Thyroïde

Infos
Glande thyroïde La thyroïde ou glande thyroïde est la plus volumineuse des glandes endocrines (sécrétant des hormones).
Thyroïde

Glande thyroïde La thyroïde ou glande thyroïde est la plus volumineuse des glandes endocrines (sécrétant des hormones).

Présentation

Elle sécrète :
- la T3 ou triiodothyronine en très faible quantité
- la T4 ou thyroxine
- la calcitonine intervenant dans le métabolisme du calcium La production de ces hormones est régie par la thyréostimuline (TSH, thyroid-stimulating hormone), produite par l'hypophyse. La plus grande production de la T3 est obtenue par la conversion de la T4 au niveau du foie, pour la plus grosse quantité et les intestins pour le reste. La thyroïde ne produit, elle, de la T3 directement que pour à peine 10 à 20 %. Située à la face antérieure du cou, elle est superficielle : ses déformations (on parle de goitre quand le volume de la thyroïde est augmenté) sont visibles sous la peau. Elle est fréquemment le siège de pathologies : hyperthyroïdie, hypothyroïdie, tumeur maligne ou bénigne. On peut l'étudier grâce à l'échographie et la scintigraphie. La thyroïde se compose de deux lobes droit et gauche reliés à leurs parties inférieures par l'isthme. Elle présente deux types de rapports :
- Les nerfs laryngés récurrents qui passent en arrière et se terminent dans le larynx.
- Les quatre glandes parathyroïdes : petites glandes situées à la face postérieure de la thyroïde et jouant un rôle dans le métabolisme phosphocalcique. Elles peuvent avoir des situations variables.

Morphologie

Les deux lobes pyramidaux verticaux sont réunis par une base intermédiaire horizontale : l'isthme thyroïdien. Généralement, la glande thyroïde répond aux 2 et 3 anneaux trachéaux ; mais elle peut avoir une position haute : 1 et 2 anneaux trachéaux, ou une position basse : 3 et 4 anneaux trachéaux. Les deux lobes ont un sommet supérieur, ainsi qu'une grande base inférieure. On leur décrit 3 faces : médiale, postérieure et antéro-latérale. Sa hauteur est d'environ 6 cm pour une longueur de 6 à 8 cm. On trouve souvent entre les deux lobes, donc au niveau de l'isthme, le lobe pyramidal de Lalouette, souvent déporté vers la gauche : c'est un reliquat du canal thyréoglosse. La thyroïde, moulée sur l'axe trachéo-laryngé, est de consistance ferme, de couleur rosée, et pèse 30 grammes (légèrement plus chez les femmes) mais en cas de goitre son poids peut augmenter jusqu'à 100-150 grammes. Elle est entourée d'une capsule qui lui est propre et qui est différente de la loge thyroïdienne. Il existe des variations morphologiques, s'expliquant par l'embryologie : en effet les deux lobes sont parfois éloignés l'un de l'autre sans qu'il n'y ait d'isthme, ou au contraire peuvent être soudés donnant une thyroïde en forme de V. Provenant d'un bourgeon de cellules endodermiques naissant près de la racine de la langue, différentes positions de la glande thyroïde peuvent cependant survenir durant l'ontogenèse : une mauvaise migration de cette ébauche conduit alors à la détection de cette glande (fonctionnelle ou non fonctionnelle) dans la région linguale, cervicale, voire endo-thoracique. L'unité morpho-fonctionnelle de la glande thyroïde est le follicule thyroïdien (ou vésicule thyroïdienne), composé d'un épithélium unistratifié de cellules folliculaires, produisant les hormones thyroïdiennes, disposées autour d'une lumière centrale contenant la colloïde : la colloïde est principalement constituée du précurseur des hormones thyroïdiennes, la thyroglobuline. Le follicule thyroïdien est un véritable piège à iode (ion iodure), élément rare à la surface de la terre, et indispensable au fonctionnement de l'organisme; l'iode sera ainsi capté et stocké dans la colloïde : la biosynthèse des hormones thyroïdiennes pourra alors se dérouler, l'iode venant se coupler à la thyroglobuline ; la thyroglobuline iodée est ensuite réintégrée dans le follicule thyroïdien, et sécrétée dans le courant sanguin. Le follicule thyroïdien, en dehors d'une majorité de cellules folliculaires, contient 1 à 2 % de cellules dites parafolliculaires, produisant la calcitonine : elles n'ont cependant jamais de contact avec la colloïde.

Vascularisation

La thyroïde est un organe richement vascularisé. En effet on retrouve :
- Deux artères principales : :
- artère thyroïdienne supérieure (ATS), première branche de l'artère carotide externe ; elle se divise en 3 branches une fois la glande atteinte. :
- artère thyroïdienne inférieure (ATI), naissant du tronc thyro-cervical, branche collatérale de l'artère subclavière. Se divise également en trois branches dans la thyroïde. Il existe néanmoins d'autres artères, moins volumineuses, inconstantes, naissant directement de l'arc aortique. Par exemple l'artère thyroïda ima vascularisant la partie isthmique.
- Trois veines principales : :
- veine thyroïdienne supérieure (VTS), résultant de la confluence de 3 veines dans la glande, et formant avec les veines linguale et faciale le tronc thyro-lingo-facial qui se jette dans la veine jugulaire interne. :
- veine thyroïdienne moyenne (VTM), réunion de plusieurs branches pas très volumineuses se jetant dans la veine jugulaire interne. :
- veine thyroïdienne inférieure (VTI), formée par la confluence de 3 veines dans la glande et se jetant dans le tronc veineux brachio-céphalique. De même que pour les artères, certaines veines plus accessoires vascularisant préférentiellement l'isthme vont rejoindre les troncs veineux brachio-céphaliques droit et gauche.

Pathologies thyroïdiennes

Hypothyroïdie

Symptomatologie due à un défaut de production d'hormones thyroïdiennes. La thyroïde ne produit plus assez d'hormones et l'organisme en entier fonctionne alors au ralenti. Les symptômes les plus courant sont :
- la fatigue très importante ;
- manque de concentration ;
- perte de mémoire ;
- prise de poids importante alors que l'appétit est lui considérablement diminué ;
- constipation ;
- troubles menstruels ;
- bradycardie ;
- douleurs musculaires ;
- chute de cheveux, ongles cassants ;
- peaux sèche ;
- cernes ;
- état dépressif ;
- voix rauque et bien d'autres. ;Plusieurs hypothyroïdies : Hypothyroïdie primaire : la glande thyroïde ne fabrique pas assez d'hormones. La thyroïde est de très petite taille. Hypothyroïdie secondaire : la thyroïde est de taille normale. L'hypophyse n'envoie pas assez de signaux à la thyroïde. Hypothyroïdie tertiaire : l'hypothalamus ne fabrique pas assez de TRH. La TRH est une hormone de l'hypothalamus pour stimuler l'antéhypophyse à produire de la TSH qui elle doit stimuler la thyroïde. ;Traitements Le plus souvent à base de T4 uniquement : Levothyrox, Synthroïd, L-thyroxine en comprimé ou en gouttes, etc. Mais il existe aussi des traitements à base de T3 : Cynomel qui est uniquement de la T3, Euthyral qui est une association de T4 (100 µg) et de T3 (20 µg). Lorsqu'il est nécessaire d'ajouter de la T3 mieux vaut avoir un traitement qui permet d'avoir un dosage approprié pour chacune des deux hormones. Les traitements combinés sont très difficiles à gérer. Il existe également d'autres traitements : Armour thyroïde par exemple qui contient toutes les hormones que la thyroïde fabrique.

Hyperthyroïdie

Symptomatologie due à un excès de production d'hormones thyroïdiennes. les symptômes sont en général :
- cardio-vasculaire : tachycardie, éréthisme cardio-vasculaire (frémissement du choc de la pointe du coeur) ;
- digestif : syndrome polyuro-polydipsique (boit et urine en grande quantité), amaigrissement, diarrhée ;
- neuro-psy : tremblement, agitation, trouble de l'humeur (irritabilité allant à la dépression), trouble du sommeil, trouble du comportement alimentaire (mange en quantité excessive) ;
- généraux : hypersudation (mains souvent moites, transpiration), hyperthermie thermophobie (température élevée et n'apprécie pas les températures élevées) ;
- musculaire et articulaire : douleur et fatigue musculaire, ostéoporose. Le tabac multiplie par dix le risque de survenance de la maladie de Basedow, la forme la plus fréquente de l'hyperthyroïdie, et augmente les risques de complications. Le stress chronique, les chocs émotionnels et la caféine sont aussi des ennemis notoires de la thyroïde.

Dépression et thyroïde

L'hypothyroïdie peut parfois être prise pour un état de dépression et l'hyperthyroïdie pour un état d'excitation. Le diagnostic thyroïdien permettra d'éliminer ces faux diagnostics. Cependant des travaux récents ont montré qu'une hypothyroïdie traitée uniquement avec de la thyroxine peut davantage encore se rapprocher d'un état dépressif. Plutôt que de prescrire un antidépresseur, le médecin peut parfois proposer une simple substitution d'une partie de la dose de thyroxine (T4) par de la tri-iodo-thyronine (T3). On a montré aussi que certaines dépressions résistantes aux antidépresseurs, et sans hypothyroïdie, pouvaient bénéficier d'un apport de T3. Mais ceci reste à vérifier et ne peut se faire sans la prescription prudente d'un spécialiste.

Anomalies morphologiques de la glande

Goitre thyroïdien

Goitre multinodulaire

Fonction thyroïdienne :
- toxique ;
- non toxique E042.

Nodule unique

Cancer de la thyroïde

Voir aussi

- Association française des malades de la thyroïde ==
Sujets connexes
Artère   Artère subclavière   Association française des malades de la thyroïde   Calcitonine   Calcium   Cancer de la thyroïde   Cou   Dépression (médecine)   Embryologie   Glande   Goitre   Hormone   Hyperthyroïdie   Hypophyse   Hypothyroïdie   Iode   Larynx   Maladie de Basedow   Métabolisme   Nerf   Organe   Parathyroïde   Peau   Scintigraphie   Thyréostimuline   Tumeur   Veine   Veine jugulaire interne  
#
Accident de Beaune   Amélie Mauresmo   Anisocytose   C3H6O   CA Paris   Carole Richert   Catherinettes   Chaleur massique   Championnat de Tunisie de football D2   Classement mondial des entreprises leader par secteur   Col du Bonhomme (Vosges)   De viris illustribus (Lhomond)   Dolcett   EGP  
^