdomadaire entend rappeler sa sélectivité, mettant l'accent sur les émissions et films qui, selon lui, méritent le dérangement... ou non, et ne se contentant pas de simplement donner des programmes. Lorsque deux points de vue divergents existent dans la rédaction, alors les deux sont publiés, double vision qui donne du relief au magazine. A noter aussi le net marquage à gauche du magazine, qui s'est détachée de son étiquette de "catho de gauche" pour passer à une orientation humaniste "Coincés", nous ? (Article sur la façon dont Télérama est perçu et analysé) . Après avoir été un des fleurons du groupe de presse La Vie catholique (PVC), le titre est depuis 2003 une des publications du groupe Le Monde, après la prise de participation majoritaire de celui-ci dans PVC. Le magazine, au moment du Traité de Maastricht, se livre à une campagne déterminée en faveur du "oui", et félicitera ses lecteurs d'avoir été plus nombreux que la moyenne nationale à avoir approuvé ce traité.

Contenu

Autour des habituels programmes de télévision, la rédaction publie des reportages et entrevues sur les faits significatifs de société, l'impact et la lecture de l'actualité politique nationale et internationale, et les actualités culturelles (musiques classique et actuelles, littérature, programmes des chaînes de radio (il est l'un des seuls titres à proposer des programmes détaillés), théâtre, art, etc.). Télérama publie pour la région parisienne un supplément hebdomadaire gratuit : Sortir, couvrant les programmes et l'actualité culturels (théâtre, expositions, concerts, enfants, cinéma). Début 2007, le journal est découpé comme suit :
-Ça va mieux en le disant : courrier des lecteurs, auquel il faut rajouter l' édito (éditorial du directeur de la rédaction) toujours inclus dans cette rubrique.
-Téléramdam : articles et brèves sur les « phénomènes de société » liés à la culture.
-L'entretien : longue interview avec une personnalité du monde de l'art, de la culture ou de l'actualité
-Portrait d'une personnalité
-Le tour d'une oeuvre, Tendance, Reportage, Enquête, L'entretien, Analyse, Portrait et Débat : articles mêlés sur personnalités, oeuvres et phénomènes du monde de l'art, de la culture ou de l'actualité
-Cinéma : critiques de films sortis le mercredi de la semaine en cours...
-Arts : critiques d'expositions et chronique
-Livres : critiques de livres (romans, jeunesse, BD, poches...)
-Scènes : critiques de pièces de théâtre et de spectacles de danse, marionnettes, cirque...
-Musiques : critiques de disques (classique, rock, musiques du monde, jazz, chanson)
-Internet : critiques de contenus accessibles sur le web (mp3, vidéos, blogs...)
-Télévision : articles sur quelques programmes marquants de la semaine, suivis de la grille des programmes, avec critiques sélectives des chaînes hertziennes, de la TNT, du câble et du satellite.
-Radio : un article sur un programme radio plus un autre article sur une webradio, suivi de la grille des programmes (France Culture, France Musiques, Radio Classique, France Inter, auxquelles s'ajoute quotidiennement la sous-rubrique : autres radios).
-Talents : annonces d'emploi et formation professionnelle.
-Mots croisés
-La lettre à Zélie : chronique hebdomadaire de François Gorin

Intervenants

Parmi les journalistes qui ont collaboré ou collaborent à ce magazine : Claude-Marie Trémois, Alain Rémond, Jacques Siclier, Fabienne Pascaud, Patrick Brion (critique de films à la TV sous le pseudonyme d'André Moreau, le héros de Scaramouche), Pierre Lepape, Emmanuel Carrère, Henriette Bichonnier , Pierre Murat, Philippe Barbot, Aurélien Ferenczi, Jean-Luc Douin, Hugo Cassavetti, Thierry Leclère, Georges Perec, Michèle Gazier, Olivier Céna, Michel Contat, Marine Landrot, Philippe Piazzo, Gilbert Salachas, Marie Colmant, Rosita Boisseau, Louis-Marie Barbarit...

Tirage et diffusion

Source

- , 2006.

Notes

Lien externe

-
- . Telerama Telerama Telerama Telerama Telerama en:Télérama zh:電視全覽
Sujets connexes
Alain Rémond   Années 1970   Antoine Goléa   Arsenic et vieilles dentelles   Art   Emmanuel Carrère   France   Français   François Mauriac   Georges Montaron   Georges Perec   Henriette Bichonnier   Hugo Cassavetti   Jean-Guy Moreau   Journaliste   La Vie-Le Monde   La Vie catholique   Le Monde   Littérature   Magazine   Marie Colmant   Michel Contat   Michel de Saint-Pierre   Musique classique   Paris   Patrick Brion   Paul Gilson   Philippe Barbot   Presse de télévision   Radiophonie   Raymond Pichard   Reportage   Roger Fressoz   Rosita Boisseau   Scaramouche   Théâtre   Traité de Maastricht   Télé 7 Jours   Télé Poche   Télé Z   Télévision   Webradio  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^