Dollar américain

Infos
Billet d'un dollar des États-Unis (1957) Le dollar américain ou dollar US ($, Unicode U+0024) est la monnaie nationale des États-Unis et de leurs territoires d'outre-mer (comme Porto Rico), mais aussi de l'Équateur, de la Micronésie, des Îles Marshall, des Palaos, du Salvador, du Timor oriental, et des Îles Vierges britanniques. Son code ISO 4217 est USD. Il est divisé en 100 cents. Le dollar est la monnaie la plus utilisée au monde po
Dollar américain

Billet d'un dollar des États-Unis (1957) Le dollar américain ou dollar US ($, Unicode U+0024) est la monnaie nationale des États-Unis et de leurs territoires d'outre-mer (comme Porto Rico), mais aussi de l'Équateur, de la Micronésie, des Îles Marshall, des Palaos, du Salvador, du Timor oriental, et des Îles Vierges britanniques. Son code ISO 4217 est USD. Il est divisé en 100 cents. Le dollar est la monnaie la plus utilisée au monde pour les transactions, et depuis décembre 2006 la deuxième derrière l'euro en terme de monnaie en circulationhttp://www.ft.com/cms/s/18338034-95ec-11db-9976-0000779e2340.html.

Rôle économique

En monnaie scripturale, le dollar est :
- la principale monnaie de réserve utilisée dans le monde ;
- la devise la plus utilisée dans le commerce international ;
- la principale devise traitée sur le marché des changes, présente en 2004 dans 89% des transactions, contre 37% pour l'euro (source : BRI) ;
- la devise possédant les marchés financiers les plus importants, même si cette prépondérance est en train d'être remise en cause par l'euro dans plusieurs domaines. Cette utilisation externe du dollar permet aux États-Unis de maintenir durablement des déséquilibres considérables dans leurs comptes externes. Enfin, certes pour des montants beaucoup moins importants, c'est une monnaie fiduciaire d'un usage très répandu dans le monde, et plus de la moitié de son encours en billets est en fait détenu hors de son pays d'origine.

Valeur externe

Responsabilité

La valeur externe du dollar est du ressort exclusif du gouvernement fédéral américain, et c'est le Secrétaire au Trésor qui en a la responsabilité. La banque centrale américaine, la Réserve fédérale des États-Unis, en particulier, ne jouit d'aucun mandat pour communiquer sur la valeur de la devise et se garde soigneusement de le faire.

Historique depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale

Le premier dollar apparut sous forme de papier-monnaie en 1690 dans la colonie du Massachusetts, mais son design était très différent car il ressemblait aux assignats révolutionnaires. Le dollar a été adopté par le Congrès de la Confédération le La célèbre maxime « In God We Trust » (En Dieu nous croyons) apparut en 1864 sur la pièce de 2 cents. Approuvée en 1955 par un acte du Congrès, elle est depuis systématiquement imprimée sur tous les billets américains.

1944-1971 : le Gold Exchange Standard

Le système monétaire mondial dit du Gold Exchange Standard (étalon de change or) a été mis en place par les accords de Bretton Woods en 1944 et donne une place prépondérante au dollar. Il repose sur deux piliers principaux :
-un système de changes fixes entre monnaies (avec de très faibles marges de fluctuations)
-la reconnaissance du dollar comme monnaie de réserve internationale (as good as gold), qui reste convertible en or, mais seulement dans le cadre des échanges entre banques centrales. Si le système fonctionne correctement dans les années 1950, l’accumulation dans les années 1960 des déficits américains encore accrus par les dépenses afférentes à la guerre du Viêt Nam entraînait au tout début de la décennie 1970 de très fortes pressions sur la monnaie américaine. Or sa fonction de monnaie de réserve mondiale gênait fort peu les États-Unis et ne les incitait pas à mieux contrôler leurs déficits.

1971-1973 : période de transition

C’est le 15 août 1971 que le président Richard Nixon décide l’inconvertibilité du dollar par rapport à l’or, suite aux tensions permanentes sur cette monnaie. Cette décision est prise sans consulter les partenaires (autres pays occidentaux et Japon). Elle s'explique par le danger sérieux et croissant que les autres pays exigent la conversion en or de leurs excédents de dollars, puisque le dollar était convertible en or, tout au moins dans les échanges entre banques centrales. Avec ce diktat américain le système de Bretton Woods entrait en agonie, puisque la valeur de chacune des monnaies y était déterminée par référence à un poids d'or. Les pressions sur le dollar ne pouvaient qu’empirer, ce qui se produisit. Plusieurs réunions eurent lieu pour s’accorder sur une dévaluation de la devise américaine et tenter un replâtrage du système. Elles débouchèrent sur les « accords de Washington », dits aussi « accords du Smithsonian Institute », conclus le 18 décembre 1971 par les ministres des finances et banquiers centraux du « Groupe des Dix » (la CEE, la Suède, les États-Unis, le Canada et le Japon) qui établirent des parités centrales et des marges de fluctuation de 2.25% . C'est de cette époque que date la formule attribuée au secrétaire américain au Trésor, John Connally : "The dollar is our currency and your problem", « Le dollar est notre devise et votre problème ». Le 13 février 1973, la faiblesse de la monnaie américaine conduisait à un réajustement des parités, le dollar étant dévalué de 10%, mais cela se révéla immédiatement insuffisant.

Depuis 1973 : le régime des changes flottants

Le 19 mars 1973, le « Groupe des Dix » décidait l’abandon de la fixité des taux de change des diverses monnaies par rapport à l’étalon dollar, ce qui permettait aux banques centrales des autres pays de cesser d’acheter du dollar pour maintenir sa parité, selon les règles du jeu du système en vigueur. Un nouveau système monétaire international dit de « changes flottants » voyait donc le jour. Il est toujours en vigueur. Les accords de la Jamaïque entérineront formellement cette situation le 8 janvier 1976. Reconstitution du taux de change euro-dollar de janvier 1972 à janvier 1999 à partir des taux de change du franc français ou du Deutschemark. De 1973 à 1979, le dollar continue sur sa lancée et se déprécie régulièrement et considérablement par rapport au Deutsche Mark, perdant près de 50% de sa valeur (cf graphique supra). Évolution historique du taux au jour-le-jour (Fed Funds) du marché monétaire aux États-Unis La violente remontée des taux d'intérêt décidée à la fin de 1979 par le nouveau gouverneur de la banque centrale américaine, Paul Volcker, pour combattre - avec succès - l'inflation, inverse la tendance. Le remède est sévère : pour une inflation de l'ordre de 9% en taux annuel en 1980, les taux d'intérêt à court terme montent jusqu'à 19%. Les taux d'intérêt réels atteignent des sommets sans précédent et, au prix d'une sévère récession, l'inflation disparaît : en 1983, elle n'est plus qu'à 3.2%. Ces taux d'intérêt réels provoquent un afflux de capitaux aux États-Unis, et le dollar s'apprécie pendant cinq ans, jusqu'à revenir, en mars 1985, à son niveau d'avant 1973, ce qui est manifestement exagéré.

Septembre 1985 : les accords du Plaza

À l'hôtel Plaza de New York, le , les pays dits du G5 (c'est-à-dire ceux du G7 moins le Canada et l'Italie) s'entendent publiquement pour intervenir sur le marché des changes et organiser un repli du dollar. 10 milliards de dollars sont ainsi dépensés, avec un effet immédiat et spectaculaire. En à peine quinze mois, le dollar efface tous ses gains par rapport au Deutsche Mark et, fin 1986, il se retrouve à son plus bas niveau historique, celui de 1979.

Février 1987 : les accords du Louvre

Désireux de stopper la machine infernale qu'ils ont mise en route, les pays du G5, rejoints par le Canada, signent à Paris le les accords du Louvre, destinés à enrayer la baisse du dollar. Seulement, cette fois-ci, cela ne marche pas et, après une pause dans le courant de l'année 1987, le dollar va continuer pendant dix ans, tendanciellement, à se déprécier.

2007 : baisse du dollar

En raison de la crise des subprimes, du double déficit des Etats-Unis, et de la nécessité d'acheter du pétrole bon marché pour faire la guerre en Iraq, ainsi que de la baisse des taux de la FED, le dollar a baissé au point où 1 euro coute 1, 45[http://www.lemonde.fr/web/article/0, 1-0@2-3234, 36-973289@51-863164, 0.html La baisse des taux de la Fed porte l'euro et le pétrole à de nouveaux records LEMONDE.FR Avec AFP et Reuters | 01.11.07 dollar étasuniens, le 1er novembre 2007.

Les conséquences économiques des interventions

De façon fort visible et assez rapide, les déséquilibres nés de la cacophonie des accords du Plaza et du Louvre vont conduire à une forte hausse des taux d'intérêt à long terme et au krach conjoint le 19 octobre 1987 des marchés obligataires et des marchés d'actions. À plus long terme, les conséquences les plus importantes des accords du Plaza ont lieu sur l'économie japonaise : très dépendante des exportations, celle-ci est immédiatement et particulièrement sensible à la baisse du dollar et, pour lutter contre une récession qu'elle juge inévitable, la Banque du Japon baisse 5 fois son taux d'escompte entre et , le ramenant de 5, 0 % à 2, 5 %. Mais l'économie japonaise est également sensible aux modalités de la baisse du dollar : le pays a accumulé une épargne extérieure importante, principalement en dollars, justement, et son rapatriement tout au long de 1986 alors que les taux d'intérêt domestiques baissent amène une augmentation importante du prix des autres placements disponibles : actions et immobilier. La "bulle financière japonaise" de la fin des années 1980 est en train de naître. Depuis l'épisode malheureux et surtout mal maîtrisé de 1986-87, le G7 est devenu prudent et une intervention concertée sur le marché des changes n'est plus concevable que pour assurer la « stabilité du marché », selon la formule consacrée, et non pour tenter d'inverser une tendance.

Pièces et billets

Du au , des billets de 100 000 $ ont été émis. Ils furent utilisés par les banques de la réserve fédérale pour les transactions entre elles. ==
Sujets connexes
Abraham Lincoln   Accords de Bretton Woods   Accords de la Jamaïque   Action (finance)   Alexander Hamilton   Andrew Jackson   Années 1950   Années 1960   Années 1970   Années 1980   Banque centrale   Banque des règlements internationaux   Banque du Japon   Benjamin Franklin   Bulle spéculative   Canada   Cent (monnaie)   Changes flottants   Commerce international   Communauté économique européenne   Congrès de la Confédération   Conquête de l'Ouest   Courrier international   Deutsche Mark   Dollar   Déclaration d'indépendance des États-Unis d'Amérique   Euro   Euro/dollar   Exportation   Fed Funds   Forex   George Washington   Gold Exchange Standard   Guerre du Viêt Nam   ISO 4217   Immobilier   In God We Trust   Independence Hall   Inflation   Japon   John Adams   Krach   Krach d'octobre 1987   Lincoln Memorial   Marché financier   Marché monétaire   Marché obligataire   Massachusetts   Micronésie (pays)   Monnaie   Monnaie de réserve   Monnaie fiduciaire   Musée du Louvre   New York   Or   Palaos   Paris   Paul Volcker   Porto Rico   Richard Nixon   Réserve fédérale des États-Unis   Sacagawea   Salvador   Suède   Taux au jour-le-jour   Taux d'escompte   Taux d'intérêt   Taux d'intérêt réel   Thomas Jefferson   Timor oriental   Unicode  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^